Nouveau partenariat Banque mondiale-Sénégal : La croissance économique et l'emploi en ligne de mire

  • Par : Lesoleil | Le 20 février, 2013 à 22:02:05 | Lu 6965 fois | 9 Commentaires
content_image

Nouveau partenariat Banque mondiale-Sénégal : La croissance économique et l'emploi en ligne de mire

Le Conseil d'administration de la Banque mondiale a discuté, hier à Washington,  de la Stratégie de partenariat avec le Sénégal (Cps, selon le sigle en anglais) pour la période 2013 -2017. Le nouvel accord met l'accent sur la croissance économique, la création d'emplois et la réduction de la pauvreté pour un Sénégal émergent.


«Cette nouvelle stratégie se veut une traduction du changement  souhaité par le peuple sénégalais qui a voté en 2012 pour des politiques publiques générant de la croissance économique durable, capable de créer des emplois pour les jeunes et des possibilités de réduire, de façon significative, voire d'éliminer, la pauvreté au Sénégal», selon  Mme Vera Songwe, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal.  « La stratégie de partenariat entre le Sénégal et le groupe de la Banque mondiale (IDA, Sfi et Miga) est un appui à la stratégie nationale de développement économique et social (Sndes) et aux efforts du Sénégal pour s'engager, à moyen terme, dans les chemins d’une croissance économique plus forte et une prospérité mieux partagée », a-t-elle ajouté.

 La nouvelle stratégie, avec son socle et ses deux piliers, propose un levier pour agréger des ressources substantielles de l’Ida, de la Sfi, de Miga, des Fonds fiduciaires mais aussi veut favoriser  une approche régionale ainsi qu’une meilleure coordination des interventions des partenaires internationaux du Sénégal. L'objectif général du Cps sera l'amélioration de la gouvernance, le renforcement de la résilience, le rétablissement de la croissance et de la marge de manœuvre budgétaire de l’Etat. Le socle «gouvernance et résilience», sera bâti sur  les interventions pour renforcer le système de gouvernance  afin d'améliorer la redevabilité et la crédibilité du gouvernement, a indiqué Vera Songwe. En outre, le Cps aura des activités spécifiques pour améliorer la résilience face aux changements climatiques, les capacités de gestion des risques naturels, la promotion de la sécurité alimentaire, la promotion de la paix en Casamance et la gestion durable du capital foncier.

Un portefeuille de 600 milliards Cfa au Sénégal 


Pour être un pays émergent, le Sénégal a besoin d'une amélioration considérable de son secteur privé et de son cadre macro-économique et budgétaire et la façon dont le Cps fait face à ce défi est concentrée dans son premier pilier: «Accélérer la croissance inclusive et la création d'emplois ». «Compte tenu des contraintes budgétaires, notre intervention sera axée sur les activités qui contribuent à réduire les dépenses publiques en impliquant davantage le secteur privé et en exploitant les marchés régionaux et internationaux notamment dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture », explique Mme Songwe.  Avec le troisième pilier du Cps «Améliorer la prestation des services», la Banque mondiale va appuyer le gouvernement du Sénégal à améliorer l'allocation et l'efficacité des dépenses publiques pour avoir des résultats probants, en particulier dans les secteurs sociaux. Ce pilier est axé sur l'amélioration de la gouvernance, l'accès et l'équité dans les secteurs sociaux. 


La stratégie de partenariat entre le Sénégal et la Banque mondiale a été élaborée de façon participative à travers des consultations intensives et continues avec toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé, le parlement , le monde académique, les mouvements de jeunesse, les organisations de la société civile, la communauté des donateurs. Selon l’institution financière internationale, elle  a été validée par le gouvernement du Sénégal  qui a reconnu sa pertinence par rapport à la stratégie nationale de développement économique et sociale(Sndes). Le groupe de la Banque mondiale (Ida,  Sfi et Miga) a actuellement un portefeuille de 1.190 millions de dollars (environ 600 milliards de Francs Cfa) au Sénégal dont 958 millions de dollars (environ 470 milliards de FCfa) engagés par l’Ida  à travers  17 projets actifs et 8 dons des fonds fiduciaires. Le taux de décaissement cumulé au 31 janvier 2013 est de 43 %, le montant du portefeuille Ida et des dons non encore décaissé est de  562 millions de dollars (environ 276 milliards de francs Cfa). 


lesoleil


Commentaire (8)


Farida En Février, 2013 (22:30 PM) 0 FansN°: 1
 :hun:  :hun:  :hun:  j'arrive même pas à lire l'article jusqu'au bout.... pas pour moi, même avec toute la meilleure volonté du monde je n'y arrive pas... :-D  :-D  :-D 
Ibrahima Sène Pit/senegal En Février, 2013 (00:03 AM) 0 FansN°: 2
Je voudrais savoir quel est le pays qui a émergé grâce à l'appui de la Banque mondiale? Est-ce l'Inde , la Chine ou le Brésil ?

Comment peut on avaler qu'avec un portefeuille de 600 milliards de FRS CFA pour 2013 -2017, la Banque mondiale peut faire du Sénégal un pays émergent de croissance et d'emploi, quand le modèle économique qu'elle met en oeuvre a fini par mettre les économies développées dans la décroissance et le chômage endémique? Si le Sénégal en 18 mois de Plan Takkal a dépensé 417 milliards de Frs CFA sans en finir avec les délestages, qui peut croire qu' avec ce CPS de 600 milliards le Sénégal pourrait s'en sortir?
Pepes En Février, 2013 (01:25 AM) 0 FansN°: 3
ENCORE UNE CHIMERE SOUS PRETEXTE DE BONNE GOUVERNANCE ET D'EFFICACITE DE LA DEPENSE PUBLIQUE...RIEN DE STRUCTURANT POUR UNE CROISSANCE FORTE ET DURABLE...DES INVESTISSEMENTS PUBLICS CONSEQUENTS SONT INDISPENSABLES DANS DES SECTEURS STRUCTURANTS ET DANS LE DEVELOPPEMENT HUMAIN.LE SECTEUR PRIVE NE PEUT SE SUBSTITUER A L'ETAT DANS CES SECTEURS ET DOMAINES...
Résilience En Février, 2013 (01:34 AM) 0 FansN°: 4
 :cry:  :cry:  :cry:  :cry: juste retenu,,,,,,renforcement de la résilience ......???? :haha:  :haha:  la dose de poison....BM....... proposé est il si infecte ???  :haha:  :haha:  :haha:  vénéneuse ??? que la dite banque O....ke généreuse....??.....pour le bien etre des victime de leur thérapie.....la gosse putaine aligatoire sans état d ame ,,,,,mais tout de meme généreuse,,,,propose ,anticipe pour les futures dépréssifs,,,potion de résilience  :cry:  :cry:  :cry:  potion ...infecte de BRAVITUDE ..... résilience ,,,,sera distribuée,,,,vendu par kel secte maraboutique  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :tala-sylla:  :tala-sylla: 
Alferd En Février, 2013 (07:03 AM) 0 FansN°: 5
La Banque a été encore trompée, soit disant que le processus d'élaboration de cette politiques a été participatif! Je défi quiconque au Sénégal pouvant donner la preuve que le gouvernement du Sénégal a mené des consultations pour pondre ce document de stratégie.

C'est encore cette voie sans issue que compte prendre nos responsables sur le dos des contribuables.

Il faut arrêter!
Africain221 En Février, 2013 (08:18 AM) 0 FansN°: 6
Je cite : " La croissance économique et l'emploi en ligne de mire", mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr



En ces temps de faillite généralisée du systeme capitaliste, l'occident (usa et europe) a plus besoin du retour de la croissance et du plein emploi que l'afrique, des licenciements à la pelle,des entreprises qui ferment, une dette qui augmente a une vitesse vertigineuse,beaucoup de pays risquant le defaut de paiement à tout instant, un recours systematique à la planche à billet,des monnaies qui vont servir bientot de torche cul et c'est cet occident qui veut donner la croissance et le plein emploi au senegal et à l'afrique,mdrrrrrr. Si FMI et banque mondiale a coups d'ajustements structurels etaient la solution de l'afrique on l'aurait su et vu sur le terrain depuis belle lurette,plustot des outils a d'avantage nous appauvrir economiquement,nous fragiliser politiquement et accroitre notre dependance à la soit disante aide toxique. La premiere des choses pour pretendre sortir de la pauvreté c'est etre maitre de sa monnaie pour pouvoir mettre sur pieds une politique economique et financiere en accord avec ses besoins veritables. Le titre devrait plustot etre : " L'arnaque du FMI et de la banque mondiale rentre dans une nouvelle fase", et dire que certains vont y croire et que les elus collabos de ce pays vont hypothequer l'avenir de generations entieres pour enrichir encore le vampire occidentale. La main qui donne a un pouvoir de vie et de mort sur la vie la main qui reçoit.
N'goné Latyr En Février, 2013 (10:25 AM) 0 FansN°: 7
Bonjour,



Pour aller vers une croissance économique durable, l'état du Sénégal doit impérativement réfléchir sur ces points essentiels suivant :



1 - Booster le secteur primaire (agriculture) en augmentant la production par la mécanisation.



2 - Créér des routes ou pistes de production.



3 - Des lieux de stockage et valoriser le capital semencier



4 - Mettre l'accent sur l'irrigation avec le Canal du Cayor



5 - Supprimer tous les intermédiaires



6 - Inciter les jeunes vers une agriculture moderne



L'état doit surtout payer la dette intérieure afin de permettre aux PME & PMI de sortir de cette crise latente.

Enfin, partager les fruits de la croissance avec les couches les plus démunies de notre société.



Merci,



Exsopiste En Février, 2013 (11:01 AM) 0 FansN°: 8
Ngoné l. Tu as parfaitement raison ; ta recette ajoutée à celle de la banque mondiale le tour est joué pour atteindre un certain seuil de developpement. Je suis en porte à faux contre ceux qui critiquent aveuglement les recettes de la Banque Mondiale. Elles sont très pertinentes. Sauf à les appliquer de manière inintelligente ou dévoyée

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]