AFROBASKET-RESULTAT Le Sénégal bat l’Angola (78-85)

  • Par : Aps | Le 20 août, 2011 à 19:08:31 | Lu 86037 fois | 222 Commentaires
content_image

AFROBASKET-RESULTAT Le Sénégal bat l’Angola (78-85)

- Le Sénégal a battu l’Angola (78-85, mi-temps 46-44), samedi à Antananarivo, à l’issue d’un match palpitant au cours duqeul les Lions se sont réveillés au deuxième quart temps pour ne plus jamais se laisser dominer.Le Sénégal occupe la première place de la poule B de l’Afrobasket en attendant son dernier match de poule contre le Tchad, lundi.Depuis 1997, le Sénégal n’a jamais battu l’Angola qui n’avait perdu que 3 matches en 80 sorties africaines.

aps

Commentaire (106)


Ndoyenne En Août, 2011 (19:04 PM) 0 FansN°: 1
congratulations.
Aleon En Août, 2011 (19:06 PM) 0 FansN°: 2
salut a tous
félicitation aux lions !
apres ce brillant résultat, nos autorités vont essayer de se racheter en diffusant les prochains matchs de l’équipe de basket. certes il n’est jamais tard pour bien faire mais, offrir a balla gaye 2 autant d’argent alors que la moitie de cette somme seulement allait permettre a des millions de sénégalais de suivre cette coupe d’afrique est suffisant pour se révolter. c’est scandaleux mon pays je ne sais pas ce qui se passe dans l ;a tet de nos dirigeants. le peuple réveillez vous c’est grave.
Sdos En Août, 2011 (19:04 PM) 0 FansN°: 3
c'est de la lutte :hun: 
Daguite En Août, 2011 (19:04 PM) 0 FansN°: 4
Bravo les lions, dommage qu'on n'a pu vous suivre en direct.
Tic En Août, 2011 (19:38 PM) 0 FansN°: 2
allez y sur xalima, moi j ai suivi en direct !
Bène Coach En Août, 2011 (19:05 PM) 0 FansN°: 5
RTS mome moye lolou rek
By En Août, 2011 (19:24 PM) 0 FansN°: 1
rts moom moy loolou ay thiouné lanou
Wahatiko En Août, 2011 (19:05 PM) 0 FansN°: 6
walllllaaaaboookkkk

Dias  En Août, 2011 (19:05 PM) 0 FansN°: 7
bravo

Rts1 En Août, 2011 (19:06 PM) 0 FansN°: 8
quand c'est petit , c'est sur RTS1  :down: 
Sweet En Août, 2011 (19:07 PM) 0 FansN°: 9
bravo les lions congratulations.....am so happy
Crazy Lions En Août, 2011 (19:07 PM) 0 FansN°: 10
les lions ont gagné une bataille c'est bon signe pour le tiauki-fin!!!!!
Krkrk En Août, 2011 (19:07 PM) 0 FansN°: 11
bravo o lion gé suivi l match sr le net c bon ds lensembl  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
Sur.. En Août, 2011 (20:11 PM) 0 FansN°: 1
sur kel site ta suivi donne moi svp
Nacabir En Août, 2011 (10:20 AM) 0 FansN°: 2
on peut avoir les stats du match
Nacabir En Août, 2011 (10:20 AM) 0 FansN°: 3
on peut avoir les stats du match
Nacabir En Août, 2011 (10:20 AM) 0 FansN°: 4
on peut avoir les stats du match
Alou En Août, 2011 (19:08 PM) 0 FansN°: 12
wakh kat yi wakh lène!!! ki disait que le sénégal va perdre???? nitt dangay gueum sa boppp!!! Yalla na lène Yala may ndame!!
Diop$ En Août, 2011 (19:08 PM) 0 FansN°: 13
Pour être une surprise s'en est une! Reste à confirmer et remporter le trophée. Que Antananarivo porte chance aux lions comme cela fut pour les lionnes il y a 2 ans
Ela En Août, 2011 (19:28 PM) 0 FansN°: 1
et si baba tandian avait raison?
je suis pas un pro du basket mais j'ai vu son empreinte:
1- pour une fois le senegal a joué sur son fort en défense : le secteur intérieur! babacar touré et malick badiane ( quel progression de sa part!) ont été maitre de secteur intérieur au point que les angolais ont beaucoup tenté de loin
2 -le senegal a parfaitement maitrisé la défense en zone
3 -notre habituel point faible: quand on est pressé de haut les ailiers ne supportent pas assez le meneur. cette année on a bien géré ces moments
4- les roles sont bien distribués et les point bien répartis! vant on se reposait sur le talent de boniface. cette année il y'a des systemes bien établis pour fluidifier le basket.

ma conclusion: yeh na niou am entraineur toubab. venant de moi c'est surprenant! mais le coach est présent et j'ai été agréablement surpris
Blinks  En Août, 2011 (22:24 PM) 0 FansN°: 1
mais si qu'il a raison et c'est un homme du basket .les coachs peuvent aussi faire la difference et c'est aussi valable pour le foot .
Gaindes Ndiaye En Août, 2011 (19:08 PM) 0 FansN°: 14
VIVE LES DJOLLOFMEN LE PEUPLE VOUS SOUTIENT! :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
Niayeniaye En Août, 2011 (22:31 PM) 0 FansN°: 1
c'est vraiment désolant de voir des gens qui refuse le développement comme le president et sa television. mais bis dina gnow mou nek ay netali kesseee
Chonchon En Août, 2011 (19:10 PM) 0 FansN°: 16
le match était yes! le senegal a su remonter la manche! trés beau match face aux angolais ki sont trés bn Ndoye Ndiaye et Faye étaient o top! Je m'incline face au talent de Morais ki a kasiment réussi tout ses 3pts! beau match! And allez le Sénégal :)  :love: 
La Gazette En Août, 2011 (19:13 PM) 0 FansN°: 17
INFRASTRUCTURES ROUTIERES AU SENEGAL

POURQUOI LA DEGRADATION PREMATUREE ?



Les infrastructures routières, au Sénégal, ont ceci en commun : elles se détériorent quelque temps après leur réalisation. Jusqu’à créer un malaise dans le milieu du Btp et au plus haut sommet de l’Etat, le maître d’ouvrage. Qu’est-ce qui explique ces errements ? Les réponses fournies à cet effet à La Gazette par des techniciens du Btp sont édifiantes

La scène s’est passée en 2002 sur la Route Nationale numéro 1 (RN1), à hauteur de Diouroup (20 kilomètres de Fatick). Le président Abdoulaye Wade, en tournée dans le Sine-Saloum, donne l’ordre au cortège de s’arrêter. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il sort de sa voiture, touche l’asphalte étalé sur la chaussée « garnie » de nids-de-poules et lance : « Désormais, je veux des routes dont la capacité de résistance est d’au moins 50 ans. Je demande à tous les démembrements de l’Etat du Sénégal à s’engager pour relever ce défi ». Le projet est ambitieux, mais fait sourire les « hommes de l’art » qui indiquent que « c’est utopique de penser à réaliser au Sénégal une route dont la durée de vie dépasse au plus 15 ans ». Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal (Jls) s’offusque d’emblée : « Quand le président Wade disait qu’il allait faire des routes dont la durée de vie est de 50 ans, on savait que c’était des blagues ». Car selon les techniciens du Btp, la durée de vie maximale d’une route ne dépasse pas 15 ans. L’ambition du président Wade est-elle alors une simple déclaration d’intention ou une folie de grandeur démesurée ? On peut le penser en raison du fait que des initiatives ont été prises depuis cette date, mais, le défi est, jusque-là, loin d’être relevé.

La plupart des routes qui ont vu le jour ces dernières années, se sont détériorées en l’espace de quelques années, pour ne pas dire, quelques mois. Les exemples de la route Fatick-Kaolack, de Kaolack-Mbirkilane, de Bargny-Fass Mbao (pour ne citer que celles-là) sont patents. Pourquoi les routes ne tiennent-elles donc pas longtemps au Sénégal ? Les réponses sont multiples et diverses, mais un fait reste constant : Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays africains, la construction de routes se fait sans normes. Elle se fait « avec des manquements allant de la conception des cahiers de charges à la maintenance (entretien) des infrastructures routières, en passant par l’exécution des travaux ». Il y a alors une grande possibilité de verser dans la médiocrité. Loin des critères d’excellence qui caractérisent un ouvrage fait « dans les règles de l’art ». Les infrastructures routières du Sénégal, ont fini de montrer des carences dues à des erreurs dans la conception répertoriées dans les dossiers des cahiers de charges, à des matériaux inadaptés, à une mauvaise exécution des travaux ou à un manque d’entretien des ouvrages…

ERREMENTS DANS LES TECHNIQUES UTILISEES

Dans la conception des cahiers de charges, on peut déceler deux séries de problèmes. Si l’Etat ou tout simplement le client a besoin de se faire construire une route, ce sont d’abord, les bureaux d’études qui soumissionnent. Dès qu’un bureau d’études gagne le marché, il élabore un cahier de charges basé sur les investigations menées sur le terrain. Si donc, il y a manquements à la conception, le jeu est faussé dès le départ. Or, le hic des bureaux d’études sénégalais est qu’ils se basent le plus souvent sur du « déjà fait ». « Nous travaillons en étroite collaboration avec les bureaux d’études, mais, il faut noter que les dossiers d’appels d’offres de la plupart de ces bureaux d’études sont faits sur la base de résultats réchauffés. Ils ne font que du « copier/coller » », regrette Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal. Dans un langage moins codé, lorsque, dans une course, on fausse le départ, il est évident qu’on la perd d’avance. Si les techniciens des bureaux d’études ne prennent pas la peine de faire des études globales sérieuses de terrain pour déterminer les matériaux, les dimensionnements et les modules adéquats pour faire la conception des ouvrages, les conséquences ne peuvent qu’être néfastes quant à la qualité des ouvrages.

Sur le plan technique, les prescriptions entre différents acteurs de la construction routière sont toujours contradictoires. La voie est donc ouverte aux contre-performances ! Les différents acteurs « ne s’appuient jamais sur une connaissance locale et avérée des performances mécaniques des matériaux locaux », notamment les graveleux latéritiques. Les valeurs très dispersées données aux caractéristiques élastiques des matériaux, comme le module de déformation dans les rapports techniques des Dossiers d’Appel d’Offres (Dao), sont des éléments assez illustratifs. Sur les routes renforcées du Sénégal, la plupart des couches de base traitées au ciment subissent des déformations intenses ou atteignent une place de rupture prématurée. Il y a alors un problème avec les méthodes de dimensionnement utilisées au Sénégal. Cela démontre qu’en matière d’études routières, il n’y a pas de spécifications sérieuses appliquées comme normes auxquelles il doit être fait référence pour la latérite-ciment. Ces constations sont aussi valables dans les méthodologies d’approches des sols de plate-forme. Et à ce niveau, les techniques d’études des sols support sont aussi variées que les Bureaux d’études chargés d’effectuer les travaux routiers.

L’emploi de modules élevés diminue considérablement les épaisseurs de mise en œuvre et corrélativement les coûts d’exécution dans un projet. Leur surévaluation entraîne des épaisseurs de chaussée faible, donc un sous-dimensionnement des ouvrages. Le choix du module de la latérite améliorée au ciment et de sa résistance en flexion est déterminant dans l’application du dimensionnement rationnel aux structures routières. Ceci pose la nécessité de bien les définir au risque de ne pas atteindre les durées de service prévues. « Nous avons fait des études qui ont montré que les acteurs du Btp pèchent dans le choix des modules qui traduisent les capacités portantes des matériaux. Ils sont unanimes à dire que le module de la latérite est de 15000 bars alors que nos études ont montré que 10000 bars suffisent largement pour déterminer le module de ce matériau. Pis, au lieu d’envoyer des chefs de mission dans les chantiers, les maîtres d’ouvrage envoient le plus souvent des avocats qui ont tendance à ne défendre que le cahier de charges », accuse Abdoulaye Mbodji. En tout cas, une telle situation est fortement préjudiciable à la qualité de la route qui voit ainsi sa durée de vie réduite.

Le problème des matériaux est également devenu crucial au Sénégal. Il y a une forte raréfaction de matériaux. Pas assez de latérite et de basalte utilisés dans la construction de route. On retrouve ces matériaux à Ngoundiane Diack dans le département de Thiès ou dans le Kédougou, une zone complètement enclavée. Or, plus le tronçon de route à construire est loin de ces zones, les coûts de transport sont répercutés sur le coût de l’ouvrage. Mais, le problème le plus sérieux est celui de la latérite qui reste le matériau le plus utilisé au Sénégal. Non seulement la latérite devient rare, mais une latérite de qualité reste, de plus en plus, introuvable. Pis, une erreur monumentale sur le choix du Cbr (Californian Berius Ratio) de la latérite se glisse toujours dans tous les appels d’offres. Jusqu’aux années 90, il était convenu qu’ « une latérite à utiliser en fondation doit toujours avoir un Cbr de 60 ». Aujourd’hui, compte tenu de la raréfaction de ce matériau, les bureaux d’études ont tendance à rendre conventionnel un Cbr de 30 en fondation pour la même latérite. Or, c’est le Cbr qui détermine grossièrement la qualité ou la capacité de la latérite. « Plus le Cbr est grand, mieux est la latérite. Pour une bonne qualité des routes au Sénégal, il faut plutôt les faire avec un Cbr de 60 », informe le géotechnicien Abdou Lahat Ndiaye. Malheureusement, cette faute lourde commise par les techniciens est encore plus présente dans beaucoup de cahiers de charges.

Pis, au niveau de l’exécution des travaux, si une des trois entités en présence à savoir le maître d’ouvrage (l’Etat ou son représentant) qui pilote le bureau de contrôle, le bureau d’études et l’entreprise chargée d’exécuter les travaux tenue de respecter les injonctions du chef de mission, faillit à sa mission ou s’enlise dans une défaillance organisationnelle, les conséquences sont néfastes à la qualité de la route.

Même si les différentes entités que sont le bureau d’études, le bureau de contrôle et les entreprises encourent des sanctions en cas de manquement. Le bureau de contrôle et le maître d’ouvrage ont aussi la possibilité de faire arrêter les travaux déjà faits (chose rare) lorsque ceux-ci ne sont pas exécutés dans « les règles de l’art », c’est-à-dire suivant le cahier de charges.

PROCEDURES BIAISEES

Lorsque le maître d’ouvrage veut se faire construire une route, il est d’abord tenu de faire appel aux bureaux d’études. Le bureau d’études sélectionné va sur le terrain, fait ses investigations du point de vue géotechnique et géologique, de l’environnement et de la structure de la chaussée. C’est à la suite de ces travaux d’une équipe pluridisciplinaire mise en place pour les besoins, que le bureau d’études fait un cahier de charges et dit de quelle façon il veut que ce tronçon de route soit exécuté. Dans ce cahier de charges établi sur la base d’arguments techniques, il y a des critères de sélection auxquelles chaque entreprise soumissionnaire doit répondre, suivant le code des marchés publics du Sénégal qui détermine les critères de sélection des entreprises soumissionnaires. L’article 60 de ce code indique que « l’appel d’offres est la procédure par laquelle une autorité contractante attribue le marché, après appel à la concurrence, au candidat réunissant les conditions de qualification qui remet l’offre conforme évaluée la moins disante, sur la base de critères quantifiés en termes monétaires préalablement portés à la connaissance des candidats, sans négociation. L’appel d’offres peut être ouvert ou restreint. Il est dit ouvert lorsque tout candidat peut remettre une offre, et restreint lorsque seuls peuvent remettre une offre les candidats qui y ont été directement invités par l’Autorité Contractante…. »

Seulement, dans le milieu du Btp, il est facile de relever des couacs. Il y a souvent des compromissions dues à une dangereuse complicité entre les bureaux d’études, les bureaux de contrôle et les entreprises. L’absence de normes pour la construction de routes au Sénégal, laisse alors libre court à des dérives de toutes sortes. Au-delà de ces problèmes techniques, des aspects administratifs minent les dossiers d’appels d’offres. L’épineuse question de la corruption, de népotisme et de favoritisme dans la passation des marchés gangrène également le milieu du Btp. Même si les clauses contenues dans les cahiers de charges sont claires, les critères de sélection sont parfois volontairement exagérés pour éliminer la concurrence.

Alors que plus le nombre de soumissionnaires est grand, plus le maître d’ouvrage a une chance d’avoir de bons prix et de pouvoir apprécier la qualité des travaux. Comme tous ceux qui s’activent dans le Btp se connaissent, une entente tacite entre eux peut aussi être vite trouvée. Des entreprises aptes à soumissionner peuvent trouver une entente pour laisser une d’entre elles gagner un marché. Une entreprise peut aussi faire un black-out devant un marché pour laisser passer une autre moyennant un « dédommagement ». « Tout ceci aboutit à la mauvaise qualité des routes et ne joue pas en faveur de la fiabilité et de la bonne foi des entreprises choisies pour la réalisation des routes », se lamente Dominique Ndong, ingénieur polytechnicien. De ce point de vue, l’exagération des critères de sélection peut jouer sur la fiabilité des études techniques qui guident le cahier de charges.

Pis, le maître d’ouvrage a facilement la possibilité d’éliminer une entreprise en fixant les critères de sélection au-dessus de ses capacités. Si dans l’appel d’offres pour la réalisation d’un tronçon de route qui doit coûter 10 milliards, on exige des entreprises soumissionnaires un chiffre d’affaires de 20 milliards, cela sous-entend que toutes les entreprises sénégalaises sont quasiment éliminées d’avance. Ça a été le cas dans l’appel d’offres pour le marché de l’autoroute à péage. Il a fallu que l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal (Jls), pour contourner la mesure, fasse appel à des partenaires chinois pour se présenter au nom de « Talix Group ». A ces critères, du reste, restrictives, il faut ajouter les cahiers de prescription technique (Cpt) qui renferment des aspects visant à éliminer une ou des entreprise(s). L’illustration est faite dans l’appel d’offres pour la réalisation du tronçon de route Thiaroye/Fass Mbao. Il était indiqué, dans le cahier de charges que le tout venant (mélange de différents tas de matériaux utilisés dans le Btp) sera traité « au ciment et en centrale ». Là, c’est l’entreprise qui dispose d’une centrale qui a tendance à faire un meilleur prix parce que tout disponible chez elle. Par contre, celle qui ne dispose pas de cette capacité, risque de se confronter à un investissement plus élevé. Toutes ces considérations faussent la concurrence et influent sur la qualité des routes.

Le problème de la bonne foi et du respect des engagements des entreprises constitue aussi un obstacle. Pour preuve, certaines des entreprises auxquelles l’Aatr avait attribué les marchés ces dernières années, n’ont pas honoré leurs engagements. C’est le cas par exemple, du Groupe Disso S.A. Cette entreprise a été épinglée, par décision N°…/09/ARMP/CRD du 13 Janvier 2009, par le comité de règlement des différends de l’Armp, statuant en formation disciplinaire. Sur la saisine de l’Aatr, le Groupe Disso a été accusé d’avoir fourni, dans le cadre d’un appel d’offres, de fausses déclarations pour gagner le marché des travaux d’entretien courant des routes non revêtues du réseau classé de la région de Louga. Les faits ? A la suite de l’évaluation technique des offres du marché sus visé, l’AATR a constaté qu’un certain « Cheikh Wade est proposé au poste de géotechnicien par le Groupe DISSO S.A », alors que ce dernier travaille à temps plein à l’APIX (Agence chargée de la promotion de l’investissements et des grands travaux) et dit n’avoir pas autorisé le Groupe DISSO S.A. à utiliser son CV. Tout cela implique une différenciation qui fausse la concurrence et influe dans la durée de vie de la route.

Babou Birame FAYE



Nix En Août, 2011 (19:16 PM) 0 FansN°: 18
al hamdullillah.j'ai aimé le matche.Quelle équipe du sénégal!! la peur va changer de camp Inchallah....car Dieu est avec nous.Et comme disait l'autre....Si Dieu est avec nous...qui sera contre nous?

En Directe En Août, 2011 (19:18 PM) 0 FansN°: 19
j'ai suivi le match en direct sur le bouquet multichoice supersport9. ils sont mentalement forts et ont fait douté le geant angolais du debut jusqu'a la fin du match. le coatch francais est bon il semble etre un grand competiteur.

le reste nous edifiera
Diaw12 En Août, 2011 (19:20 PM) 0 FansN°: 20
vous pouvez suivre les match du senegal en tapant sur google: watch senegal vs tchad. et choisir le lien: senegak vs tchad streamonline. j crois le site sappelle firstthrowsports. good luck
F2re En Août, 2011 (19:21 PM) 0 FansN°: 21
c'est pas vrai le senegal a deja battu langola a dakar en 9X...

Dada En Août, 2011 (22:56 PM) 0 FansN°: 1
ta raisonnnnnn! ces journaliste ne verifie meme pas avan d dire des choz kil n maitrise pa!!! le senegal a belle et bien battu l'angola en 1997 et ct pas la seule foii! s il vous plais verifier avant de dire n importe koi !
Wax Waxeet En Août, 2011 (19:25 PM) 0 FansN°: 22
BRAVO LES LIONS, NICE GAME WITH LITTLE BET DEFENSE WE WILL WIN THE AFRO BASKET,BRAVO A XALIMA.COM J SUIVI ENDIRECT GRACE A XALIMA.
Tiers Mondiste En Août, 2011 (19:26 PM) 0 FansN°: 23
INFRASTRUCTURES ROUTIERES AU SENEGAL

POURQUOI LA DEGRADATION PREMATUREE ?





Les infrastructures routières, au Sénégal, ont ceci en commun : elles se détériorent quelque temps après leur réalisation. Jusqu’à créer un malaise dans le milieu du Btp et au plus haut sommet de l’Etat, le maître d’ouvrage. Qu’est-ce qui explique ces errements ? Les réponses fournies à cet effet à La Gazette par des techniciens du Btp sont édifiantes

La scène s’est passée en 2002 sur la Route Nationale numéro 1 (RN1), à hauteur de Diouroup (20 kilomètres de Fatick). Le président Abdoulaye Wade, en tournée dans le Sine-Saloum, donne l’ordre au cortège de s’arrêter. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il sort de sa voiture, touche l’asphalte étalé sur la chaussée « garnie » de nids-de-poules et lance : « Désormais, je veux des routes dont la capacité de résistance est d’au moins 50 ans. Je demande à tous les démembrements de l’Etat du Sénégal à s’engager pour relever ce défi ». Le projet est ambitieux, mais fait sourire les « hommes de l’art » qui indiquent que « c’est utopique de penser à réaliser au Sénégal une route dont la durée de vie dépasse au plus 15 ans ». Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal (Jls) s’offusque d’emblée : « Quand le président Wade disait qu’il allait faire des routes dont la durée de vie est de 50 ans, on savait que c’était des blagues ». Car selon les techniciens du Btp, la durée de vie maximale d’une route ne dépasse pas 15 ans. L’ambition du président Wade est-elle alors une simple déclaration d’intention ou une folie de grandeur démesurée ? On peut le penser en raison du fait que des initiatives ont été prises depuis cette date, mais, le défi est, jusque-là, loin d’être relevé.

La plupart des routes qui ont vu le jour ces dernières années, se sont détériorées en l’espace de quelques années, pour ne pas dire, quelques mois. Les exemples de la route Fatick-Kaolack, de Kaolack-Mbirkilane, de Bargny-Fass Mbao (pour ne citer que celles-là) sont patents. Pourquoi les routes ne tiennent-elles donc pas longtemps au Sénégal ? Les réponses sont multiples et diverses, mais un fait reste constant : Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays africains, la construction de routes se fait sans normes. Elle se fait « avec des manquements allant de la conception des cahiers de charges à la maintenance (entretien) des infrastructures routières, en passant par l’exécution des travaux ». Il y a alors une grande possibilité de verser dans la médiocrité. Loin des critères d’excellence qui caractérisent un ouvrage fait « dans les règles de l’art ». Les infrastructures routières du Sénégal, ont fini de montrer des carences dues à des erreurs dans la conception répertoriées dans les dossiers des cahiers de charges, à des matériaux inadaptés, à une mauvaise exécution des travaux ou à un manque d’entretien des ouvrages…

ERREMENTS DANS LES TECHNIQUES UTILISEES

Dans la conception des cahiers de charges, on peut déceler deux séries de problèmes. Si l’Etat ou tout simplement le client a besoin de se faire construire une route, ce sont d’abord, les bureaux d’études qui soumissionnent. Dès qu’un bureau d’études gagne le marché, il élabore un cahier de charges basé sur les investigations menées sur le terrain. Si donc, il y a manquements à la conception, le jeu est faussé dès le départ. Or, le hic des bureaux d’études sénégalais est qu’ils se basent le plus souvent sur du « déjà fait ». « Nous travaillons en étroite collaboration avec les bureaux d’études, mais, il faut noter que les dossiers d’appels d’offres de la plupart de ces bureaux d’études sont faits sur la base de résultats réchauffés. Ils ne font que du « copier/coller » », regrette Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal. Dans un langage moins codé, lorsque, dans une course, on fausse le départ, il est évident qu’on la perd d’avance. Si les techniciens des bureaux d’études ne prennent pas la peine de faire des études globales sérieuses de terrain pour déterminer les matériaux, les dimensionnements et les modules adéquats pour faire la conception des ouvrages, les conséquences ne peuvent qu’être néfastes quant à la qualité des ouvrages.

Sur le plan technique, les prescriptions entre différents acteurs de la construction routière sont toujours contradictoires. La voie est donc ouverte aux contre-performances ! Les différents acteurs « ne s’appuient jamais sur une connaissance locale et avérée des performances mécaniques des matériaux locaux », notamment les graveleux latéritiques. Les valeurs très dispersées données aux caractéristiques élastiques des matériaux, comme le module de déformation dans les rapports techniques des Dossiers d’Appel d’Offres (Dao), sont des éléments assez illustratifs. Sur les routes renforcées du Sénégal, la plupart des couches de base traitées au ciment subissent des déformations intenses ou atteignent une place de rupture prématurée. Il y a alors un problème avec les méthodes de dimensionnement utilisées au Sénégal. Cela démontre qu’en matière d’études routières, il n’y a pas de spécifications sérieuses appliquées comme normes auxquelles il doit être fait référence pour la latérite-ciment. Ces constations sont aussi valables dans les méthodologies d’approches des sols de plate-forme. Et à ce niveau, les techniques d’études des sols support sont aussi variées que les Bureaux d’études chargés d’effectuer les travaux routiers.

L’emploi de modules élevés diminue considérablement les épaisseurs de mise en œuvre et corrélativement les coûts d’exécution dans un projet. Leur surévaluation entraîne des épaisseurs de chaussée faible, donc un sous-dimensionnement des ouvrages. Le choix du module de la latérite améliorée au ciment et de sa résistance en flexion est déterminant dans l’application du dimensionnement rationnel aux structures routières. Ceci pose la nécessité de bien les définir au risque de ne pas atteindre les durées de service prévues. « Nous avons fait des études qui ont montré que les acteurs du Btp pèchent dans le choix des modules qui traduisent les capacités portantes des matériaux. Ils sont unanimes à dire que le module de la latérite est de 15000 bars alors que nos études ont montré que 10000 bars suffisent largement pour déterminer le module de ce matériau. Pis, au lieu d’envoyer des chefs de mission dans les chantiers, les maîtres d’ouvrage envoient le plus souvent des avocats qui ont tendance à ne défendre que le cahier de charges », accuse Abdoulaye Mbodji. En tout cas, une telle situation est fortement préjudiciable à la qualité de la route qui voit ainsi sa durée de vie réduite.

Le problème des matériaux est également devenu crucial au Sénégal. Il y a une forte raréfaction de matériaux. Pas assez de latérite et de basalte utilisés dans la construction de route. On retrouve ces matériaux à Ngoundiane Diack dans le département de Thiès ou dans le Kédougou, une zone complètement enclavée. Or, plus le tronçon de route à construire est loin de ces zones, les coûts de transport sont répercutés sur le coût de l’ouvrage. Mais, le problème le plus sérieux est celui de la latérite qui reste le matériau le plus utilisé au Sénégal. Non seulement la latérite devient rare, mais une latérite de qualité reste, de plus en plus, introuvable. Pis, une erreur monumentale sur le choix du Cbr (Californian Berius Ratio) de la latérite se glisse toujours dans tous les appels d’offres. Jusqu’aux années 90, il était convenu qu’ « une latérite à utiliser en fondation doit toujours avoir un Cbr de 60 ». Aujourd’hui, compte tenu de la raréfaction de ce matériau, les bureaux d’études ont tendance à rendre conventionnel un Cbr de 30 en fondation pour la même latérite. Or, c’est le Cbr qui détermine grossièrement la qualité ou la capacité de la latérite. « Plus le Cbr est grand, mieux est la latérite. Pour une bonne qualité des routes au Sénégal, il faut plutôt les faire avec un Cbr de 60 », informe le géotechnicien Abdou Lahat Ndiaye. Malheureusement, cette faute lourde commise par les techniciens est encore plus présente dans beaucoup de cahiers de charges.

