Dimanche 18 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[Portrait] Thione Niang, de la Maison Blanche aux champs du Sénégal

Single Post
[Portrait] Thione Niang, de la Maison Blanche aux champs du Sénégal

Ancien responsable des jeunes démocrates aux États-Unis et proche de Barack Obama, Thione Niang est de nouveau basé au Sénégal où il cultive des champs. Son projet : former des jeunes et travailler la base de toute activité économique, l'agriculture.

Cette célébrité internationale au profil musclé reçoit chez lui en toute simplicité, en pantalon wax et T-shirt noir. Sa maison, discrètement plantée au bord d'une plage, à une heure de Dakar, est à son image. Pour y entrer, il faut traverser un garage transformé en hall, dont les murs sont peints comme une rue de Brooklyn. Se succèdent en noir et blanc les portraits géants de Nelson Mandela, Martin Luther King, Rosa Park, Bob Marley et Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie musulmane des mourides au Sénégal.

Au salon, à l'étage, un portrait de Barack Obama trône près de la télévision, plus petit que celui de Bob Marley, sous un immense cadre en verre posé à même le sol. Ici, des livres et là, une guitare. Sur le mur, une autre fresque représente Thione Niang aux États-Unis, entouré par ce qu'on devine être sa famille, ses amis, sa communauté. Le portrait de son défunt grand-père Mam Thione, en médaillon dans le ciel, veille sur son monde.

Sans façon, le maître des lieux propose un dîner à ses visiteurs du soir. Il ne donne de consignes à personne et passe en cuisine pour le préparer lui-même. Il sert poulet, oeuf, salade et niébés, un plat simple et délicieux, tout frais sorti de ses champs.

De Kaolack à Cleveland

Son parcours relève de l'une des success-stories les plus emblématiques des États-Unis. À 30 ans, en 2008, Thione Niang s'illustre dans la campagne électorale de Barack Obama. Il fait sien le slogan "Yes, we can" jusqu'au bout des ongles, et apprend au premier président noir des États-Unis deux mots de wolof chers à son coeur : Nio far ("On est ensemble").

Issu d'une famille pauvre et polygame du quartier de Medina Baye, à Kaolack, une ville du centre du Sénégal, il part à 16 ans terminer ses études secondaires au lycée Blaise Diagne à Dakar. En 1998, comme tant d'autres, il rêve des États-Unis où est déjà partie toute une vague de jeunes Sénégalais depuis le début des années 1990. Son objectif, des plus banals au Sénégal : aider financièrement sa mère, ses frères et ses soeurs. À quatre reprises, il demande le visa, avant d'atterrir en 2000 à New York, dans le Bronx, avec 20 dollars en poche. La solidarité qui prévaut dans la communauté sénégalaise des États-Unis fonctionne à plein. Il est accueilli par des contacts, et trouve vite un emploi dans un restaurant.

Ses connexions le mènent à Cleveland, Ohio, où il travaille dans un hôtel Marriott tout en poursuivant ses études et en enseignant le français dans un quartier noir de la ville. "Ce travail m'a réveillé, raconte-t-il. Je voyais beaucoup de jeunes Africains-Américains de 14 et 15 ans qui allaient en prison. Je me suis demandé comment faire une différence dans cette grande ville où les jeunes Noirs sont laissés à des familles de mères célibataires, sans mentor ni rôle modèle. La crise économique frappait dur, à cause de la délocalisation des industries de Cleveland vers l'Asie".

De Cleveland à Washington

Il s'engage en 2005 comme volontaire dans la campagne d'un conseiller municipal démocrate, Kevin Conwell, en espérant qu'il pourra changer la vie de ces jeunes. Remarqué pour son dynamisme et sa capacité de mobilisation, il participe la même année en tant que directeur adjoint à la campagne du candidat à la mairie Frank Jackson, démocrate métis réélu trois fois depuis et toujours en fonctions. Il oeuvre ensuite aux côtés de la députée noire Shirley Smith, présidente du Black Caucus pour l'Ohio, candidate aux sénatoriales.

Elle lui permet de rencontrer le sénateur Barack Obama en 2006, à Columbus. Il rejoint quelques mois plus tard la campagne du candidat déclaré à la présidentielle en tant que "community organizer" des jeunes démocrates pour le comté de Cuyahoga. Il contribue à lever des fonds et diffuser des messages de proximité sur les réseaux sociaux. En 2009, après une élection historique, il est nommé président chargé des affaires internationales des jeunes démocrates des États-Unis.

De Washington au Sénégal avec Give1 Project

En 2012, il appelle de nouveau les jeunes Américains à soutenir Barack Obama pour "protéger le rêve américain" et lance à ses côtés la campagne officielle. Président national de Generation 44 (Gen44), Obama étant 44e président des États-Unis, Thione Niang dirige le comité financier de la campagne destiné aux moins de 40 ans. Il est sélectionné la même année par le Center for American Progress parmi les 10 activistes noirs les plus "audacieux" des États-Unis.

Dès 2009, inspiré par un discours d'Obama, il pense à lancer sa fondation, qu'il baptise Give1 Project. Présente dans 34 pays à travers le monde, dont 23 en Afrique, elle se préoccupe du sort et de l'autonomie des jeunes. Il se sent concerné par le sort des jeunes migrants, jusqu'au Salvador ou au Guatemala qui tentent l'aventure vers les États-Unis au péril de leur vie. Thione Niang veut les aider à se construire un avenir chez eux, dans leur pays, en les formant et incubant des porteurs de projets. "Je suis allé à Ceuta, à la frontière entre le Maroc et l'Espagne, et j'ai vu le même phénomène, témoigne-t-il. Des gens traversent l'océan pour chercher des opportunités en Europe. Je les ai rencontrés, ils vivent dans les forêts, dans des conditions difficilement explicables."

Son expérience avec Give1 Project lui vaut des invitations dans bien des conférences, au Medef en France et pour un discours TEDx notamment. Elle l'a conduit à faire une tournée dans dix pays d'Asie pour parler d'entrepreneuriat social. "Le capitalisme tel qu'il est pratiqué aux États-Unis ne fonctionne pas, dit-il. Au final, il oublie la base, les masses, et génère des inégalités impossibles à combler. L'entrepreneuriat social vise ces inégalités, il se situe entre le monde des affaires et les associations à but non lucratif, pour faire du bien tout en faisant de l'argent."

Dans un champ de tomates, Thione Niang donne l'exemple aux jeunes qu'il forme. © Archives personnelles de Thione Niang.

 

Entrepreneur social avec JeufZone au Sénégal

"Nous ne faisons que du concret et du sérieux, poursuit-il. On ne vend pas du vent, car nous sommes ici chez nous". Nationaliste africain, très attaché au rêve panafricain de ses aînés, il a repris pied au Sénégal en 2015. Il critique le contrôle exercé par des capitaux étrangers sur les économies africaines, mais ne veut surtout pas faire de politique chez lui, où il est redouté pour sa force de frappe potentielle. Pour éviter de devenir une boule dans un jeu de quilles, il ne parle plus à la presse depuis deux ans. "Il est possible de changer les choses par l'entreprise", résume-t-il, tout en pointant la responsabilité de tous dans sa société, dans la longue chaîne de "dépendance" qui fait qu'un actif fait vivre "30 personnes en moyenne".

Persuadé que tout leadership consiste à donner l'exemple, il a décidé voilà quatre ans de cultiver des champs au Sénégal. Sur 75 hectares, il pousse les jeunes à changer de perspective sur l'agriculture et l'initiative en général. "Ce n'est pas un travail de pauvre dans des villages sans eau ni électricité qu'il faut absolument quitter pour trouver un job de gardien à Dakar. L'agriculture est noble, elle compte parce qu'elle est la base de notre indépendance économique. C'est elle qui nourrit le pays."

Dont acte : il fournit des terres, de l'eau, du matériel avec son entreprise JeufZone ("Zone d'action" en anglais et wolof), mais pas de salaire. JeufZone se rembourse en prenant 50% des bénéfices sur les ventes de tomates, et veille à construire un réseau de distribution indépendant, pour créer toute une chaîne sans intermédiaires. L'entreprise approvisionne ses propres restaurants jusqu'à Dakar, et a monté un site Internet pour délivrer ses produits frais. JeufZone propose aussi des formations de six mois à l'agriculture et la gestion.

Également actif dans le mégaprojet Akon Lighting Africa, qu'il porte avec le rappeur Akon et leur associé Samba Bathily, Thione Niang voyage constamment. Il revient tout juste du Japon où il a rencontré des partenaires qui ont développé des drones pour gérer l'irrigation des champs. Ce jeune quadra a déjà écrit ses Mémoires d'un éternel optimiste (Washington Publishing), pour raconter sa jeunesse et motiver ses lecteurs. Il a la vie devant lui, pour réaliser ses nombreux projets.


Article_similaires

24 Commentaires

  1. Auteur

    Antimacky

    En Juillet, 2019 (08:49 AM)
    Il a compris et bonne continuation
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (12:36 PM)
      vraiment thione doit arreter!
      thione arrete tamine
      tu ne peux pas surfer sur le smots "maison blanche" et ton "tiofai" pour bruler les etapes.
      plus doorkat que ce mec tu meurs.
      le mem style que amy sarr fall
      ils ne seront jamais adans des débats avec d'autres personnes.eux c'est le style que tous les trafiquants de personnalité utilisent:discours,course aux selfies avec des mondialement connus,belle gueule,belle diction,mise soignée et hop les cons y croient.
      ce n'est pas possible
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (13:44 PM)
      boy la pire connerie toi qui traite les gens de cons c'est la méchanceté car c'est dieu qui donne. ce qui sont cons c'est les gens qui dénigrent lamentablement et lâchement le travail des autres sans aucune vergogne. les travailleurs n'ont pas l'énergie négative de vous répondre.
  2. Auteur

    En Juillet, 2019 (08:56 AM)
    Par: Par Sabine Cessou ....................- RFI
    Auteur

    Badji

    En Juillet, 2019 (09:03 AM)
    tres fier de toi jeune homme c est une bonne leçon pour tous les complexés qui pensent que le bureau climatisé est le signe de la réussite vraiment j aimerais te voir te serrer fort la main les yeux dans les yeux et dire bro je suis fier de toi longue vie et bonne santé
    Auteur

    En Juillet, 2019 (09:12 AM)
    Un exemple pour la jeunesse. Retournez aux sources: l agriculture.
    Auteur

    En Juillet, 2019 (09:14 AM)
    seneweb arrêtez de piquer les articles des autres et de les plaquer sur votre site/ Cet article est de RFI. Pas la peine de le préciser d’ailleurs car qui lit cet article sait que ce niveau de journalisme et de français vous dépasse
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (09:21 AM)
      et ils n'ont mm pas la grandeur de citer que c'est un article ecrit par rfi ....de vrais badolas wa seneweb !
    Auteur

    En Juillet, 2019 (09:14 AM)
    seneweb arrêtez de piquer les articles des autres et de les plaquer sur votre site/ Cet article est de RFI. Pas la peine de le préciser d’ailleurs car qui lit cet article sait que ce niveau de journalisme et de français vous dépasse
    Auteur

    Walabook

    En Juillet, 2019 (09:14 AM)
    Je suis contre la migration clandestine. J'estime beaucoup Mr NIANG qui a parfaitement compris le socle du développement.

    L'appel que je lance aux jeunes c'est de migrer dans la légalité. Il a fallut que ce dernier (Thione NIANG) voyage aux USA pour devenir ce qu'il est aujourd'hui...
    Auteur

    En Juillet, 2019 (09:16 AM)
    bonne continuation grand
    Auteur

    Maxi

    En Juillet, 2019 (09:25 AM)
    Cest des personnes comme toi , que nous jeunes senegalais doivent prendre comme reference ,et sunir autour dun seul et unique objectif devolopper notre galsen , cest pas les europeens , chinois , ni americains qui vont le faire pour nous.

    La resussite est entre nos mains , soyons des travailleurs et non des dependants , sortons de notre complexe , et ayons seulement comme philosophie TRAVILLER POUR REUSSIR , WA SALAM
    Auteur

    Bravo

    En Juillet, 2019 (09:32 AM)
    Chapeau Monsieur Niang, si y'avait plusieurs jeunes comme vous, le Sénégal serait developpé il ya longtemps. Continuez sur votre chemin et qu'on ne vous change point.
    Auteur

    En Juillet, 2019 (09:44 AM)
    Je suis tres fier de vous.

    De la part d'un compatriote au Japon.
    Auteur

    Djibson Brothers

    En Juillet, 2019 (09:51 AM)
    big up Thione tu es une reference
    Auteur

    Salam

    En Juillet, 2019 (10:07 AM)
    Good Job. Toutes nos félicitations.

    Il faut juste penser à partager l'expérience avec les acteurs du monde rurales que vous trouvez sur place en mettant en avant la dynamique paysanne pour la conservation et la préservation des semences afin d'éviter la dépendance vis à vis des firmes agricole "monopolisante".

    Il faut aider les PME agricole familiale à se développer pour fixer les jeunes dans leurs terroir tout en leur facilitant l'accès à vos réseaux d'écoulement de vos produits. Les encourager à faire du bio et de la polyculture à taille humaine.

    Encore félicitation et bonne continuation.

    Auteur

    Reusokay

    En Juillet, 2019 (10:12 AM)
    Il n’a jsmsuz été avec Obama mythomane !
    • Auteur

      Lea Jaloux Vont Maigrir

      En Juillet, 2019 (14:19 PM)
      c'est toi le menteur, il a ete le president des jeunes democrats. moi qui vie auz etats unis depuis plus de 10 ans j'en connais quelque chose. sokhore guen trop.............
    Auteur

    Mamadou Thiam

    En Juillet, 2019 (10:12 AM)
    Salam mon cher Thione, tout le plaisir est pour nous. Très heureux de voir la réussite d'un ancien ami de classe (CEM2 Valdioio) Portez vous bien mon cher.
    Auteur

    En Juillet, 2019 (10:18 AM)
    Moi je vis en depuis presque 30ans en lisant cet article sur ce Monsieur Niang , Artikel qui m a beaucoup fait changer de ces conneries de politique qu on nous bombarde à gogo. Je suis en train de préparer mon retour et rendre ce que mon bled m a donné. Et je dirai toujours Danke Deutschland. J aime pas donner des conseils mais j aimerais bien dire aux jeunes ne vous laissez pas détourner de l essentiel en suivant ces agitateurs et politiciens Soyez intéressés mais avec votre propre vision et retournez au village cultiver la terre ou autre chose You only get what you give. Quittez Dakar c’est la misère. Je suis né à Dakar mais tous mes terrains je les achète dans les villages pour vivre et travailler mieux. Sorry si j ai été discourtois envers quelqu’un
    Auteur

    Mid

    En Juillet, 2019 (10:22 AM)
    Bravo Thione, bonne continuation. Vous êtes un modèle pour le pays.
    Auteur

    Mouwaaayyy

    En Juillet, 2019 (10:29 AM)
    Vous serez bien surpris quand Vous rentrerez mon cher. Si certains se sont engagés et se battent contre les politiciens ce n’est pas de gaieté de cœur...

    Un pays ne peut fonctionner sans une élite politique digne.



    Imaginez on vous vole et vous n’avez nulle part ou faire une réclamation. On prend vos terres et vous n’avez que vos yeux pour pleurer. On détruit vos biens et vous avez du mal à rentrer dans vos droits. On tue votre fils et quels années après vous voyez son assassin dans la rue...



    Ce sont ces choses qui poussent certains à combattre tandis que d’autres préfèrent vaquer à leurs occupations
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (11:06 AM)
      bro j aime pas ta mentalité de ngre à voire toujours et tout noir you have to act basta ce n est pas à toi de me dire ou de m avertir de ne pas rentrer au bled je ne crois à votre engagement politique de changer quoi que ce soit il m incombe à moi et moi seul de changer ma vie continue ton fight politique c’est ton droit. mais laisse moi prendre exemple sur mister niang. bonne chance dans ton combat de salon et réseaux sociaux
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (12:23 PM)
      je suis d’accord avec mouway. par contre, toi tu n’as rien compris. il te parle de politique, art de gestion de la cité, et toi tu parles de politique politicienne. thione niang sur qui tu prends exemple a eu des propos politiques qui ont causé le tollé à un moment.

      rentre au pays et fais ce que tu veux, c’est ton problème. mais de grâce fermes ta gueule sur des combats que d’autres mènent de bonne foi pour essayer d'améliorer la vie de leur concitoyens.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (13:06 PM)
      tu n essaies pas et ne va améliorer la vie de qui que ce soit en plus pas comme politicien je ne connais même pas ce gars thione c est la première fois que j entends parler de lui je ne suis fan que de moi-même il m inspire seulement dans ce qu il est en train de faire au bled . je ne suis pas un politicien bbc
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2019 (13:21 PM)
      c’est visiblement une perte de temps que d’echanger avec toi. je ne sais pas quel boulot tu fais en allemagne, mais tu n’es pas très futé. tu ne vois pas que j’ai bien distingué le politicien du politique qui a des convictions?
      encore une fois, fais tes projets, c’est ton affaire. mais de grâce, fermes ta gueule sur des choses que tu n’as pas l’intelligence de comprendre et garde tes jugements de valeur pour toi.
    Auteur

    Grawoulien

    En Juillet, 2019 (10:53 AM)
    Niang ballo, bravo...votre cas multiplié par 100 pourrait changer grandement la donne au pays du lac Rose.

    Le développement commence par une agriculture diversifiée et maîtrisée....
    Auteur

    En Juillet, 2019 (11:35 AM)
    j'admire ce gars un homme doit avoir la culture du travail moi meme j'ai passé ans en Italie à Brescia à travailler dans les usines aujord'hui je suis rentré au Sénégal j'ai une maison à Bambilor et j'ai acheté un verger près de Sébikhotane depuis 2 ans je suis au pays je travaille dans mon verger je vends des fruits et quelques légumes aux bonnes dames de Diamniadio et je n'ai plus les 1400 euros que je percevais par mois comme operaio metalmeccanica livello 4 mais je suis heureux de retrouer ma femme et mes gosses je demande aux sénégalais d'arreter de vendre les champs aux étrangers et aux promoteurs immobiliers il n y a plus de vergers entre Déni biram Ndao et Sébikhotane

    Je demande à l'Etat d'aider les petits producteurs comme nous autres l'eau de la SDE QU'ON PAYE mensuellement est très chére les intrants engrais et autres sont inaccessibles

    On tue petit à petit la production fruitière des Niayes qui jadis avec la Casamance fournissait des fruits pendant toute l'année aux sénégalais les promoteurs immobiliers et les municipalités politiques sont entrain de détruire les derniers vergers par une usurpation des terres

    L'Etat doit protéger les petits producteurs des Niayes les étrangers ont tout pris des dizaines d'hectares ils cultivent et exportent chez eux les mairies politiques spolient les terres pour les vendre les arbres fruitiers sont détruits
    Auteur

    En Juillet, 2019 (11:58 AM)
    Mister Italy c est beau de te lire La Familie est sacree moi je l ai à côté de moi ici en Allemagne je dis Alhamdoulilahi Mais Inshallah on pense au bled On est mieux que chez Soi
    Auteur

    En Juillet, 2019 (12:33 PM)
    Rien n'est impossible dans la vie seul le TRAVAIL paye bon courage mon frere que Dieu t'accompagne dans tous tes project fiere de toi.
    Auteur

    Wakh Deug

    En Juillet, 2019 (13:30 PM)
    Nous saluons l'initiative de M. Niang et nous vous souhaitons bonne continuation pour la suite. Vous êtes un modèle pour la jeunesse africaine.

    Auteur

    En Juillet, 2019 (14:14 PM)
    Quand j’ai lu l’article, je me suis dit: aujourd’hui Seneweb a fait un effort, ils lui ont envoyé leur meilleur journaliste. Jusqu’à ce que je lis dans les commentaires que l’article provient de RFI.... lol

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR