Societe

Societe

Fatou Kiné Camara, la femme qui demande la légalisation de l'homosexualité au Sénégal

  • Source: : Abidjan.net | Le 20 septembre, 2010 à 10:09:28 | Lu 53734 fois | 3 Commentaires
content_image

Fatou Kiné Camara, la femme qui demande la légalisation de l'homosexualité au Sénégal

Lu sur le blog du magazine têtu, consacré aux homosexuels . La juriste sénégalaise, Fatou Kiné Camara demande la légalisation de l'homosexualité au Sénégal. Sans commentaire.

C’est au siège de l’association des juristes Sénégalaises que nous avons rencontré Fatou Kiné Camara. Une dame svelte pleine d’énergie au regard vif et à l’allure sobre. Elle a accepté de nous parler d’elle, de ses convictions, de ses peurs et de ses combats.

Celle qui le 29 juillet 2009 lançait un appel pour la dépénalisation de l’homosexualité au Sénégal tient à rappeler son appartenance à une association et l’importance de garantir à tous des droits humains sans discrimination.

Pour cette titulaire d’un doctorat d’Etat en droit, l’égalité des humains a été une évidence avant de devenir un combat

« La stigmatisation des homosexuels, les viols des femmes et des enfants montrent que tous les faibles sont devenus des citoyens de seconde zone à l’opposé de ceux qui se considèrent comme les vrais hommes » nous a-t-elle dit lors de cet entretien réalisé dans les paisibles locaux de l’ association situés juste en face du bouillant marché Tilène au quartier Médina à Dakar.




Qui est Fatou Kiné Camara ?

Je suis juriste, professeur de droit à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Je suis aussi féministe activiste

Féministe activiste et passionnée par l’histoire africaine selon le site Internet d’un éditeur …

Je suis féministe africaine. Je ne connais pas les féministes occidentales, je n’ai jamais lu Simone de Beauvoir. Jamais! Le peu que je sais d’elle tient en cette phrase : «on ne nait pas femme on le devient» Ce n’est pas un discours qui m’intéresse particulièrement.

Je suis féministe grâce à la tradition Africaine. Je suis Lébou. Dans cette communauté ethnique ce sont les femmes qui dirigent, elles ont l’autonomie financière et un franc parler extraordinaire, mon enfance a baigné dans cet univers. J’ai grandi avec l’admiration et le respect des femmes. J’ai grandi en tenant pour acquis qu’une femme ne doit pas se laisser marcher sur les pieds.

Féministe à l’Africaine ? Pourtant vos études supérieures vous ont conduite à Paris et Cambridge avant de revenir à Dakar

Féministe Africaine je le maintiens !

Je suis née à Dakar et y suis restée jusqu’à 16 ans avant d’aller à Londres. Mon caractère était déjà formé lorsque j’ai quitté mon pays…

Quand on m’entend parler français et que dis que je suis féministe certains de mes interlocuteurs y voient un signe d’occidentalisation pourtant il n’en est rien.

Je me souviens des cours de droit de la famille à Paris. Nous apprenions l’historique des droits des femmes, en fait elles n’en avaient aucun !

Les femmes étaient sous la tutelle de leur conjoint : elles prenaient le nom du mari, elles ne pouvaient pas divorcer, ne pouvaient pas quitter domicile conjugal même si elles y étaient battues…

Moi je disais à mes camarades : « la vie des femmes est différente au Sénégal car non seulement elles peuvent partir du domicile conjugal quand elles le veulent, mais en cas de départ l’épouse gare un camion devant la maison pour la vider ! »

Mon père me parlait parfois de sa mère, l’ainée de la fratrie. Elle était comme la grande royale décrite par Cheikh Amidou Kane, tous ses frères cadets se mettaient au garde à vous lorsqu’elle venait leur rendre visite ! C’est ce que j’appelle féministe africaine : hommes et femmes sont égaux en droits et les femmes on les respecte !

Comment une personne ayant soutenu sa thèse de doctorat sur l’arbitrage en droit des affaires s’est elle retrouvée dans les droits humains ?

J’ai fait des études de droit pour être enseignante, pas parce que j’avais une fibre humaniste et que je voulais utiliser ces connaissances pour défendre les droits humains.

Il me fallait une profession : je voulais être enseignante et j’ai cherché. J’aurais aimé enseigner le français mais je trouvais ça trop compliqué. J’aimais beaucoup le latin mais pour être prof de latin il fallait d’abord apprendre le grec. J’aimais l’histoire mais il fallait apprendre la géographie pour être professeur d’histoire… Il n’ ya que le droit que je pouvais enseigner sans avoir besoin de passer par autre chose.



Après les études vous rentrez faire votre thèse à Dakar…

Et là le choc, en lisant le code de la famille.

