Football - Saër, l’enfant prodigue d’ Oumar Guèye Sène

  • Par : Lobservateur | Le 10 avril, 2013 à 20:04:47 | Lu 25912 fois | 19 Commentaires
content_image

Football - Saër, l’enfant prodigue d’ Oumar Guèye Sène

Passé par la France, le Sénégal et l’Allemagne sans jamais jouer en professionnel, le fils d’Oumar Guèye Sène a été l’une des révélations de l’année 2012 en Major League Soccer. L’attaquant franco-sénégalais du New England Revolution a trouvé outre-Atlantique le terrain de jeu idéal pour son épanouissement sportif et personnel. Ce jour-là, Saër Sène a déboulé, l’air de rien, dans un centre commercial de Boston.

 

À peine débarqué dans le Massachusetts, l’attaquant franco-sénégalais pensait pouvoir s’adonner à une session shopping en toute tranquillité. Raté ! «C’était le lendemain de mon premier match à domicile. J’avais inscrit le seul but de la rencontre. Dès que je suis rentré dans le centre commercial, je me suis fait attaquer ! (Rire). C’était amusant, mais j’étais surpris parce qu’il y a beaucoup de sports aux Etats-Unis et je ne m’attendais pas à être reconnu aussi rapidement». Il faut dire qu’en plus d’avoir marqué dès la première minute de son premier match au Gillette Stadium avec le maillot du New England Revolution, Sène ne risquait pas de passer inaperçu avec sa crête blonde peroxydée.

 

Associé à ses performances sur le terrain, son style capillaire particulier l’a vite sorti de l’anonymat. «Dès que les gens me croisent en ville et que j’ai un bonnet ou une casquette, ils me disent : ‘’Tu ressembles à quelqu’un, ta tête me dit quelque chose…". Quand je cache la crête, je suis presque incognito». Incognito, le joueur de vingt-six ans l’a d’ailleurs longtemps été avant de rejoindre la MLS et d’attirer les projecteurs. Car ce neuf et demi au puissant pied gauche a suivi un parcours aussi atypique que sa coupe de cheveux. Passé par Dakar, Étampes et …le Bayern.

 

Fils de l’ancien international sénégalais, joueur de Laval et du Paris-Saint-Germain Oumar, Guèye Sène, Saër n’avait jamais joué la moindre minute en pro avant d’arriver aux Etats-Unis. Passé par les équipes de jeunes du Psg ou du Paris Fc durant son adolescence, il a ensuite joué un an à Dakar (où vivait sa mère), puis deux à Étampes, en District, sous la direction de son père, avant de tenter un pari fou en Quatrième Division allemande, plus précisément à Sonnenhof-Grossaspach.

 

Un choix surprenant mais payant, puisque Sène y a tapé dans l’œil du VfB Stuttgart et, surtout, du Bayern Munich, dont il a porté les couleurs de l’équipe réserve entre juillet 2009 et décembre 2011. «Trois semaines après mon arrivée, je m’entraînais déjà avec l’équipe première, se remémore-t-il. C’était impressionnant, du très, très haut niveau. Je n’avais pas encore eu l’occasion d’évoluer dans une équipe professionnelle et, du jour au lendemain, je me retrouvais à m’entraîner avec Ribéry, Schweinsteiger, Van Bommel… J’apprenais tous les jours.» Mais la théorie a ses limites, et Saër Sène avait faim de pratique lorsque Nice, Monaco et West Ham se sont penchés sur son profil à l’été 2011. Sans suite puisque le Bayern réclamait alors un million d’euros (655 millions FCFA) pour laisser filer son attaquant… qui a fini par quitter la Bavière libre six mois plus tard.

 

LUI ET LES AUTRES. Direction l’Amérique, donc, et une Major League Soccer qui l’a vite adopté. Au sein d’une formation très moyenne (neuf victoires en trente-quatre matches, avant-dernier bilan de la Conférence Est), Sène s’est illustré avec onze buts et trois passes décisives en vingt-cinq matches de la saison régulière, devenant le chouchou du public et, symbole de sa réussite, hissant son maillot floqué du numéro 39 parmi les vingt-cinq meilleures ventes de la Ligue. «Dans son équipe, il y avait clairement lui et les autres, estime Mathias van Halst, journaliste pour le site officiel de la MLS. Lorsqu’il est arrivé, le public ne le connaissait pas, n’attendait rien de spécial de sa part et, au final, il s’est montré opportuniste, profitant de la moindre erreur défensive adverse. Il devait faire tout le boulot en attaque et s’est débrouillé seul pour marquer.»

 

THIERRY HENRY, L’IDOLE. En revanche, Saër Sène n’a pas eu beaucoup d’heures à tuer ces dernières semaines. Après avoir dû mettre un terme prématuré à sa saison dès le début du mois de septembre en raison d’une intervention chirurgicale au genou droit, il redouble depuis d’efforts à l’entraînement afin de retrouver sa place, alors que le Championnat nord-américain a repris depuis cinq semaines. Il n’a pas de temps à perdre puisque son entraîneur, Jay Heaps, attend de lui qu’il atteigne la barre des vingt unités cette saison. Pas de quoi inquiéter Sène («Marquer, je sais faire…»), qui s’est lui-même fixé de nouveaux objectifs. Parmi eux, titiller le New-Yorkais Thierry Henry au classement des buteurs de MLS. Depuis leur première rencontre en pré-saison, il y a un an, les deux hommes sont devenus amis.

 

«On était en stage en Arizona dans le même hôtel. C’était mon idole, donc j’avais prévenu mes coéquipiers : c’est lui que je voulais voir ! Quand j’étais petit, j’avais des posters de lui, je lisais tout ce qui se rapportait à lui… Et aujourd’hui on est potes, on s’appelle, on rigole, on parle de tout et de rien, il me donne des conseils, c’est magnifique…» Saër Sène caresse également un rêve encore plus fou, celui de revêtir le maillot du Sénégal. «On a parlé de moi dans les journaux là-bas, mais je n’ai pas eu de contact direct. Je suis prêt, j’attends ma chance. Le jour où on me la donnera, je la saisirai. La carrière d’un footballeur est pleine de surprises. J’espère que je ne suis pas au bout des miennes…».

 

Source : L’Observateur


Lobservateur


Commentaire (11)


Sérieux En Avril, 2013 (20:37 PM) 0 FansN°: 1
il n'est pas un enfant
Lx En Avril, 2013 (20:50 PM) 0 FansN°: 1
oh god...so stupid
Guioo En Avril, 2013 (20:42 PM) 0 FansN°: 2
J Espere qu il est doue comme son pere Omar le genie :sn: 
Guy En Avril, 2013 (21:18 PM) 0 FansN°: 3
les fils de grands footballeurs ont souvent du mal a percer, gspr seulement qu'il sera au moins aussi fort que gueye sene
Madame En Avril, 2013 (21:21 PM) 0 FansN°: 4
salon de coiffure a vendre a la cite fadia sur la route de parcelle

veillez me contacter si intéresser

merci
Mls En Avril, 2013 (22:10 PM) 0 FansN°: 1
je l'ai regardé joué plusieurs fois dans le champion américain. il n'est pas bon. il ne faut pas qu'on l'appelle en équipe nationale.
Mls Good En Avril, 2013 (06:43 AM) 0 FansN°: 1
la mls a le niveau de ligue 2 français ce n'est pas l'angleterre l'allemagne ou l'italie mais les équipe la bas joue pour gagner il est rare de voir un 0-0 la bas et le petit à sa chance car si on appelle de joueur de l'équipe national qui joue au qatar pourquoi pas ce qui joue en major league soccer
666 En Avril, 2013 (23:11 PM) 0 FansN°: 5
Se baye AKA MOUNONE FOOTBAAAAL
Galsen2 En Avril, 2013 (23:21 PM) 0 FansN°: 6
Encore un coup de pub pour un footballeur anonyme, en quete de notoriété.
Mew En Avril, 2013 (01:57 AM) 0 FansN°: 7
Son père Monsieur Omar Gueye SÈNE est certainement l'un des plus doués de sa génération. Le premier match qui l'a révelé, contre les Ghanéens du Heart of Eart du Ghana, je crois, le Soleil avait titré, le lendemain, Omar Gueye SÈNE digne fils de Saér SÈNE. Et je crois, durant ce match, Mawade WADE était descendu pour demander qu'il rentre sur le terrain.

Puis, souvenez, comme le Zairois, Il fit un amorti et suivi d'un blocage sur dégagement du gardien Zairois, le Stade Demba DIOP s'était levé, comme d'un seul homme. Devant Taher Abou Zeid, considéré comme un génie en Afrique, il n'avait que ses yeux pour admirer Omar Gueye SÈNE au Caire 86. Disons-le avant de mourir, c'est l'un des meilleurs, TOUTES générations confondues. Diarama Omar Gueye SÈNE, Boy Wané! Parlons sans gêne de nos GRANDS, il en fait partie...
Idiam En Avril, 2013 (02:21 AM) 0 FansN°: 1
le premier qui a parlé de lui et qui l'a révélé c était feu balabasse diallo de la chaine 4 ziguinchor.l'us gorée avait fini d'écraser l'entente ja-seic de zig sur la marque de 8 buts a zero et ogs pour son premier match aux cotés de thierno mboup, abdoulaye diallo (pas des niayes), nani, doukar, salam lam avait marqué 5 des 8 buts cet apres-midi la. une start était née, et balabasse de rappeler á tout le monde _souvenez-vous de ce nom.
Meeerci En Avril, 2013 (05:18 AM) 0 FansN°: 1
merci laye diaw
Coucou2013 En Avril, 2013 (05:40 AM) 0 FansN°: 8
Bonne chance Merry. Nous prions pour ton fils et il est tres bien qu il tente sa chance aux USA et qu il y trouve bonheur et épanouissement. La Lazio de Rome l aurait bien pris
M. En Avril, 2013 (08:02 AM) 0 FansN°: 9
Son pere etait mon idole incontesté, lcertainement e premier joueur que le Senegal n'ait jamias connu.



Bonne chance jeune Sene!
Sososososo987 En Avril, 2013 (09:05 AM) 0 FansN°: 10
pFFFF ? Et pourtant on a rien gagné Zero coupe d'afrique, arretez de glorifiez ces vieux minables qui ont été incapables de nous apporter la moindre coupe d'afrique..... Si on entend parler le senegalais on a l'impression qu'on a gagné 15 coupes, tel c'etait le meilleur, tel autre olalalala, lui ct le meilleurs.... Pour l'instant vous etes tous au meme pied d'égalité tous des nuls........ Zéro coupe.
Deguene Tane  En Avril, 2013 (13:36 PM) 0 FansN°: 11
slt saér sene comment vas tu moi se que je voulais te dire s'et de vous encouragé et te dire de te donné à font ne pense pas à l'equipe national ça vas venire naturellement donne toi à font aux entrainement et tu vera dieu est grand je te souhaite detout coeur que tu reussit comme les grand joueur et que les grand club te contacte incha allah moi qui vous parlé je suis joueur ici aux senegal don chance saer  :sn: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]