Jeudi 09 Décembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

A la découverte des symboles béninois de l’esclavage

Single Post
A la découverte des symboles béninois de l’esclavage

Les villes béninoises de Ouidah et Porto-Novo rappellent encore le souvenir de l’esclavage sur la côte ouest-africaine. Le Bénin concentre de nombreux lieux-mémoire allant de la Porte de non retour à l’Arbre de l’oubli, en passant par exemple par la Forêt des serpents.

Beaucoup de sites, comme Gorée au Sénégal, évoquent l’esclavage au Bénin, pays du golfe de Guinée, en bordure de l’océan Atlantique, qui longe sa frontière sud sur une distance de 120 kilomètres. Comme d’autres pays de la côte ouest de l’Afrique, le Bénin a subi l’esclavage.

La ville d’Ouidah – une déformation de Houéda – garde le souvenir de l’esclavage. Elle fut l’un des plus grands ports négriers, entre le 17ème et le 19ème siècle, raconte-t-on. Quelque deux millions d’Africains réduits en esclaves sont partis d’Ouidah, pour d’autres continents. Pour certains d’entre eux, l’actuelle ville-mémoire fut leur point de départ.

Quelques traces, comme le fort portugais érigé maintenant en musée, évoquent l’esclavage. Tout comme le fort français et les restes du comptoir anglais. On trouve aussi la maison de De Souza dit "Chacha", l’un des plus grands négriers brésiliens qui, selon les historiens, a des descendants sur toute la côte ouest-africaine, du Ghana au Gabon.

Ouidah est devenu un haut-lieu de brassage de populations européennes, africaines et sud-américaines. Avec de grandes curiosités touristiques, comme la forêt de Kpassézoun, le Temple du serpent.

L’Arbre de l’oubli, indique un guide, avait le secret de ‘’faire oublier toutes leurs connaissances’’ aux esclaves en partance vers d’autres continents. Après qu’ils avaient tourné 40 fois autour cet arbre. ‘’Le but visé était de leur faire oublier leurs connaissances, leur être, leur moi. Ils devenaient ainsi des objets sur lesquels les Blancs pouvaient agir’’ librement, explique le guide Patrice Sagbo.

‘’En réalité, les esclaves n’oubliaient rien. La preuve, ils sont allés reproduire ailleurs tout ce qu’ils faisaient quand ils étaient en Afrique. Ils ont reproduit toutes leurs méthodes de travail au Brésil et ailleurs, où ils étaient acheminés’’, soutient M. Sagbo.

La Route de l’esclave est un monument érigé à l’initiative de l’ancien président béninois Nicéphore Soglo, pour ‘’reconstituer l’histoire de l’esclavage en Afrique’’, dit le guide. Ici, ‘’les esclaves étaient triés. Les malades étaient jetés dans une fosse commune’’, raconte M. Sagbo, la voix pleine d’émotion.

‘’Après le tri, les femmes robustes et vierges, ainsi que les hommes capables de travailler, sont déportés. Cette route était le passage du voyageur, qui ne retournait jamais’’ chez lui en Afrique, dit le guide.

La ville de Porto-Novo est aussi symbole de la richesse du patrimoine historique du Bénin. C’est la capitale administrative du pays, siège de l’Assemblée nationale, des ministères de la Justice, de l’Agriculture, de l’Enseignement primaire, etc.

Hogbonou et Ajace désignent aussi cette ville. Vieille d’au moins trois siècles, Porto-Novo concentre une mosaïque de langues dont le ngoun est la principale. Des traces d’architecture coloniale y sont encore visibles. Le musée Honmé, la cathédrale, la grande mosquée, au cœur de la ville, en imposent plein la vue au visiteur. Tout comme le site d’Abessan et le centre Songhaï.


affaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Matto

    En Octobre, 2011 (19:46 PM)
    teu peu neu meu reu deu beu :-D  :?:  :sn: 
  2. Auteur

    Wa Bambilor St James

    En Octobre, 2011 (20:42 PM)
     :haha:  LA MAISON DES ESCLAVES DE GOREE EST UNE USURPATION EN REALITE LA MAISON DES NEGRIERS  :down:  LES NEGRIERS PARQUAIENT LES BOIS D'EBENE ET LES BIENS MEUBLES DANS LES CAVES ET LES CACHOTS DES FORTS.  :down:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    {comment_ads}
    Auteur

    C...con....

    En Octobre, 2011 (05:25 AM)
    ... à LIRE.... " LE DENOCIDE VOILè" DE TIDIANE NDIAYE.....



    ... :hun:  :hun:  :sad:  :sad:  :hun:  :hun:  :sad:  :sad:  :hun:  :hun:  :sad:  :sad:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Theophane

    En Octobre, 2011 (06:46 AM)
    est-ce que ce journaliste est vraiment allé au Bénin ou il a écrit à partir des prospectus ou senegal.com???????? je cherche les traces d'esclavage qui est allé retrouver à Porto-Novo
    {comment_ads}
    Auteur

    Johnnybegood

    En Octobre, 2011 (14:22 PM)
    black i was born ,black i am ,as a black i will die too, you might come from china or russia ,as long as you are a blackman, your identity is african so let us be proud of ourselves
    Auteur

    La Rencontre

    En Octobre, 2011 (15:15 PM)
    Esclaves et négriers sont maintenant dans l'autre monde où devant le Tout-puissant ils vont solder leurs comptes. A quoi ça sert de faire du mal?
    {comment_ads}
    Auteur

    Lyns

    En Octobre, 2011 (15:56 PM)
    Il est temps que nous arrêtions de faire croire à nos enfants que nos anc^tres étaient passifs face à l'esclavage. Beaucoup d'africains pensent que tous les sénégalais, par exemple, étaient susceptibles d'être pris en esclavage, alors que des villages traditionnelles existaient jusqu'à plus de 80 kms de gorée, supposé être le lieu privilégié des marchands d'esclaves. Au moment où nos braves roitelets du diolof, du cakor et du Sine se combattaient, leurs prises humaines étaient vendues, de Yoff , Ouakam, Mbao/mer, jusqu'à Gorom, des populations vivaient sans avoir rien à avoir avec ce commerce. Il faut que nos ancêtres n'étaient pas à la merci de chasseurs d'esclaves sur tous le territoire, sinon ils se sentiront toujours en situation d'infériorité devant n'importe quel personne de race blanche.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email