Vendredi 22 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Boko Haram : naissance et évolution d'une secte qui défie la communauté internationale

Single Post
Boko Haram : naissance et évolution d'une secte qui défie la communauté internationale

La secte islamique Boko Haram qui suscite actuellement l’indignation de la communauté internationale à travers le rapt de 223 lycéennes du Nigeria, tire son nom d’un mélange de la langue haoussa et de l’arabe qui signifie : ‘’l’éducation occidentale est un péché’’.

 

Cette organisation extrémiste a d'abord existé sous le nom de Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad, c'est-à-dire dire ‘'Peuple dévoué aux enseignements du Prophète pour la propagation et la guerre sainte''. 

 

A ses débuts dans les années 1960, le groupe opérait dans le nord du Nigeria avant d'étendre bien au-delà ses tentacules, sous l'impulsion de son défunt chef Mohammed Yusuf. 

 

Ce dernier avait fait construire un établissement religieux, comprenant une mosquée et une institution islamique et œuvrait pour l'action sociale en faveur des musulmans démunis. L'objectif visé était d'appliquer la Charia (loi islamique) dans les 19 Etats du nord du Nigeria. 

 

En 2003, l'ancien gouverneur de l'Etat de Borno Ali Modu Sheriff avait promis d'introduire la Charia, de soutenir et de créer des emplois pour les membres de la secte, à des fins politiciennes sous la bannière du Parti de tous les peuples du Nigeria (ANPP). 

 

Une fois élu, M. Sheriff récompense, certes, certains membres de la secte, mais ne tient vraiment pas promesse.

 

Se rendant compte qu'on l'avait utilisée pour satisfaire des ambitions politiques, la secte met fin à la relation de confiance l'unissant à l'autorité locale. 

 

Le désaccord déboucha sur la démission des membres de la secte qui, en plus de rompre tout contact avec l'autorité administrative, jurèrent de semer la terreur dans la localité. 

 

D'où l'installation d'un climat d'insécurité dans l'Etat de Borno, qui vit son paisible quotidien secoué par une série d'actes terroristes. 

 

En juillet 2009, la police mène des investigations sur les activités du groupe, après avoir eu vent que le mouvement intégriste est en train de se ravitailler en armes. 

 

L'interpellation de ses chefs dans l'Etat de Bauchi met le feu aux poudres, occasionnant des affrontements sanglants avec les forces de l'ordre qui se soldèrent par la mort de plus de 650 personnes et des actes de vandalisme, dont la destruction de postes de police. 

Les émeutes se répandent vite dans d'autres villes telles que Maiduguri (Etat de Borno), Damature (Etat de Yobe) et Yola (Adamawa). 

 

Les arcs et flèches qui étaient utilisés au début comme armes, cédèrent la place à des fusils d'assaut AK 47 trouvés dans les commissariats de police pillés lors des soulèvements populaires.

 

Dans la foulée, l'ordre est donné d'attenter à la vie du gouverneur Ali Modu Sheriff. S'il s'en sortira indemne, ce ne sera pas le cas d'un de ses proches du nom de Modu Fanami Gubio, un potentiel prétendant au poste de gouverneur, qui sera été assassiné en 2010. 

 

L'intervention de l'armée nigériane pour endiguer cette menace suscite alors une nouvelle approche dans les combats marquée par l'avènement de l'attentat à la bombe. 

 

Pour frapper fort, le groupe fondamentaliste a surtout recours à l'attentat-suicide orchestré en usant au préalable de toutes sortes de menaces via les médias publics. 

 

Vu la gravité de la situation, M. Modu Sheriff, et ses homologues des Etats de Gombe et de Bauchi montent au créneau pour présenter publiquement leurs excuses à la secte dont les dirigeants ont été l'objet d'exécutions extrajudiciaires. 

 

Acculé, le gouvernement fédéral intente des poursuites judiciaires contre les officiers de police impliqués dans les exécutions sommaires. 

 

Ce faisant, il n'était plus question de calmer les ardeurs des membres récalcitrants alors que les islamistes se sont donné pour objectif d'islamiser le nord du pays, d'y imposer la Charia et d'éradiquer la corruption. 

 

Boko Haram a récemment étendu ses tentacules à d'autres villes, notamment celle très fortifiée d'Abuja, la capitale fédérale.



4 Commentaires

  1. Auteur

    Waliou

    En Mai, 2014 (22:17 PM)
    Je suis indigné par de tels actes horribles, Boko Haram est tout sauf une organisation qui défend les préceptes de l'Islam et Le tout Puissant est parfaitement connaisseur de ce qu'ils font.

    Seulement je suis indigné de voir la récuperation qu'en fait la communauté internationale qui saute sur tout ce qui peut ternir l'image de l'Islam envers l'opinion. Car je ne peux comprendre que juste à coté en RCA des milliers de musulmans qui se font tuer, éventrés, démembrés, et meme manger, et que personne n'en parle, meme pas les médias français qui pourtant connaissent bien la situation en RCA. Mais bon comme ce sont des musulmans, c pas la peine d'en parler.

    Satan est trop fort de nos jours car il compte désormais des milliards de disciples y compris chez les croyants. Et ils feront tout pour obstruer le sentier du tout Puissant, le très Sage et le très Miséricordieux.

    Partez en Europe, partez aux USA, la majorité des gens est athée, ils ont rejeté la foi. Et ils ne s’arrêteront pastant que le reste du monde n'aura pas désavoué Dieu, que l'on soit chrétien, juif ou musulman.

    Mais tout ceci sera peine perdue, car le dernier mot revient toujours à Allah.



    • Auteur

      Millet

      En Mai, 2014 (14:08 PM)
      ça c'est la honte!!!!!!!
      si ta rien a dire, tais toi au moins.
      toi aussi tu entres dans le jeu de ces bandits de grands chemin.
      des enfants de rien du tout sont quelques part traumatisés!!!!!!!
      ça c'est pas la religion!!!! tu n'as mém pas besoin de nous tenir un discours de ce genre.
      le mec on l'a montré a la télé comme un drogué. es ce qu'il sait mém réciter des versets coranique.
      soutient nos pauvres filles perdues quelques part dans la nature et arrêt vite ton discours!!!
  2. Auteur

    Dia L Allemand

    En Mai, 2014 (13:04 PM)
    Ce problème n est pa celui decreligion mais de secte
    Auteur

    Animiste

    En Mai, 2014 (17:02 PM)
    Pauvres africains en perdition constante. Revenez aux valeurs ancestrales pendant qu'il est encore temps. L'Afrique a besoin de tous ses enfants, aujourd'hui plus que jamais. Fraternellement!
    Auteur

    Caractacusa

    En Mai, 2014 (04:22 AM)
    Trois titres sur "l'imam fanatique...", histoire de supprimer la vidéo des 200 petites filles voilées et certainement violées ( ou en passe de l'être) ainsi que les nombreux commentaires appelant l'islam par son nom:" Islamonazisme." Non , dire du mal de l'islam ne relève pas d'une phobie, mais plutôt du réalisme. "Islamoréalisme", pourrait-on aussi dire! ! Cela vous dérange, ou avez-vous suivi les directives des marabouts pour, à votre tour, minimiser l'abomination que représente Boko Haram? Boko Haram traité comme Beyoncé ou Justin Biber, par petits titres du genre "people"! A quand un reportage sur l'imam en treillis, posant au milieu de sa (ou ses) femmes, dans un cadre tout ce qu'il y a de plus familial? Hey! Seneweb, plus de deux cents petites filles innocentes et chrétiennes sont toujours aux mains des assassins, violeurs, massacreurs, kidnappers, maîtres-chanteurs de Boko Haram. Dans le reste du monde, les blancs manifestent en leur faveur. En Afrique noire, rien? Bizarre, pour des gens qui se lancent dans les rues au moindre pet de palestiniens!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email