Vendredi 26 Avril, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Sport

FATOU DIENG, MENEUSE DES LIONNES DU SÉNÉGAL " Je suis " mokk pooc" et sénégalaise dans tous les sens du terme

Single Post
FATOU DIENG, MENEUSE DES LIONNES DU SÉNÉGAL " Je suis " mokk pooc" et sénégalaise dans tous les sens du terme

Accrochée dans un salon de coiffure, c’est une Fatou Dieng différente de celle qui a fait les beaux jours de l’Afro Basket. Hors du parquet, la «petite» meneuse des Lionnes nous livre un peu de sa personnalité, de sa vie de femme…

Parlez-nous un peu de vous.

Je suis née au Sénégal, il y a 26 ans, de parents Sénégalais, mais je vis en France où j’ai grandi et étudié. Actuellement, je joue à Reims. Je suis mariée avec un Sénégalais depuis octobre 2005 et je n’ai pas encore d’enfants.

À part la basketteuse, qui est Fatou ?

Je suis une personne normale. Les gens disent que je suis électrique, mais dans la vie, je suis super calme. J’adore rigoler, être entourée des gens que j’aime.

On vous a trouvé en train de faire votre tête, est-ce à dire que vous êtes une fille sophistiquée ?

Je suis une femme, j’aime me faire belle et prendre soin de moi, mais j’avoue que je n’ai pas l’habitude, puisque je vis à l’extérieur et il n’y a pas des salons à chaque coin de rue. Du coup, si je suis à Dakar, j’en profite pour faire ma tête et le garder le plus longtemps possible.

En bonne Sénégalaise, êtes-vous «mocc pocc» ?

Je suis «mocc pocc» et Sénégalaise dans tous les sens du terme.

Quels sont vos secrets ?

Ah non, ça je les garde pour mon mari.

Comment se sent Fatou Dieng après le sacre ?

Je suis très heureuse. Gagner la Coupe de l’Afro Basket représente une très grande satisfaction, ainsi que pour toute ma famille, également pour le peuple sénégalais.

Fouler le sol sénégalais avec dans vos bagages la Coupe de l’Afro Basket, ce n’est pas donné à tout le monde. Qu’avez-vous ressenti en ramenant ce trophée continental à Dakar ?

Une grande fierté, tout d’abord parce qu’au début, cela n’a pas été facile, avec les préparations. En plus, nous n’étions pas sûres d’être au complet. Dieu merci, tout le monde est venu, on s’est entendu, uni et ça a marché. Ensemble, nous avons voulu jouer sur nos valeurs et ramener la coupe.

Avant le début des hostilités, étiez-vous persuadée que l’affaire était dans la poche ?

Chaque sportif, quand il rentre dans une compétition, son objectif est forcément de gagner. Nous, les Lionnes, étions dans cet état d’esprit, il fallait reconquérir cette coupe qui a manqué au Sénégal depuis 9 ans maintenant. Et nous avons eu la chance de faire le tournoi de la Francophonie, ce qui nous a permis de rendre notre jeu beaucoup plus huilé et de mieux nous connaître, car une équipe de basket ne se fait pas du jour au lendemain. Nous avions besoin de compétition, de jouer avec les garçons, ce n’est pas suffisant. Beyrouth est venu au bon moment.

À comparer votre départ en catimini et votre accueil triomphal avant-hier, n’avez-vous pas le sentiment d’avoir été snobées par les autorités sénégalaises ?

Je pense que c’est ce qui fait la force de la femme, elle sait surprendre. Nous n’avons pas été snobées parce que, le fait que les garçons soient toujours au-dessus fait partie de nos mœurs. Nous, les femmes, devons tout mettre en œuvre pour prouver ce dont nous sommes capables. Pour ce qui est de notre départ comme de notre arrivée d’ailleurs, il est vrai que nous n’avons pas été reçues par le président de la République, mais le ministre des Sports était tout de même là, tout comme le Premier ministre. Cela veut tout simplement dire que le Gouvernement était avec nous. Et le fait que l’on remporte la coupe veut dire qu’il faut respecter le basket féminin, car il est en train de hisser le Sénégal au premier rang. Les Lionnes ont à leur actif 11 médailles et il est très important de le retenir.

Après tout, ce temps passé ensemble, vous avez dû cultiver des liens d’amitié avec certaines d’entre elles ? 

On peut dire que nous sommes toutes des amies et que nous formons une famille. L’entraîneur a mis une discipline, notre union est venue naturellement et «l’union fait la force». Je pense que c’est ce qui a été la clé de notre réussite. Je m’entends vraiment avec tout le monde. Mais celle avec qui j’ai le plus d’affinités c’est Oumou Khaïry Sarr parce que j’ai joué avec elle l’année dernière en Espagne.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué durant cette compétition ?

Tout m’a marqué. J’étais surprise du traitement que nous a réservé le coach, par le talent des filles. En plus, c’était ma première sélection pour aller jouer un championnat d’Afrique.

Votre première sélection pour un championnat d’Afrique et vous êtes choisie parmi le cinq majeur d’Afrique…

Je ne peux que dire merci au Bon Dieu qui est le Tout Puissant, à toute ma famille, à mon entraîneur qui a eu confiance en moi et à mes excellentes coéquipières sans qui, je n’en serais pas là. Quand on joue avec de bonnes joueuses, tout est beaucoup plus facile.

En parlant de moments difficiles, en 2007, vous aviez été recalée à la sélection nationale, en revenant cette année et surtout en remportant une coupe, n’avez- vous pas le sentiment d’avoir pris votre revanche ? 

Non ! C’est juste le sport qui est ainsi fait. Chaque personne à sa chance et moi j’ai eu la chance d’avoir un coach qui m’a laissée prouver sur le terrain. Celui qui ne m’avait pas sélectionnée la fois dernière avait ses raisons.

Quelle sera la suite des événements pour vous ?

Profiter de la coupe et me concentrer sur la Coupe du monde. Ce ne sera pas seulement représenter notre pays, mais l’Afrique entière, particulièrement la femme africaine. Et, si Dieu le veut bien, brandir un autre trophée…


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (10:34 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Top Banner
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR