Lundi 22 Juillet, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Sante

Pierre Foldès, "Architecte du clitoris" : Il rend aux femmes leur virginité

Single Post
Pierre Foldès, "Architecte du clitoris" : Il rend aux femmes leur virginité

Ce chirurgien urologue de Saint-Germain-en-Laye, a fait de la «réparation» de femmes excisées son combat.

Le docteur Foldès accueille à son cabinet, à peine sorti du bloc, sourire confiant aux lèvres. Dans sa salle de consultations, au sein de l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye, le décor surprend. Derrière son bureau, s’affiche une photo de lui en compagnie de Mère Teresa. «J’étais plus mince à l’époque», précise en riant le médecin qui, à l’aise, enlève sa chemise pour enfiler une blouse blanche. Il ajoute, sérieux: «Elle m’a tout appris.» Affirmation étrange dans la bouche d’un médecin qui se revendique catholique non pratiquant. De cette «sainte», avec laquelle il a travaillé pendant trois ans, il retient l’importance de «ne jamais baisser les bras, de ne pas désespérer quand on côtoie l’extrême». Aux murs, dans un mélange hétéroclite, se côtoient les portraits d’Anne Frank, de Gandhi, d’enfants mutilés et d’autres qui sourient. Il y a aussi des images de mines antipersonnel. Chaque photo a son histoire et Pierre Foldès, bavard, pourrait parler de chacune d’elles durant des heures.

Ce chirurgien urologue se montre prolixe au sujet de ses travaux. En mission d’évaluation au Burkina dans les années 80, il découvre l’horreur de l’excision. Depuis ce jour, il combat cette pratique ancestrale. Il précise, avec une prudence un peu trop appuyée: «En temps qu’homme, je suis mal placé pour juger de ce genre de tradition. En tant que médecin, je suis à même de comprendre les dangers de ces pratiques.» Pas question, donc, de mélanger les genres. Même précaution au sujet de la religion: «On associe souvent l’excision et l’islam. Or, elle n’est pas uniquement pratiquée dans des pays musulmans et est apparue il y a vingt-sept siècles, bien avant les trois grandes religions!» Impossible malgré les relances, de pousser le docteur à se positionner plus précisément.

Au cours de ses recherches, Pierre Foldès découvre à sa grande surprise que pas une étude ne s’intéresse au clitoris alors que plus de 10000 se consacrent à la verge. Tout d’abord, il apprend à réparer ce qui a été détruit, coupé, recousu. En voulant soulager les douleurs de ces femmes, il s’aperçoit que la mutilation n’a rien d’irrémédiable. En effet au cours de l’excision, seule la partie externe du clitoris –dont les 11 centimètres se rapprochent de la taille du pénis –est coupée. Une fois la technique mise en place, il lui faut se battre à nouveau, afin d’obtenir le remboursement de l’opération par la Sécurité sociale. Car la gratuité de l’opération est la condition pour que ces femmes, issues de la population immigrée, accèdent aux soins chirurgicaux.

Le docteur Foldès a «réparé» des milliers de femmes. Au rythme d’une cinquantaine par mois, demande oblige. Il rappelle que «l’excision pratiquée sur des fillettes blesse un organe qui continue à vivre tout au long de leur existence». Les douleurs sont parfois permanentes. Il ajoute que «la souffrance n’est pas seulement physique, elle est aussi morale. Quand les femmes arrivent ici et parlent pour la première fois, c’est comme une thérapie. Souvent, à l’excision, s’ajoutent des violences conjugales, des viols, des cas d’inceste et des grossesses avortées».

Rien ne prédisposait pourtant cet homme à devenir médecin. C’est contre la volonté de ses parents qu’il quitte la classe préparatoire, imposée par son père et joue de la musique pour financer ses études. Rien ne le prédisposait non plus à s’intéresser à la cause des femmes. A devenir ce qu’il appelle un «médecin militant» et un «homme féministe». Jeune médecin, il voulait«faire» et l’idée de passer ses journées en consultations à signer des ordonnances ne l’excitait guère. D’où son engagement au sein de Médecins du monde, dont il est aujourd’hui le responsable Asie. Il adhère à la «doctrine Kouchner» et revendique le devoir d’ingérence. Il précise cependant que «depuis sa création, la doctrine a évolué. Elle a perdu son caractère unilatéral pour une coopération bilatérale Nord-Sud, Sud-Nord et Sud-Sud». Il affirme avoir refusé des propositions d’interventions nettement plus rémunératrices, comme celle d’aller offrir une nouvelle jeunesse aux vulves de riches Saoudiennes. A Saint-Germain-en-Laye, il opère souvent gratuitement et si dépassements d’honoraires il y a, ils restent minces.

On l’a bien compris, le docteur Foldès porte un véritable culte à la femme. Pour lui le plaisir féminin n’a rien d’accessoire. Il se dit «fasciné » par ce petit organe si peu étudié qu’est le clitoris. C’est pourquoi il a collaboré avec la gynécologue Odile Buisson, auteure de Qui a peur du point G?Cette dernière a réalisé pour la première fois des échographies du clitoris et du point G, en 2009 et 2010. C’est Pierre Foldès qui est venu la voir, afin de monter ce projet commun. «C’était dingue de voir ce gros costaud de 1,87 m, plein de muscles, monté sur sa grosse moto, venir me proposer de réaliser une écho du clitoris. Alors que moi, en tant que femme, je n’y avais jamais pensé», raconte la gynécologue. Admirative devant un personnage qui, selon elle, possède «un supplément d’âme»,elle conclut: «Il y a quelque chose dans ce don de soi que je n’arrive pas à piger…C’est héroïque .ou névrotique.»

A force d’être entouré de féministes dans son environnement professionnel, Pierre Foldès a adopté leur cause. Alors qu’il participait à un groupe de réflexion à l’Assemblée nationale sur la gestation pour autrui, il découvre que 44 hommes sont réunis, pour une seule femme. Ce genre de situation l’indigne: «Je tente de ne pas me comporter en macho primaire, au travail comme dans le privé.» Même s’il ajoute en riant ne pas pouvoir «s’empêcher de regarder une belle paire de jambes».

A 63 ans, Pierre Foldès ne manque pas de panache, ni de sens de la formule. S’il affirme que se«mettre en avant, serait reproduire un processus machiste malvenu», il ne rechigne pourtant pas à parler de lui. Ce père de cinq enfants aime lamer, nager, naviguer, un plaisir que ce Parisien associe à ses origines bretonnes. Le violon, sa première passion, n’a pas résisté aux quatre-vingt-dix heures de travail hebdomadaire. Ce rythme effréné n’empêche pas Pierre Foldès de culpabiliser pour des crimes qu’il n’a pas commis. A la manière d’un clown triste, il avoue avoir le sentiment de porter sur ses épaules l’entière culpabilité de la communauté masculine dans les violences infligées aux femmes. Sa plus grande qualité? Il dit refuser de céder à la peur. «La volonté de mutiler le corps des femmes est, chez l’homme, le produit d’une peur de la jouissance et de la sexualité féminines.»

 

 

PIERRE FOLDES EN 5 DATES

6 mai 1951 Naissance à Paris.

1978 Diplôme de médecine.

1984 Première chirurgie réparatrice sur une femme victime d’excision, au Burkina.

2001 Obtient le remboursement de cette chirurgie par la Sécurité sociale.

2012 Ouverture d’un centre médical et social à Saint-Germain-en-Laye, spécialisé dans la violence faite aux femmes.

 

Réalisé par CAMILLE VIGOGNE LECOAT (texte) et FRÉDÉRIC STUCIN (Photo) (Libération Samedi 14 Et Dimanche 15 Juillet 2012)


Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Yeet

    En Juillet, 2012 (21:17 PM)
    L'excision est vraiment barbare. Ce n'etait que pour controler les femmes!!!!!!
  2. Auteur

    !!!

    En Juillet, 2012 (21:25 PM)
    Doc' Pervert ouais ..sale cochon !!!
    Auteur

    Woman

    En Juillet, 2012 (22:12 PM)
    un grand merçi a cet homme qui m a redonné une nouvelle vie avec l accord de

    Mon mari .Aujourd hui j ai deux enfants et je suis comblè.
    Auteur

    Chacha2012

    En Juillet, 2012 (00:32 AM)
    je sui pour l exision puisk sa ma permi de reste vierge j uska mon mariagesi t el n ete le cas j alai etre devierge avan mon mariage vive l exisionnnnnnnnn :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Un Gynécologue De Dakar

    En Juillet, 2012 (08:59 AM)
    Je connais particulièrement Pierre pour avoir fait plusieurs stages dans cet hôpital du 2 Rue Armangis.

    C'est quelqu'un d'abord facile, humain et particulièrement généreux.

    J'étais dans le service de Gynécologie avec Bernard Guyo mais nos rencontres à l'internat et nos discussions me faisaient découvrir jour après jour la grandeur de cet homme.

    Bravo Pierre et ne baisse jamais les bras.
    Auteur

    Soninké

    En Juillet, 2012 (10:09 AM)
    Je pense qu'il faut arrêter avec ce genre de pratique d'un autres temps.

    Je me suis marié avec mon épouse il a quelques temps et dès la nuit de noce avec elle, je n'arrivait pas à la pénétrer. Elle souffrait énormément et son vagin était comme collé par le sang quand elle a été excisé et il ne restait qu'un petit trou seulement pour les urines et les règles menstruelles.

    Cette pratique sert juste à torturer la femme et l'empêcher d'avoir du plaisir.

    Je remercie ce docteur et j'ai hâte de le rencontrer pour soigner ma femme.
    Auteur

    Tayaman2001

    En Juillet, 2012 (10:11 AM)
    questions aux femmes excisées est ce que c'est vrai qu'elles ne ressentent aucun plaisir lors de l'acte sexuel?

    questions aux femmes excisées est ce que c'est vrai qu'elles ne ressentent aucun plaisir lors de l'acte sexuel?
    • Auteur

      Non

      En Juillet, 2012 (14:55 PM)
      en fait, il y a 3 sortes de femmes :

      clitoridienne, vaginale, clito-vaginale. l'excision n'affecte réellement que la première catégorie (clitoridienne). sinon pour les 2 autres catégorie pas d'effet, elles vivent normalement leur sexualité.

      expert en djiguenologie
    Auteur

    Tyca

    En Juillet, 2012 (11:18 AM)
    Tout d'abord je tiens à remercier ce docteur pour le travail qu'il fait c'est vraiment remarquable. Ensuite je dirais deux mot à ces con qui n'arrive pas à voir plus loin que le bout de leur pénis "la ferme" aller jouer ailleurs ici c'est pas un endroit pour les gens qui n'on pas de cervelle et garder vos conseil pour ceux qui sont plus idiots que vous s'il en existe.
    Auteur

    Maaf

    En Juillet, 2012 (12:24 PM)
    c deja fait, old fashion ya des doc pour reparer l'hymen.meme o senegal ya des doc qui te rendent ta virginité
    Auteur

    Ahmadou An

    En Juillet, 2012 (12:53 PM)
    Bravo Mr Foldès et bonne continuation  :up:  :up:  :up:  :up: que dieu te garde,te protège, et augmente ta connaissance

    et ton savoir dans ton métier



     :up:  :up:  :up:  :up: 

    NB: les progrès de l'homme qui me fascine le plus est la médecine (surtout quand elle te guérit ) :up:  :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Cure

    En Juillet, 2012 (13:12 PM)
    Donne moi le nom d'un docteur qui peut réparer l'hymen au Sénégal
    Auteur

    Wake Up

    En Juillet, 2012 (13:13 PM)
    c une autre facette pour le blanc d'exploiter les noirs.let's wake up men and black women et arretons de s'appauvrir pour enrichir les blancs.en bat le neo-impérialisme
    Auteur

    Abcd

    En Juillet, 2012 (15:42 PM)
    Ce que je ne comprends pas de ce sujet, c'est qu'on relate que cette pratique existe depuis pres de 27 siecles:

    «On associe souvent l’excision et l’islam. Or, elle n’est pas uniquement pratiquée dans des pays musulmans et est apparue il y a vingt-sept siècles, bien avant les trois grandes religions!», alors pk on doit avoir des soucis conernant notre chere clitoris. Je suis en menage maintenant, mais la seule femme que je regrette dans ma vie etait excisee.

    Durant un coit normal elle pouvait avoir plus de 5 orgasmes. Vous voyez mon probleme, M.B I miss you.
    Auteur

    Fayrouz

    En Juillet, 2012 (21:38 PM)
    ABCD, faites-vous l'âne pour avoir su son? Ce n'est pas parce que certaines pratiques existaient depuis des siècles qu'il fallait les perpétuer.Les hommes étant ce qu'ils sont... Ce qui est grave, c'est qu'un homme qui s'auto-proclamait prophète,allât jusqu'à emmener dans ses campagnes de guerres et conquêtes, son exciseuse personnelle (ses nom et prénom sont cités dans les Hadiths), et ne se fût jamais privé de donner des conseils sur la meilleure manière de procéder. Afin, bien sûr, Mohamed dixit, de rendre plus détendus les visages des excisées, c'est à dire les captives à lui seul réservées, et qu'elles gardassent un peu de "sensations". Et votre prophète d'ajouter "Oum Maïmouna, coupez un peu par ici, un petit peu par là,non, pas tout, mais seulement un petit bout", toutes joyeusetés dûment documentées dans les Hadiths de Bukhari. Plus détendues et jolies? Mon oeil! J'eusse aimé le voir à la place de ces pauvres filles, capturées, violées pendant que leurs blessures étaient encore sanguinolentes.Stop! Dépêchez-vous de lire ce message, avant que les ciseaux des censeurs ne le fassent disparaître.
    Auteur

    Alinom Di Attihom

    En Mars, 2013 (20:35 PM)
    Au Sénégal, les ethnies qui pratiquent surtout l’excision sont, par exemples, les mandingues, les toucouleurs, les peulhs, etc. L’excision doit être définitivement éradiquée pour deux raisons principales : les conséquences négatives sur la bonne santé des filles et des femmes et son origine étrangère aux valeurs culturelles des Diolas. L'excision est surtout pratiquée dans le département de Bignona. En effet, la conquête du Fogni (et certains villages du Bluff ou Boulouf) par l'ancien roi Mandingue Fodé Kaba Doumbia a engendré la perte de certaines valeurs authentiques du Diola dans les villages Fognis et Bluffs. Beaucoup de villages Fognis et Bluffs se sont convertis à l’Islam et ils ont adoptés de « gré ou de force » certaines valeurs culturelles des Mandingues. Parmi, les conséquences négatives de la perdition des valeurs culturelles des Joola, chez les Diolas-Fognis et les Diolas-Bluffs, nous pouvons citer l’adoption de l’excision qui est originaire des Mandingues. Autrement dit, ce sont les mandingues qui ont introduit l’excision dans les villages des Diolas-Fognis et des Diolas-Bluffs. Malheureusement, la majorité des Diolas de Fognis et Diolas de Boulouffs (ou Bluff) ont beaucoup perdu des valeurs traditionnelles (authentiques) des Diolas au point de légitimer cette catastrophique pratique de l'excision. Frères et sœurs, non, non et non …. les valeurs culturelles Diola ne connaissent pas ou ne reconnaissent pas du tout l’excision. Il est temps d’éradiquer définitivement l’excision. Le Fogni et le Bluff ne constituent pas les références des valeurs culturelles authentiques du Diola. Je profite pour inviter mes confrères et consœurs Fognis et Bluffs de s’intéresser davantage aux valeurs culturelles des autres sous-groupes Diolas, comme par exemple, Diola de Ajamat où l'excision n'existe pas et elle n'a jamais existé. La société Diola ou Ajamat est une société égalitaire (il n'existe pas de castes, ni d'esclaves...) et la femme Diola est la partenaire de l'homme Diola alors que les sociétés Mandingues, peulhs, toucouleurs, (et même wolofs, sérères …) sont des sociétés inégalitaires (existence de castes, d’esclaves ….). Ne pouvions-nous pas comprendre la pratique de l'excision comme un désir ou une volonté de l’homme de dominer la femme? Si la réponse est affirmative, une telle volonté n'existe pas dans les valeurs culturelles Ajamat où règnent le respect mutuel, la complémentarité, etc. de la femme Diola et de l'homme Diola. Conclusion : Nous pouvons adopter les valeurs culturelles positives des autres ethnies tout en valorisant nos propres valeurs culturelles positives. Mais, nous devons rejeter toutes les valeurs négatives des autres ethnies tout en rejetant aussi celles qui sont négatives issues de notre ethnie. Ainsi, nous pourrions avoir une meilleure vie. Par conséquent, l’excision est néfaste et étrangère à la société Diola, nous devons donc rejeter et éradiquer définitivement l’excision. Que le bon Dieu nous protège tous et toutes sans exception. Amen
    Auteur

    Enracinement

    En Mars, 2013 (20:37 PM)
    Ah Alinow di Attihom, tu as raison c'est une période triste que tu évoques... Oui, c'est vrai que ce sont les Mandingues qui ont introduit l'excision dans les villages Diolas de Fognis et de Bluffs. Il est aussi vrai que c'est le Roi Mandingue Fodé Kaba Doumbia qui avait conquis au moins certains villages Fognis et Bluffs. Mais précisons aussi que les Diolas ont fini par tué ce conquérant Roi Mandingue Fodé Kaba Doumbia car il utilisait la violence pour convertir les populations du Fognis et du Bluffs à l'islam et aux traditions Mandingues. Si mes souvenirs sont bons, je crois qu'il a finalement été tué à Thionk-Essyl. Nous devons tous et toutes faire pour arrêter l'excision car elle n'est pas originaire de notre authentique culture Diola comme le Kankuran n'est pas aussi originaire de la culture authentique Diola. En d'autres mots, ces deux rites (excision et danse du Kankuran) pratiqués aussi par les Diolas du Fognis et du Bluffs sont bels et bien d'origines Mandingues. Le Diola est connu aussi pour son honnêteté, sa bravoure, sa vertu, etc. alors je suis d'accord avec toi quand tu évoques le déracinement des certains Diolas du Fogni et Bluff. Mais, nous n'avons pas tout perdu et heureusement. De plus, le déracinement des valeurs culturelles concernent toutes les ethnies du Sénégal et même d’Afrique.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR