Samedi 28 Novembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

Bombardement de Bouaké: 15 ans après, de nombreuses questions en suspens

Single Post
Bombardement de Bouaké: 15 ans après, de nombreuses questions en suspens
C’était un 6 novembre, il y a quinze ans. Deux avions Sukoi de l’armée ivoirienne bombardaient le camp français de Bouaké en Côte d’Ivoire. Une attaque qui provoque la mort de neuf militaires français et d’un civil américain, trente-huit autres soldats seront blessés. En représailles, l’armée française détruit l’aviation ivoirienne. Ces évènements entraîneront de fortes tensions entre Paris et Abidjan. Quinze ans après, le rôle des autorités françaises de l’époque apparaît pour le moins nébuleux et si un procès doit se tenir au printemps prochain, les véritables responsables pourraient bien passer entre les mailles de la justice.
Le procès prévu au printemps prochain d’un des pilotes biélorusses et des deux copilotes ivoiriens permettra-t-il d’identifier les véritables commanditaires de ce bombardement ? Pas sûr, car ces trois hommes n’ont jamais été appréhendés.

C’est donc en leur absence que la justice devra parvenir à établir les responsabilités. Une affaire dans laquelle l’attitude des autorités françaises de l’époque apparaît depuis le début pour le moins suspecte.

Le 16 novembre 2004, soit dix jours après le bombardement, la police togolaise arrête huit ressortissants biélorusses qu’elles soupçonnent être les auteurs de l’attaque. Des hommes qu’elle met à disposition de la France, mais étrangement, Paris décide ne pas les arrêter. La raison ? Il n’y avait pas de base légale pour le faire, selon Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense.

«On ne peut jamais cacher la vérité à l’infini»

Dominique de Villepin, le ministre de l’Intérieur, se défendra lui en expliquant « ne jamais avoir été saisi de cette affaire. » Des arguments battus en brèche par Sabine Khéris. La juge d’instruction estime en 2016 que « tout a été orchestré afin qu’il ne soit pas possible d’arrêter, d’interroger ou de juger les auteurs biélorusses du bombardement. »

La juge demande alors le renvoi des ministres devant la Cour de justice de la République. Une demande refusée en mai dernier par la CJR. Connaîtra-t-on alors un jour le fin mot de l’histoire ? Jean Balan, l’avocat de plusieurs familles de victimes, en est convaincu, persuadé qu’on « ne peut jamais cacher la vérité à l’infini. »  


2 Commentaires

  1. Auteur

    Fgffrf

    En Novembre, 2019 (08:28 AM)
    la police togolaise arrête huit ressortissants biélorusses qu’elles soupçonnent être les auteurs de l’attaque.......hahahahahah
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (17:11 PM)
      ils ont pas fait exprès lol. après coup au sommet de l'etat ils ont dû dire "merde"
      mais une chose est vraie... la vérité concernant cette affaire sera dévoilée tôt ou tard. j'imagine mal le gouvernement ivoirien de l'époque attaquer la france de la sorte. on faut être sot pour le faire. un chat attaquerait il un tigre ? une poule s'en prendrait-elle a un éléphant ?
  2. Auteur

    Alain

    En Août, 2020 (21:33 PM)
    Désolé 2 sans 3 vraiment désolé pour les triangles et truangulaires .Ouattara doit passer le flambeau la guerre est l occasion de délocaliser des mercenaires de l international islamique en AOF différé les élections est une solution àu lieu d election bâclée sous fonds de tension après avoir trahi ses soutiens ses partisans du rdph devrait le recadrer le vieux

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email