Le choc en écoutant la radio : sur toutes les fréquences des prêches matinales trop souvent ciblés sur les devoirs des femmes qu’on stigmatise en faisant des comparaisons insultantes.

Je ressentais la même douleur qu’en France lorsque j’entendais des discours racistes sur les noirs.

Donc je reviens dans mon pays où j’entends de discours sexistes et personne ne réagit. Le pire est que des dames reprennent ce discours en disant qu’effectivement les femmes ne savent rien et doivent être éduquées par les hommes.

Qu’est ce qui vous amené du féminisme à l’homosexualité ?

Ça peut étonner mais quand on est féministe on ne défend pas seulement les droits des femmes, on fait attention au fait qu’il y’ a une catégorie de la population qui est vulnérable, qui est rendue vulnérable pour diverses raisons.

Quand on est féministe on est forcément humaniste, donc on défend aussi les droits de toutes les personnes stigmatisées, on défend tous les droits humains.

A partir du moment où une personne est majeure, on est obligé de lui reconnaître le droit de décider de sa vie. On ne peut pas fixer la majorité à 18ans mais interdire à un garçon de choisir un autre garçon…

Le plus grave est que ce discours contre les homosexuels masque les abus faits aux enfants. Lorsque ce sont des jeunes filles qui ont des relations sexuelles avec des hommes murs on dit « vous avez vu comment elles s’habillent ? Ce sont des allumeuses » On les traite de prostituées ce qu’elles ne sont pas mais s’il s’agit de jeunes garçons on dit « ah ces vieux, ils utilisent leur argent pour pervertir ces pauvres jeunes »

Quand il y’ a viol sur des filles ou des enfants il n’y a pas de levée de boucliers contre les violeurs. Vous n’entendez pas de réactions massives mais lorsqu’il s’agit de relations sexuelles entre hommes majeurs tout le monde en parle pourtant jusqu’ici les homos enfermés étaient tous majeurs.

On a commencé par stigmatiser les femmes et les filles maintenant on y a ajouté les homosexuels. La société est entrain de devenir patriarcale de façon de plus en plus ouverte or les génocides, les guerres mondiales meurtrières, l’esclavage, aujourd’hui le terrorisme, ces heures sombres de l’humanité sont les faits de sociétés patriarcales !


N’est ce pas juste un parti pris de féministe ?

Non, car il s’agit de faits historiques aisément vérifiables.

C’est au nom de cette société patriarcale que les gens s’indignent lorsque deux adultes ont des relations dites contre natures. Les gens vous disent : « c’est dégoutant, imaginez ce qu’ils font ! » Mais moi, quand j’imagine un vieux avec une petite fille je trouve ça dégueulasse. Ma grand-mère, était choquée lorsqu’elle voyait à la télé deux personnes s’embrasser « comment peuvent-ils se manger la bouche » disait elle.

J’estime que dès qu’il s’agit de relations intimes il ne faut pas aller imaginer ce que les gens font car ce qui fait la magie des rapports humains c’est l’affection. Celui qui n’éprouve pas d’affection pour une autre personne trouvera forcément répugnant de l’embrasser à pleine bouche sans parler du reste !

Donc il ne faut pas dire qu’un acte posé en privé par deux personnes majeures est répugnant et j’ajoute qu’il faut avoir l’esprit particulièrement tordu pour aller imaginer ce que font deux personnes dans l’intimité. J’y pense ! Pourquoi deux hommes ce serait moins dégoutant qu’un homme avec deux femmes ? Il faut arrêter de porter des jugements, tout ce qu’il faut vérifier c’est qu’il n’y a pas contrainte. Il faut aussi protéger les jeunes jusqu’ à leur majorité.

Les manifestations publiques d’homophobie prouvent qu’on n’est plus des sociétés humanistes car qu’on se le dise l’incroyable nombre de viols sur les femmes et les enfants n’est pas un simple fait divers, tout comme l’homophobie ambiante, c’est le symptôme d’un vrai problème de société et les politiques devraient sortir de leur réserve. Gardons à l’esprit qu’à l’époque où les Noirs se faisaient lyncher ce n’était pas un simple fait divers, c’était le symptôme d’une société qui ne reconnaissait pas aux Noirs tous leurs droits d’être humains…

Nous devons voir en chaque viol, la manifestation d’un problème politique réel et profond. Ces abus montrent que le Sénégal est devenu une société où la femme, l’enfant ne sont plus des êtres humains à part entière tout comme les noirs n’étaient plus de êtres humains à part entière à l’époque des lynchages publics racistes dans le sud des Etats-Unis.