Pis, au niveau de l’exécution des travaux, si une des trois entités en présence à savoir le maître d’ouvrage (l’Etat ou son représentant) qui pilote le bureau de contrôle, le bureau d’études et l’entreprise chargée d’exécuter les travaux tenue de respecter les injonctions du chef de mission, faillit à sa mission ou s’enlise dans une défaillance organisationnelle, les conséquences sont néfastes à la qualité de la route.

Même si les différentes entités que sont le bureau d’études, le bureau de contrôle et les entreprises encourent des sanctions en cas de manquement. Le bureau de contrôle et le maître d’ouvrage ont aussi la possibilité de faire arrêter les travaux déjà faits (chose rare) lorsque ceux-ci ne sont pas exécutés dans « les règles de l’art », c’est-à-dire suivant le cahier de charges.

PROCEDURES BIAISEES

Lorsque le maître d’ouvrage veut se faire construire une route, il est d’abord tenu de faire appel aux bureaux d’études. Le bureau d’études sélectionné va sur le terrain, fait ses investigations du point de vue géotechnique et géologique, de l’environnement et de la structure de la chaussée. C’est à la suite de ces travaux d’une équipe pluridisciplinaire mise en place pour les besoins, que le bureau d’études fait un cahier de charges et dit de quelle façon il veut que ce tronçon de route soit exécuté. Dans ce cahier de charges établi sur la base d’arguments techniques, il y a des critères de sélection auxquelles chaque entreprise soumissionnaire doit répondre, suivant le code des marchés publics du Sénégal qui détermine les critères de sélection des entreprises soumissionnaires. L’article 60 de ce code indique que « l’appel d’offres est la procédure par laquelle une autorité contractante attribue le marché, après appel à la concurrence, au candidat réunissant les conditions de qualification qui remet l’offre conforme évaluée la moins disante, sur la base de critères quantifiés en termes monétaires préalablement portés à la connaissance des candidats, sans négociation. L’appel d’offres peut être ouvert ou restreint. Il est dit ouvert lorsque tout candidat peut remettre une offre, et restreint lorsque seuls peuvent remettre une offre les candidats qui y ont été directement invités par l’Autorité Contractante…. »

Seulement, dans le milieu du Btp, il est facile de relever des couacs. Il y a souvent des compromissions dues à une dangereuse complicité entre les bureaux d’études, les bureaux de contrôle et les entreprises. L’absence de normes pour la construction de routes au Sénégal, laisse alors libre court à des dérives de toutes sortes. Au-delà de ces problèmes techniques, des aspects administratifs minent les dossiers d’appels d’offres. L’épineuse question de la corruption, de népotisme et de favoritisme dans la passation des marchés gangrène également le milieu du Btp. Même si les clauses contenues dans les cahiers de charges sont claires, les critères de sélection sont parfois volontairement exagérés pour éliminer la concurrence.

Alors que plus le nombre de soumissionnaires est grand, plus le maître d’ouvrage a une chance d’avoir de bons prix et de pouvoir apprécier la qualité des travaux. Comme tous ceux qui s’activent dans le Btp se connaissent, une entente tacite entre eux peut aussi être vite trouvée. Des entreprises aptes à soumissionner peuvent trouver une entente pour laisser une d’entre elles gagner un marché. Une entreprise peut aussi faire un black-out devant un marché pour laisser passer une autre moyennant un « dédommagement ». « Tout ceci aboutit à la mauvaise qualité des routes et ne joue pas en faveur de la fiabilité et de la bonne foi des entreprises choisies pour la réalisation des routes », se lamente Dominique Ndong, ingénieur polytechnicien. De ce point de vue, l’exagération des critères de sélection peut jouer sur la fiabilité des études techniques qui guident le cahier de charges.

Pis, le maître d’ouvrage a facilement la possibilité d’éliminer une entreprise en fixant les critères de sélection au-dessus de ses capacités. Si dans l’appel d’offres pour la réalisation d’un tronçon de route qui doit coûter 10 milliards, on exige des entreprises soumissionnaires un chiffre d’affaires de 20 milliards, cela sous-entend que toutes les entreprises sénégalaises sont quasiment éliminées d’avance. Ça a été le cas dans l’appel d’offres pour le marché de l’autoroute à péage. Il a fallu que l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal (Jls), pour contourner la mesure, fasse appel à des partenaires chinois pour se présenter au nom de « Talix Group ». A ces critères, du reste, restrictives, il faut ajouter les cahiers de prescription technique (Cpt) qui renferment des aspects visant à éliminer une ou des entreprise(s). L’illustration est faite dans l’appel d’offres pour la réalisation du tronçon de route Thiaroye/Fass Mbao. Il était indiqué, dans le cahier de charges que le tout venant (mélange de différents tas de matériaux utilisés dans le Btp) sera traité « au ciment et en centrale ». Là, c’est l’entreprise qui dispose d’une centrale qui a tendance à faire un meilleur prix parce que tout disponible chez elle. Par contre, celle qui ne dispose pas de cette capacité, risque de se confronter à un investissement plus élevé. Toutes ces considérations faussent la concurrence et influent sur la qualité des routes.

Le problème de la bonne foi et du respect des engagements des entreprises constitue aussi un obstacle. Pour preuve, certaines des entreprises auxquelles l’Aatr avait attribué les marchés ces dernières années, n’ont pas honoré leurs engagements. C’est le cas par exemple, du Groupe Disso S.A. Cette entreprise a été épinglée, par décision N°…/09/ARMP/CRD du 13 Janvier 2009, par le comité de règlement des différends de l’Armp, statuant en formation disciplinaire. Sur la saisine de l’Aatr, le Groupe Disso a été accusé d’avoir fourni, dans le cadre d’un appel d’offres, de fausses déclarations pour gagner le marché des travaux d’entretien courant des routes non revêtues du réseau classé de la région de Louga. Les faits ? A la suite de l’évaluation technique des offres du marché sus visé, l’AATR a constaté qu’un certain « Cheikh Wade est proposé au poste de géotechnicien par le Groupe DISSO S.A », alors que ce dernier travaille à temps plein à l’APIX (Agence chargée de la promotion de l’investissements et des grands travaux) et dit n’avoir pas autorisé le Groupe DISSO S.A. à utiliser son CV. Tout cela implique une différenciation qui fausse la concurrence et influe dans la durée de vie de la route.



Babou Birame FAYE



Sup En Août, 2011 (19:26 PM) 0 FansN°: 24
felicitations

Coach Aris En Août, 2011 (19:27 PM) 0 FansN°: 25
Devant toujours devant les gars restez concentrés car ce n'st que le début du commencement!!allons y pour la victoire finale!!Dieu est grand!!

Bay En Août, 2011 (19:28 PM) 0 FansN°: 26
rts mom ay thiouné lanou sathi rek bravo les lions? :sn: :bravo
Alzo En Août, 2011 (19:30 PM) 0 FansN°: 27
Felicitation les lions de la téranga vous nous représentez au plus au niveau
Ca Kanam En Août, 2011 (19:30 PM) 0 FansN°: 28
Bravo ausx lions et bonne. Le plus dur commence car maintenant le Sénégal sera attendu par tous ses adversaires. Mais Alain Weisz mérite les félicitations pour avoir monté une équipe compétitive malgré le désistement des joueurs sur qui il comptait: Boniface, Saer Séne, Cheikh Samb sans compter les français qui ont bloqué Badiane et Gomis, et pape Badiane qui s'est blessé, Gueye bloqué par les italiens.

Bonne continuation et bonne chance
Jules César Le Grand Diatta En Août, 2011 (19:30 PM) 0 FansN°: 29
C'est vraiment désolant que la télévision sénégalaise ne puisse un seul instant offrir à la junesse du pays la retansmission d'une coupe continentale de basket. Pourtant si c'est une activité politique, on s'empresse de la montrer toute la journée pour plaire au "roi". C'est vraiment dommage ! Je me demande parfois si c'est la télévision des sénégalais ou si c'est celle d'un parti au pouvoir. Voyez les images qu'on nous bombarde à longueur de journées, de semaines. Quelle honte!
Tiersmondiste En Août, 2011 (19:36 PM) 0 FansN°: 30
INFRASTRUCTURES ROUTIERES AU SENEGAL

POURQUOI LA DEGRADATION PREMATUREE ?



Les infrastructures routières, au Sénégal, ont ceci en commun : elles se détériorent quelque temps après leur réalisation. Jusqu’à créer un malaise dans le milieu du Btp et au plus haut sommet de l’Etat, le maître d’ouvrage. Qu’est-ce qui explique ces errements ? Les réponses fournies à cet effet à La Gazette par des techniciens du Btp sont édifiantes

La scène s’est passée en 2002 sur la Route Nationale numéro 1 (RN1), à hauteur de Diouroup (20 kilomètres de Fatick). Le président Abdoulaye Wade, en tournée dans le Sine-Saloum, donne l’ordre au cortège de s’arrêter. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il sort de sa voiture, touche l’asphalte étalé sur la chaussée « garnie » de nids-de-poules et lance : « Désormais, je veux des routes dont la capacité de résistance est d’au moins 50 ans. Je demande à tous les démembrements de l’Etat du Sénégal à s’engager pour relever ce défi ». Le projet est ambitieux, mais fait sourire les « hommes de l’art » qui indiquent que « c’est utopique de penser à réaliser au Sénégal une route dont la durée de vie dépasse au plus 15 ans ». Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal (Jls) s’offusque d’emblée : « Quand le président Wade disait qu’il allait faire des routes dont la durée de vie est de 50 ans, on savait que c’était des blagues ». Car selon les techniciens du Btp, la durée de vie maximale d’une route ne dépasse pas 15 ans. L’ambition du président Wade est-elle alors une simple déclaration d’intention ou une folie de grandeur démesurée ? On peut le penser en raison du fait que des initiatives ont été prises depuis cette date, mais, le défi est, jusque-là, loin d’être relevé.

