Mardi 02 Mars, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Afrique du Sud: la justice stoppe les poursuites contre Julius Malema

Single Post
Julius Malema, ici lors du lancement de son nouveau parti politique, Les combattants pour la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF), à Marikana, en Afrique du Sud, le 14 octobre 2013. REUTERS/Mujahid Safodien

Appels sur l'actualité revient sur l'affaire Julius Malema. Le leader des Combattants pour la liberté économique (EFF), un parti de gauche radicale, n'est plus poursuivi par la justice sud-africaine pour corruption, en raison des trop nombreux reports de son procès ces trois dernières années. Julius Malema devait être jugé pour corruption, blanchiment d'argent, fraude et racket dans une affaire datant de 2009. Une fois de plus, le 4 août dernier, les audiences n'ont pas pu débuter en raison de l'absence d'un des coaccusés, malade et hospitalisé. Un énième délai n'était pas acceptable selon le juge, qui a décidé de lever les poursuites. Julius Malema a pu ainsi siéger sans entrave au Parlement aux côtés des 24 autres députés de son parti EFF, troisième force politique du pays, pour une séance de questions au président Jacob Zuma.


De notre correspondante à Johannesburg,


De quoi Julius Malema est-il soupçonné ?


Il s’agit d’une affaire assez ancienne, qui remonte à 2009. A l’époque, Julius Malema était encore membre du Congrès National Africain et dirigeait la Ligue des jeunes du parti. Grâce à ses connexions politiques, il aurait influencé l’attribution d’un marché public dans la province du Limpopo dont il est originaire. Il s’agissait d’un contrat à près de 4 millions d’euros, qui a été remporté par une société dans laquelle Malema était lui-même actionnaire.


D’après le parquet, l’appel d’offres était truqué et Julius Malema et sa famille auraient reçu d’importants pots-de-vin à travers plusieurs sociétés écrans. Cette escroquerie aurait permis au jeune leader de financer un train de vie somptueux et d’acheter notamment une ferme et une luxueuse Mercedes. En tout, ce sont 55 chefs d’accusation qui pesaient sur le jeune leader et ses deux coaccusés, notamment pour blanchiment d’argent, corruption, fraude et racket.




Alors pourquoi mettre fin au procès maintenant ? Est-ce-que cela veut dire que Julius Malema est acquitté ?


Le procès de Julius Malema aurait dû débuter en 2012, mais il a été repoussé plusieurs fois. La semaine dernière, le leader du parti EFF s’est à nouveau présenté devant la justice, mais une fois de plus, la Cour n’a pas pu siéger, car l’un de ses coaccusés était absent. Le procès aurait donc dû être une nouvelle fois repoussé de plusieurs mois, une situation devenue inacceptable selon le juge, qui a décidé de lever les poursuites.


Mais attention, il ne s’agit pas d’un acquittement puisque le parquet a bien souligné que le dossier pourrait être rouvert ultérieurement. Il n’empêche, il s’agit d’un sérieux revers pour le pouvoir, et d’une victoire pour Julius Malema.


Quelles sont les conséquences politiques de cette décision de justice ?


Julius Malema a clairement gagné en crédibilité, lui qui a toujours clamé que ce procès était une manipulation de l’ANC pour le faire tomber. Le revirement de la justice semble accréditer cette thèse. L’abandon des poursuites qui pesaient contre lui donne surtout une nouvelle légitimité au leader du parti EFF pour attaquer le président Jacob Zuma. La semaine dernière, Julius Malema n’a pas arrêté de réclamer un procès, clamant haut et fort qu’il n’avait rien à se reprocher, et qu’il voulait « donner sa version des faits devant la justice ».


Une attitude payante, et qui tranche avec celle de Jacob Zuma, qui a notamment échappé à un procès pour corruption en 2009, dans l’affaire de L’Arms Deal. Cela permet surtout à Julius Malema d’attaquer Jacob Zuma en justice dans l’affaire Nkandla, du nom de la résidence secondaire du président, aménagée aux frais du contribuable.


Le parti EFF a déjà entamé une procédure pour porter l’affaire devant la Cour constitutionnelle. Lors d’une séance parlementaire mouvementée la semaine dernière, Julius Malema a donné rendez-vous à Jacob Zuma « devant un tribunal ». Une phrase qui résonne évidemment beaucoup plus fort, maintenant qu’il est lui-même libéré de ses propres ennuis judiciaires.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email