Mercredi 19 Juin, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Societe

[ Reportage ] Retour sur le lieu de détention de Mamadou Dia

Single Post
[ Reportage ] Retour sur le lieu de détention de Mamadou Dia

Dakar, 24 jan (APS) - Kédougou. En arrivant par la route nationale Numéro 7 dans cette ville située à plus de 702 km de Dakar, on tombe infailliblement sur la gendarmerie en face delaquelle se dresse un bâtiment qui ne paie pas de mine. La bâtisse est quelconque, presque anonyme, mais elle est chargée d’histoire pour avoir servi pendant douze ans de lieu de détention à l’ancien président du Conseil, Mamadou Dia, ainsi qu’à quatre de ses compagnons.

Sitôt le seuil franchi, un long couloir s’étire devant vous sur une dizaine de mètres. Quelques pas et sur la gauche, on tombe sur des inscriptions qui renseignent que l’ancien Camp pénal spécial de Kéougou s’appelle désormais Maison d’arrêt et de Correction.

N’empêche, les lieux gardent encore jalousement des ’’souvenirs’’ de ses plus illustres détenus : Mamadou Dia et les ministres Waldiodio Ndiaye, Joseph Mbaye, Ibrahima Sarr et Alioune Tall.

Trois projecteurs, des rangées de fils barbelés, cinq hublots épars, tous rouillés par l’usure du temps, y sont encore perceptibles. Derrière le mur d’enceinte, on peut également apercevoir des poteaux entourés de grillages et d’autres barbelés.

’’Ce n’était pas les seuls dispositifs sécuritaires’’, précise le régisseur de la prison, Baïla Cissokho à un groupe d’étudiants du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) en visite à Kédougou dans le cadre d’un séjour rural.

’’A l’époque, il y avait des lampions pour guetter les moindres mouvements. J’habitais dans le quartier mais nous n’osions même pas nous approcher de la prison. En ce moment, je n’étais pas encore responsable ici’’, poursuit Baïla Cissokho

Sur le flanc droit de la cellule où était Mamadou Dia, se trouve un mirador qui hébergeait huit militaires chargé de surveiller les prisonniers. Pendant ce temps, d’autres gardes effectuaient des rondes dans le couloir, renseigne-t-il.

’’Ces détenus n’étaient pas n’importe qui. Ils étaient accusés d’avoir tenté un coup d’Etat contre le président Senghor. Peut-être qu’il craignait que des gens cherchent à les libérer’’, dit-il pour justifier la raison d’un tel dispositif sécuritaire.

Pourtant, les lieux ne sont pas aussi sévères. On penserait presque à de vieilles villas. ‘’Ce lieu était prévu pour accueillir les premières Habitations à loyer modéré (HLM) de la ville. C’est l’ancien ministre Mady Cissokho qui avait suggéré à Senghor d’y envoyer ces détenus’’, explique un gendarme.

Ce faisant, le Camp pénal spécial a été réaménagé pour recevoir ses illustres ‘’hôtes’’. A l’époque, la prison était divisée en quatre secteurs et il n’y avait aucun contact entre les prisonniers. Un couloir séparait Mamadou Dia de ses camarades d’infortune.

Aujourd’hui, le dâtiment devenu Maison d’arrêt et de correction a subi quelques modifications.

La villa où était détenu Valdiodio Ndiaye sert de bureaux à l’administration pénitentiaire et celles de Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall sont occupées en partie par le chef de poste de la prison. Le reste du bâtiment abrite les prisonniers de droit commun.

Dans l’ancienne cellule de l’ex-président du Conseil qui reste innocupée, les mauvaises herbes ont poussé. Le plafond a complètement cédé. Les murs sont en pleine décrépitude, des gravats obstruent l’accès. Ce bâtiment est en ruine comme s’il ne veut plus d’un occupant.


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR