La violence dans la campagne électorale , un sujet en exergue

  • Source: : APS | Le 19 juillet, 2017 à 10:07:24 | Lu 1661 fois | 0 Commentaires
content_image

Revue de Presse

Des quotidiens parvenus mercredi à l’APS font état d’une recrudescence de la violence dans la campagne électorale pour les législatives du 30 juillet prochain qui continue de susciter, plus que nul autre sujet, l’intérêt des journaux. "Une saison de manchettes", titre ainsi le quotidien Enquête, en revenant notamment sur les "violents affrontements" enregistrés mardi à Rufisque, entre la coalition Mankoo Taxawu Senegaal (opposition) et Benno Bokk Yakaar (BBY, pouvoir et alliés).

"La caravane de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal dirigée par la tête de liste départementale à Rufisque Oumar Cissé, s’est faite attaquer hier, par celle de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar conduite par le ministre de la Pèche et de l’Economie maritime Oumar Guèye à hauteur de Colobane", un quartier de Rufisque, rapporte ce journal. "Des coups de feu tirés, des armes blanches brandies en plus des jets de pierre", précise Vox Populi, affichant, au sujet de ces incidents : "Après Grand-Yoff et Médina, Rufisque sombre dans la violence". "Couteaux, sabres, pistolets en campagne", note également La Tribune.

"Pas un jour sans violences dans cette campagne", constate le billettiste de ce journal. "L’heure est grave. Avec cette tournure des évènements, ajoute-t-il, on s’achemine inéluctablement, fatalement vers des drames". "Il est actuellement de notoriété publique que certaines caravanes et coalitions en lice pour les élections législatives sont armées jusqu’aux dents. D’ailleurs, c’est à se demander s’il reste encore des machettes sur le marché", renchérit le commentateur du quotidien Enquête. De son point de vue, "il n’est pas seulement du ressort de l’Etat de mettre de l’ordre et de garantir la sécurité des citoyens.

Cela incombe à tous les acteurs politiques qui sont en compétition. Qu’on arrête d’instrumentaliser ces jeunes bodybuildés à l’éducation défaillante", s’indigne-t-il. C’est que si l’on en croit Le Témoin quotidien, le politique "parraine l’impunité" dans ce contexte d’indiscipline et de violence "tous azimuts", qui se traduit selon le journal par un affaiblissement de l’autorité de la police et de la gendarmerie. Il convoque les "douloureux évènements" de Sangalkam, du marché Ocass de Touba, de Kédougou, mais aussi ceux du campus universitaire de Dakar, "où de jeunes vandales ont eu à braver l’autorité de la police, de la douane et de la gendarmerie n saccageant des biens publics sans être punis pour des raisons purement politiques".

La campagne proprement dite suit pendant ce temps son petit bonhomme de chemin, avec notamment le journal L’Observateur qui s’intéresse par exemple aux budgets des partis et coalitions de partis en lice pour ces élections législatives. "Les fonds secrets de campagne", affiche cette publication quotidienne, en désignant notamment la "force de frappe de 3 milliards de francs CFA" de la coalition Benno Bokk Yakaar. L’ancien président Abdoulaye Wade, tête de liste nationale de la "coalition gagnante Wattu Senegaal", n’est pas non plus en reste avec son "matelas financier". Tour le contraire, par exemple, du candidat indépendant Mamadou Sy Tounkara, qui "pèse 3 millions de francs CFA".

De même, selon L’Observateur, le leader de PASTEF (Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) fait une campagne "sans budget". Sud Quotidien se fait l’écho de "suspicions" de l’opposition réunie au sein de Manko Wattu Senegaal au sujet de la gestion de la carte électorale et de l’utilisation envisagée d’abris provisoire comme lieux de vote. "Mankoo lève les boucliers", affiche le journal selon lequel les responsables de cette coalition "ont dénoncé", lors d’une conférence de presse, "+la gestion solitaire vicieuse et dictatoriale du fichier électoral et de la carte électorale+ par les services du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique".

Dans les colonnes du journal Le Quotidien, le porte-parole de l’Alliance pour la République (APR, pouvoir) fait un bilan à mi-parcours de la campagne électorale, affirmant que "la tendance de Dakar s’est inversée" en faveur de son camp, non sans relever "un +deal+ entre Khalifa Sall et Idrissa Seck", en perspective de la présidentielle de 2019. Libération fait justement état d’une nouvelle demande de liberté provisoire introduite auprès du juge par Khalifa Sall, l’actuel maire de Dakar, en détention depuis début mars pour des soupçons de mauvaise gestion. L’édile a été malgré tout investi tête de liste nationale de la coalition de l’opposition Manko Taxawu Senegaal.

"Au doyen des juges, le maire de Dakar réclame une liberté provisoire, la liberté durant la campagne ou une autorisation pour sortir voter le jour du scrutin", écrit Libération. Il croit savoir que le parquet "va opposer son veto" à cette demande. Le Soleil, de même que L’As, évoquent la campagne du Premier ministre Mohammed Boun Abdallah Dionne, tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) regroupant le parti au pouvoir, l’APR, et ses alliés. A Sédhiou, signale le premier de ces deux quotidiens, le chef du gouvernement a annoncé que le gouvernement travaillait "à la réouverture des hôtels fermés".

Plus généralement, l’As souligne que "Dionne vante les réalisations de Macky Sall", lors d’une "descente dans la région de Ziguinchor pour les besoins de la campagne pour les législatives". "Après l’étape de Ziguinchor avant-hier, Mahammad Boun Abdallah Dionne a animé un meeting hier à Oussouye où il a été chaleureusement accueilli. S’adressant aux militants, il a indiqué que la paie est irréversible en Casamance", rapporte ce journal. Concernant les cas de fraude enregistrés au Bac 2017, le doyen des juges a sévi, annonce Walfquotidien, précisant que sur les 42 personnes incriminées dans cette affaire, "certains inculpés ont été remis en liberté, d’autres placés sous mandat de dépôt". Ceux-là "encourent des peines allant jusqu’à 5 ans ferme", selon Walfquotidien. BK/PON


Auteur: APS - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]