Réunis ce week-end à Saly : Socialistes sénégalais et européens tentent d’exorciser leurs vieux démons

  • Source: : Le Témoin | Le 20 juillet, 2014 à 19:07:19 | Lu 12123 fois | 8 Commentaires
content_image

Réunis ce week-end à Saly : Socialistes sénégalais et européens tentent d’exorciser leurs vieux démons

A l’initiative de l’institut « Imagine Africa » de M. Pierre Sané, ils ont débattu des maux auxquels leur idéologie est confrontée.

 

La gauche sénégalaise renaitrait-elle de ses cendres ? Après 17 ¬— ou 22 — ans (12 de Wade + 5 ou 10 ans de Macky) de libéralisme, les socialistes  pourront-ils enfin revenir au pouvoir ? Surtout, quand est-ce que la Gauche sénégalaise cessera d’être à la remorque des partis libéraux, hier le PDS (Parti démocratique sénégalais) et aujourd’hui l’APR (Alliance Pour la République) ? Et puis, d’ailleurs, le socialisme a-t-il seulement encore un avenir devant le libéralisme triomphant, quand on sait que, presque partout dans le monde, les partis se réclamant de cette idéologie sont en recul face à non seulement des partis capitalistes mais aussi, plus inquiétant encore, des formations populistes voire carrément xénophobes pour ne pas dire racistes ? Nous avions tendance à croire que le socialisme est mort, enterré, dépassé ? Détrompons-nous ! Car, apparemment, cette idéologie est encore vivante et entend reconquérir le terrain perdu pour transformer le monde dans le sens de le rendre meilleur pour l’Homme. Dans le sens aussi de, à défaut de supprimer toute exploitation de l’homme par l’homme, d’atténuer les effets de cette exploitation sur les couches les plus vulnérables, les classes travailleuses et moyennes, en régulant notamment les effets destructeurs du marché.Bref, il était question de Socialisme, de Gauche, d’Etat, de Dette, de Reconstruction de la gauche sénégalaise, d’Intégration africaine et de Développement lors du séminaire international organisé le weekend dernier à Saly Portudal par l’Institut Imagine Africa de notre compatriote Pierre Sané, ancien secrétaire général d’Amnesty International, ancien directeur général adjoint de l’UNESCO après avoir été cadre de l’ACDI (Agence canadienne pour le développement international). Socialiste lui-même, Pierre Sané, à travers son institut et la FEPS (Fondation européenne d’Etudes progressistes)va organiser au mois de mars prochain à Dakar un grand colloque international sur le thème : « Imaginer l’Afrique ; Socialisme, Développement et Démocratie. Quel agenda et quelles priorités pour la recherche ? » (voir encadré). C’est pour préparer, justement, ce colloque international qu’un « séminaire de préparation intellectuelle » s’est tenu vendredi et samedi derniers à Mbour. Un séminaire qui avait des allures de dernier salon où l’on cause de socialisme avec la présence non seulement de représentants de partis socialistes européens venus par le biais de la FEPS et de la fondation Jean Jaurès, mais aussi de l’essentiel des dirigeants socialistes de notre pays. Plus exactement, c’est presque toute la gauche sénégalaise qui était représentée à ce conclave. En effet, Pierre Sané a réussi le tour de force de réunir autour d’une même table des chapelles aussi diverses que le Parti Socialiste, la Ligue Démocratique (LD), le Parti de l’Indépendance et du Travail, AJ PADS (And Jëf/Parti africain pour la Démocratie et le Socialisme) Authentique, Tekki, le RSD (Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie), Bëss du ñakk etc. Bref, la gauche sénégalaise dans sa diversité. Et pendant deux jours, des dirigeants qui, d’habitude, se saluent à peine lorsqu’ils se rencontrent et ne se fréquentent guère en ville, ont échangé dans une ambiance studieuse et cordiale sur les problématiques liées au socialisme mondial, aux problèmes de la Gauche sénégalaise, à la crise mondiale et ses répercussions sur l’Afrique, aux méfaits de l’ultralibéralisme etc. Réunir dans une même salle Ousmane Tanor Dieng et Aïssata Tall Sall du Parti Socialiste, Robert Sagna du RSD, Moustapha Kâ, ancien ministre et ancien directeur de cabinet du président Abdou Diouf, Ibrahima Sène du PIT, Nicolas Ndiaye de la LD, Landing Savané d’AJ Authentique, Mamadou Lamine Diallo de Tekki, Mansour Sy Djamil de Bëss du ñakk, sans compter l’ancien Premier ministre Mamadou lamine Loum, toujours aussi pertinent, les économistes Sanou Mbaye, ancien de la BAD, et Abdoulaye Sylla du Codesria… il fallait le faire et Pierre Sané et l’institut Imagine Africa l’ont réussi. Le fait de réunir des gens aussi divers était déjà une gageure. Réussir à les faire réfléchir sur les problématiques du socialisme et de la gauche sénégalais ainsi que sur les questions du développement, plus qu’une performance.

