Samedi 23 Mars, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Revue Presse

Les quotidiens anticipent sur l'examen du projet de loi instituant le parrainage

Single Post
Les quotidiens anticipent sur l'examen du projet de loi instituant le parrainage

Les quotidiens reçus jeudi à l’APS traitent en priorité du projet de loi portant sur le parrainage électoral, un texte contesté par l’opposition et des segments de la société civile. Les députés sont convoqués ce matin pour examiner deux projets de loi, dont celui portant sur une réforme de la Constitution devant conduire à l’instauration du parrainage intégral pour les candidatures à l’élection présidentielle de 2019.

Des partis de l’opposition et des segments de la société civile, se disant opposés à cette modification constitutionnelle induisant une modification du code électoral, promettent de se mobiliser à l’occasion pour barrer la voie à ce projet de loi. Une plateforme a ainsi été lancée par 27 partis, mouvements, associations et organisations démocratiques et sociales, qui se disent décidés à faire barrage à ce qu’ils qualifient de "manipulations constitutionnelles et électorales".

Ils promettent une mobilisation similaire à celle qui avait fait retirer, le 23 juin 2011, un texte de modifications constitutionnelles alors perçues par l’opinion comme relevant d’un processus de dévolution monarchique du pouvoir sous Abdoulaye Wade. "Vote du projet de loi sur le parrainage. Le préfet interdit les manifestations", affiche à sa Une Le Soleil. Le journal informe que "le rassemblement prévu, aujourd’hui, sur la Place Soweto, par les leaders de l’opposition pour manifester contre le vote du projet de loi sur le parrainage est interdit".

Le Soleil ajoute : "L’arrêté d’interdiction a été notifié, hier (mercredi), par le préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, aux demandeurs". "Vote aujourd’hui du projet de loi sur le parrainage. La révolte a déjà commencé", fait remarquer à sa Une Le Témoin quotidien. Selon cette publication, "Des manifestations ont eu lieu à Dakar, Thiès, Mbacké et Touba. Dakar [est] en état de SIEGE. Le préfet de Dakar interdit toute manifestation". Vox Populi écrit à sa Une : "Vote de la loi sur le parrainage. L’opposition en guérilla urbaine", en signalant les "Premières échauffourées, hier (mercredi), à Dakar, Touba et Thiès.

Le préfet de Dakar interdit tout rassemblement au centre-ville, Gackou passe outre et lance les hostilités". "Vote du projet de loi portant révision de la Constitution. Un jeudi sous tension", titre de son côté Libération. "La France déconseille le Plateau à ses ressortissants, des écoles fermées…Le préfet interdit la manif’, l’opposition dit niet, police et gendarmerie sur les dents", renseigne le journal. Pour sa part, Enquête souligne : "Vote, ce matin, du projet de loi sur le parrainage.

Dakar retient son souffle". Abordant le même sujet, La Cloche écrit à sa Une : "Le projet de loi sur le parrainage à l’Assemblée aujourd’hui. Macky contre vents et marées". Pour le journal : "Aujourd’hui, c’est jour J. Même si les nostalgiques revisitent l’histoire récente, ça ne peut pas être le 23 juin…2011. Ce jour, c’est jeudi 19 avril 2018. Tout court. Et à l’Assemblée nationale, c’est jour de +vie-vote+-ou de +mort-né+". "La loi sur le parrainage en plénière. Le vote de tous les dangers" (Walfquotidien). "Vote du projet de loi sur le parrainage. 19 avril de tous les dangers" (La Tribune).

"Vote de la loi incluant le parrainage dans la Constitution. Le Sénégal retient son souffle" (Sud quotidien). "Plénière pour l’examen du projet de loi sur le parrainage. Confrontation inévitable" (L’As). "Vote de la loi instituant le parrainage. Guerre de loi", affiche à sa Une L’Obs. "L’opposition et la majorité jouent à se faire peur. L’Eglise demande le retrait des projets de loi. Les écoles du Plateau fermées, Dakar Dem Dikk retient ses bus en surveillance", signale la publication. Le Quotidien relève à sa Une : "Vote de la loi sur le parrainage.

Les acteurs au révélateur", ajoutant : "Benno Bokk Yaakaar (BBY) invite le peuple à ne pas suivre l’opposition. La société civile demande la suspension du projet". Le polititologue Momar Seyni Ndiaye décortique dans Source A, "les rapports de force entre l’opposition et le pouvoir". Selon le journaliste et politicologue : "l’opposition n’est pas suffisamment organisée, pour imposer un rapport de force en sa faveur". ASB/PON


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Mansa Mandelaville Lumumbashi

    En Avril, 2018 (12:22 PM)
     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

    septuagénaires octogénaires et centenaires nous sommes tous des vétérans de

    toutes les batailles politiques de notre démocratie pleine et bien entière à nous !

    XEEX NAGG MONONA GNAKK CI BIR ASSEMBLEE

     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR