Jeudi 09 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

Au Gabon, l’adoption de la loi dépénalisant l’homosexualité divise

Single Post
Lors d'une manifestation en faveur des droits des homosexuels, au Kenya, en 2019 (Illustration).
Le vote par l’Assemblée gabonaise d’une loi dépénalisant l’homosexualité, si elle est une victoire pour les initiateurs du texte, n’est encore qu’une étape. Le texte devra en effet être adopté au Sénat, et les débats s’annoncent âpres.

C’est une victoire pour les partisans de la dépénalisation de l’homosexualité, au premier rang desquels milite la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba. Les députés gabonais ont adopté, le 23 juin, le texte annulant un amendement du Code pénal voté un an plus tôt qui condamnait l’homosexualité comme une « atteinte aux mœurs ».

              "AIMER, LIBREMENT, SANS ÊTRE CONDAMNÉ"

« Le Parlement rétablit un droit humain fondamental pour ses citoyens. Celui d’aimer, librement, sans être condamné. Oui à la dignité, non à la haine » s’est félicitée Sylvia Bongo Ondimba.

Profonde division

En revanche, le résultat du vote montre qu’une profonde division traverse le pays sur cette question. Quarante-huit députés ont voté en faveur du texte, vingt-quatre ont voté contre et vingt-cinq autres se sont abstenus.

Député du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Blaise Louembe assume d’avoir refusé de suivre la consigne de vote de son parti. « Je viens d’exprimer mon vote contre la dépénalisation de l’homosexualité (…) Je suis [néanmoins] solidaire de tout le reste du texte mais mes convictions religieuses, mon attachement à la Constitution et à nos valeurs ancestrales ne me commandent pas d’autoriser ou d’encourager les pratiques homosexuelles », a déclaré le député.

Le Gabon devient ainsi l’un des rares pays d’Afrique subsaharienne à dépénaliser l’homosexualité. Mais en dépit des apparences, cette réforme sociétale n’est pas une surprise.

En effet, jusqu’à l’entrée en vigueur en juillet 2019 d’un nouveau Code pénal, l’homosexualité n’était ni autorisée ni interdite au Gabon. Ce vide juridique a engendré une tradition de tolérance à l’égard des préférences sexuelles minoritaires. La réforme du 23 juin consacre donc le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal, en vigueur depuis juillet 2019, condamnant les pratiques homosexuelles.

Prochaine étape au Sénat

Le texte doit désormais être soumis aux sénateurs, à une date qui n’a pas encore été définie. Il est probable que le débat passionné qui s’est joué à l’Assemblée se rejoue en écho au sein de la chambre haute, et que les mêmes lignes de fractures entre « pro » et « anti » se révèlent, au-delà des appartenances partisanes.

Le PDG, bien que majoritaire au sein de la Chambre, devra de nouveau se battre pour imposer la discipline du parti à ses sénateurs réfractaires. Et chaque voix va compter d’autant qu’au sein de l’opposition, le vote « contre » va sans doute l’emporter. Sénateur pour le compte de l’Union nationale (UN, opposition) Jean-Christophe Owono Nguéma annonce la couleur : « Mes convictions religieuses, mon éducation et la vision que j’ai pour mon pays, ne me permettent d’accepter une telle abomination. »

Si le texte est rejeté au Sénat, les deux chambres du Parlement devront se réunir en Congrès pour harmoniser le texte avant le vote définitif.

liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 2 semaines (15:50 PM)
    Un vrai chrétien qui respecte ses convictions et sa religion ne doit pas s'abstenir face à ce vote qui veut autoriser une abomination dans son pays. À moins qu'il se soit abreuver à la sauce maçonnique
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 2 semaines (17:55 PM)
      l’homosexualité est contraire a nos valeurs et ne doit pas être encouragée. je trouve dans le même temps inutile de mettre en prison un homosexuel : cela ne ne le fera pas changer d'orientation et en même temps on ne fait rien pour le sortir de sa déviance. il y a une différence entre votre une loi qui dépénalise l’homosexualité et être pour homosexualité. au senegal on punit les actes contre nature, si on applique cette loi proprement même les hétérosexuel peuvent tomber sous le coup de la loi,
    • Auteur

      Aimer, Librement, Sans être Co

      il y a 1 semaine (15:31 PM)
      ...par l'homme, mais le bon dieu l'a deja condamne. mais ca na pas l'air detre important. pauvre afrique
  2. Auteur

    Thomas Sankara

    il y a 2 semaines (11:04 AM)
    gabonais gabonaise vous avait insulter ancien quel honte
    Auteur

    Fra_lo

    il y a 1 semaine (13:08 PM)
    Mais de quoi parle-t-on enfin? L'orientation sexuelle n'a rien à voir ni avec les valeurs ancestrales, ni avec la culture! C'est quelque chose qui appartient à la nature humaine (ainsi qu'à d'autres nombreuses espèces d'animaux). Comment peut-on effacer de nos culture quelque chose qui fait partie de notre nature? D'après moi la chose qui est contre nature c'est l'ignorance et le fait d'avoir un cerveau et de le laisser dans le placard le matin ...
    Auteur

    Mayombe

    il y a 15 heures (15:02 PM)
    gabonais gabonaise s ils vous plait ne laisser pas ces dechet humaine lgbt detruit votre beau pays merci

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email