Magal de Touba 2013 : 72 heures dans la peau d’un pèlerin

  • Par : Seneweb News | Le 02 janvier, 2013 à 22:01:16 | Lu 9645 fois | 21 Commentaires
content_image

Magal de Touba 2013 : 72 heures dans la peau d’un pèlerin


La capitale du mouridisme a refusé du monde en cette fin d’année qui a coïncidé avec la célébration ce 1er janvier 2013 de la cent-dix-huitième édition du Magal de Touba. Un Magal qui sera célébré deux fois dans la même année.

Ils sont plusieurs millions de fidèles à rallier la cité religieuse ce weekend pour commémorer le départ d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur de la confrérie mouride. La circulation à destination de Touba a été pénible. Pénible pour ces pèlerins qui ont effectué des centaines de kilomètres, partis de tous les coins et recoins du pays pour converger vers la ville fondée par Cheikh Ahmadou Bamba il y a une centaine d’années. Pénible aussi pour ces agents de sécurité qui ont pour charge de lutter contre les pickpockets, mais aussi de veiller au bon déroulement de l’évènement, qui chaque année, enregistre des dizaines de morts et blessés dus aux accidents de la route.

Accidents dont sont responsables ces chauffeurs qui ne dorment pas suffisamment et qui se prennent pour des pilotes de Formule 1 ; véhicules dans un état critique, routes défectueuses, sans mentionner les titres de transport hors de prix, passant du simple au double voire triple. Le Magal, c’est l’occasion rêvée pour les transporteurs de racketter les passagers et autres usagers de la route.

Des routes qui continuent à tuer. Pas plus tard que dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, jour du Magal, sur l'axe Khombole-Kaba dans la région de Thiès, les fous du volant ont causé la mort de 19 personnes. Entre le 28 décembre et le 1er janvier 2013, le bilan s’élève à 34 accidents (corporels), 29 morts et 111 blessés, selon la gendarmerie.

Sous le signe de la solidarité et du partage  

A Touba, l’effervescence est totale. De jour comme de nuit, la ville ne sommeille pas, chacun s’active, qui pour voir des proches, qui pour se recueillir devant les mausolées des saints de la confrérie mouride érigés dans l’enceinte même de la Grande mosquée. Certains pèlerins qui n’ont pas où crécher élisent domicile sur le parvis du lieu de culte, sur les trottoirs y attenant, devant les habitations. Pour la restauration, il suffit de s’inviter dans n’importe quelle maison pour être servi à volonté. C’est le « berndél », qui consiste à offrir à manger aux pèlerins, gracieusement, à tout partager avec eux. Plus de deux millions de pèlerins profitent de ces moments de générosité, de solidarité où il est recommandé de sacrifier un animal, de la poule au chameau.

Le tertiaire en marche, les commerçants se frottent les mains

Aux abords de la Grande mosquée comme dans les grandes artères de la ville, impossible de circuler. Piétons, charretiers, automobilistes, tous essaient de se frayer un chemin. Ça va et ça vient dans tous les sens. La mosquée, ses alentours et les quartiers périphériques sont pris d’assaut. La ville se transforme en grand bazar avec des commerçants, colporteurs et autres vendeurs à la sauvette qui s’approprient les trottoirs, les rues et ruelles, rendant infernal le déplacement des pèlerins.

Plusieurs axes routiers de la ville interdits à la circulation des véhicules automobiles. Idem pour les cyclomoteurs ("deux roues"). A l’aller, de grands bouchons se forment sur la route nationale de Dakar à Touba en passant par Thiès et Diourbel. Au départ de la gare routière de Thiès, le taxi qui nous conduit à Touba emprunte la route de Saint-Louis. « Il est préférable de passer par Ngaye (Mékhé) puis par Darou Mousty, là-bas c’est plus fluide », renseigne le chauffeur qui met à peine trois heures pour arriver à Touba.




Certains sont des habitués et ne ratent le Magal pour rien au monde. Chaque année, c’est le même périple. Visite des mausolées, recueillement devant les cimetières, un tour à la bibliothèque Daray Kaamil, la fontaine Aynou Rahmati, visite chez les familles religieuses Mbacké, fils et petits-enfants de Cheikh Ahmadou Bamba. Parmi les pèlerins, de nombreux immigrés venus d’Europe, mais d’Afrique aussi ; des délégations étrangères qui chaque année, marquent leur présence à la cérémonie officielle qui a lieu le lendemain du Magal, en présence du Khalife.

Habitant Grand Yoff, un quartier de Dakar, Khady Diakhaté, une sexagénaire, ne ménage aucun effort pour célébrer le Magal à Touba. Jadis expatriée au Gabon, la mamie est arrivée la veille, et même si le déplacement n’est pas évident à son âge, elle parvient à effectuer quelques visites aux proches et compte bien sûr se rendre dans le mausolée de Serigne Touba où elle dira ses prières. « J’espère que nous aurons l’occasion de célébrer d’autres Magal », souhaite-t-elle, très satisfaite du déroulement de cette 118ème édition. Ragaillardie par le discours du Khalife diffusé en direct à la télévision ce mercredi après-midi. Un « discours de rupture », commente Sadikh, un pèlerin, rentré à Dakar le soir même du magal. Serigne Sidy Makhtar Mbacké, le Khalife de Touba, dans son adresse aux fidèles, vient d’appeler les Sénégalais au travail, invitant ceux d'entre eux qui peinent à trouver un emploi à Dakar, à quitter la capitale pour retrouver les champs et travailler la terre.

Entre froid, poussière et vacarme

Dans le quartier de Touba Mosquée, la pléthore de vendeurs à perte de vue a fini de rendre méconnaissables les devantures des maisons. Tout se vend ici ou presque et tous les moyens sont bons pour appâter les clients ou acheteurs potentiels. Produits alimentaires, cosmétiques, rafraîchissements, tissus, ameublement, livres, produits censés favoriser la chance, etc... En somme, seul l’humain ne se vend pas, pourrait-on railler. Car dans la rue, c’est la vente forcée, l’insistance accrue des vendeurs à proposer « leurs prix défiant toute concurrence », dans une sonorisation amplifiée au maximum, un tohu-bohu indescriptible et dans lequel il est difficile d’entendre ou de converser. Un grand vacarme où se perdent les appels à la prière, les chants religieux et autres bruits de la rue noyés dans la poussière. Car poussière il y en a à Touba, en ces périodes où le froid pointe son nez le soir comme au petit matin. Des pèlerins qui cohabitent avec la saleté avec tous ces objets jetés par terre, ces sacs plastiques qui tapissent le sol à perte de vue.

« Je ne me reposerai que lorsque les hôtes seront partis, tous »

Enrhumée, la voix cassée, Mame Boussou, la cinquantaine, accueille chez elle plusieurs dizaines de pèlerins. Les préparatifs ont commencé depuis le début du mois. « Je ne me reposerai que lorsque les hôtes seront partis, tous », informe la dame qui s’est donnée pour tâche de bien s’occuper des hôtes, leur offrir à manger, à boire, leur fournir une couchette, des couvertures. Ceux qu’elle n’accueille pas chez elle font aussi partie de ses hôtes. « A l’heure du repas, ils viennent d’eux-mêmes, si on ne les appelle pas », confie Mame Bousso au sujet de ces vendeurs, une bonne vingtaine massée devant chez elle à Touba mosquée. Touba où certains pèlerins commencent déjà à plier bagages au lendemain du Magal, alors que d’autres profitent encore des heures de fêtes. Une fin d’année qu’ils ont choisie de passer dans la communion, le recueillement, la ferveur et la foi dans la capitale du mouridisme, en lieu et place des boîtes de nuit habituelles qui chaque année, rythment les nuits de la Saint-Sylvestre et du Jour de l’An, à Dakar comme dans plusieurs localités du pays.






Seneweb News

Commentaire (11)


C'est Moi En Janvier, 2013 (22:11 PM) 0 FansN°: 1
Ce journaliste est trés bien en dissertation mais tu as donné l'image de touba et ses disciples ui acceuillent les gens c 'est formidable kou fi saga rék sabope nga saga
Minehou  En Janvier, 2013 (22:13 PM) 0 FansN°: 2
bro lolou mome bakhoul 1 non seulmen dalay oume mes oci dalay yakal sa ndaw
Yadoff En Janvier, 2013 (22:15 PM) 0 FansN°: 3
S , tu devais meme pas lui repondre.
123 En Janvier, 2013 (22:19 PM) 0 FansN°: 4
CE QUI VOUS REUNIT A TOUBA NA AUCUNE ORIGINE DANS LISLAM QUE NOTRE SEIGNEUR ALLAH (SWT) A REVELE NOTRE PROFETE (PSL) DONC CE NEST QUE PIRE BIDA QUI NE FAIT QUE DEVIER LES GENS DU DROIT CHEMAINT ET NOTRE PROFETE (PSL) NOUS A PREVENU (KOULOU BIDHATOUN DALALA WA KOULOU DALALATOUN FINNAR) TOUT INOVATION CONCERNANT NOTRE RELIGION EST PERDITION ET TOUT PERDITION PEUT AMMENER A CELUI QUI LE FAIT JUSQUA LENFER .EN PLUS LE PROFETE (PSL)NOUS A PREVENU QUIL NEST PERMIS DE VOYAGER CONCERNANT LIEU SAINT JE VEUT DIRE MOSQUE QUE DANS SES TROIS LIEU LA MEQUE LA MOSQUE DE MEDINE ET LA MOSQUE DE AL AKHSA ET EN PLUS LES LIEU OU VOUS ALLEZ QUEL PREUVE AVEZ VOUS POUR LE CONSIDERER SAINTE PREUVE VENANT DU CORAN OU DE LA SOUNNA LA REPONSE EST NON DONC RECAPACITON AVANT QUIL NE SOIT TARD
Moo En Janvier, 2013 (23:37 PM) 0 FansN°: 1
je reprend ici le khassida de serigne touba citant lui meme le coran
«le jour où la
richesse et la descendance ne seront d'aucun profit et où seul le fait de parvenir auprès
de dieu avec un coeur pur sera salutaire » (coran 28:88-89)
juste pour dire que c'est exactement ce qui se passe dans nos tarikha au senegal qui tiennent en otage des populations qui refuse d'apprendre ( ikhra) la paresse d'apprendre c'est ce qui pousse le gens vers les familles religieuses pensant que cela peut les sauver le jour du jugement.
c'est pas parcequ'une personne s'appelle mbacke ou sy ou thiaw ou counta ou autre qu'il doit etre considerer comme un guide religieux, il faut casser ces familles qui nous arnaquent' il conduisent des voitures de luxe l'etat leurs offre les meilleurs terres de ce pays ils habitent dans des palaces grace au adiya des talibes il y a certains talibes qui ne peuvent meme pas serrer la main de leur serigne tellement ils sont inaccessible alors qu'un vrai serigne et cense enseigner a son talibe comment bien appliquer les recommendations du saint coran. moi je vous dis ne suivez plus ses familles religieuses, trouvez vous un bon musulman qui maitrise le coran et apprenez le coran,faites vos prieres, le ramadan, allez a la mecque si vous avez les moyens, donnez le azaka et "ach hadou an lah illaha illalah wa ach hadou an namou hamada rassouloulah et vous serez sauve inch allah.
wassalam
Nts En Janvier, 2013 (22:57 PM) 0 FansN°: 5
CELA FAIT PLUS DE 150 ANS CHAQUE LES LAYENNES OUVRENT LES COMEDIES CONFRERIQUES EN CLAMANT QUE LIMAMOULAYE EST LE MEME PROPHETE MOUHAMED ET QUE SON FILS ISSA EST LE PROPHETE INSA APRES ILS PASSENT LE TEMOIN AUX MOURIDES QUI DISENT QUE SERIGNE TOUBA EST LE REPRESENTANT DU PROPHETE EN AJOUTANT QUE LE BON DIEU A DONNE A SERIGNE TOUBA CE QU'IL N'A JAMAIS DONNE A UN ETRE HUMAIN Y COMPRIS MEME LE PROPHETE MOUHAMED PSL LES AUTRES PROPHETES ET LES SABBAH.DS 1 MOIS CES DERNIERS VONT PASSER LE TEMOIN AUX TIDIANES QUI AFFIRMENT QUE CHEIKH AHMET TIDIANE EST LE SAINT DES SAINTS ET QUE LE MAHDI VIENDRA DE SA CONFRERIE.CE QUI EST FRAPPANT AVEC CES MENSONGES LEGENDAIRES C'EST QUE TOUT CEUX CI S 'EST PASSE AU SENEGAL ET NE FIGURE NULLE PART DS LE CORAN OU LES HADITHS DU PROPHETE MOUHAMED.COMMENT EST IL POSSIBLE QUE TOUTES CES BALIVERNES SOIENT VRAIES.LA VERITE D'HIER DEMEURE LA VERITE D'AUJOURDHUI!LE PROPHETE QUI NS A LEGUE LE CORAN ET SES PROPRES HADITHS NE PEUT PAS SE CONTREDIRE EN CHOISISSANT INDIVIDUELLEMENT SERIGNE TOUBA D'ETRE SON REPRESENTANT LIMAMOULAYE SON INCARNATION ET CHEIKH AHMET D'ETRE LE SAINT DES SAINTS ET DE LUI DONNER LE PRIVILEGE DE VOIR LE MAHDI VENIR DE SA CONFRERIE.JE NE PENSE PAS QUE LES ERUDITS QUI ONT BCP CONTRIBUE A L'ENRACINEMENT DE L'ISLAM PEUVENT MANQUER DE RESPECT AU PROPHETE A CE POINT.IL FAUT QU'ON ORGANISE UN DEBAT AUTOUR DES TARIKHAS POUR DONNER A LA RELIGION MUSULMANE SA VERITABLE PLACE DS CE PAYS.LES 1,5MILLIARDS DE MUSULMANS QUI SUIVENT LA VOIE DU PROPHETE NE PEUVENT PAS SE TROMPER.REVENEZ SUR TERRE LA OUMA IGNORE L'EXISTENCE DES ERUDITS ET DE LEURS CONFRERIES.CA SUFFIT NS AVONS ASSEZ DE CES MENSONGES LEGENDAIRES .SUIVEZ STRICTEMENT LE CORAN ET LES HADITHS TOUT AUTRE CHEMIN MENERA A LA PERDITION
Matarr En Janvier, 2013 (23:06 PM) 0 FansN°: 6
lou tah senegalais sokhor ak jaloux moma diakhal franchement mane talibe cheikh la et c la premiere fois ke ma dem touba mais wah deugue neh yala serigne touba fierte la pour bepou der bou gnoul,lima guiss hawmawone amna senegal. gnou bayii critik yi ndah gnouni nene la
Boou En Janvier, 2013 (08:35 AM) 0 FansN°: 1
doo tidiane yaw touba darra amoufa fene rek gua mane politque rek

malgui dou darra serigne touba santanewouko
M Faye En Janvier, 2013 (04:12 AM) 0 FansN°: 7
Mon gars le MAGAL ne s´est pas celebre 2 fois dans l´annee,l´avant dernier c´etait le 08-01-2011 MERCI
Demal En Janvier, 2013 (08:23 AM) 0 FansN°: 8
malgalgui dal amoul beneu dbiarigne mok niari karaya thia ndar niooo yam

TOUB LEN TE DELOU THIY YALLA



SERIGNE TOUBA MANOUL EUP LEERR SERIGNE CHEIKH AMED TIDIANE CHERIF AK CHEIKH ABDOU HADRE DJIEYLANI



BOULENE NOURAYE SEN GUEMINIE YI REK MOO REUYE
Tidiannn En Janvier, 2013 (11:17 AM) 0 FansN°: 9
ON NE SAI PAS POUQUOI LES MOURIDES C EST DES GRANDE GUEUL

SERIGNE TOUBA YA LES PREUVES QUI DISENT ILS N EST PRIER SUR LA MER

ARRETER SES CONNERIS DE MAGAL amoul beneu ndiarigne cest du commerce :haha:  :haha: 
Matarr En Janvier, 2013 (13:12 PM) 0 FansN°: 10
ayy 7 yi gno ignane t reuy waye nak koumou neh guani guissouma assamane bi.mbir magua touba mes cher 7
Nite En Janvier, 2013 (13:54 PM) 0 FansN°: 11
wahko si kaww matarr,

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]