La stigmatisation des homosexuels, les viols des femmes et des enfants montrent que tous les faibles sont devenus des citoyens de seconde zone à l’opposé de ceux qui se considèrent comme les vrais hommes. Actuellement au Sénégal seuls les machos jouissent de leurs droits. La statue de la renaissance symbolise cette société devenue celle de la virilité, de la force musculaire et non intellectuelle. Société où le plus fort a toujours raison et fait ce qu’il veut.

Voici les caractéristiques d’un vrai homme dans une société machiste comme la notre : il mate les femmes et tous les faibles donc toutes les minorités. Pour toutes les personnes qui se considèrent comme des vrais hommes, violer c’est prouver leur statut supérieur. Violer c’est dire : « nous avons le pouvoir, nous pouvons vous l’imposer » ce désir de brimer les faibles et les minorités se manifeste par ce combat contre l’homosexualité.

Le pire est que les règles machistes sont tellement intégrées que le viol semble être devenu une infraction mineure. Bien des tribunaux, même lorsque les juges sont des femmes, donnent des peines légères dans des cas de viols, même lorsqu’il s’agit du viol d’une handicapée mentale, pourtant c’est une circonstance aggravante selon la loi .

Moi je dis : « attention danger ! » Dès qu’on opprime les femmes dans un pays, on installe une dictature qui ne dit pas son nom et après tout les habitants de la planète en feront les frais car on est dans une société globalisée. Nous ne devons pas laisser les jeunes intérioriser ces valeurs machistes et homophobes car c’est le plus court chemin vers le fascisme, pas seulement au Sénégal mais dans le monde entier car les jeunes ne développeront pas cette violence uniquement au Sénégal.

Les féministes voient souvent avant tout le monde les conséquences de cette virilisation extrême de la société et des violences qu’il en résulte. Bien avant le 11 septembre, des féministes donnaient l’alerte face à la progression de la menace islamiste. Ces féministes rappelaient qu’une fois qu’on a asservi les femmes, les autres couches de la population suivront puis ce désir de soumettre et de dominer s’exportera.






Quand le Sénégal a-t-il commencé à passer du matriarcat au patriarcat ?

Lors de la colonisation.

Lors de la colonisation, surtout celle des Français qui prônaient l’assimilation or à l’époque la France était une société très machiste où les femmes souffraient d’oppression. Les colons sont arrivés avec cette vision d’un monde où la femme n’existe pas comme sujet de droits à part entière. Les colons ont formé les Africains en leur inculquant l’idée que les hommes doivent dominer les femmes.

Le code de la famille actuellement en vigueur au Sénégal est le code civil de Napoléon. Hormis la polygamie et la succession de droit musulman tout le code de la famille sénégalais est une copie du code civil napoléonien

D’ après ce que vous dites les lois pénalisant l’homosexualité au Sénégal ne sont pas d’inspiration sénégalaise

Absolument ! Ces lois sont venues de France. Elles ont été simultanément adoptées dans toute l’Afrique Occidentale Française le 19 novembre 1947 Gardez bien à l’esprit que nous avons un mot, en wolof, pour désigner les homosexuels ce qui prouve que la réalité qu’il désigne a toujours existé au Sénégal ! Toutes les personnes qui ont un certain âge vous le confirmeront : autrefois les homosexuels étaient une couche de la population reconnue et vivant en paix au Sénégal.

Pour en revenir à cette transition entre le matriarcat et le patriarcat.

L’interdiction de l’avortement est aussi venue des lois françaises pendant la colonisation.

Avant cette époque au Sénégal les hommes ne se mêlaient pas de la santé de reproduction féminine. Il y’ avait des associations de femmes et des femmes tradi thérapeutes qui soignaient les femmes. Il ne serait jamais venu à l’esprit d’un homme de parler de la santé de la reproduction féminine. Cela ne le regardait pas les règles de droit coutumier reconnaissaient un contrôle total de la femme sur son corps mais il faut noter que l’espacement des naissances était recommandé et les grossesses rapprochées étaient très mal vues. Hélas ! le droit français nous a fait considérablement régresser.

La forte Islamisation du Sénégal vient aussi de l’époque coloniale. Dès que la royauté traditionnelle a été éliminée par les forces militaires coloniales, des leaders religieux ont pris le relais en devenant les seuls protecteurs des populations victimes des abus coloniaux.

Dans les années 1970, à cause du choc pétrolier et de la détérioration des termes de l’échange, les Etats du golfe sont devenus très riches tandis que certains Etats de l’Afrique subsaharienne se sont retrouvés pris dans l’étau de la dette. Les monarchies du golfe ont injecté beaucoup d’argent dans certains pays africains avec une forte population musulmane comme le Sénégal mais l’argent est venu en même temps qu’une idéologie islamiste hostile aux droits des femmes. Aujourd’hui l’homme en tant que chef de famille est une conception ancrée dans l’ esprit de beaucoup de Sénégalais comme faisant partie de nos traditions depuis des temps immémoriaux pourtant cela n’ est pas exact, j’ ai d’ ailleurs écrit un livre pour le démonter.

Il y’ a des jours où je suis assez pessimiste lorsque je vois cette vague d’homophobie et les violences faites aux femmes sans compter la question des talibés (enfants mendiant dans les rues de Dakar) qui n’est toujours pas réglée.


Pourquoi appelez vous à la dépénalisation de l’homosexualité?

Parce que je suis juriste. L’article 319 Alinéa 3 du Code pénal qui punit de peine de prison les relation contre nature entre personnes du même sexe n’est pas conforme à la Constitution ni aux conventions signées par le Sénégal. La Déclaration universelle des droits de l’homme et toutes les conventions affirment que le droit à l’intimité et à la vie privée, le droit à la liberté de croyance, de pensée sont des droits humains. L’interdiction de l’homosexualité est de nature religieuse. D’ailleurs tous ceux qui défendent la pénalisation disent que l’homosexualité est interdite par Dieu or l’homosexuel a le droit d’avoir une autre conception du divin ou de dire : « moi je ne crois pas à cette interdiction »

L’homosexuel a le droit de ne pas croire qu’être ce qu’il est va le mener en enfer !

Il faut aussi savoir que les droits sexuels font partie partie intégrante des droits humains. La sexualité est une dimension positive, naturelle et précieuse de la vie humaine. Elle fait partie intégrante de l’être humain. Ainsi, tous les être humains ont droit à l’épanouissement sexuel. La seule limite est de ne pas porter atteinte aux droits humains d’une autre personne et notamment à son intégrité physique. Il ne faut pas dire «mon épanouissement c’est d’aller torturer un autre ou coucher avec un enfant » ce dernier acte est un viol.

Mais si votre épanouissement est d’avoir des relations sexuelles avec deux ou trois personnes à la fois dès lors qu’elles sont consentantes cela ne nous regarde plus c’est votre droit de faire des choix

Que cela soit clair: pénaliser l’homosexualité est contraire à l’Etat de droit ! Les droits humains mettent à la charge de l’Etat trois obligations essentielles :

Respecter : s’abstenir de toute ingérence, directe ou indirecte, dans la jouissance du droit. L’Etat doit donc s’abstenir de violer ou de compromettre les droits sexuels des individus.

Protéger : prendre les mesures interdisant à quiconque de compromettre le libre exercice du droit. L’Etat doit protéger ces droits contre les violations et ingérences d’autrui.

Réaliser : adopter les mesures législatives, administratives, budgétaires, judiciaires nécessaires au plein exercice de ces droits.

Surtout, chacun doit comprendre que les droits humais sont une chaine qui tient grâce au plus petit de ses maillons. La chaine est aussi solide que son maillon le plus faible or le maillon le plus faible des droits humains c’est toujours ceux que tout le monde déteste, ceux à qui tout le monde est prêt à jeter des pierres. Au Sénégal le maillon faible ce sont les homosexuels, les travailleuses du sexe. Aux USA ce sont les terroristes musulmans…

Je plaide pour la dépénalisation de l’homosexualité car l’homophobie est le signe d’une grave maladie.

Les sociétés homophobes sont des sociétés prêtes à accepter le fascisme. Tous les signes sont là : utilisation de la haine de l’autre, utilisation des peurs de l’autre tout comme on avait joué sur la stigmatisation des juifs en disant : « attention ils se cachent parmi nous et c’est à cause d’eux qu’on en est là, il faut les traquer » c’est ainsi qu’on a pu instaurer un ordre nazi. N’oublions pas que l’Allemagne nazie était homophobe.

Au Sénégal il y’ a un danger de barbarie car nous sommes dans une société où l’être humain ne compte plus. Nous sommes dans une société qui persécute et traque les faibles et ceux qui ne subissent pas encore ces violences se croient à l’ abri mais ne comprennent pas que leur tour viendra car avec le droit du plus fort s’installe l’impunité et tout le monde en pâtira un jour car passé les bornes, il n y’ a plus de limites.


Auteur: politicosn - Abidjan.net

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Soda Dia En Mai, 2012 (22:24 PM) 0 FansN°: 1
trés chère professeur je vous admire beaucoup,je suis une de vos idoles.vos propos sont interessantes
Gerdu En Juillet, 2013 (00:27 AM) 0 FansN°: 2
pas si faux mais.....
Fullkool En Janvier, 2014 (11:54 AM) 0 FansN°: 1
un grand mais !!!
gerdu

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]