Fatma Samoura affirme que transparence et bonne gouvernance sont une réalité à la FIFA

  • Source: : Webnews | Le 15 octobre, 2017 à 14:10:55 | Lu 27070 fois | 9 Commentaires
content_image

Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fédération internationale de footbal au siège de la FIFA à Zurich, le 30juin 2016

Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA revient sur l'organisation de la coupe du monde 2018 en Russie et sur le processus de réformes au sein de la Fédération internationale de football. Entretien

Vous étiez en Inde où se déroule la Coupe du monde des moins de 17 ans. C’est un pays d'avenir pour le football mondial ?

Fatma Samoura : "Avoir une compétition de football en Inde, l'un des pays les plus peuplés au monde, qui est une nation de cricket, c'est quelque chose que nous attendions avec impatience. J'ai été séduite par le niveau d'engouement vis-à-vis d'un sport qui devient de plus en plus populaire. Les stades étaient remplis comme le premier jour où nous avons eu plus de 40.000 spectateurs. Pour la finale à Calcutta, qui est la ville du football, on sait que le stade sera plein. Dommage que le pays hôte ait perdu contre les Etats-Unis, mais le niveau de jeu était excellent. Les Indiens veulent à présent une plus grande compétition."

La Chine et l’Inde, avec leurs millions de joueurs potentiels, sont-ils des marchés à conquérir pour la FIFA ?

Fatma Samoura : "Comme tous les pays puisque notre mandat est de développer le football dans le monde entier. Nos objectifs sont très ambitieux, notamment pour le football féminin où nous espérons atteindre 60 millions de licenciées d'ici 2026. Il est sûr que les millions de joueurs potentiels dans ces deux pays peuvent nous permettre d'atteindre ces objectifs."

La Coupe des Confédérations, qui a eu lieu en Russie, a été la grande répétition du Mondial 2018. Est-ce qu’aujourd’hui la Russie est prête ?

Fatma Samoura : "Nous avons toutes les raisons de penser qu'elle sera prête et qu'elle offrira une fantastique coupe du monde en 2018. Lors de la Coupe des Confédérations, on a vu un engouement de la part des spectateurs, pas de reproches de la part des médias, et des équipes très bien accueillies. L’accent est mis aujourd’hui sur les huit stades qui ne sont pas encore inaugurés. Il y a des stades toujours en construction et des hôtels non réceptionnés, mais ce n'est pas nouveau. Quand les coupes du monde se passent, jusqu'au dernier jour, il y a des coups de peinture à mettre. Nous n'avons aucune inquiétude. Les derniers matches tests auront lieu au printemps prochain et je suis sure que les fans sont impatients d’aller en Russie. J’ai été impressionnée par l’accueil, l’engouement sur place et la volonté des autorités d’assurer la sécurité des fans du monde entier."

Le Qatar est-il dans les temps pour 2022 ? Est-ce que l'embargo des pays voisins vous inquiète ?

Fatma Samoura : "Les préparatifs avancent bien depuis la nomination de 2010. Ils ont douze ans pour être prêts. Le stade al-Khalifa a déjà été inauguré l’année dernière et d’autres stades sont en cours de construction. C’est une compétition qui sera compacte, où les fans auront la possibilité de voir plusieurs matches par jour puisque tous les stades sont situés dans un rayon de 60 kilomètres. Cette coupe du monde aura lieu en hiver pour des raisons évidentes de fortes chaleurs dans les pays du Golfe. Concernant la crise diplomatique, les choses avancent bien, des efforts sont en cours. A cinq ans de la compétition, nous n’avons aucune raison de croire que la situation géopolitique sera la même en 2022.

Quand Gianni Infantino parle d'un processus d’attribution de 2026 plus transparent, de quoi s agit il ?

Fatma Samoura : "Nous suivons les recommandations du rapport de John Ruggie en matière de droits humains, transparence et de meilleure gouvernance du football. On a lancé une vaste consultation avec le Human Rights Advisory Board, les confédérations et les professionnels du football pour essayer d’avoir un héritage plus durable des coupes du monde auprès des générations futures."

Le Maroc fera face aux Etats-Unis, le Mexique et le Canada pour l'organisation du Mondial 2026. Votre opinion ?

Fatma Samoura : "Que le meilleur gagne ! La décision sera prise en juin 2018 ".

Il y a un an, lors de notre précédent entretien, vous déclariez qu’il fallait une "gestion transparente des ressources, des hommes et des infrastructures" à la FIFA. Avez-vous réussi votre ambition ?

Fatma Samoura : "C'est un travail qui ne se fait pas en un jour. Je suis là depuis moins d'un an et demi et le pari de la diversité a été remporté. Nous sommes désormais sept femmes au Conseil de la FIFA alors qu'il n'y en avait qu'une seule avant mon arrivée. Sur la gestion, nous avons désormais huit personnes qui s’occupent la conformité du suivi et de l’utilisation des fonds alloués par la FIFA aux 211 fédérations et aux six confédérations. Concernant les audits, auparavant, une quarantaine de fédérations étaient auditées par la FIFA. Nous sommes actuellement à 76 et l’objectif est de parvenir à 100 prochainement. C’est un suivi plus rigoureux et strict. Il reste à travailler sur les réformes et nous continuons le travail."

Quelle est la santé financière de la FIFA ? Faut-il s'inquiéter des déficits ?

Fatma Samoura : "Notre situation financière est super solide malgré un déficit de 369 millions de dollars pour l'exercice 2016. Nous travaillons sur des cycles de quatre ans et prévoyons toujours un bénéfice de 100 millions à la fin de ce cycle, c'est-à-dire d'ici l'année prochaine. Les trois premières années, nous finançons des compétitions et des opérations. La génération des ressources et des revenus est liée au coup d’envoi de la coupe du monde et c’est à ce moment-là que nous déclarons des bénéfices. Nous n’avons aucune inquiétude. Nous avons des réserves obligatoires de plus d’un milliard de francs suisses. Ces réserves peuvent être utilisées, mais ce n’est pas d’actualité. Je répète qu’il s’agit d’un déficit d’exercice, en raison des jeux d’écritures. Ce déficit ne traduit rien la santé financière de l’institution."

A Bahreïn, Gianni Infantino a affirmé que la crise de la corruption à la FIFA était terminée et qu’elle ne se reproduirait plus jamais. Comment y croire ?

Fatma Samoura : "Le président Infantino a parfaitement raison puisque les personnes qui ont commis des fautes, au niveau des confédérations ou des associations membres, ont fait l’objet d’inculpations et une nouvelle direction a été mise en place à la FIFA. Au-delà de ces personnes, le plus important pour nous, ce sont les réformes pour que ce genre de situation ne se reproduise pas, en renforçant notre système de contrôle."

Une gestion transparente mise à mal par l’éviction de Cornel Borbély, chef de la Chambre d’investigation de la Commission d’éthique, et de Hans-Joachim Eckert, patron de la Chambre de jugement de la Commission d’éthique.

Fatma Samoura : "De nombreux membres de notre commission terminaient leurs mandats en mai 2017. Certains ont vu leurs mandats renouveler par le Congrès. D’autres membres sont arrivés dans un souci d’une plus grande représentativité géographique et d’une meilleure parité hommes-femmes. La présidente actuelle de la chambre, Maria Claudia Rojas, est l’ancienne présidente de la Cour de Justice en Colombie et on ne peut douter de ses compétences."

Le témoignage de Miguel Maduro, ancien responsable de la FIFA, devant une commission du parlement britannique va aussi à l'encontre de cette volonté affichée de transparence et de bonne gouvernance.

Fatma Samoura : "On a déjà répondu que nous ne partageons pas son point de vue. Nous faisons pleinement confiance aux membres de cette commission."

Quand espérez-vous avoir un nouveau président élu au sein de la Fecafoot au Cameroun ?

Fatma Samoura : "La décision d'instaurer un comité de normalisation à la tête de la Fecafoot fait suite à la confirmation par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de la décision du Comité olympique et sportif camerounais qui avait annulé la procédure électorale du comité exécutif de 2015. Avant de nommer ce comité de normalisation, la FIFA a tenté à Conakry de rapprocher les différentes parties mais sans grand succès. Le comité en place n’étant pas reconnu par les instances sportives, il a donc fallu mettre en place ce comité de normalisation avec un mandat court de six mois. Son but sera de réformer les textes et d’organiser de nouvelles élections d’ici février 2018."

Pourquoi la FIFA veut faire rejouer le match Afrique du Sud Senegal le 10 novembre ?

Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux donc m'exprimer sur cette procédure en cours."

Quelles sont vos relations avec le nouveau président Ahmad de la CAF ?

Fatma Samoura : "On s'est connu à Madagascar lorsqu'il était ministre et que je travaillais pour les Nations Unies sur place. Nos relations sont cordiales, c'est un monsieur courtois, quelqu'un que je respecte beaucoup." 

Vos détracteurs vous présentent comme un alibi, sans expérience dans le football. Que leur répondez-vous ?

Fatma Samoura : "Je ne suis le faire-valoir de personne. J'ai été recrutée car je suis une femme compétente. Je gère une administration qui n'est pas différente de la gestion de crise dans le système des Nations Unies. L'objectif était clair : recruter quelqu'un qui ne fasse pas partie de la famille du football, qui ait l'expérience en matière de réformes et de gouvernance et qui pourrait apporter la diversité et la transparence et mettre l’aspect humain au centre des décisions de la FIFA. C’est ce que je fais au jour le jour."


Auteur: Nicolas Pinault - voaafrique.com - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Anonyme En Octobre, 2017 (15:16 PM) 0 FansN°: 1
Bravo FATMA SAMOURA, franchement malgrés nos problemes, les senegalais sont dans les plus hautes sphere de la planete.
Lebaolbaol Tigui En Octobre, 2017 (19:08 PM) 0 FansN°: 1
regarde moi ce tourabi ! c'est où le senegal ? notre pays veritable c'est la cedeao.
Reply_author En Octobre, 2017 (22:01 PM) 0 FansN°: 2
j'ai aimé sa dernière réponse
Reply_author En Octobre, 2017 (08:44 AM) 0 FansN°: 3
cest une brave femme compétente et très généreuse que j'ai rencontré à madagascar où on disait beaucoup de biens d'elle (avant même que je ne la rencontre). bravo et bonne continuation
Anonyme En Octobre, 2017 (17:30 PM) 0 FansN°: 2
Bienvenue sur le meilleur site de rencontres sexe >>> w­w­w.W­a­n­t­s­d­a­t­e.c­o­m
Ioury En Octobre, 2017 (18:03 PM) 0 FansN°: 3
Bravo Fatma ! un interview clair et précis comme elle sait le faire !

La personne reste la même quelque soit le lieu, les moyens , juste le travail et la compétence ..rien d’étonnant concernant "batch" ..

Hollandais En Octobre, 2017 (19:10 PM) 0 FansN°: 4
Proud of you FATMA SAMOURA.

Anonyme En Octobre, 2017 (20:37 PM) 0 FansN°: 5
Est elle célibataire?mme foot

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]