Etonnamment, et bien que ce n’était pas vraiment à l’ordre du jour, la question de l’unité de la gauche sénégalaise s’est invitée aux débats. Une unité que presque tous les participants ont appelée de leurs vœux. Un miracle du Ramadan ? Sans doute, tellement cette famille est divisée, ce qui explique d’ailleurs qu’elle soit à la remorque des partis libéraux dans notre pays. Comme l’a dit de manière fort imagée Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti Socialiste, qui présidait la première partie des travaux, « le chercheur d’ombre a rencontré le crépuscule, autrement dit le PS est disposé à contribuer à l’unification de la Gauche. » Le ton était donné. Pour ceux qui n’auraient pas compris, il est revenu à la charge le samedi en estimant qu’’’il faut élaborer un agenda de la gauche sénégalaise’’.

En faisant la synthèse des travaux, Pierre Sané  en a tiré « deux grandes conclusions ». La première consiste à imaginer et à construire un agenda de la gauche sénégalaise à travers notamment l’approfondissement de l’indépendance nationale, la consolidation de la démocratie, l’intégration régionale… le tout autour de politiques publiques. De ce point de vue, a-t-il dit, les conclusions des Assises nationales peuvent constituer une bonne base de débats.

La seconde conclusion a trait à l’intégration régionale africaine. Laquelle devrait se faire « sur la base du futur et de la géographie et non sur la base de l’histoire » a estimé le patron d’Imagine Africa. Pour ce qui est du Sénégal, Pierre Sané soutient que toute intégration régionale devrait commencer d’abord par la Gambie, la Guinée Bissau et le Cap-Vert. Le tout, bien sûr, dans le cadre de la Cedeao avec comme locomotives le Nigeria, le Ghana et la Côte d’Ivoire en plus du Sénégal, bien sûr. Surtout, surtout, il préconise la constitution d’un axe Dakar-Abidjan très solide.

 

Oraisons funèbres pour le Socialisme ?

Pour en revenir à notre bon vieux socialisme, à l’unanimité, les participants ont convenu qu’il est bien mal en point et qu’il a cédé du terrain partout face au libéralisme. Le marché décide de tout aujourd’hui et il n’y a aucune force pour s’y opposer. Sur tous les continents, les forces socialistes sont en reflux. Comme l’a reconnu le secrétaire général de la FEPS, le SPD allemand auquel il appartient, un grand parti social-démocrate qui fut longtemps au pouvoir dans ce pays et y impulsa les plus grandes réformes économiques et sociales qui en font aujourd’hui l’usine du monde devant la Chine avec 200 milliards d’euros (130.000 milliards cfa !) d’exportations en 2013, selon M. Ernst   Stetter, donc, « il y a une décennie à peine, le SPD culminait entre 40 et 45 % des suffrages des électeurs allemands ; aujourd’hui, nous sommes particulièrement contents si nous atteignons 25 % ! » Même effondrement en France où, il y a un an à peine, les socialistes contrôlaient tous les pouvoirs, et avaient aussi bien la présidence de la République, le Sénat, l’Assemblée nationale que les Régions, les départements et les communes. Depuis les dernières élections locales, ils ont perdu l’essentiel des collectivités locales qu’ils contrôlaient et se sont effondrés lors des élections européennes qui ont suivi. D’après les sondages, ils devraient perdre la présidentielle et, dans la foulée, l’Assemblée nationale en 2017. Ce qui fait qu’aujourd’hui, le PS n’est pas loin de son étiage. Explication de M. Henry Wéber, ancien député européen (jusqu’aux dernières élections, justement),  secrétaire national du PS et auteur de nombreux ouvrages sur le socialisme : « L’industrie française s’est effondrée en dix ans. Elle est passée derrière celles d’Allemagne, de Grande-Bretagne et d’Italie. Les plus de deux millions de Pme françaises n’investissent pas, n’innovent pas. Et François Hollande a produit 450.000 chômeurs depuis qu’il est au pouvoir ! » Quant au Parti Socialiste sénégalais, on sait ce qu’il en est. 

Malgré tout, les participants au séminaire de Saly n’entendent pas baisser les bras. Tout en reconnaissant que « la social-démocratie est en crise profonde », ils veulent croire au renouveau du socialisme, à son retour au premier plan au niveau mondial, à la défaite du libéralisme arrogant. Au Grand Soir. Comme l’a dit henry Wéber,  annoncé régulièrement comme étant mort, le socialisme n’a cessé de renaître de ses cendres. « Depuis un siècle, ses oraisons funèbres  suffisent à remplir une bibliothèque ». Et pourtant, il vit toujours ! Pour Nicolas Genga de la FEPS « Next Left », le socialisme  représente « la plus puissante force organisée de critique du néo-libéralisme ». Et de se prononcer « pour un nouveau socialisme ». Lequel, de toutes façons, n’est pas possible sans les valeurs fondatrices du socialisme originel que sont l’Egalité, la Liberté et la Solidarité. Des valeurs auxquelles il convient d’ajouter, selon Me Aïssata Tall Sall très en verve, le Progrès social et, surtout, l’Humanisme car, explique-t-elle, « l’Homme est libre, unique et il doit vivre  dans une communauté harmonieuse ».Il convient donc de replacer l’Homme au début et à la fin de tout processus. Objection ! hurle Ibrahima Sène, membre du bureau politique du PIT. « On attribue au socialisme des valeurs qui appartiennent en réalité à la République et qui sont antérieures à tous les socialismes. Les valeurs socialistes, c’est, entre autres, la justice sociale et la solidarité ». Selon, Henry Wéber, les « valeurs éternelles du socialisme »,  c’est surtout la Démocratie, l’Economie   — « car les socialistes ne croient pas à la main invisible » —, mais aussi un projet civilisationnel puisque, dans ce système, le bonheur doit être conçu pour le libre accomplissement de chacun. Quoi qu’il en soit, dit-il, le libéralisme triomphant à l’échelle mondiale, « l’espace pertinent pour une réforme ambitieuse, c’est au moins le continent ». Ce faisant, il semblait répondre aux interrogations de Me Aïssata Tall Sall qui se demandait « comment résister à la mondialisation et à la financiarisation de l’économie ? » avant de répondre que « le socialisme nouveau doit être un socialisme de régulation du marché face aux forces de spéculation ».  Ce qui suppose, selon elle, une internationalisation des idées et des moyens d’action. Dans tous les cas, estime-t-elle, l’enjeu du 21ème siècle doit consister à donner de la noblesse et de la crédibilité au politique. Quant à Mamadou Lamine Diallo, il  est d’avis lui aussi que « l’une de nos tâches essentielles doit être de voir comment limiter les forces du marché ». Vaste perspective aurait dit le général De Gaulle qui, comme on l’ignore sans doute, fut celui qui a donné aux travailleurs français — et, partant, de la plupart des pays — la quatrième semaine de congés payés. Juste pour donner une idée de la qualité des débats qui ont marqué les deux jours du séminaire « de préparation intellectuelle » au grand colloque qui aura lieu en mars prochain à Dakar. Sur la Dette, sur l’Etat, sur le Libéralisme, les échanges ont été aussi animés et d’un niveau tout aussi élevé que sur le socialisme. Nous y reviendrons. Une chose est sûre, le socialisme n’est pas encore complètement mort puisque le cadavre bouge encore un doigt !

envoyé spécial à Saly,

Mamadou Oumar NDIAYE

Article paru dans « Le Témoin N° 1173 » –Hebdomadaire Sénégalais ( Juillet 2014)

 


Auteur: Le temoin - Le Témoin

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (6)


Bibi En Juillet, 2014 (19:19 PM) 0 FansN°: 1
et voila le president macky ne comprend pas ,il verra ses allies vont le lacher.La creme du ps se revoie ,elle prepare le pustch
Kodio Doum En Juillet, 2014 (22:28 PM) 0 FansN°: 1
tres belle plume monsieur ndiaye. que c'est agreable de vous lire !

excellente initiative monsieur pierre sane.

 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   khalifa sall president inshaallah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 

 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   khalifa sall president inshaallah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 

 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   khalifa sall president inshaallah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 
Atypico En Juillet, 2014 (21:19 PM) 0 FansN°: 2
"Les socialistes" ça n'existe plus comme courant politique défendant même ponctuellement les classes exploitées ; c'est juste un mot vidé de son contenu, c'est désormais un courant politicien comme un autre, qui gère partout le capitalisme, défend le marché , l'exploitation, la concurrence, l'austérité, les licenciements, l sans état d'âme et qui s'est adapté sans aucune difficulté au tournant néo - libéral. Les populations n'ont rien à attendre de mieux de ce courant là que des libéraux déclarés comme tels. Ils ont en France eux mêmes fait le jeu de l'extrême droite en disant aux électeurs déçus, " votez pour nous ou vous aurez Lepen", et ils ont repris dès la camapagne de 2007 à leur compte tous les thèmes du FN et de la droite, sur la défense de la nation, l'insécurité l'immigration etc.
Kodio Doum En Juillet, 2014 (22:27 PM) 0 FansN°: 3
Tres belle plume Monsieur Ndiaye. Que c'est agreable de vous lire.



Excellente initiative Monsieur Pierre Sane.



 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   Khalifa Sall President InshaAllah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 



 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   Khalifa Sall President InshaAllah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 



 :sn:  :sn:  :love:  :love:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   Khalifa Sall President InshaAllah   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :love:  :love: 
Voix De L'europe En Juillet, 2014 (02:26 AM) 0 FansN°: 4
cette conclave de Saly permettra a khalifa Sall de devenir le futur Président de la Republique du Senegal Inch Allah. En Afrique il n'y a pas de libéralisme ou la droite ultralibérale, parce qu'ils ont tous au service des occidentaux.
El En Juillet, 2014 (05:58 AM) 0 FansN°: 5
Après avoir perdu la commune de fann point e amitier pape mael a renvoyer tous les jeunes qui travaillée a l'aéroport et qui été des soutiens ,pere de familles et aujourd'hui qu'il nos rien a faire aidez les . Politique diaroull li.....!  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
Ababacar Fall-barros En Août, 2014 (10:57 AM) 0 FansN°: 6
Des ‘’Socialistes sénégalais et européens’’, en farniente à une Station balnéaire.



‘’L'extrême droite s'approprie Jaurès, ‘’parce qu'il sortait du peuple et ne l'a jamais trahi’’.

(Le Républicain lorrain).

‘’Je tiens Flaubert et Goncourt pour responsables de la répression qui suivit la Commune parce qu'ils n'ont pas écrit une ligne pour l'empêcher’’

(Jean Paul Sartre)

L’hebdomadaire ‘’Le Témoin’’ du 17 au 23 juillet 2014, nous apprend qu’à une Station Balnéaire, située à une trentaine de km de Dakar, s’est tenu au début de la première quinzaine du mois de juillet, un Séminaire réunissant socialistes sénégalais et européens ( curieusement triés sur le volet), organisé à l’initiative de l’Institut ’’Imagine Africa’’ , représenté par M. Pièrre Sané, pour discuter de la situation du socialisme.

On nous dit que : ‘’l’approfondissement de l’indépendance nationale, la consolidation de la démocratie, l’intégration régionale…le tout autour de politiques publiques’’ étaient dans ‘’l’Agenda de la gauche sénégalaise’’, vers un colloque qui sera organisé l’année prochaine sous la présidence du Dr. Boutros Boutros Ghali, président d’ ’’Imagine Africa’’ et ancien secrétaire général des Nations Unies.

Ce qui frappe au premier coup d’œil, c’est la ‘’foule’’ bigarrée constituée de personnages politiques, conviés à ce séminaire, pour débattre de la question du socialisme : Tanor, Aïssata Tall, (Ps), Robert Sagna, Moustapha Ka, Nicolas Ndiaye (Ld), le SG de AJ authentique, le PIT, Mamadou Lamine Diallo, Tekki, Mansour Sy,’’ Bëss Du Nak’’, Mamadou Lamine Loume( proche du Ps), sans oublier notre compatriote, sans parti, l’économiste Sanou Mbaye,.

Notre propos n’est pas de faire dans l’idéologisme ni dans l’invective ou de nier à qui que ce soit le droit de se réclamer du socialiste. Nous voudrions simplement parler de réalités, de choses concrètes. Le socialisme ce n’est pas, pour paraphraser l’autre, le fait de sautiller sur sa chaise tel un cabri en disant ‘’socialisme, socialisme’’, pour être socialiste.

Le socialisme ne banni pas le bien être et l’enrichissement, mais plutôt l’accumulation et l’accaparement égoïstes. Cependant, certains de ceux-là qui sont des libéraux, et bien d’autres sénégalais, de par leurs comportements ( Mamadou Lamine Diallo ( pour sa mobilisation contre les agissements du DG du port avec Necotrans ), Jean Paul Dias( homme d’Etat attaché à son logement personnel, cinquantenaire), Sanou Mbaye (socialiste non déclaré qui a salué l’internationalisme cubain envers l’Angola, in l’Afrique au secours de l’Afrique), sont, par exemple, en termes de valeurs, plus proches de celles socialisme que d’autres qui s’en réclament bruyamment. Nous parlons de ceux-là qui s’affichent avec immeubles à New York ou ‘’Datcha’’ à Saly, Ngaparou, Somone , etc, sans compter les comptes en banques bien fournis, laissant sous le carreau leurs ‘’camarades’’ ..

Disons aussi que le socialisme c’est un nombre de valeurs liées à des pratiques, des comportements. Le socialisme, c’est la démocratie, la justice sociale, la solidarité, le partage le respect des droits d’autrui, l’égalité etc.

Or, il se trouve que, la plupart de ces Messieurs qui ont participé à ce rassemblement ont joué leur partition politique de façon non conforme aux principes élémentaires du socialisme, dans notre pays et à travers le monde. Si notre pays est empêtré aujourd’hui dans des problèmes inextricables, n’est-ce pas que c’est en grande parti, de la responsabilité d’hommes et de femmes qui se disaient socialistes et qui continuent de militer, de nos jours, dans ce vieux parti, socialiste en parole ?

‘’L’approfondissement de l’indépendance nationale ‘’. Nous dit-on ? Mais qui n’a pas entendu, chez-nous, quelques années après nos indépendances, ce questionnement des déshérités : ‘’A quand la fin de l’indépendance’’ ? (indepandaas kan lay jeex ? Ceci, par ce qu’ils ne sentaient pas le bien-être ou un changement notable au niveau pays, par rapport à leur situation d’avant, la colonisation.

Quel est le parti au pouvoir, au moment de notre accession à la souveraineté internationale, qui a signé ces fameux Accords de Coopération, ignorés à ce jour, non seulement de la majorité des militants de ce parti, mais par l’écrasante majorité des citoyens sénégalais. ? Quels effets, ont eu ces (Accords d’asservissement) sur le vécu de nos populations et la situation économique de nos Etats? Qui a entendu une seule fois (à travers une résolution d’un congrès, de déclarations d’autorités du ‘’camp socialiste sénégalais’’, de l’interafricaine socialiste ou de l’internationale socialiste, à part le Front Populaire ivoirien (Fpi) via, la conférence du Dr Assoa Adou en nov.2006 à Paris), dénoncer ces accords? Une ignominie qui a fait que depuis plus de 5 décennies le Sénégal, notre pays et d’autres de l’UMOA, n’arrivent pas à émerger.

La Corée du Sud (ayant pris le départ en même temps que nous, en 1960, est à ‘’9 tours de piste 10 000 m’’, sur 10, alors que nous n’avons pas bouclé le premier tour, au plan économique. En les économistes disent qu’à cette époque, ‘’notre PIB était supérieur à celui de la Corée’’, dans la même période. Mais cela, c’est un autre débat ! On peut se demander simplement, où étaient nos socialistes d’aujourd’hui ?







Par rapport à la ‘’La consolidation de la démocratie’’, de façon concrète et dans les faits, quels rapports nos partis et dirigeants ‘’socialistes’’ ont-ils avec la pratique de la démocratie, au plan interne et externe des partis?

Par exemple, au Sénégal, quel est le parti qui a organisé par deux fois, ‘’un congrès sans débats’’ ?

- Quel est ce parti qui a exclu Malick Noel Seck, sans débats ?

- Quelle est la pratique démocratique mise en marche dans cet autre parti du ‘’camp socialiste sénégalais’’ qui a poussé à la sortie, feu Babacar Sané, militant socialisme intrépide, ancien Secrétaire général de la Ligue Démocratique Mouvement pour le Parti et le Travail ?

Quel est ce parti de l’ex-nouvelle gauche, se réclamant de la ‘’Démocratie, du Socialisme et du panafricanisme’’ qui a extirpé de ses rangs ou poussé à la sortie, suivant des procédés antidémocratiques, d’innombrables ‘’Militants Authentiques’’ du Socialisme, avant d’éclater en ‘’mille morceaux’’, pour des raisons bassement …pécuniaires ?

Nos partis ‘’socialistes’’ n’ont-ils pas opté définitivement pour la pratique électoraliste intégrale, au détriment de la lutte démocratique conséquente et la solidarité avec le peuple ? Peuple en lutte qui combat constamment l’injustice et l’impunité, sur le terrain ? A propos de cet électoralisme, notre compatriote, le journaliste Serigne Saliou Guèye, souligne que certains partis lilliputiens, ‘’sont connus pour être des eternels ‘’Yoobaalema’’ (dernière roue de la charrette). Les partis du camp socialiste sont-ils de ceux-là, ou ‘’d’eternels faiseurs de Roi’’ ?

Sur les grandes questions démocratiques nationales (la situation de la paysannerie, la spoliation des terres au profit de multinationales, le saccage de nos unités industrielles avec comme corolaire le chômage des ouvriers, la consolidation des valeurs la Républicaine, l’indépendance de la justice, la monnaie), qui a entendu un parti du camp socialiste pondre une résolution ou appeler à une marche pacifique afin de mettre en cause l’ordre établi, concernant ces affaires qui structurent fâcheusement la vie politique et économique nationale ?

La démocratie se résume-t-elle, pour le Sénégal, à se targuer d’avoir des dizaines d’organes de presse (Télés, Radios, journaux en papier et en ligne ) de tenir des séminaires tous les mois, de colloques tous les ans et refuser à d’autres à se faire entendre, si on ne les embastillent pas ?

Quant on parle l’ l’intégration régionale, tout le monde pense a à l’esprit la Compagnie Air Afrique qui avait fait ses preuves et allait monter l’exemple, la voie à suivre et qui a été vite sabordé sur commande, par des multinationales occidentales avec l’aide d’un ‘’Sorcier blanc’’ français. Pour manifester leur souveraineté, chaque Etat ‘’socialisant’’ s’est senti ‘’obligé’’ de créer sa propre compagnie.







Nos terres agricoles, nos mines (de fer, d’or et de zircon) sont entre les mains de qui ? A part quelques sorties furtives de Comm’ politicienne à l’approche d’élections, comment se positionnent nos ‘’socialistes’’ sur la question spoliation de nos richesses ?

Au plan africain et concernant la situation en Cote d’Ivoire, en Lybie, en RCA, (République Centre Africaine), quelles les analyses fines en font nos ‘’socialistes’’ ?

Cela dit, comment peut-on parler de socialisme en longueur de séminaires de colloques, et à la fois faire du ‘’tappanté posso’’ (être à tu et à toi) avec Carter, Soros et leurs Fondations, genre NDI, Rockefeller ? Des ennemis déclarés du socialisme, paravents des officines de la Cia et du pentagone ? Tellement ces organismes ont été tant décriée à travers le monde ?, Combien d’intellectuels, ‘’socialistes’’ ou socialisants, avons-nous dans le système de Nations Unies, dans ces ONG (toutes, ennemies du socialisme), sans avoir la moindre possibilité d’infléchir leurs visions, leurs plans d’asservissements envers les peuples du monde ? Quel rôle nos socialistes ont joué dans la consolidation du ‘’Mouvement des Non alignés’’ ?

Au plan externe, dans quel congrès, nos partis ‘’socialistes’’ ont-ils adopté une résolution condamnant les agissements inacceptables de certaines puissances occidentales (dont France, les Etats-Unis, par exemple) ? Quel est le bureau politique d’un de ces partis qui a condamné, les dictatures, les assassinats en Afrique et en Israël où sont assassinés des enfants, des vieillards et des femmes, en ce moment ?

Nos amis ‘’socialistes’’ ont-ils apporté de la ‘’ valeur ajoutée ‘’ (pour utiliser une catégorie du Fmi, dans l’air du temps), à l’approfondissement du socialisme au plan national et internationale ? Notons que si le socialisme se porte mal, ce n’est pas le concept en tant que tel, mais la pratique de ceux qui s’en réclamaient et s’en réclament, uniquement pour le discréditer. En en réalité beaucoup de ceux-là, sont devenus de par leur comportement, des adversaires du socialisme. Par contre, dans d’autres des pays capitalistes ou non des hommes et des femmes montrent qu’un autre monde est possible. Et par la preuve ils indiquent que nous pouvons nous en sortir en se fondant sur les valeurs du socialisme. Deux exemples : Le BNB ‘’Bonheur National Brut ‘’existe au Bhoutan. A Cuba, il n’y a pas ‘’d’enfants de la rue’’, et pas de classes de plus de 35 élèves. Depuis feu Président Mamadou Dia, et Cheikh Anta Diop, quel est le parti sénégalais qui est allé, par un positionnement tranché, dans le sens de l’approfondissement des valeurs du Socialise ? En Afrique, il faut remonter à Sékou Touré, Amilcar Cabral, à Julius Nyerere, de Tanzanie pour entendre parler de concepts fortifiant le socialisme. Le président Gbagbo qui, voulait remettre les choses simplement en ordre, a été emporté par les complots et coup d’Etat chiraquien et Sarkozien avce l’aide de leurs sous-préfets locaux. Sans que nos ‘’socialistes’’ ne lèvent le petit doigt

Quoi qu’on dise ‘’L’approfondissement de l’indépendance nationale’’, notion galvaudé à souhait, donne tournis, non seulement aux socialistes sérieux, mais aux démocrates et aux ‘’ libéraux de gauche nationalistes’’. Car nous n’avons même pas le droit de traiter avec le marché Allemand, Coréen ou japonais, si on se fonde sur les fameux Accords de coopération, de défense etc.

Nous invitons la jeunesse sénégalaise patriotique de tous les partis, à découvrir ces fameux ‘’Accords’’ qu’aucun patriote ne devait signer, même avec un pistolet sur la tempe !

Donc, ‘’L’approfondissement de l’indépendance nationale, la consolidation de la démocratie, l’intégration régionale…le tout autour de politiques publiques’’, ne seraient-elles pas, bla-bla et slogans sortis, de la tète de gens appelés à ‘’faire valoir leurs droits à la retraite’’ en dilettante, pour mieux saborder le socialisme ?

Car, on a comme l’impression que certains de nos ‘’amis’’, ces ‘’prêts à répéter’ ’), au lieu d’être attentifs à l’appel de Frantz Fanon, dans sa conclusion des ‘’Damnés de la terre’’, au lieu d’écouter, Cheikh Anta Diop, Makhtar Diouf, Samir Amin, Thomas Sankara, Gbagbo et ses compatriotes Agbohu, Séraphin, le Dr.Assoa Adou etc. préfèrent répéter, diffuser les catégories fumeuses des idéologues du Fmi et de la Banque telles que la ‘’croissance’’ , la ‘’compétitivité’’. Devrait-on se glorifier d’une croissance, d’une compétitivité basée sur la rapine et l’extorsion ?

Pour paraphraser l’autre à l’intention de nos ‘’socialistes’’, ‘’Le temps n’est plus à la répétition des dogmes des ronds-de cuir de ces organismes, mais de proposer aux populations des alternatives qui ont fait leurs preuves ailleurs. Mais aussi d’autres comportements tournant le dos à la corruption. En agissant comme notre compatriote, Jean Marie François Biagui, parlant du contexte trouble de son terroir casamançais :

(…)‘’Hier comme ’aujourd’hui, je suis le seul, je dis bien le seul, qui ne peux pas dire : ‘‘Voici ma maison, ma case ou ma hutte ; voici ma ferme, mon champ, mon terrain ou ma parcelle ; voici ma voiture, ma moto ou mon vélo…(…)’’

Dakar, le 17 aout 2014

Ababacar Fall-Barros

Ancien conseiller municipal

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]