Jeudi 06 Mai, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

Egypte : Hosni Moubarak hospitalisé après une crise cardiaque

Single Post
Egypte : Hosni Moubarak hospitalisé après une crise cardiaque

L'ex-président égyptien Hosni Moubarak a été victime mardi 12 avril d'une "crise cardiaque" pendant un interrogatoire, ce qui a nécessité son transport dans un hôpital de Charm El-Cheikh, dans l'est du pays, selon la télévision officielle. Laquelle n'a pas donné de détails sur le contenu de l'interrogatoire ni sur son lieu.

Des sources au sein des services de sécurité avaient annoncé plus tôt que M. Moubarak, qui se trouve en résidence surveillée à Charm El-Cheikh après sa démission le 11 février, avait été admis mardi à l'hôpital international de cette station balnéaire.

On n'a pas plus de précisions sur les circonstances du malaise du président déchu, dont la justice avait annoncé dimanche la convocation pour des affaires de corruption et pour les violences qui ont fait officiellement 800 morts et des milliers de blessés lors des manifestations contre le régime en janvier et février. Interrogé par la télévision sur l'état de santé de l'ex-président, le directeur de l'hôpital, Mohammed Fathallah, a déclaré qu'il était "plus ou moins" stable. D'après le correspondant de la télévision d'Etat à Charm El-Cheikh, l'ex-président se trouve dans l'aile réservée aux personnalités importantes, en compagnie de ses gardes. L'hôpital est placé sous l'étroite surveillance de la police militaire, et le seul service des urgences est autorisé à accueillir des patients, selon la télévision.

M. Moubarak, 82 ans, a subi l'an dernier, en Allemagne, une ablation de la vésicule biliaire et le retrait d'un polype du duodénum.

LES DEUX FILS DE MOUBARAK INTERROGÉS

L'annonce de cette hospitalisation survient au moment où les deux fils d'Hosni Moubarak, Alaa et Gamal, sont interrogés dans le Sinaï, selon une source judiciaire. La justice égyptienne avait annoncé deux jours plus tôt la convocation de Hosni Moubarak et de ses deux fils. Les trois hommes devaient s'expliquer sur l'emploi de la violence contre les manifestants lors du soulèvement populaire de janvier et février. Ils devaient également être interrogés sur des accusations concernant "l'utilisation de l'argent public", dans le cadre des opérations anticorruption en cours visant l'ancien régime.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email