Vendredi 30 Juillet, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Burundi : Le navire Pierre Nkurunziza se vide de nouveau

Single Post
Burundi : Le navire Pierre Nkurunziza se vide de nouveau
Après la défection du deuxième vice-président du pays et du parti au pouvoir, c’est autour du président de l’Assemblée nationale du Burundi de quitter le navire qui navigue sous une tempête au large du lac Tanganika pour rejoindre le camp des frondeurs opposés au troisième mandat de Nkurunziza.

A quelques heures de la tenue du scrutin combiné (local et législatif) programmé par le pouvoir, réfuté par l’ensemble de l’opposition et de la société civile burundaises, récusé aussi par les partenaires régionaux et internationaux du Burundi, le président de l’Assemblée nationale Pi Ntavyohanyuma a annoncé depuis Bruxelles, où il est arrivé pour une réunion de l’Union interparlementaire prévue pour se dérouler à Genève, ne plus se reconnaître comme partenaire politique du président Nkurunziza qui fait un forcing pour demeurer au pouvoir. Il plaide pour un report des élections tel que recommandé par les Nations unies, l’Union africaine, la CEA et la Cicrgl… 


En effet, pour ce dernier, le climat délétère dans lequel se trouve plongé le Burundi inquiète plus d’un. C’est dans ce contexte trouble qu’il préfère rester fidèle aux valeurs démocratiques qu’il incarne que de se compromettre dans la logique anticonstitutionnelle dans laquelle le président actuel s’est lancé malgré tous les conseils qui lui ont été prodigués par ses proches et les amis du Burundi. Nkurunziza fait la sourde oreille aux mépris des règles constitutionnelles et en violation de la lettre et de l’esprit des accords d’Arusha, base fondamentale de l’archipel institutionnel burundais. Pour le président de l’Assemblée nationale burundaise, Nkurunziza recherche un mandat illégal. 


Le président de la Chambre basse du Parlement qui dénonce l’attitude du président Nkurunziza l’appelle à faire un sursaut dans l’intérêt supérieur de la nation. Pi Ntavyohanyuma interpelle le président burundais sur le fait qu’il a été dans le maquis pour réclamer l’instauration d’un Etat de droit basé sur les principes démocratiques au Burundi. Il devrait par conséquent ne pas être celui qui ne respecterait pas les lois du pays, notamment la Constitution qui l’empêche de briguer un troisième mandat. Nkurunziza avait intenté une réforme constitutionnelle qui avait été rejetée par le Parlement, il devrait en principe tenir compte de la décision des mandataires du peuple. Hélas ! 

Somme toute, le régime du président burundais n’échappe pas à la vague des défections récurrentes qui surgissent dans tous les régimes en fin de règne. Après le président de l’Assemblée, qui d’autre prendra la voie de l’exil ? L’avenir nous édifiera sans nul doute. 



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email