Le marché du faux médicament au Sénégal est estimé à plus de 12 milliards par an

  • Par : Apanews | Le 13 novembre, 2012 à 22:11:51 | Lu 8400 fois | 16 Commentaires
content_image

Le marché du faux médicament au Sénégal est estimé à plus de 12 milliards par an

Le marché du faux médicament au Sénégal, est estimé à plus de 12 milliards FCFA par an, a déclaré lundi, à Dakar Aboubacry Sarr, Président du Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal.

 

 

Il s’exprimait lors de la cérémonie officielle de lancement de la semaine de sensibilisation (11 au 18 novembre 2012) sur le danger des médicaments « de la rue » et le marché illicite des médicaments initié par le Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal.

 

Selon Sarr, 30% des médicaments en circulation dans les pays en voie de développement sont falsifiés et 50% des médicaments disponibles dans certains pays sont concernés.

 

« Plus de 200 000 personnes meurent chaque année parce qu’elles ont eu le malheur de prendre de bonne foi un faux médicament contre le paludisme une maladie endémique au Sénégal et dans la plupart des Etats africains. 

50% des médicaments achetés sur le net sont faux », a notamment dit M Sarr. 

 

Ce tableau ‘’inacceptable et complexe’’, qui provoque de lourdes pertes en vies humaines et cause un lourd tribut aux économies nationales, Sarr a appelé à dénoncer « ces vendeurs de la mort et fossoyeurs de l’économie nationale». 

 

Le ministre sénégalais de la santé et de l’action sociale, Pr Awa Marie Coll Seck a noté qu’il importe d’asseoir un programme de sensibilisation et d’information pour un changement de comportement des populations mais également des trafiquants et autres receleurs. 

 

«A ce titre, une approche intégrée et multisectorielle sera développée en impliquant la police, la gendarmerie, les douanes, les services de santé, du commerce de l’éducation et de la justice» a poursuivi le Pr Awa Marie Coll Seck.

 

L’achat de médicaments contrefaits expose à des maladies iatrogènes (insuffisances rénales, cardiopathies, avortements ulcères…) ou d’intoxication mortelle consécutive à la prise de ces médicaments sont devenus de véritables poisons, a-t-elle dit, rappelant que la vente des médicaments est un monopole réservé exclusivement aux pharmaciens.


Apanews


Commentaire (5)


Bolton En Novembre, 2012 (22:11 PM) 0 FansN°: 1
donc certaines pharmacies vendent des medicaments perimes.comment elles font pour tenir et rester debout?PEUT ETRE QUE AUSSI LE PEUPLE SENEGALAIS UTILISENT DES FAUX MEDICAMENTS? :sn:  :sn:  :sn: 
People En Novembre, 2012 (09:07 AM) 0 FansN°: 1
ce que les pharmaciens et médecins ne diront jamais c'est qu'ils sont eux même complices de ce système qui alimente le marché parallèle des médicaments, par le biais des assurances et mutuelles santé. ce n'est pas uniquement les médicaments contrefaits que l'on voit dans le marché noir des médicaments de la rue. il y en a qui sont de vrais médicaments. l'on devait se poser la question d'où viennent ces médicaments ???? est ce les pharmacies ? est ce les patients qui revendent leur médicaments ? ou ceux qui bénéficient d'une assurance maladie ?

en tout cas, il y a des salariés qui bénéficient d'assurance maladie ou couverture maladie. ces personnes avec la complicité de certains médecins ou même infirmiers, se font prescrire des médicaments. avec une ordonnance ils se présentent à la pharmacie où leur société ou mutuelle à un compte pour se faire livrer les médicaments, sans payer.

que font -ils de ces médicaments ?

ils le revendent sur le marché noir avec un prix inférieur à sa valeur, pour se faire de l'argent et ainsi arrondir les fins de mois. du coup, le pharmacien augmente son chiffre d'affaire, le revendeur du marché noir revend le médicament acheté à bas prix, le salarié gagne de l'argent liquide en fraudant aux assurances. le seul perdant dans ce système c'est bien la mutuelle santé ou l'assureur.

je voudrais attirer l'attention des autorités de la santé de prendre aussi en compte les fraudes à l'assurance comme l'une des principaux facteurs qui favorisent l'existence de ce marché noir de médicaments.
Mor Deukhine En Novembre, 2012 (12:55 PM) 0 FansN°: 2
la direction des pharmacie et médicaments
ca existe, mais ne joue pas son rôle
simple boite à agrément contre je ne sais quoi !
ils ont peur ou ont la paresse
de s'attaquer aux médicaments illégaux
Américain-européen  En Novembre, 2012 (22:33 PM) 0 FansN°: 2
normal parceque vous n'avez pas la technologie pour fabriquer de bon médicament bande de sauvage , votre continent n'avancera jamais parceque vous etes des putain de fénian , faites comme nous ( amércain-européen ) et un truck arrete d'immigrés dans notre beau continent  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
Proud En Novembre, 2012 (22:45 PM) 0 FansN°: 1
encore un metis de porc et de chien full of hate.
Police Postale En Novembre, 2012 (23:20 PM) 0 FansN°: 2
americain- europèen :on t'a identifié a travers ton adresse ip ....tu seras tres bientot capturé inchallah...
Selon L'oms En Novembre, 2012 (04:20 AM) 0 FansN°: 3


Selon l'OMS, un médicament contrefait est un médicament qui est délibérément et frauduleusement muni d'une étiquette n'indiquant pas son identité et/ou son origine véritable. 



"Le résultat est la plupart du temps trompeur et j'ai moi-même parfois des difficultés pour différencier un vrai comprimé d'un faux", reconnait Pierre Souverain, responsable Europe Afrique et Moyen Orient de la lutte contre la contrefaçon chez Pfizer. Et pour cause : on retrouve parfois le même emballage, le même comprimé avec le même hologramme du laboratoire. Difficile donc, voire impossible, de les distinguer à l'œil nu.  



La contrefaçon peut se manifester sous différentes formes : présentation, composition, dosage en principe actif peuvent être identiques ou différents selon les médicaments contrefaits. Parfois l'emballage est même falsifié afin de repousser la date de péremption de médicaments périmés. Quant aux médicaments génériques, ils ne sont pas davantage protégés : eux aussi peuvent être contrefaits.

Plan D'action Anti-contrefacon En Novembre, 2012 (04:31 AM) 0 FansN°: 4
Plan d'actions lutte contre médicaments contrefaits

Actions d'ordre général :

Chaque pays doit élaborer un plan d’action complet pour lutter contre les médicaments contrefaits. Celui-ci doit être pragmatique et avoir des objectifs réalistes susceptibles d’être atteints avec les ressources humaines et financières disponibles. Il doit impliquer tous ceux qui sont concernés: le gouvernement et ses services, l’industrie pharmaceutique, les importateurs et les distributeurs de médicaments, les professionnels de la santé et leurs associations, les consommateurs ainsi que les organisations internationales, régionales et non gouvernementales pouvant fournir un appui. L’encadré 2 énumère les éléments que le plan doit comporter.



Mesures spécifiques

-Renforcer la volonté et l’engagement politiques

-Promulguer une législation adaptée

-Création d’une autorité nationale de réglementation pharmaceutique

-Création de modes opératoires normalisés et de directives à l’intention des inspecteurs en pharmacie

-Respect des lois sur le contrôle des médicaments

-donner à la justice les moyens d’agir

- Favoriser les partenariats

Watcher En Novembre, 2012 (11:35 AM) 0 FansN°: 1
pourquoi une nouvelle legislation ?
vendre des medicaments contrefaits est une tentative d'empoisonnement si le produit se revele toxique apres analyse.
s'il n'est pas toxique, vu qu'il ne s'agit pas du vrai ,il y a escroquerie , tromperie sur la qualite. on emprisonne bien les gens qui on vendu du cuivre pour de l'or, il n'y a aucune difference
pas besoin de nouveaux textes , juste de la volonte politique....
Le Citoyen En Novembre, 2012 (19:01 PM) 0 FansN°: 5
 :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry:  :cry: 



MAIS IL FAUT FRAPPER FORT.



LA VENTE SE FAIT EN PLEINE RUE;EN PLEIN JOUR.



ET KEUR SERIGNE BI?  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">  





 :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]