L’OMNIPRESENCE DU SEXE DANS NOTRE UNIVERS MENTAL ET VISUEL

Blogs

L’OMNIPRESENCE DU SEXE DANS NOTRE UNIVERS MENTAL ET VISUEL

Le monde, nous dit on est devenu un village planétaire où les informations les plus diverses circulent à une allure vertigineuse. Lesquelles informations s’appuient sur un réseau de supports technologiques de dernière génération capables de faire « pleuvoir » du Ciel toutes sortes d’images et de sons difficilement contrôlables par les Etats. Ce déferlement de signes qu’on  nous bombarde à longueur de journées, répond à un impératif : vendre, vendre mieux et encore plus. Et comme pour vendre, il faut mettre en place une stratégie hautement performante et aguicheuse, les experts en marketing et autres manipulateurs de l’opinion ont vite fait de trouver dans le  sexe le filon porteur pouvant faire vendre toutes sortes de produits mis sur le marché. Voila ce qui explique pourquoi les scènes de sexe envahissent les écrans dans de nombreuses régions du monde.

Selon le livre L’Amérique à travers le petit écran (angl.), la folle permissivité de la télévision est voulue. “ Le sexe fait vendre. [...] Quand les chaînes et les sociétés de production ont découvert qu’elles titillaient davantage de téléspectateurs qu’elles n’en scandalisaient, elles ont progressivement augmenté la valeur commerciale de leur production en brisant toujours plus de tabous, et ce de plus en plus ouvertement. ”

Cette forte présence du sexe dans les médias et autres plateformes électroniques s’est diffusée à une large échelle. Aucun pays n’échappe à cette pluie d’images à connotation sexuelle et érotique prononcée.

Ce qui fait dire à ce travailleur social doublé d’un psycho-éducateur sorti des universités canadiennes , Momar Mbaye Gueye( MMG) qu’on assiste aujourd’hui à la mondialisation du sexe. Rien qu’en France, me dira t-il , les sites pornographiques avoisinent les 6000 à 7000. Se faisant plus précis, MMG ajoutera : »On a l’impression qu’on fait l’apologie du sexe. Du matin au soir, les chaines de radios et de télévisions déversent un tombereau d’images et de sons relatifs au sexe. » Dans ces conditions, notre société pouvait elle échapper à la domination du sexe ?

Notre société, jusqu’à une certaine période, a vécu sous le régime de la pudibonderie. La pudeur imprégnait les faits et gestes des populations. Cette réalité faisait que le sexe pendant longtemps a été un sujet tabou dans notre société. Le voile de la discrétion entourait la question relative au sexe. Mais tout cela  relève maintenant  du passé. Le sexe a envahi aujourd’hui tous les domaines de notre existence .

 On utilise le sexe pour vendre ! On utilise le sexe pour se faire plaisir et donner du plaisir !On utilise le sexe pour noyer ses soucis et chasser le stress ! On utilise le sexe pour obtenir …une promotion !On utilise le sexe pour corrompre !On utilise le sexe pour détruire ! On utilise le sexe pour des règlements de compte. Vous vous rappelez sûrement de l’affaire Diombass Diaw qui a défrayé la chronique à un moment donné. Piégé par une dame qui l’a filmé dans une chambre d’hôtel dans une posture dans laquelle personne n’aimerait se retrouver, il  accuse ses adversaires politiques parmi lesquels un ministre de la République d’avoir fomenté un « complot » pour nuire à ses ambitions politiques.

Tout cela pour dire qu’une autre réalité s’est imposée à nous avec des faits et gestes comme le viol, le harcèlement sexuel, la pédophilie, l’inceste, l’homosexualité, l’adultère, la fornication. Et pour dire les choses crûment, le sexe a fini par conquerir notre univers mental et visuel. Il est là ! Et bien présent avec tout ce que cela peut induire comme dysfonctionnements graves et perturbateurs dans la société.

Et tout porte à croire au regard de ce que nous entendons et voyons que le voile pudique qui entourait tous ces actes qui heurtent la morale sociétale s’est déchirée. Et pour preuve cette enquête réalisée  par l’ONG GRAVE et qui fait état de prés de 400 cas de viols et d’agressions sexuelles au Sénégal rien qu’en 20O7. Et le président de cette ONG de signaler que le mal est très profond. Les statistiques livrées à la connaissance du public sont loin de refléter l’étendue du mal pour la seule et simple raison que beaucoup préfèrent souffrir en silence que d’étaler sur la place publique l’agression dont  elles sont victimes. Poursuivant son réquisitoire, Adama Sow, président de l’ONG GRAVE, finit par se demander si le Sénégal  n’est pas devenu un havre pour détraqués sexuels.

En tout cas , la réalité qui se présente sous nos yeux, doit interpeller éducateurs, parents , décideurs politiques surtout que, nous dit Adama Sow, 12700  jeunes filles et garçons sénégalais sont actifs dans les sites pédoporgraphiques. Alors là bonjour les dégâts ! Et les dégâts deviennent de plus en plus inquiétants et impressionnants  à tous les niveaux de la société. Chacun a peur pour lui-même ! Pour ses enfants !Pour son entourage !Et cela du fait que le sexe n’est plus canalisé, orienté, dompté pour jouer le rôle de stabilisation dans la société.

Au contraire, il est devenu un facteur de déstabilisation de la société , secouant fortement les fondements moraux et éthiques qui ont gouverné jusqu’à une date récente le fonctionnement de nos sociétés.

Cette analyse n’est pas éloignée de celle de ce brillant psychologue clinicien et psychothérapeute, Mamadou Mbodj : « Lorsqu’il ya délitement des repères et des codes, les mécanismes internes des individus sautent et les ressorts les plus primaires se relâchent, libérant tous les archaïsmes  qui sommeillent en permanence en nous ! Le sexe et la violence sont des exutoires quand tout va mal ! Mais il s’agit du sexe délesté des conditionnalités  sociales et culturelles qui lui donnent son caractère humain, donc viable. Et sans ce caractère humain, formaté par des valeurs éthiques, le sexe devient destructeur et ne peut que constituer une menace pour la vie collective, pour la société ! Mais il ne peut être ni épanouissant ni satisfaisant, ni structurant pour l’individu qui s’en délecte hors des normes et valeurs sociales. » in NOUVEL HORIZON N°685 DU 14 AOUT AU 20 AOUT 2009

Cette analyse faite il ya plus d’une dizaine d’années garde toute sa saveur et sa pertinence. Elle suinte la vérité dans toute sa plénitude. Quand tout va mal, le sexe devient une «  bouée de sauvetage » pour … détraqués de tous bords  mais aussi pour les hommes « normaux » happés par une existence qui ne leur fait pas la part belle, confrontés qu’ils sont à un destin s qui surfe dans la douleur morale et psychologique  permanentes.

Quand tout va mal, le sexe devient un dérivatif qui aide à soulager la conscience. La conscience perturbée ! Et quand celle-ci est perturbée, place à toutes les dérives qui agressent la morale : homosexualité, viols, adultère, inceste et j’en passe. A suivre !

[email protected]


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Vous pouvez lire aussi

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *