Roman : Yakro ou Kyro, la rusée du quartier

Blogs

Roman : Yakro ou Kyro, la rusée du quartier

Yakro est un joli nom. Yakro n’est qu’un nom. Non ! Plus qu'un nom, Yakro est aussi une belle jeune fille. Mais elle a une nature très complexe. Elle est insaisissable ! Très calme, gardant parfois le silence pendant toute une journée, surtout quand elle est chez elle, l’on pourrait même croire qu’elle est muette. Cependant, en réalité, elle est très bavarde. Et cela vous ne le saurez que si elle est loin de sa famille, c'est-à-dire à l'école ou dans un lieu où personne ne la jugera. Oui, quand elle hume l'air en toute liberté, loin des regards.

Durant sa tendre enfance, lorsqu'elle eût son premier portable, son premier geste fut de se cacher dans un coin de la maison, près de l'enclos des moutons, pour s'enticher avec un jeune garçon à qui elle envoyait des messages doucereux. Au début de leur idylle, elle lui disait qu'elle n'était pas intéressée. Mais comme les messages fusèrent, tels des tirs de kalachnikov, elle accepta de tenter une relation. Novice, elle prit du plaisir à se voir draguer par un jeune de son âge qui, de surcroît, était soutenu par des amis proches d’elle et qui faisaient les entremetteurs. Ces derniers transmettaient oralement certains messages qui ne pouvaient être transmis via le portable. Car, sous nos tropiques, les temps sont durs et Orange ne fait pas de crédit.

En quelques jours, elle finit par dire oui. Malgré sa discrétion, le secret s'ébruita, à cause de l’un de ses amis en qui elle avait une entière confiance.  Ainsi, beaucoup de voisins surent qu'elle venait d'avoir son premier copain. Bingo !

Toutefois, Il faut la comprendre. Elle est jeune, et ne sait vraiment pas ce qu’est l’amour. Voulant être à la mode, influencée de part et d’autre, mais surtout par ses camarades jeunes filles, elle voulût aussi avoir un copain.

Malheureusement ou heureusement, cette relation tourna court.
C’est au moment de cette rupture précoce qu'apparaît soudain l'homme qu'elle disait ne jamais aimer. Après plusieurs tentatives au cours desquelles le nouvel homme lui écrivit plusieurs messages, souvent sur des bouts de papier, tout en lui envoyant quelques petits cadeaux, elle finit une fois de plus par dire oui. Ah le fameux oui ! Oui est souvent un poison. Nous aimons bien l’entendre, alors que parfois un NON serait mieux.

Yakro avait un grand défaut. Ne savait-elle pas que les messages sont personnels ? Pourquoi s'amusait-elle à faire lire par ses sœurs tous les messages que son nouvel amour lui écrivait ? Un 15 octobre 2015, mois de son anniversaire, elle dit encore "oui" à cet homme, son deuxième "amour".
Pendant quatre bonnes années, ils vécurent un amour fou, un amour bien tranquille, qui faisait d’ailleurs beaucoup de jaloux. A la cinquième année, de petites divergences surgirent, du fait surtout qu’elle disait une chose et faisait le contraire.
            Ah les femmes... (suite bientôt)

Par Moloko Milki PA


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *