Dimanche 29 Mai, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Côte d'Ivoire : Reprise des mutineries de soldats après l'annonce d'un règlement

Single Post
Côte d'Ivoire : Reprise des mutineries de soldats après l'annonce d'un règlement

Des soldats ivoiriens sont descendus dans les rues d'Abidjan, de Bouaké et Korogho en tirant des coups de feu en l'air pour marquer leur mécontentement après l'annonce la veille de la fin des mutineries qui touchent la Côte d'Ivoire depuis le début de l'année.

A Abidjan, des soldats mutins ont pris position devant l'état-major des armées, au camp militaire Galiéni, alors qu'à proximité d'autres militaires loyalistes et des policiers ont installé un périmètre de sécurité, a constaté un journaliste de l'AFP.

Cartouches en bandoulière, bonnets vissés sur la tête ou arborant des bandeaux de camouflage, les soldats mutins tiraient sporadiquement en l'air alors que d'autres petits groupes de soldats bloquaient tous les accès à l'état-major des armées.

Empêchant la population de circuler dans cette zone située dans le quartier du Plateau, leurs tirs faisaient fuir des chauve-souris nichées dans les arbres. Un soldat mutin paradait avec un lance-roquette.

"Passez, passez, ce n'est pas après vous qu'on en a", ordonnait un mutin à des curieux.

"S'ils veulent tirer, ils n'ont qu'à aller tirer à la présidence, c'est là-bas que cela se passe, il ne faut pas effrayer les populations comme ça", lançait un Ivoirien.

On a très peur

Enervé, un professeur des écoles expliquait être "venu ici pour retirer un document" auprès des services administratifs dans le quartier du Plateau. "Et maintenant, je me retrouve dans cette situation. Ce n'est pas bon pour le pays, dit-il, on ne sait pas ce qui va se passer, on a très peur".

"Ça a commencé à tirer vers 8 heures du matin, des cargos (camions militaires) sont passés, ils ont débarqué des militaires, ils tirent en l'air toutes les 2 ou 3 minutes", a déclaré à l'AFP une fonctionnaire dont les bureaux dominent le camp militaire.

Cachés derrière des murs, des civils observaient la situation, alors que des mutins continuaient de tirer sporadiquement en l'air, pour tenir les curieux à l'écart.

A Korhogo, ville du nord ivoirien, des tirs ont également été entendus pendant la nuit et dans la matinée, selon des témoins contactés par l'AFP.

A Bouaké (centre), deuxième ville du pays et siège du 3e bataillon d'infanterie qui avait été l'origine du mouvement de contestation en janvier, des militaires mécontents ont parcouru vendredi les rues, en tirant en l'air.

D'autres militaires circulaient à bord de camions dans les rues où la plupart des commerces avaient fermé. Le campus universitaire de Bouaké a également été fermé.

La veille, une cérémonie en présence du président Alassane Ouattara et d'un sergent mutin et plusieurs soldats avait acté la fin des contestations.

Cérémonie sans presse

Organisé sans la présence de la presse et diffusé en différé après montage, l'évènement se voulait un point final au mouvement de protestation de l'ensemble des forces de sécurité, alors que le pays est durement touché par l'effondrement des cours du cacao, qui ont vidé les caisses de l'Etat.

Le sous-officier mutin avait été présenté comme "le sergent Fofana", représentant du contingent des 8.400 anciens rebelles intégrés dans l'armée à l'origine du mouvement et dont une grande partie fait partie du 3e bataillon d'infanterie de Bouaké.

Il avait notamment "présenté ses excuses" au nom de ses camarades et annoncé que les mutins avaient décidé de "renoncer à toute revendication d'ordre financier".

Le président Ouattara avait affirmé "croire à la sincérité de leurs paroles" et s'était dit certain qu'ils seraient désormais des "militaires exemplaires".

Les mutins avaient réclamé 12 millions de francs CFA de primes (18.000 euros) et obtenu le versement dès janvier de 5 millions (7.500 euros), entrainant des mouvements de revendication similaires dans d'autres catégories de l'administration.

Début janvier, la Côte d'Ivoire avait été secouée par une mutinerie d'anciens rebelles intégrés dans l'armée, qui avaient paralysé plusieurs villes, notamment à Abidjan. Des affrontements avaient fait quatre morts à Yamoussoukro (centre).


affaire_de_malade

16 Commentaires

  1. Auteur

    Alerte Ministre De L'interieur

    En Mai, 2017 (13:11 PM)
    Si on n'arrete pas de vendre la nationalite aux guineens, cela risque d'arriver au Senegal. Halte a l'envahissment des ndrings.

    Dans 15 ou 20 ans, la population poular sera majoritaire et vous saurez que ces ndrings sont des sectaires



  2. Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (13:15 PM)
    ALLASANE OUATARA est arrive au pouvoir apres un carnage et une tuerie sanginaire, des milliers d'hommes , de femmes et d'enfants sont morts et des militaires,

    Avec Guillaume Sorro, ils ont mis leur uniformes militaires pour nous bleuffer avec des costumes a la Francaises, NON ALASSANE MUST GO.. IL FAUT QU'IL DEGAGE AVEC SA HORDE, POUR DES LEADERS AUX MAINS PROPRES
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (13:38 PM)
    Les militaires ivoiriens jouent avec le feu , ils sont irresponsables .

    ils faut impérativement les STOPPER parce que cela ne peut plus continuer.

    Maintenant s'ils persistent , il faudra les affronter et les anéantir..

    Tout cela est le jeu morbide de GUILLAUME SORO.
    {comment_ads}
    Auteur

    Reintegrer

    En Mai, 2017 (13:40 PM)
    Un homme de tenue on ne le reintegre jamais, mais on le case quelque part. Commenet vouloir mixer la bonne graine et l'ivraie?? Bande de thiouneys. Pauvres Ils voient rien.

     :emoshoot:  :jumpy2: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (13:44 PM)
    GUILLAUME SORO.peut tenter un coup d’État contre Alassane Ouatara.

    Il faut le mettre sous haute surveillance.

    Il faut aussi surveiller ce qu'il fait avec BLAISE COMPAORE.
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (13:45 PM)
    C'est dommage pour l'Afrique.

    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (14:05 PM)
    Le retrait de l'onuci était prématuré
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (14:14 PM)
    C'est dommage pour ce si beau pays. Nous, africains resterons toujours des hommes des cavernes. Comment pouvons nous espérer avancer dans ces conditions? la 1ière économie de l'UEMOA est en train de s'effondrer comme un château de cartes. Tous les ingrédients sont réunis pour une implosion du pays : effondrement des cours du cacao, tensions économiques, malaise social et mutinerie d'une partie de l'armée.

    Pfffff !

     :fbhang: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (14:29 PM)
    Si nous avions beaucoup de Sonko, de commissaire Keita et de colonel NDao dans notre administration, notre police et notre armée, on en serait là aujourd'hui. Heureusement que Macky a su être ferme avec ceux qui ont voulu parasiter nos institutions.
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (14:35 PM)
    Oh non la Cote dIvoire ne doit pas sombrer dans le chaos.

     :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (14:53 PM)
    ça fait mal au coeur de voir ces éternelles mutineries en Cote d'Ivoire qui n'en finissent pas! Prions pour la stabilité et la paix du pays!
    {comment_ads}
    Auteur

    Loyal

    En Mai, 2017 (14:59 PM)
    cette mutinerie est le résultat de l’enroulement des forces nouvelles dans l'armée nationale ivoirienne. Comment voulez vous des sanguinaires qui ne connaissent que le bain de sang, qui non reçu aucune formation militaire, qui ne respectent pas la hiérarchie et qui sont très indisciplinés peuvent ils constituer une armée nationale.

    Tout ça, c'est le jeu caché de soro. Il sait très bien c'est le dernier mandat de Alassane outtara et il n'est pas été présenti comme le successeur. Donc il appui sur ses forces hybrides pour se faire entendre et faire comprendre aux ivoiriens qu'il reste toujours maitre de situation.

    Mais outtara mérite plus que ça car à l'instar de soro, lui aussi est un sanguinaire. Il a nagé dans le sang et marché sur des cadavres pour entrer au palais. On doit lui payer pour tout ce qu'il a fait. :emoshoot:  :fbhang: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Modou

    En Mai, 2017 (15:53 PM)
    Il ne faut jamais integre des ex-rebelles dans une armee. Re-inserer les partout ( commerce surtout et pme ) mais jamais dans l'armee. Etre militaire c'est une profession , c'est un metier et on le devient entierement apres une formation qui du reste est continue.

    C'est une lecon pour tous les autres pays .
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (16:48 PM)
    l'armée ivoirienne n'est pas une armée républicaine comme la notre c'est tout. Arrêter tout ce qui nous arrive, vous dites que ce sont les français, ça c'est trop facile







    une mutinerie c'est une forme de rébellion, et une rébellion il faut la mater. il ne faut jamais négocier avec des rebelles, sinon d'autres vont copier.







    si ma mémoire est bonne c'est la 3éme ou 4éme mutinerie en même pas 12 mois, tout simplement parce que les autorités n'ont jamais sévis, à chaque fois ils essaient de négocier et je dirais même qu'ils abdiquent, donc du coup, ça pousse d'autres corps de l'armée à faire de même.







    Je suis d'accord que les militaires doivent être bien payés, mais pas de mutinerie dans une armée disciplinée.

    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (19:31 PM)
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2017 (20:10 PM)
    evitez la cote divoire

    ils sont trop violents et non civilises

    ces niaks

     :looney: 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email