Mardi 19 Mars, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Politique

Prolifération des partis : Abdoulaye Wade et Macky Sall passifs

Single Post
Prolifération des partis : Abdoulaye Wade et Macky Sall passifs

L’inflation des partis politiques prend des proportions inquiétantes au Sénégal. Chiffrés à 299 en 2018, pour une population évaluée à près de 15 millions d’habitants, les formations politiques ne cessent d’émerger à l’approche de la présidentielle. Pour cause, pleinement entré dans les mœurs en 1981, sous Abdou Diouf, le multipartisme qui connait des piques sous les deux dernières alternances crée désordre, si on se réfère aux différentes élections organisées depuis 2014. Seulement, contrairement à Senghor et Diouf, les présidents Wade et Sall n’ont pas levé le plus petit doigt pour endiguer le fléau.
 
L’échiquier politique national ne cesse de s’agrandir au jour le jour, avec la création tous azimuts de partis politiques. A l’approche de la prochaine présidentielle, les formations politiques poussent comme des champignons. En atteste la mise sur pied des “Forces Démocratiques du Sénégal“ (Fds), ex- “Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme“ (Jds) dirigée par Babacar Diop. Bien avant cet ancien jeune du Parti socialiste (Ps), c’est Me Mamadou Makalou, ancien ministre de la Culture sous l’ère Wade avec “Union sénégalaise pour la démocratie“ (Usd), ou encore l’ancien ministre de la Communication de Wade, Moustapha Guirassy avec “Sénégalais unis pour le développement“ (Sud) en novembre 2017, qui ont lancé leur parti. Sans être exhaustif, il faut aussi inscrire dans ce lot le nouveau parti de Me Abdoulaye Tine, avocat au barreau de Paris, dénommé “l’Union sociale et libérale“ (Usl), sans oublier celui de l’ancien N°2 de Rewmi, Oumar Sarr, notamment le “Parti Africain pour la Renaissance libérale“ (Parel), en mars dernier.
 
Cette foultitude de nouvelles formations vient s’ajouter à la liste déjà excessive des partis politiques au Sénégal. En effet, le nombre de partis politiques au Sénégal est estimé à 299 à ce jour, pour un pays qui compte plus de 14 millions  d’habitants et un fichier électoral de seulement 6 millions de personnes. Instauré en 1974, par le président Léopold Sédar Senghor, le multipartisme a connu un essor fulgurant sous l’ère Diouf. En héritant de 3 partis laissés par Senghor (1960-1980), Abdou Diouf donnera des récépissés à 41 autres formations politiques. Son successeur, Abdoulaye Wade, accélère la distribution des récépissés dès son accession à la magistrature suprême, en 2000. A lui seul, Wade en légalisera au total 143, de 2000 à 2012. Ne faisant pas moins que son prédécesseur, sinon même plus, le président Macky Sall en octroie 111 nouveaux en seulement 6 ans de règne. 
 
Ainsi donc, contrairement à leurs prédécesseurs qui ont, tant soit peu, essayé d’endiguer ce fléau, notamment avec la limitation des courants de partis en 3, à savoir le socialisme démocratique, le libéralisme démocratique, un courant marxiste-léniniste avec Senghor, ou le filtre de la caution exigée aux candidats par Diouf, les présidents Wade et Sall semblent n’avoir rien fait pour stopper l’hémorragie. Durant ces deux alternances, 2000 et 2012, rien n’a canalisé ce mouvement, tellement la création d’un parti politique est aisée pour tout citoyen jouissant de ses droits civiques et politiques. C’est dans ce contexte qu’est d’ailleurs agitée la question du parrainage qui a fini d’installer un malaise au sein de la sphère politique. Un réveil qui, selon les défenseurs dudit système, a été suscité par la pléthore de listes, 47 au total, notée lors des élections législatives dernières.
 
QUE DE PARTIS HORS LA LOI !
 
La création d’un parti politique semble aisée au Sénégal, tellement ces derniers pullulent depuis la première alternance. Dénombrés à 299 à ce jour, nombre de formations politiques ne respectent pas la loi n°89-36 du 12 octobre 1989 modifiant celle n°81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques.

Quels sont les partis politiques au Sénégal qui se conforment à la règlementation en vigueur ? Le moins que l’on puisse dire est que ces derniers poussent comme des champignons, même si le multipartisme est consacré dans la réforme constitutionnelle de 24 avril 1981. Le hic est que la plupart de ces formations politiques ne disposent même pas d’adresse réelle, encore moins de siège, voire de ressources à même de survivre dans le champ politique. Qui plus est, ce sont des partis qui ne tiennent jamais congrès. La preuve, lors de son premier face-à-face avec les acteurs politiques, en novembre 2017, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, avait fait cas des problèmes que ses services ont rencontrés pour distribuer les convocations à prendre part au dialogue politique. Ce qui est sûr et certain, sur les 299 partis politiques que compte le pays à ce jour, peu de formations sont «légalistes» devant une pléthore de hors-la-loi. La majeure partie des formations politiques ne dépose pas de bilan financier à la fin de l’année. Ce qui aurait donné la possibilité aux autorités actuelles de dissoudre administrativement certains partis, comme le prévoit la loi. 


Article_similaires

12 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (17:56 PM)
    Macky korr Marieme Faye moo ko yorr
    • Auteur

      Mansa Of

      En Avril, 2018 (18:35 PM)
      oui mais quoi de plus normalement normal de la part d'une idéologie du libéralisme
      africain toujours triomphant devant le socialisme toujours rampant et en tout petit ?

      oui du socialisme démocratique de senghor de 1960 à 1980
      il ne reste plus pratiquement que le socialisme des valeurs et
      l'autre socialisme des vauriens partout rampant en vauriens

      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
    • Auteur

      Mansa Of

      En Avril, 2018 (18:35 PM)
      oui mais quoi de plus normalement normal de la part d'une idéologie du libéralisme
      africain toujours triomphant devant le socialisme toujours rampant et en tout petit ?

      oui du socialisme démocratique de senghor de 1960 à 1980
      il ne reste plus pratiquement que le socialisme des valeurs et
      l'autre socialisme des vauriens partout rampant en vauriens

      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
    • Auteur

      Mansa Of

      En Avril, 2018 (18:35 PM)
      oui mais quoi de plus normalement normal de la part d'une idéologie du libéralisme
      africain toujours triomphant devant le socialisme toujours rampant et en tout petit ?

      oui du socialisme démocratique de senghor de 1960 à 1980
      il ne reste plus pratiquement que le socialisme des valeurs et
      l'autre socialisme des vauriens partout rampant en vauriens

      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
    • Auteur

      Mansa Of

      En Avril, 2018 (18:35 PM)
      oui mais quoi de plus normalement normal de la part d'une idéologie du libéralisme
      africain toujours triomphant devant le socialisme toujours rampant et en tout petit ?

      oui du socialisme démocratique de senghor de 1960 à 1980
      il ne reste plus pratiquement que le socialisme des valeurs et
      l'autre socialisme des vauriens partout rampant en vauriens

      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
      vive le wadisme triomphant pour 50 ans
  2. Auteur

    Vive Le Parrainage

    En Avril, 2018 (18:07 PM)
    En tout cas, a ce rythme, a moins qu'on applique le parrainage, on risqué d'avoir plus de candidates que d'electeurs en 2019.
    Auteur

    Lemzo

    En Avril, 2018 (18:11 PM)
    Comment on peut refuser le parrainage dans ces conditions ? Le parrainage est une urgence vitale pour organiser normalement des élections au Sénégal ! Il paraît même que certains partis politiques louent leurs noms au plus offrant. Certains partis n'ont même pas d'adresse postale encore moins de siège. De plus pourquoi discriminer les candidats indépendants ? Leur imposer le parrainage et ne pas le faire pour les partis ?? Ça n'a pas de sens car ce n'est ni juste ni moral ni démocratique ni responsable ! Si on sait en plus qu'il y a des personnalités indépendantes dans le pays ou dans la diaspora qui sont mille fois plus crédibles et plus compétentes que des chefs de partis. Trouvez l'erreur et le danger. Ceux qui s'opposent au parrainage veulent simplement créer le bordel et l'anarchie dans le pays en 2019...
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:14 PM)
    Au Sénégal jusqu'ici moins 2 millions de voix suffisaient pour être président (Macky 1 909 244 voix en 2012 et vous voulez faire du parrainage sur la base 6 500 000 inscrits (1% des inscris) c'est du vol.
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:33 PM)
    Des partis qui ne le sont que par le nom ne font que polluer notre atmosphère électorale. Comment peut on se retrouver avec autant de personnes qui ne seraient même pas capables de diriger une petite division dans un petit service et qui se disent prêts pour diriger notre pays ? Il faut mettre un terme à cela, le parrainage vient vraiment à son heure, sinon le plus petit vendeur de cacahuètes (je ne les méprise pas) pourrait un jour se dire candidat à l'élection présidentielle. :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:34 PM)






    Le Mouvement O.A.P (Oui Au Parrainage) sera devant l'assemblée nationale le jour du vote.

    Tous les membres sont tenus de respecter les consignes données.



    Œil pour œil , dent pour dent.



    Ne vous trompez surtout pas de cible. Chacun connait la mission qui lui est dévolue.





     :taz-smile:  :fbhang:  :taz-smile:  :fbhang:  :taz-smile:  :fbhang:  :taz-smile:  :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:47 PM)
    Ceux qui ne sont pas partisans de partis politiques sont pour le parrainage car ils n'ont pas de temps à perdre...c'est la raison qui m'a fait boycotter les legislatives, 45 listes!!!! Aucun respect pour les citoyens ces hommes politiques, ils veuldnt tous etre chef de.....
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:48 PM)
    Ceux qui ne sont pas partisans de partis politiques sont pour le parrainage car ils n'ont pas de temps à perdre...c'est la raison qui m'a fait boycotter les legislatives, 45 listes!!!! Aucun respect pour les citoyens ces hommes politiques, ils veuldnt tous etre chef de.....
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:48 PM)
    Ceux qui ne sont pas partisans de partis politiques sont pour le parrainage car ils n'ont pas de temps à perdre...c'est la raison qui m'a fait boycotter les legislatives, 45 listes!!!! Aucun respect pour les citoyens ces hommes politiques, ils veuldnt tous etre chef de.....
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (18:48 PM)
    Ceux qui ne sont pas partisans de partis politiques sont pour le parrainage car ils n'ont pas de temps à perdre...c'est la raison qui m'a fait boycotter les legislatives, 45 listes!!!! Aucun respect pour les citoyens ces hommes politiques, ils veuldnt tous etre chef de.....
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (23:20 PM)
    Les journalistes se devaient d'apporter des suggestions au lieu d'écouter des politiciens dans leurs studios car leurs missions seront impossible de couvrir démocratiquement tous les candidats dans tout le pays.Soyons sérieux il faut trouver une solution courageuse pour organiser des élections au Sénégal. Les populations sont entrain de se décourager des politiquesi et pensent que l'avenir du pays ne les intéresse même pas.
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2018 (06:28 AM)
    wade n est plus là, c est maky le responsable

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR