SANCOMBAO: UN PROJET DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE POUR LA BANLIEUE DE DAKAR

Blogs
  • Article ajouté le : 24 Vendredi, 2021 à 09h12
  • Author: Nioxor TINE

SANCOMBAO: UN PROJET DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE POUR LA BANLIEUE DE DAKAR

Le cabinet médical "Sancombao" a débuté ses activités depuis le 07 janvier 2020.

Après bientôt deux années d’activités et après analyse du contexte, ses initiateurs comptent passer à une étape supérieure dans la prise en charge de la santé des populations de la banlieue.

C’est ainsi, qu’ils vont procéder, ce samedi 18 décembre 2021, au lancement symbolique d’un projet communautaire dénommé "Sancombao", en organisant un dépistage gratuit des maladies non transmissibles (diabète, hypertension artérielle, maladies coronariennes...), au profit des usagers de plus de 50 ans.

Le projet va se déployer dans la banlieue dakaroise regroupant les départements de Guédiawaye, Pikine, Keur Massar et Rufisque, qui s’étend sur 86% de la superficie de la Région de Dakar et contient 63,4% de sa population.

L’initiateur du projet, un médecin de santé publique, ayant servi pendant 25 ans comme médecin-chef de district, s’était inscrit, dès le départ, dans la perspective de mettre en place un cabinet assurant des services complets et accessibles de médecine familiale et communautaire, pour tous âges. 

En témoigne le nom donné à cette structure, SANCOMBAO, acronyme de SANTÉ – COMMUNAUTÉ – BANLIEUE résumant sa philosophie.

Progressivement, plusieurs constats ont conforté l’idée de projet communautaire adossé au cabinet, une sorte d’expérience de médecine privée "communautaire". 

Premièrement, la médecine privée est principalement tournée vers la composante curative, donnant le sentiment de s’occuper davantage de maladie que de santé. 

Deuxièmement, l’efficience thérapeutique et la rationnalisation des soins sont insuffisamment prises en compte. Au contraire, on observe plutôt une marchandisation effrénée de la santé, à mettre sur le compte d’un déficit de régulation de la part des autorités sanitaires et des ordres professionnels. 

Enfin, les zones de la banlieue sont celles où la couverture sociale est la plus faible, alors même que le programme national de couverture sanitaire universelle connaît de nombreux dysfonctionnements.

Sur toutes ces questions, notre projet veut apporter sa contribution au nécessaire changement de paradigmes.

Il ciblera prioritairement les couches vulnérables (enfants de moins de deux ans, femmes enceintes, personnes âgées et autres personnes socialement vulnérables), en mettant l’accent sur les stratégies promotionnelles et préventives moins coûteuses. 

Ainsi, chez les séniors, le dépistage précoce et la prise en charge efficiente des maladies non transmissibles permettront d’assurer leur suivi optimal, à un moindre coût et d’éviter la survenue de complications. 

En outre, la surveillance prénatale et le monitoring de la santé infantile, permettront de réduire la morbi-mortalité maternelle et infantile et aideront le couple mère-enfant de surmonter les nombreuses épreuves, qui jalonnent les 1000 premiers jours de la vie de l’enfant, 

Grâce à un système de forfaits, notre projet va atténuer les contraintes du paiement au comptant, de même que les insuffisances des politiques nationales de protection sociale. Cela devrait permettre aux ménages et individus, d’accéder plus facilement aux soins de santé de qualité, tout en garantissant la continuité des soins. 

 Pour en savoir plus et accéder aux documents, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous:

https://galsenspring.com/2021/12/07/note-dinformation-sur-le-projet-sancombao/?fbclid=IwAR027pvwqxulvSksIufdkSjW6CuRzyNnG1RogP5YxO0vR1zL7lYitE9INE8


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *