Societe

Societe

AÏSSA MAMA KANE THIOUNE 2E EPOUSE DE CHEIKH BETHIO THIOUNE : « Être l’épouse du Cheikh, c’est de la «baraka», c’est une chance»

  • Source: : Seneweb.com | Le 07 juillet, 2007 à 11:07:34 | Lu 17893 fois | 0 Commentaires
content_image

AÏSSA MAMA KANE THIOUNE 2E EPOUSE DE CHEIKH BETHIO THIOUNE : « Être l’épouse du Cheikh, c’est de la «baraka», c’est une chance»

Madame Thioune, Mame Aïssa Kane est devenue subitement une femme projetée au-devant de la scène…politique. Mais, elle n’en est pas pour autant ébranlée. Et voit le bon côté des choses. Mame Aïssa que nous avons trouvé chez elle nous raconte sa politique, son Cheikh de mari et sa vie de femme tout court.

Comment avez-vous fait pour vous retrouver à l’Assemblée nationale?

On m’a fait figurer sur la liste de la coalition Sopi 2007 par la «baraka» de Cheikh Béthio Thioune mon mari et talibé de Serigne Saliou. Comme il a soutenu le Président Wade, étant un chef religieux, il ne peut pas allier ses responsabilités de chef religieux avec celles de député. Et ne pouvant pas s’investir à l’Assemblée comme il le voudrait, il a préféré donner mon nom. C’est comme ça que j’ai été parachutée comme député.

Selon vous, quelles sont vos qualités, ou les raisons qui l’ont poussé à vous choisir vous, alors qu’il a quatre femmes?

(Elle rigole, hésite un peu). Moi, je ne peux pas savoir ce qu’il a dans le cœur, c’est vrai. Je ne peux pas savoir non plus ce qui l’a poussé à me choisir. Tout ce que je sais, c’est que c’était mon destin. Je ne peux l’interpréter que comme ça, parce qu’en effet, il a quatre épouses. Il n’a pas de préférence pour l’une ou l’autre. Ce n’est pas qu’il m’aime plus que les autres ou que je sois meilleure. Mais c’est comme ça, c’est le destin ! (elle rigole).

Vous n’avez jamais fait de politique de votre vie?

Non, je n’ai jamais fait de politique. Même lui, peut-être qu’il a fait de la politique, mais ça date de longtemps. Il semble qu’il a milité au Pai, c’est très lointain, moi-même, je n’étais pas encore son épouse.

Pourquoi avoir choisi ce moment précis pour entrer dans le monde de la politique?

Je ne peux pas connaître ses raisons. En tout cas il a décidé de soutenir le Président Wade et la liste du Pds. Je pense que s’il en a décidé ainsi, c’est peut-être, parce qu’il a voulu par là… je ne peux pas mentionner le nom du Khalif. Le Khalif n’a jamais voulu être mêlé à la politique, mais je veux juste dire que c’est peut-être qu’il est talibé comme Wade, et qu’ils ont le même marabout comme il l’a dit et redit. C’est peut-être pour ça qu’il s’est investi pour soutenir Abdoulaye Wade.

Et maintenant que vous êtes député sans avoir jamais fait de politique auparavant, comment allez-vous faire pour vous en sortir ?

Ça va être dur, mais je vais apprendre, parce que moi j’ai toujours épousé l’idéal du Pds. C’est ce que je vous disais tout à l’heure au téléphone, c’était peut-être par instinct, un 6e sens. Quand mon mari a manifesté le désir de soutenir Abdoulaye Wade, j’ai applaudi des deux mains parce que intérieurement, je soutenais Wade. Je faisais même une petite campagne en sa faveur sans pour autant être militante du Pds. Je pense que la politique ne s’apprend pas, je vais me mettre dans le bain, je vais faire comme tout le monde, mon mari a du monde derrière lui…

Quand vous dites que vous allez faire comme tout le monde, en ce moment les politiciens n’ont pas une bonne image…

Non ! Quand je dis comme tout le monde, je veux dire le côté positif. Mais les députés sont là pour le peuple, je m’efforcerai donc d’être à la hauteur pour satisfaire les revendications, les préoccupations des populations.

Certains, dès qu’ils sont investis, oublient ce qui les a amenés à l’Assemblée pour ne penser qu’à eux-mêmes.

C’est une image que les Sénégalais ont. Mais moi en tant qu'épouse de Cheikh, je serai vraiment à l’écoute du peuple. Même avant ça, j’étais auprès des talibés de mon mari. Et en général c’est la même préoccupation. Je peux dire qu’après avoir côtoyé beaucoup de talibés, je connais à peu près les préoccupations de la population en général. Donc, je ne suis pas sur un terrain inconnu. Je vais m’investir essayer de régler des problèmes, en plus je suis infirmière d’Etat de profession. J’ai toujours été en contact avec le peuple, j’ai toujours géré certaines difficultés concernant la santé, donc je pense que je pourrai apporter quelque chose de positif.

Et quand il faudra voter des lois, est-ce que vous serez en mesure de décider de ce qu’il y a de meilleur pour ces populations ?

Je suis là pour ça, donc forcement, je vais voter pour le bien des populations. Je suis là pour le peuple, s’il s’agit de voter des lois qui sont favorables, je vais voter. Je ne peux pas faire le contraire.

Donc, si jamais on propose une loi qui n’est pas favorable au peuple, vous allez vous-y opposer?

Oui, je vais m’y opposer. Mais en n’étant pas député, je n’ai jamais entendu à l’Assemblée nationale qu’on vote une loi contre le peuple. Même à l’Assemblée on ne peut pas mettre sur la table une loi contre le peuple. Vous parlez de quelle loi un ?

La loi Ezzan par exemple ; quand on dit que si quelqu’un tue…

(Piquée au vif). Si quelqu'un a tué! Ont-ils des preuves ? Ils n’ont jamais eu de preuves…( Elle se ressaisit). Moi, en tout cas je ne peux pas m’aventurer sur cette pente. Je n’étais pas là quand la loi a été votée, je n’en connais pas les tenants et les aboutissants.

Vous êtes épouse du Cheikh, dorénavant vous serez député représentant du peuple, ce n’est pas évident de pouvoir allier les deux à l’Assemblée?

On va à la plénière, au vote des lois et tout, mais je peux assumer comme auparavant, mes autres collègues députés femmes l’ont fait.

Elles ne sont pas épouses de Cheikh?

Épouse de Cheikh ce n’est pas un statut très particulier, sinon mon mari ne m’aurait pas investie, s’il savait que je ne pourrai pas allier les deux.

Comment allez-vous faire, parce que là vous nous apprenez que vous allez à Mbour pour trois jours, si jamais il devait y avoir plénière pendant ce temps?

Mais je reste en plénière, mon mari va comprendre, il est là-bas, les autres épouses du Cheikh sont là-bas, parce que c’est lui qui m’a investie, il s’attendait à ça. Qu’il y ait coïncidence entre un «thiant» et une plénière, il aurait compris. Mon mari a beaucoup soutenu le président Wade et nous tous nous sommes engagés à soutenir le Président Wade, toute la famille, le Cheikh et ses talibés. Il faut le reconnaître qu’il a contribué largement et avec d’autres à la réélection de Maître Wade. Il s’attend à ce que je sois présente à la plénière, parce que mon rôle de député me le recommande, je peux allier les deux comme je peux allier mon rôle de député et mon rôle de mère de famille.

Comment faites-vous : les enfants et les talibés de votre mari, les voyages, les «thiants»?

Je n’ai pas d’enfant à base âge, ma benjamine à 13 ans déjà, donc ce problème ne se pose pas, j’ai la chance d’avoir des talibés femmes qui m’aident et qui m’épaulent. J’ai de grandes filles, sur ce plan, je n’ai pas de problème.

Vous continuez à exercer même quand vous avez épousé le Cheikh?

Oui j’exerce jusqu'à maintenant. Jusqu’en juin, j’ai toujours exercé mon métier parce que c’est un métier que j’ai choisi par vocation, c’est un métier que j’aime. D’ailleurs, si le Cheikh était là, il vous l’aurait dit. Je n’ai jamais abandonné mon métier, j’ai toujours exercé, j’étais au dispensaire municipal numéro 7, j’ai quitté au mois de juin, sinon auparavant, j’ai toujours été sur place?

Maintenant que vous êtes devenue député, ça veut dire que vous arrêtez d’exercer?

Je suis obligée de cesser. D’une autre manière, je vais me mettre à la disposition du peuple, j’étais infirmière d’Etat, maintenant, je suis député, de toutes les façons je ne serai jamais inutile.

Quels sont les premiers objectifs de AÏcha?

Mes premiers objectifs, c’est remplir pleinement mon rôle de député, être là comme le peuple s’y attend. Il faut essayer d’être le trait d’union entre le peuple et l’Etat et essayer de satisfaire ses préoccupations, ne pas les décevoir.

On a dit que le Cheikh avait plus de quatre millions de talibés et tous ces talibés allaient voter pour Wade à l’élection présidentielle, mais il n’y avait même pas quatre million de votants?

Mais tous les talibés ne sont pas en âge de voter. Il y a même des bébés qui sont des talibés par l’intermédiaire de leurs parents, ils ont fait l’acte d’allégeance au Cheikh. Ensuite, c’est quelque chose de concret qui a été écrit qui est couché sur un registre qu’on peut vérifier, je peux vous montrez le registre avec les noms prénoms numéros de téléphone. Ce n’est pas quelque chose qu’on a inventé pour se donner beaucoup d’importance. Maintenant on a plus de six millions de talibés. Si vraiment je savais que tu allais venir aujourd’hui j’aurais appelé le gars qui s’occupe de la gestion du nombre de talibé.

Et comment ça se fait, le registre?

En général ce sont des gens qui viennent ici pour faire acte d’allégeance, chez nous dans l’une de ces maisons, ils viennent à Touba, à Mbour parce qu’il y a beaucoup de résidences Mbour. Pendant les «thiant» il y a des files qui font acte d’allégeance. Ça on peut le vérifier, il suffit de venir assister à un «thiant» pour se rendre compte que c’est la réalité.

Beaucoup de jeunes viennent faire acte d’allégeance au Cheikh, peut-on dire que le nombre de ses talibés est de six millions?

C’est ce que j’ai vu sur le registre et c’est comme ça. Parce que chaque fois que quelqu’un fait son acte d’allégeance, on prend son nom, prénom, adresse et numéro de téléphone, donc on ne l’invente pas. Peut-être que les gens ne peuvent pas comprendre ça mais c’est la réalité. Il n’a aucun intérêt à dire qu’il a tant de talibés. Les talibés, ce n’est pas seulement au Sénégal, il en a partout dans le monde : au Etats-Unis, en France, en Suisse, en Belgique dans les autres pays africains, partout dans le monde il y a des «dara» Cheikh Béthio Thioune.

Il a beaucoup de talibés intellectuels, beaucoup de résidences, des vergers etc, d’où viennent toutes ces richesses?

Il faut le lui demander, ce n’est pas à moi de répondre.

Mais vous êtes son épouse et vous partagez beaucoup de choses?

Je ne peux pas savoir comment il a fait pour avoir tout ça. Mais c’est par la baraka de Serigne Saliou qu’il a eu tout cela. Lui seul peut vous l’expliquer.

Les résidences qu’il a, les a-t-il achetées lui-même, ou bien les talibés sont passés par là?

Mon mari a toujours eu des résidences. Même avant ses talibés, il a toujours eu la baraka de Serigne Saliou et ça date de très longtemps, avant même que je ne devienne son épouse, je l’ai trouvé avec des résidences. Comme il dit, «kou sante yokou»(Qui rend grâce, avance).

Donc «moom day sante, mo taxx mouy yokou» (Il rend grâce, c’est pourquoi il avance)?

Il faut «mou yokou» (il faut qu’il avance).

Votre mari est riche, et vous alors?

Moi je suis riche parce que mon mari est riche, il partage tout avec moi.

Combien de résidences avez-vous personnellement?

Il partage tout avec moi, je suis riche parce que je l’ai, j’ai Serigne Saliou. C’est ça ma richesse, j’ai mes enfants, je suis vraiment heureuse avec lui, c’est cela la richesse. La richesse ce n’est pas seulement le bien matériel, les résidences, l’argent, les bijoux, non c’est autre chose.

Mais être aussi l’épouse du Cheikh, n’y a-t-il pas un côté négatif par exemple, qu’on vous pointe du doigt?

Être l’épouse du Cheikh, je crois que c’est de la « baraka », c’est une chance, pas autre chose.

Sa femme ne doit pas faire attention à ses fréquentations, il y a certains plaisirs de la vie que vous ne pouvez pas vous permettre?

Pour moi les plaisirs de la vie c’est le «thiant». Maintenant ce n’est pas autre chose, moi je suis arrivée à un certain âge.

N’écoutez-vous pas de la musique?

De temps en temps dans ma chambre, ça ne peut pas manquer, les plaisirs pour moi ce n’est pas ça. Vous, vous pensez sortir allez en boîte, nous c’est le «thiant».

Même s’il y a des mariages?

J’ai des parents, des amis, je peux assister à des mariages, il faut le faire ça fait partie de la vie.

Et quand la cérémonie se passe chez vous, j’ai vu que vous avez une grande fille, quand on l’a l’épousée et lors du baptême de sa fille, n’y avait-il pas de « sabar », de la musique?

Pas de «Sabar», ni de musique ou des griots. On était là sous la tante il y avait des « khassaïdes », les mélodies dédiées à Serigne Saliou Mbacké, c’est tout ; beaucoup de «bernés».

Et les fêtes traditionnelles?

Non, il n’accepte pas de fête.

Vous c’est la «charia» totale?

Oui peut-être.

Où presque?

(Rires), oui.

Madame Thioune le dernier mot peut-être?

Je rends grâce à Serigne Saliou Mbacké, je ne cesserai jamais de remercier mon mari, parce qu’il a tout fait pour moi, voilà une preuve de l’amour qu’il me porte, je le remercie infiniment, je ne m’arrêterai jamais de le remercier, c’est un geste que je n’oublierai jamais de ma vie. J’essayerai d’être à la hauteur de ce qu’il m’a confié. Je sais qu’il s’attend à ce que je joue pleinement mon rôle et j’essayerai de le faire, tout en étant derrière lui en écoutant ses conseils, en étant à ses côtés pour la vie. Cheikh Béthio «Yalla nafi yague té wer» Serigne Saliou «Yallanafi sakh».


Auteur: Mame Sira Konaté - Seneweb.com

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]