Samedi 20 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

BAD et MasterCard, pour l'inclusion financière en Afrique

Single Post
BAD et MasterCard, pour l'inclusion financière en Afrique
La Banque africaine de développement (BAD) et MasterCard ont annoncé, jeudi 22 janvier, à Davos en Suisse, une importante collaboration en vue d'étendre l'inclusion financière en Afrique. Elargir l’accès aux services financiers numériques en Afrique est l’objectif de cette collaboration.

Photo: Ajay Banga, le PDG de MasterCard,à gauche, et Donald Kaberuka, le président de la Banque africaine de développement, à droite.
 
Le premier réseau de paiement électronique dans le monde, MasterCard, et la première institution financière de développement en Afrique, la Banque africaine de développement (BAD), viennent d’exprimer leur volonté de collaborer pour étendre « l'inclusion financière à l'ensemble du continent africain » et « développer des solutions permettant de dynamiser la croissance inclusive en Afrique en élargissant l'accès aux services financiers numériques et l'utilisation de ces services », informe un communiqué conjoint. 

Cette collaboration de la BAD et de MasterCard a été paraphée, à Davos en Suisse, en marge du forum économique mondial, par le président de la BAD, Donald Kaberuka, et le président-directeur général de MasterCard, Ajay Banga. Pour, Donald Kaberuka, «l’inclusion financière, un domaine dans lequel l'Afrique est distancée par d'autres continents, est un élément déterminant du développement inclusif ». 

Selon le premier dirigeant de la BAD, « l'élargissement de l'accès aux services financiers permettra de mobiliser une plus grande partie de l'épargne des foyers, de rassembler des capitaux pour investir et d'augmenter le nombre d'entrepreneurs, et autorisera davantage d'individus à investir dans leur propre personne et dans leur famille ». 

Dans ce même sens, Ajay Banga a précisé que « moins d'un adulte sur quatre en Afrique a accès à un compte dans une institution financière officielle. Même si bon nombre de nos partenaires du secteur agissent déjà dans ce domaine, nous sommes convaincus qu'avec notre expertise en termes de paiement et l'expérience de la BAD qui, depuis 50 ans, finance la transformation économique de l'Afrique, nous pouvons avoir un impact important et mettre en place une transformation durable. Pour que ceci puisse s'accomplir, les secteurs public et privé doivent combiner leurs ressources et agir conjointement ». 

En effet, cet accord commun vise d’abord à établir des systèmes financiers africains cohésifs qui soient des moteurs d'inclusion au niveau d'un pays et permettent de fournir des services aux populations traditionnellement exclues. Ensuite, investir dans un ensemble organisé de sociétés des services financiers et des solutions financières innovantes destinées à supprimer les barrières qui empêchent l'inclusion financière. Enfin, partager ces connaissances entre les secteurs universitaire, politique et commercial. 

Il est à souligner que le groupe de la Banque africaine de développement est composé de trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigéria (FSN). Elle et aussi présente sur le terrain dans 34 pays africains et dispose d'un bureau externe au Japon. 

De son côté, MasterCard exploite le réseau de paiement le plus rapide au monde et tisse des liens entre consommateurs, institutions financières, commerçants, autorités publiques et entreprises dans plus de 210 pays et territoires. 


4 Commentaires

  1. Auteur

    Soumission Aux Occidentaux

    En Janvier, 2015 (10:22 AM)
    Pendant que les Sénégalais manifestent contre la France et les caricatures, cet accord discrètement signé entre la BAD et Mastercard n'est que le reflet de la soumission de l'Afrique aux puissances occidentales. Désormais, la finance ouest-africaine sera gérée par les Américains. Pauvre Pays ! Pauvre Peuple ! Aveuglé par des politiciens et marabouts avide d'argent et de pouvoir, le peuple sénégalais se meurt à manifester pour des broutilles, alors que son indépendance vient d'être scellée dans la plus totale indifférence.
    Top Banner
  2. Auteur

    Mounos

    En Janvier, 2015 (16:03 PM)
    On ferait de faire en sorte que les Africains aient accès à des crédits importants allant jusqu'à plus de 30.000.000 de FCFA par exemple pour ceux qui sont en mesure de rembourser au minimum 200.000 FCFA/mois ! Ainsi les gens mutualiseraient leurs moyens pour créer des petites entreprises par milliers ! Tant que nous compterons sur les banque Marocaines, Françaises, Tunisiennes et Européennes qui sont installées chez-nous, dans cinquante ans on fera les même constats d'échec ! Les pays d'Afrique noire sont les seuls pays au monde où ceux qui gagnent l'équivalent de 1200 dollars/mois ne peuvent bénéficier de crédit de 10.000.000 en moins de 7 fours d'étude de dossier !
    {comment_ads}
    Auteur

    Sénégal Leader

    En Janvier, 2015 (23:31 PM)
    Cet article a été publié depuis plus de 12 heures et il y a seulement deux commentaires : en moins d'une heure, les articles sur la marche contre Charlie Hebdo avaient rassemblé des dizaines de commentaires haineux : si les Sénégalais s'intéressaient à la finance plutôt qu'à perdre leur temps à écrire des commentaires qui n'ont souvent aucun sens, ils deviendraient beaucoup plus riches. Mais, c'est sans doute bien plus facile de déverser sa bile que de se regarder en face. Si nous voulons devenir une nation fière de nos valeurs et de nos différences, cessons de copier sur les autres (ou de nous faire imposer des outils inadaptés) et inventons nos propres outils. Wari est une réussite africaine qui n'existe pas en Europe. Nous n'avons pas besoin de Mastercard pour réussir. Inventons notre propre modèle de portefeuille électronique ! Et que le Sénégal soit le leader de l'Afrique de l'Ouest.
    {comment_ads}
    Auteur

    Deug Dji

    En Janvier, 2015 (12:19 PM)
    Le modèle bancaire Occidental n'est pas celui de l'Afrique.

    La BAD devrait plutôt impulser la mise en place d'un acteur Africain majeur dans le domaine du paiement électronique. Il y a des initiatives locales, et le rôle de la BAD devrait être de les pousser.



    A quand un géant des transactions électroniques pour l'Afrique et par l'Afrique ?

    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email