La plupart des routes qui ont vu le jour ces dernières années, se sont détériorées en l’espace de quelques années, pour ne pas dire, quelques mois. Les exemples de la route Fatick-Kaolack, de Kaolack-Mbirkilane, de Bargny-Fass Mbao (pour ne citer que celles-là) sont patents. Pourquoi les routes ne tiennent-elles donc pas longtemps au Sénégal ? Les réponses sont multiples et diverses, mais un fait reste constant : Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays africains, la construction de routes se fait sans normes. Elle se fait « avec des manquements allant de la conception des cahiers de charges à la maintenance (entretien) des infrastructures routières, en passant par l’exécution des travaux ». Il y a alors une grande possibilité de verser dans la médiocrité. Loin des critères d’excellence qui caractérisent un ouvrage fait « dans les règles de l’art ». Les infrastructures routières du Sénégal, ont fini de montrer des carences dues à des erreurs dans la conception répertoriées dans les dossiers des cahiers de charges, à des matériaux inadaptés, à une mauvaise exécution des travaux ou à un manque d’entretien des ouvrages…

ERREMENTS DANS LES TECHNIQUES UTILISEES

Dans la conception des cahiers de charges, on peut déceler deux séries de problèmes. Si l’Etat ou tout simplement le client a besoin de se faire construire une route, ce sont d’abord, les bureaux d’études qui soumissionnent. Dès qu’un bureau d’études gagne le marché, il élabore un cahier de charges basé sur les investigations menées sur le terrain. Si donc, il y a manquements à la conception, le jeu est faussé dès le départ. Or, le hic des bureaux d’études sénégalais est qu’ils se basent le plus souvent sur du « déjà fait ». « Nous travaillons en étroite collaboration avec les bureaux d’études, mais, il faut noter que les dossiers d’appels d’offres de la plupart de ces bureaux d’études sont faits sur la base de résultats réchauffés. Ils ne font que du « copier/coller » », regrette Abdoulaye Mbodji, directeur technique de l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal. Dans un langage moins codé, lorsque, dans une course, on fausse le départ, il est évident qu’on la perd d’avance. Si les techniciens des bureaux d’études ne prennent pas la peine de faire des études globales sérieuses de terrain pour déterminer les matériaux, les dimensionnements et les modules adéquats pour faire la conception des ouvrages, les conséquences ne peuvent qu’être néfastes quant à la qualité des ouvrages.

Sur le plan technique, les prescriptions entre différents acteurs de la construction routière sont toujours contradictoires. La voie est donc ouverte aux contre-performances ! Les différents acteurs « ne s’appuient jamais sur une connaissance locale et avérée des performances mécaniques des matériaux locaux », notamment les graveleux latéritiques. Les valeurs très dispersées données aux caractéristiques élastiques des matériaux, comme le module de déformation dans les rapports techniques des Dossiers d’Appel d’Offres (Dao), sont des éléments assez illustratifs. Sur les routes renforcées du Sénégal, la plupart des couches de base traitées au ciment subissent des déformations intenses ou atteignent une place de rupture prématurée. Il y a alors un problème avec les méthodes de dimensionnement utilisées au Sénégal. Cela démontre qu’en matière d’études routières, il n’y a pas de spécifications sérieuses appliquées comme normes auxquelles il doit être fait référence pour la latérite-ciment. Ces constations sont aussi valables dans les méthodologies d’approches des sols de plate-forme. Et à ce niveau, les techniques d’études des sols support sont aussi variées que les Bureaux d’études chargés d’effectuer les travaux routiers.

L’emploi de modules élevés diminue considérablement les épaisseurs de mise en œuvre et corrélativement les coûts d’exécution dans un projet. Leur surévaluation entraîne des épaisseurs de chaussée faible, donc un sous-dimensionnement des ouvrages. Le choix du module de la latérite améliorée au ciment et de sa résistance en flexion est déterminant dans l’application du dimensionnement rationnel aux structures routières. Ceci pose la nécessité de bien les définir au risque de ne pas atteindre les durées de service prévues. « Nous avons fait des études qui ont montré que les acteurs du Btp pèchent dans le choix des modules qui traduisent les capacités portantes des matériaux. Ils sont unanimes à dire que le module de la latérite est de 15000 bars alors que nos études ont montré que 10000 bars suffisent largement pour déterminer le module de ce matériau. Pis, au lieu d’envoyer des chefs de mission dans les chantiers, les maîtres d’ouvrage envoient le plus souvent des avocats qui ont tendance à ne défendre que le cahier de charges », accuse Abdoulaye Mbodji. En tout cas, une telle situation est fortement préjudiciable à la qualité de la route qui voit ainsi sa durée de vie réduite.

Le problème des matériaux est également devenu crucial au Sénégal. Il y a une forte raréfaction de matériaux. Pas assez de latérite et de basalte utilisés dans la construction de route. On retrouve ces matériaux à Ngoundiane Diack dans le département de Thiès ou dans le Kédougou, une zone complètement enclavée. Or, plus le tronçon de route à construire est loin de ces zones, les coûts de transport sont répercutés sur le coût de l’ouvrage. Mais, le problème le plus sérieux est celui de la latérite qui reste le matériau le plus utilisé au Sénégal. Non seulement la latérite devient rare, mais une latérite de qualité reste, de plus en plus, introuvable. Pis, une erreur monumentale sur le choix du Cbr (Californian Berius Ratio) de la latérite se glisse toujours dans tous les appels d’offres. Jusqu’aux années 90, il était convenu qu’ « une latérite à utiliser en fondation doit toujours avoir un Cbr de 60 ». Aujourd’hui, compte tenu de la raréfaction de ce matériau, les bureaux d’études ont tendance à rendre conventionnel un Cbr de 30 en fondation pour la même latérite. Or, c’est le Cbr qui détermine grossièrement la qualité ou la capacité de la latérite. « Plus le Cbr est grand, mieux est la latérite. Pour une bonne qualité des routes au Sénégal, il faut plutôt les faire avec un Cbr de 60 », informe le géotechnicien Abdou Lahat Ndiaye. Malheureusement, cette faute lourde commise par les techniciens est encore plus présente dans beaucoup de cahiers de charges.

Pis, au niveau de l’exécution des travaux, si une des trois entités en présence à savoir le maître d’ouvrage (l’Etat ou son représentant) qui pilote le bureau de contrôle, le bureau d’études et l’entreprise chargée d’exécuter les travaux tenue de respecter les injonctions du chef de mission, faillit à sa mission ou s’enlise dans une défaillance organisationnelle, les conséquences sont néfastes à la qualité de la route.

Même si les différentes entités que sont le bureau d’études, le bureau de contrôle et les entreprises encourent des sanctions en cas de manquement. Le bureau de contrôle et le maître d’ouvrage ont aussi la possibilité de faire arrêter les travaux déjà faits (chose rare) lorsque ceux-ci ne sont pas exécutés dans « les règles de l’art », c’est-à-dire suivant le cahier de charges.

PROCEDURES BIAISEES

Lorsque le maître d’ouvrage veut se faire construire une route, il est d’abord tenu de faire appel aux bureaux d’études. Le bureau d’études sélectionné va sur le terrain, fait ses investigations du point de vue géotechnique et géologique, de l’environnement et de la structure de la chaussée. C’est à la suite de ces travaux d’une équipe pluridisciplinaire mise en place pour les besoins, que le bureau d’études fait un cahier de charges et dit de quelle façon il veut que ce tronçon de route soit exécuté. Dans ce cahier de charges établi sur la base d’arguments techniques, il y a des critères de sélection auxquelles chaque entreprise soumissionnaire doit répondre, suivant le code des marchés publics du Sénégal qui détermine les critères de sélection des entreprises soumissionnaires. L’article 60 de ce code indique que « l’appel d’offres est la procédure par laquelle une autorité contractante attribue le marché, après appel à la concurrence, au candidat réunissant les conditions de qualification qui remet l’offre conforme évaluée la moins disante, sur la base de critères quantifiés en termes monétaires préalablement portés à la connaissance des candidats, sans négociation. L’appel d’offres peut être ouvert ou restreint. Il est dit ouvert lorsque tout candidat peut remettre une offre, et restreint lorsque seuls peuvent remettre une offre les candidats qui y ont été directement invités par l’Autorité Contractante…. »

Seulement, dans le milieu du Btp, il est facile de relever des couacs. Il y a souvent des compromissions dues à une dangereuse complicité entre les bureaux d’études, les bureaux de contrôle et les entreprises. L’absence de normes pour la construction de routes au Sénégal, laisse alors libre court à des dérives de toutes sortes. Au-delà de ces problèmes techniques, des aspects administratifs minent les dossiers d’appels d’offres. L’épineuse question de la corruption, de népotisme et de favoritisme dans la passation des marchés gangrène également le milieu du Btp. Même si les clauses contenues dans les cahiers de charges sont claires, les critères de sélection sont parfois volontairement exagérés pour éliminer la concurrence.

Alors que plus le nombre de soumissionnaires est grand, plus le maître d’ouvrage a une chance d’avoir de bons prix et de pouvoir apprécier la qualité des travaux. Comme tous ceux qui s’activent dans le Btp se connaissent, une entente tacite entre eux peut aussi être vite trouvée. Des entreprises aptes à soumissionner peuvent trouver une entente pour laisser une d’entre elles gagner un marché. Une entreprise peut aussi faire un black-out devant un marché pour laisser passer une autre moyennant un « dédommagement ». « Tout ceci aboutit à la mauvaise qualité des routes et ne joue pas en faveur de la fiabilité et de la bonne foi des entreprises choisies pour la réalisation des routes », se lamente Dominique Ndong, ingénieur polytechnicien. De ce point de vue, l’exagération des critères de sélection peut jouer sur la fiabilité des études techniques qui guident le cahier de charges.

Pis, le maître d’ouvrage a facilement la possibilité d’éliminer une entreprise en fixant les critères de sélection au-dessus de ses capacités. Si dans l’appel d’offres pour la réalisation d’un tronçon de route qui doit coûter 10 milliards, on exige des entreprises soumissionnaires un chiffre d’affaires de 20 milliards, cela sous-entend que toutes les entreprises sénégalaises sont quasiment éliminées d’avance. Ça a été le cas dans l’appel d’offres pour le marché de l’autoroute à péage. Il a fallu que l’entreprise Jean Lefebvre/Sénégal (Jls), pour contourner la mesure, fasse appel à des partenaires chinois pour se présenter au nom de « Talix Group ». A ces critères, du reste, restrictives, il faut ajouter les cahiers de prescription technique (Cpt) qui renferment des aspects visant à éliminer une ou des entreprise(s). L’illustration est faite dans l’appel d’offres pour la réalisation du tronçon de route Thiaroye/Fass Mbao. Il était indiqué, dans le cahier de charges que le tout venant (mélange de différents tas de matériaux utilisés dans le Btp) sera traité « au ciment et en centrale ». Là, c’est l’entreprise qui dispose d’une centrale qui a tendance à faire un meilleur prix parce que tout disponible chez elle. Par contre, celle qui ne dispose pas de cette capacité, risque de se confronter à un investissement plus élevé. Toutes ces considérations faussent la concurrence et influent sur la qualité des routes.

Le problème de la bonne foi et du respect des engagements des entreprises constitue aussi un obstacle. Pour preuve, certaines des entreprises auxquelles l’Aatr avait attribué les marchés ces dernières années, n’ont pas honoré leurs engagements. C’est le cas par exemple, du Groupe Disso S.A. Cette entreprise a été épinglée, par décision N°…/09/ARMP/CRD du 13 Janvier 2009, par le comité de règlement des différends de l’Armp, statuant en formation disciplinaire. Sur la saisine de l’Aatr, le Groupe Disso a été accusé d’avoir fourni, dans le cadre d’un appel d’offres, de fausses déclarations pour gagner le marché des travaux d’entretien courant des routes non revêtues du réseau classé de la région de Louga. Les faits ? A la suite de l’évaluation technique des offres du marché sus visé, l’AATR a constaté qu’un certain « Cheikh Wade est proposé au poste de géotechnicien par le Groupe DISSO S.A », alors que ce dernier travaille à temps plein à l’APIX (Agence chargée de la promotion de l’investissements et des grands travaux) et dit n’avoir pas autorisé le Groupe DISSO S.A. à utiliser son CV. Tout cela implique une différenciation qui fausse la concurrence et influe dans la durée de vie de la route.

Babou Birame FAYE



De Grivaï Pamia "centrafrique" En Août, 2011 (19:37 PM) 0 FansN°: 31
Ainsi vient la fin d'une suprématie continentale. Le Sénégal s'attendra à sa défaite en demi finale par la Centrafrique.

Mais bravo aux lions pour ce grand match en se souvenant de la match de préparation contre la Centrafrique à Lille.  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
Ela En Août, 2011 (19:58 PM) 0 FansN°: 1
aujourd'hui j'ai compris que le coach sénégalais s'est bien servi des matchs de préparation pour travailler des systemes. les résultats peuvent etre trompeurs!
si jamais on rejoue la centrafique vous saurez que ce match est trompeur. le senegal a aussi battu le cameroun et j'ai été surpris par leur qualité.
quoiqu'il en soit le senegal vient de donner espoir á toutes les équipes. les jeux sont ouverts!
Wey Fipu En Août, 2011 (19:37 PM) 0 FansN°: 32
JE VOIS QUE MON DÉSARROI EST PARTAGE PAR LA PLUPART DE CEUX QUI POSTENT UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE. JE NE PEUX PAS COMPRENDRE QU'ON DISTRIBUE DES MILLIONS DE GAUCHE A DROIT,QU'ON EN DONNE A DES GENS QUI ONT PLUS D'ARGENT QUE LE COMMUN DES SÉNÉGALAIS ET QU'ON PRIVE LES SENEGALAIS DE CHOSE AUSSI IMPORTANT QU'UN CHAMPIONNAT CONTINENTAL.
Koumen En Août, 2011 (19:39 PM) 0 FansN°: 33
Congratulations! C'est le moment de se concentrer sur le reste des matchs. Rien n'est encore gagne, mais le Senegal a frappe un grand coup. C'est bon pour le moral. Vigilance. Les angolais useront de tous les moyens.Tout peut arriver.
Lyns En Août, 2011 (19:41 PM) 0 FansN°: 34
Quelles sont les raisons pour lesquelles la R.T.S. ne retransmet pas les match? J'étais persuadé qu'ils étaient diffusés sur SN2! Je n'ose croire que c'est pour des raisons financiers que les sénégalais ne regardent pas les matchs de ce tournoi!
Basketeur En Août, 2011 (19:50 PM) 0 FansN°: 1
mon cher ami cé triste mé cé pour dé raisons financiers!! la rts na pa voulu payé lé 39 millions demandé par la fiba!! la rts a voulu passé par un intermediaire et fiba a refusé!! cé dommage pour notre nation!! on ne nous respecte pas!! la rts ne respecte pa le drapeau national!!!
Babs En Août, 2011 (19:46 PM) 0 FansN°: 35
mé félicitation et bonn continuation

Abou En Août, 2011 (19:46 PM) 0 FansN°: 36
Abdoulaye Wade ferait mieux de payer la retransmission de l'Afrobasket 2011 au peuple sénégalais, que de distribuer l'argent du contribuable sénégalais aux lutteurs, imams, marabouts, etc... Dieu ns donnera raison
Jean En Août, 2011 (19:48 PM) 0 FansN°: 37
bravo les lions, nous voulons la coupe à Dakar
Dogue En Août, 2011 (19:48 PM) 0 FansN°: 38
bravo les lions et du courage le plus dure reste à venir. c'est vous qui méritez les 50MILLIONS.

EN BAS LA RTS
Noz En Août, 2011 (19:48 PM) 0 FansN°: 39
good guys we can
Boy Dakar En Août, 2011 (19:50 PM) 0 FansN°: 40
es ce que el hadji diouf a marqué ?
Adama Diallo Guide Touristique En Août, 2011 (19:57 PM) 0 FansN°: 1
bravo a nos chers lions pourvu que le reste du tournoi se verra a la télévision et que wade ne se prononce pas sur les victoires de cette équipe jusqu,en finale guorgui nguiryalla nopile rek.
Ngqry En Août, 2011 (19:56 PM) 0 FansN°: 41
gouverner c'est bien arbitrer les meilleurs choix du moment<;

La RTS a une mission de service public et en ne montrant pas ce tournoi; démissionne de sa mission.

le ministére de tutéle doit rendre des explications au peuple.

Bravo aux lions; un jour ce pays sera différent
Bballer En Août, 2011 (19:57 PM) 0 FansN°: 42
Quand c'est important c'est nulle part
Diw En Août, 2011 (20:01 PM) 0 FansN°: 43
Aleon, vous avez tout à fait raison, c'est vraiment scandaleux de donner des millions à des individualités et de ne pas offrir à tout un peuple la retransmission de l'afrobasket pour quelques millions. Le peuple doit en tirer les conclusions qui s'imposent.

Badar En Août, 2011 (20:08 PM) 0 FansN°: 45
Je suis désolé du sénégalais qui du reste réfléchit par la facilite quel est le rapport entre la rts qui n'a pas paye ses droits de retransmissions du basket et soit disant million remet aux lutteurs cela est il verifiie même si c'est vérifier quel est le rapport de tout cela le président est il au courant de ce problème de la rts avant de remettre de l'argent aux lutteurs comme vous le dites descendez dans la rue pour cela on va vous bruler vivant [prenez le temps de réfléchir avant d'intervenir négativement au senegal tout est politique ce qu'un chef de village peut régler il dise le président ceci le président cela c'est dommage ce senegal
Dogue En Août, 2011 (01:05 AM) 0 FansN°: 1
badar:c'est normal ce presi est dans toutes les sauces.il essaie de tous récupérer politiquement.

en plus c'est lui qui a nommé de dg de la rts (babacar diagne).

nous montrer l'afrobasket c'est mieux que de nous montrer des meetings en direct à coup de centaine de millions.
incapable de mettre 40millions pour faire plaisir à des millions de sénégalais.c'est domage pour nous
Topito En Août, 2011 (18:37 PM) 0 FansN°: 2
bravo et toutes nos fèlictations mais ne me dit pas qu'il n'ya aucune chaine tèlèvision qui couvre l'evenement afrobasket et si tel est le cas alors là je suis indignè et ça montre que nous somme entourès par des hypocrites dirigents que soit politique ou privè,je m'explique car si ça s'agit du publique c'est notre droit de vivre ces moments d'intense et sensible pour tout un senegalais et ne me dit pas qu'ils ne detiennent pas les moyens et pour les privès je leur comprendrai de ne pas pouvoir avoir l'acces aux droits de la diffusion mais je me pose la question si ils ont fait les dèmarches pour vouloir montrer au moins les rencontres senegalais alors que s'il s'agissait des lions de la tèranga de football ils nous timpaniseront avec ce programme parceque le foot a plus d'odiance non ça ne doit pas etre le cas car là c'est le drapeu qui est en compètion alors que chacun devait y apporter son soutien selon les moyens car ses joueurs jouent à notre place donc ce qu'on doit faire c'est de se mobiliser à cotè d'eux et la meilleur façon pour qu'ils nous sentent c'est soit de se dèplacer avec eux ou de se mettre devant les petits ecrans et le fait qu'il sentent que nous les suivons c'est une source de motivation c'est tres important je parle au non du patriotisme et non parceque je suis feru du basket par contre moi je suporte le football que tout vive le senegal et aller les lions de la teranga bon courage à amara
You Paris En Août, 2011 (20:10 PM) 0 FansN°: 46
felicitation aux lions on est tous derriere vous ca caw ca canam
Azou En Août, 2011 (20:10 PM) 0 FansN°: 47
Babacar Diagne risque gros car si les choses évoluent bien, il risque de sauter. Il sera un bouc émissaire car le vieux dira qu'il n'était pas au courant que la rts n'avait d'argent pour payer les droits de retransmission.
Senejam En Août, 2011 (20:13 PM) 0 FansN°: 48
proud of you guys.... :sn:  :sn:  :sn: 
Boy Pekin En Août, 2011 (20:16 PM) 0 FansN°: 49
FElicitation les gars.nous sommes fiers de vous   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sn: 
Astel Houraye Sy En Août, 2011 (20:18 PM) 0 FansN°: 50
  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  je demande a la télévision 2stv de montrer le afro basket  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
Juan Carlos En Août, 2011 (20:24 PM) 0 FansN°: 51
Felicitations les gars ça c une petite révolution de nos vaillants lions sur leurs bourreaux de plusieurs années en atendant la grande révolution du peuple sénégalais en février 2012. Tenez bon les gars yaggatoul
X En Août, 2011 (20:43 PM) 0 FansN°: 52
ou est k on p revoir le match svp
Kk En Août, 2011 (20:45 PM) 0 FansN°: 1
fibatv puis highlight
Serigne 23 En Août, 2011 (20:44 PM) 0 FansN°: 53
Congratulations SENEGAL basketball Team c'est vraiment une grande et très jolie victoire......

 :-D   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sn: 
Dogue En Août, 2011 (01:08 AM) 0 FansN°: 1
dis a la tv de wade de nous montrer l'afrobasket c'est mieux de nous tympaniser avec vos 75%.
Dogue En Août, 2011 (01:08 AM) 0 FansN°: 2
dis a la tv de wade de nous montrer l'afrobasket c'est mieux de nous tympaniser avec vos 75%.
Dogue En Août, 2011 (01:09 AM) 0 FansN°: 3
dis a la tv de wade de nous montrer l'afrobasket c'est mieux de nous tympaniser avec vos 75%.
Dogue En Août, 2011 (01:09 AM) 0 FansN°: 4
dis a la tv de wade de nous montrer l'afrobasket c'est mieux de nous tympaniser avec vos 75%.
Mr. T En Août, 2011 (20:56 PM) 0 FansN°: 56
Il faut relire vos articles avant de les poster sur le net; par exemple le Senegal a battu l'Angola 78 a 85. Merci.
Ax En Août, 2011 (20:56 PM) 0 FansN°: 57
Felicitations ! c'est la plus grande victoire du basket depuis tres longtemps  :up:  :up:  :up:  Congrats thousand times  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
Yamatélé En Août, 2011 (21:24 PM) 0 FansN°: 1
c'est honteux. ces télés qui pilulent et qui ne proposent que des émissions à la con avec des animateurs idiots comme lamine samba, koutia. aucune de ces télé n'set fichu de payer 39 millions pour retransmettre cette compétition. rts ils mom néké wouniou fi lou moy les wades (père, mère, fils). le ministre des sports est un demeuré, un véritable con
Serigne 23 En Août, 2011 (21:45 PM) 0 FansN°: 1
tu as parfaitement raison man....
Obam En Août, 2011 (02:19 AM) 0 FansN°: 2
tu ne connaîs rien goss , ces télé ce sont des privées ; elles n'ont aucune obligation de montrer des matchs du sénégal ;elles choisissent leur programme en toute liberté .par contre la rts a devoir de rendre visible tout ce qui touche à la nation .ce n'est pas la 1ere fois pour la rts .c'est honte et scandaleux au moment où wade distribue nos pauvres millions+ d'autres privilèges à des lutteurs .
Ousmane Gaye En Août, 2011 (21:18 PM) 0 FansN°: 58
FELICITATION TOU LES BASKETTEURS MAURITANIENS VOUS FELICITES ET BONNE CHANCE POUR LE RESTE

Sidérée En Août, 2011 (21:19 PM) 0 FansN°: 59
Babacar Diagne et le top management de la RTS si vous n'êtes pas des amateurs de basket, on sent fou! Pensez au moins au amateurs qui veulent regader cette compétition aussi importante, qui voulaient regarder ce match contre l'Angola.



je ne pense pas que c'est un probléme de moyen parce que de l'argent à investir dans la lutte, le football et la politique y'en a

Mais investir dans une discipline qui ne vous interesse pas personnellement, pas question !!!



Quel égoïsme de votre part !!!!!!

PUTAIN !!!!!

Ms Tek Deal En Août, 2011 (21:40 PM) 0 FansN°: 60
ya k la lutte ki lé fait marché
Joe En Août, 2011 (21:41 PM) 0 FansN°: 61
Pourquoi accabler la RTS alors que les télés privées ont également la possibilité d'acheter les droits de la FIBA. 2STV a déja acheté les droits de retransmission du championnat d'Afrique de Basket. Pourquoi pas cette fois ci? Et TFM, WALF TV et RDV? Elles auraient pu constituer un pool pour acquèrir les droits. Partout dans le monde , ce sont les châines privées qui achétent les droits des grands événements sportifs. Au Sénégal on sera toujours en retard . Regardez les réactions de la plupart des membres de ce forum.
Kocc En Août, 2011 (22:36 PM) 0 FansN°: 1
c'est la mentalité du sénégalais.pour eux quand il s'agit de débourser de l'argent c'est l'etat qui doit financer.et pourkoi pas 2s ou tfm.ne me dites pas que eux aussi ne sont pas capables d'acheter des droits de retransmission??
Sidérée En Août, 2011 (22:53 PM) 0 FansN°: 2
joe c'est la rts qui a les moyens de se l'offrir. d'autant plus qu'il bénéficie du soutien du vieux. et c'est la premiére chaine nationale
celà dit je ne défend pas les autres chaines
le sénégal sera tjrs en retards à cause de ces situations ridicules
Dogue En Août, 2011 (01:15 AM) 0 FansN°: 3
dis a la tv de wade de nous montrer l'afrobasket c'est mieux de nous tympaniser avec vos 75%.
Hamaza En Août, 2011 (22:21 PM) 0 FansN°: 62
vive les lions du basket. je souhaite grandement le même succès aux lions du football le 3 septembre à LSS. A vos chapelets dans ce mois benit de ramadan:Amen
Meule En Août, 2011 (22:30 PM) 0 FansN°: 63
La rts n'est pas la seule fautive.C'est tous les télés(walf,tfm,2s).Tous pareils.Quand c'est la lutte ils se bousculent tous en se donnant des coups de poings mais quand c'est le basket y'a personne.

La rts nous toujours offert les coupes d'afrique de foot et de basket.Je ne sais pas ce qui s'est passé pour qu'ils ne montrent pas les matchs mais c'est injuste de les accabler à elle seule et épargner les autres.

La concurrence sert à laisser souvent aux autres de montrer des choses.
Mtr En Août, 2011 (22:40 PM) 0 FansN°: 64
RIEN NE PERD RIEN NE SE CRÉE TOUT SE TRANSFORME !!!



BONNE CONTINUATION



ET SI ON ?
Moom En Août, 2011 (22:46 PM) 0 FansN°: 65
felicitation a nos lions. mais sacher ke seule la population est avec vous dans cet bataille. pas d'argent pour payer la retransmission des matchs mais il ya de l'argent pour des lutteurs et des imames corrompu. courage on prie pour vous.................
Mouhaba En Août, 2011 (22:47 PM) 0 FansN°: 66
mais pourquoi les medias privés ( 2stv, walf, rfm) ne peuvent pas se mettre en synergie pour nous diffuser l'afrobasket!

Coachyou En Août, 2011 (22:49 PM) 0 FansN°: 67
gardons les pieds sur terre c est un match de poule mais aussi je les felicite nos tres cher lions è bonne continuation
Rts En Août, 2011 (23:26 PM) 0 FansN°: 69
quand c important c sur la rts é ce match n'etait pas important .

GNOUNE WAKHREK
Waru En Août, 2011 (23:46 PM) 0 FansN°: 70
BRAVO A NOS VAILLANTS LIONS. C DOMMAGE K NOS GOUVERNANTS NE CONNAISSENT PAS LA VALEUR DES VRAIS PATRIOTES DS CE PAYS .POURKOI DONNER DES MILLIONS A DES PRIVES KI EN ONT DEJA? MARABOUTS,LUTTEURS,CHEFS RELIGIEUX...ETC. PENSEZ AUX AUTRES ET SACHEZ K L ARGENT K WADE DISTRIBUE NE LUI APPARTIENT PAS. VS DEVEZ AVOIR PEUR DE DIEU PUISSE K VS ETES LES GUIDES DU PEUPLE . DONNEZ LE BON EXEMPLE ET REFUSEZ CE BIEN MAL ACQUIS . MONTREZ A WADE ET A SON GOUVERNEMENT K IL YA DES CHOSES PLUS IMPORTANTES ST PLUS URGENTES A REGLER AU SENEGAL .







,

Jzb En Août, 2011 (00:11 AM) 0 FansN°: 71
Et dire qu'on est même pas fichu d'acheter lesdroits de diffusion alors qu'on s'amuse avec nos milliards pour corrompre lutteurs et marabouts
Paulguicounta En Août, 2011 (00:41 AM) 0 FansN°: 72
Badar toi ferme la. c est le president lui meme qui s'est mis dans toutes les sauces. C'est lui qui nomme les ministres et ne les laisse pas travailler. il ramene le fonctionnement de la machine de l Etat sur lui meme. C'est lui qui controle tout. s'implique dans des choses degradantes. les Senegalais ont hont du comportement de ce vieuillard. Il a corrompu presque toutes les couches actives de la societe: militaires en tete, enseignants marabouts, les femmes pourv une certaine aida mbodj le president est comme un dieu, il faut la voir s activer dans son fief de bambey, . ce qui m a le plus blesse c est que des hommes musulmans des guides en l'occurence acceptent de venir prendre de l'aumone dans le palais. C est vraiment humiliant. vraiment bachir kounta est etonnant lui qui a laisse le khalif de Ndissane un khalif que je venere moi chretien de ma nature pour venir checher des mains d'un framacon des miettes d'argent. vraiment les marabouts ayez un peu de dignite . cet homme la ne croit pas a DIEU. Toute sa philosophie est basee sur la tromperie des humains. il ne croit en rien, il va jusqu aoublier qu'ALLAH lit tout ce qui est dans son coeur et comme il ne cesse de melanger les chretiens et les musulmans, il declare je cite: je savais qu un jour la presidence de ce pays reviendrait aux musulmans, vous rendez-vous compte. cela veut dire voter pour moi et la presidence sera musulmane alors que nous savons que tu es musulmans que de nom. fout le camp. Chretien de ce pays ne votons pas pour pour ce type.
Yooo En Août, 2011 (01:46 AM) 0 FansN°: 73
bravo nos lion mai vraiment notre senegal est grande crise de valeur maitre wade a b gaye des mellion demain a modou lo et puis un autre en croyant k ns suivont ces lutteur de fou qui ne se respecte pas entre eux

wade dafa were alor svp gnoune nagne lene ko were way mome ak domame
Obam En Août, 2011 (02:27 AM) 0 FansN°: 75
Ne confondez les choses , la RTS est un service publique ;même sans sponsor elle a devoir par respect au peuple de montrer l'afrobasket .Ils passent tout leur temps à dire " quand c'est important c'est...l'exclusivité , la chaine leader patiti patata...Wade distribue nos pauvres millions everyday à des vaut-rien ,des illetrés ... Heureusement que Mali 2011 c'est tout prés et que ORTM va diffuser la can .
Pfff En Août, 2011 (02:31 AM) 0 FansN°: 76
Au moins ces basketteurs méritent un attention particuliére. Putain ils ont battu l'Angola Enfin. Ils méritent tous les honneurs. Mais un sénégalais qui gagne contre un sénégalais dans un sport national, le premier des sénégalais "s'il est normal" se devait detre impartial. Je ne comprend toujours pas les politichiens c"est vraiment bas ce que Wade vient de faire
Seneruss En Août, 2011 (04:27 AM) 0 FansN°: 77
/////////////youtube.////////////com/watch?v=-RaiemB53SY
Unpassant  En Août, 2011 (05:35 AM) 0 FansN°: 79
mais ou est malick thiandoum avec son slogan a deux ballles "quand c'est important c'est sur la rts et nulle part ailleurs"le jour ou tu le repetera dina talal sa nounara ,arretes le samba bayanne en direct
Félicitations ! En Août, 2011 (10:08 AM) 0 FansN°: 1
félicitations pour l'idée ; créez la page facebook et envoyez un sms à faire circuler.
Aux Basket Lovers ! En Août, 2011 (10:07 AM) 0 FansN°: 81
Oui, tous à la RTS demain lundi à 8h00 avec 1000 malheureux francs Cfa dévalués que je n'ai pas encore !
Wakh Deug En Août, 2011 (10:19 AM) 0 FansN°: 82
que ablaye wade ne s'y mele pas de grace , sinon on va rien prendre labas , c'est un porte malheur
Aby En Août, 2011 (11:41 AM) 0 FansN°: 83
barvo ls lionsss afaire bi yéneee leu :sn:  :sn:  :sn: 
Dilo En Août, 2011 (12:04 PM) 0 FansN°: 84
VS pouvez voir les match en direct sur toutlesenegal.com...

Zouka En Août, 2011 (12:39 PM) 0 FansN°: 86
Bravo aux lions du basket , ils ont fait un trés bon match avec un beau et bon basket que j'ai eu la chance de suivre , le score pouvait être plus lourd si les garçons étaient moins crispés au début du 4e quart mais les lions ont étés les meilleurs

FELICITATIONS

Bonne continuation
Agriculteur En Août, 2011 (13:29 PM) 0 FansN°: 89
allez Sénégal! honte a la RTS et à tous ceux qui ne croient pas à l'équipe
Information En Août, 2011 (13:48 PM) 0 FansN°: 90
le prochain match c quand?
Boh En Août, 2011 (19:54 PM) 0 FansN°: 2
22/08/2011
Quoi? En Août, 2011 (13:50 PM) 0 FansN°: 91
23 semptembre journée de boycotte des apelles vers le senegal merci :dedet:  :dedet:  :dedet:  :tala-sylla: 
Joliba En Août, 2011 (17:20 PM) 0 FansN°: 94
Le doyen ABDOULAYE

DIAW disait hier sur la rfm

que si l'on ne perd pas

par 20 buts d'écart,c'est

déja bien.Du coup j'étais

découragé,comme lui s'y

connait.Je crois qu'il ne

faut jamais s'avouer

vaincu d'avance dans une

compétition même devant

la dream team

americaine.chaque équipe

a sa chance si minime soit

elle et elle doit la jouer à

fond.L'Angola est favorite

ok,mais le SENEGAL est la

pour le titre doyen...donc

tout est possible à

condition d'y croire
El Gringo En Août, 2011 (17:53 PM) 0 FansN°: 96
on a eu les images de wade à tripolie pourkoi pas les images de entanarivo juste parsk wade n'y été pas, ou que karim non plus n'y été pas.
Topito En Août, 2011 (18:34 PM) 0 FansN°: 97
Bravo et toutes nos fèlictations mais ne me dit pas qu'il n'ya aucune chaine tèlèvision qui couvre l'evenement afrobasket et si tel est le cas alors là je suis indignè et ça montre que nous somme entourès par des hypocrites dirigents que soit politique ou privè,je m'explique car si ça s'agit du publique c'est notre droit de vivre ces moments d'intense et sensible pour tout un Senegalais et ne me dit pas qu'ils ne detiennent pas les moyens et pour les privès je leur comprendrai de ne pas pouvoir avoir l'acces aux droits de la diffusion mais je me pose la question si ils ont fait les dèmarches pour vouloir montrer au moins les rencontres Senegalais alors que s'il s'agissait des lions de la tèranga de football ils nous timpaniseront avec ce programme parceque le foot a plus d'odiance non ça ne doit pas etre le cas car là c'est le drapeu qui est en compètion alors que chacun devait y apporter son soutien selon les moyens car ses joueurs jouent à notre place donc ce qu'on doit faire c'est de se mobiliser à cotè d'eux et la meilleur façon pour qu'ils nous sentent c'est soit de se dèplacer avec eux ou de se mettre devant les petits ecrans et le fait qu'il sentent que nous les suivons c'est une source de motivation c'est tres important je parle au non du patriotisme et non parceque je suis feru du basket par contre moi je suporte le football que tout vive le Senegal et aller les lions de la teranga bon courage à Amara  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
Tabs En Août, 2011 (13:42 PM) 0 FansN°: 1
topita bien dit
Ngagne__ En Août, 2011 (21:17 PM) 0 FansN°: 99
Bravo les Lions.



 :sn: 
Sénégalais En Août, 2011 (23:04 PM) 0 FansN°: 100
Vive Galsen "wala book"  :sn: 
Xxxxxxxxxxxxxxx En Août, 2011 (03:50 AM) 0 FansN°: 102
Le Senegal bat l'Angola 85-78 et non 78-85
Rien En Août, 2011 (07:35 AM) 0 FansN°: 103
le senegal et l afrique en entier vous etes des retardés, vous etes encore des esclaves
Lagaffe En Août, 2011 (10:22 AM) 0 FansN°: 104
@ Xxxxxxxxxxxxxxx.



Je crois que REAL va comprendre alors que " Mots croisés " n'est pas BETE. Il a raison comme tu le souligne. Quand on titre" le Sénégal BAT l'Angola ", on dit 85-78.Simple logique :up:  :up: 
Tabs En Août, 2011 (13:34 PM) 0 FansN°: 105
Bonjour,



C'est vraiment honteux qu'un pays comme le SENEGAL ne puisse pas pas diffuser les matchs de l'afrobasket alors que le SENEGAL y participe et que le basket nous ait valu autant de satisfactions (5 coupes d'AFRIQUE pour les hommes en attendant de remporter celui-ci inch'ALLAH).

C'est énervant de constater que nos dirigeants ne se sont même pas prononcer sur la non diffusion des matchs à travers la RTS qui a le devoir et l'obligation de nous le retransmettre car les employés sont rémunèrés par l'argent du contribuable: notre argent.



Mais hélas, ils préfèrent nous montrer les combats de lutte à longueur de journée comme si au SENEGAL il n'y avait que des lutteurs, ou faire la publicité d'un match des lions du foot qui aura en Septembre.



C'est de l'imcompétence et je n'ai les mots pour qualifier cette situation.
Bilel En Août, 2011 (00:32 AM) 0 FansN°: 106
Tunisie qui vas gagné le coupe ichallah

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]