Lundi 18 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Femme de dictateur : Elles sont souvent encore plus détestées que leur mari.

Single Post
Femme de dictateur : Elles sont souvent encore plus détestées que leur mari.

Voler de l’or comme Leila Trabelsi, appeler aux meurtres des partisans de Ouattara comme Simone Gbagbo ou trafiquer des diamants comme Grace Mugabe, les épouses de dictateurs jouent souvent un rôle central dans la vie économique et politique de leur pays.

En Tunisie, Ben Ali était honni de la grande majorité de la population tunisienne, mais une personne était sans doute encore plus détestée que lui: sa femme. Entourée de sa famille, Leila Trabelsi avait mis la main sur une grande partie des richesses du pays. Elle avait créé un véritable système familial mafieux. Elle aurait même, dans un dernier coup d’éclat, dérobé 1,5 tonne d’or dans les réserves de la Banque nationale avant de s’enfuir du pays. Un casse d’une valeur de plus de 45 millions d’euros. Si l’affaire n’a pas encore été confirmée, personne n’a été surpris par l’hypothèse, tant cela correspond au profil du personnage.

Leila Trabelsi ou Simone Gbabgo, comme d’autres, semblent incarner la femme de dictateur moderne: impliquées dans les affaires de l’Etat, sans scrupule, aussi puissantes que des ministres voire que leur mari, et donc, le plus souvent, autant détestées.

 

De l'effacée à la mafieuse

Pour Diane Ducret, auteur de Femmes de Dictateur, paru en janvier 2011 aux Editions Perrin, ce profil type «commence à partir surtout des années 80. Dans la première moitié du XXe siècle, derrière Hitler ou Mussolini, ce sont des femmes effacées qui adhèrent aux idées de leurs maris». Elles subissent en silence et meurent avec eux. Mais ensuite, toujours selon Diane Ducret, «l’époque a changé. Avec l’effondrement des grands systèmes totalitaires, les dictateurs vont devoir montrer patte blanche, faire preuve d’un semblant de démocratie. Leurs femmes vont donc combler les espaces de l’ombre disponible, et créer leurs propres réseaux».

A Ben Ali les accolades avec Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn (etc, etc), à Leila Trabelsi la gestion du système corrompu. Selon Diane Ducret, «comme il n’y a jamais eu de femmes dictateurs, le fait qu’elles participent à ce genre de régime, c’est incompréhensible pour les gens. Normalement, la femme, c’est la figure de la maternité, la figure de la protection. Du coup, on ne leur pardonne pas». Trois femmes peuvent incarner selon l’auteur ce passage de la femme au foyer effacée à la mafieuse sans scrupule: Jiang Qing en Chine, Eva Peron en Argentine et Elena Ceausescu en Roumanie.

Jian Qing, un homme comme un autre

Ainsi, si Mao garde a posteriori à peu près une bonne image pour une partie de la population chinoise, sa dernière et quatrième femme, Jiang Qing, est vraiment détestée. Originaire d’une famille pauvre, elle a été l’un des actrices majeures de la révolution culturelle dans les années 60-70, une «campagne contre la culture, l'éducation et l'intelligence sans parallèle dans l'histoire du XXe siècle», comme le décrit l’historien Eric Hobsbawm.

«Pendant longtemps tenue à l’écart de la vie publique, la Révolution culturelle lui permet de monter sur scène, de régler ses comptes avec ses ennemis, nombreux, et d’orchestrer une nouvelle politique dans le domaine artistique», raconte le sinologue Claude Hudelot dans son livre Le Mao. Associée à trois autres dignitaires du PCC, formant ainsi «la bande des quatre», elle décide alors «qu’il nous faut en conséquence nous assurer qu’on lit bien des livres révolutionnaires, que l’on chante bien des chansons révolutionnaires, que l’on joue bien des pièces révolutionnaires». Tous les spectacles existants sont alors interdits.

Comme son mari, elle se met elle-même en scène sur des affiches de propagande, représentée de manière très masculine et militaire. Un homme comme un autre finalement. Dès la mort de Mao, elle est écartée du pouvoir et emprisonnée.

Evita et Elena à la recherche d'une légitimité

Diane Ducret note que ce sont «souvent des femmes d’origine très modestes, souvent sans éducation, pas du tout des femmes de bonne famille. Elena Ceausescu savait à peine lire, Leila Trabelsi était coiffeuse dans un quartier pauvre. Elles vont toujours alors essayer d’acquérir une légitimité». Eva «Evita» Peron créa ainsi une fondation pour les pauvres, avant de devoir renoncer à sa nomination comme vice-présidente, en 1951. La petite fille de province était détestée par la riche bourgeoise de Buenos Aires qui criera «Vive le Cancer» à sa mort.

Elena Ceausecu chercha elle la légitimité universitaire. Elle a reçu une multitude de prix universitaires en chimie, malgré son faible niveau d’éducation au départ. En Roumanie, évidemment, mais aussi un peu partout dans le monde. De nombreuses universités lui accordèrent des prix ou un statut de doctor honoris causa, sous la pression des gouvernements, comme en France l’université de Nice. Il était important d’entretenir les bonnes relations avec le régime de son mari. Numéro 2 du parti, elle décidé notamment d’interdire la contraception, ce qui provoqua un recours massif à l’avortement.

A la recherche de pouvoir et d'argent

Au fil du temps, ces femmes recherchent juste le pouvoir et l’argent, tout comme leurs maris. La femme de  Milosevic, Mirjana Markovi?, dirigea ainsi le tout puissant JUL, formé en 1994, une coalition de partis de gauche, qui n’est, ni plus ni moins, pour l’auteur de Femmes de Dictateur, qu’une «grande organisation de racket». Madame Markovic, actuellement en exil en Russie, est à l’époque «le chef de mafia le plus puissant de toute la Yougoslavie».

Cette capacité à accumuler les richesses, à faire main basse sur l’économie pour ses propres profits, marquent souvent durablement les populations. Elles tombent parfois, il est vrai, dans des excès qui feraient passer Marie-Antoinette pour une bonne gestionnaire. L’ex-femme du dictateur haïtien Jean-Claude «Baby Doc» Duvalier, Michele Bennett, organisait ainsi des bals somptueux dans le palais présidentiel, diffusés en direct à la télé nationale, comme le raconte un documentaire américain de 60 minutes.

Et alors que le pays était touché par la famine, elle dépensa un million de dollars en shopping à Paris, puis en demanda un second au gouvernement, qui accepta, provoquant la colère de la population. Pour qu’elle puisse porter ses manteaux de fourrures sous le climat tropical, elle fit même aménager une pièce complètement réfrigérée dans le palais!

 

La femme de Mugabe, Grace Mugabe, est elle connue sous le surnom de «Dis Grace» (à prononcer à l’anglaise, «disgrace», honte) pour tout l’argent qu’elle dépense dans les vêtements et les bijoux. Elle a également été mise en cause en décembre dernier par des câbles révélées par Wikileaks. La diplomatie américaine la soupçonne d’avoir gagné plusieurs millions de dollars grâce au trafic illégal de diamants.

L’avidité des ces femmes les fait souvent tomber dans le pathétique. Felicidad Sieiro, la femme du dictateur panaméen Noriega, fut ainsi attrapée en train d‘essayer de voler les boutons sur une création d’un grand couturier parisien... 


Article_similaires

20 Commentaires

  1. Auteur

    Ma

    En Janvier, 2011 (14:05 PM)
    Il faut y ajouter Viviane Wade qui est pire qu'un serpent crotal
  2. Auteur

    Diawrign

    En Janvier, 2011 (14:09 PM)
    Avec son soit-disant Nénéfecha elle ne fait que blanchir l'argent public détourné
    Auteur

    Caporal

    En Janvier, 2011 (14:10 PM)
    soyez serieux viviane joue son role de premiere dame et pleinement meme
    Auteur

    Le Chretien

    En Janvier, 2011 (14:13 PM)


    désolé mais madame gbagbo quelque soit ses defauts n'est pas femme d'un dictateur



    chretien de joal
    Auteur

    Ngess

    En Janvier, 2011 (14:18 PM)
    viviane kay mougui nonou rek deuk si saga senegalais yi da paree barder si l kon farba senghor mokay wokal fi khassann deuk bi lifi nek yeup ken manouko wakh
    Auteur

    Isaac

    En Janvier, 2011 (14:19 PM)
    matérialistes, obnubilées par le prestige, la fortune, ces dames me passionnent
    Auteur

    Statford

    En Janvier, 2011 (14:39 PM)
    gnom gneup pa yam dé manipulatrice au service de Satan surtou kan elle son consciente de leur pouvoir yeurmandé ama toufeu place
    Auteur

    Madu

    En Janvier, 2011 (14:46 PM)
    les presidents senegalais sont plus complexes toubab REKKK :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    Auteur

    Parf

    En Janvier, 2011 (15:14 PM)
    savez vous que les gardes corps de notre gorgui national ont fait tomber le kalif general à l'intérieur de la mosquée
    Auteur

    Bouday

    En Janvier, 2011 (15:19 PM)
    mes chers journalistes une fois plus au lieu de ballayer la porte de ton voisin dabord la tienne c'est une honnte qe la presse se derobe leila la presse tunisenne la abonndement commente ainsi qe simon et

    VIVIAN WADE? etSON clan qi simbolise BEN ALI et LEILA senegalaise
    Auteur

    Simone Bagbo

    En Janvier, 2011 (16:00 PM)
    merci tu as tout compris
    Auteur

    Zoo

    En Janvier, 2011 (16:18 PM)
    vraiment viviane vert devenue viviane wade n'est comme ces femmes la
    Auteur

    Free Live

    En Janvier, 2011 (16:41 PM)
    les gars lepe paye bakh amoul tite amoul ragal
    Auteur

    Fakoly

    En Janvier, 2011 (17:50 PM)
    ou est madame wade

    Auteur

    Listo

    En Janvier, 2011 (17:53 PM)
    Descartes!!! Un esprit rationnel et lucide, comme l'était Descartes, ne peut croire ni accorder du crédit à la Télé Ivoirienne similaire à Radio mille collines du Rwanda avant 1994, tout de meme!

    Mais sérieusement crois tu, que Laurent Gbagbo dans la position ou il se trouve peut créer une monnaie ?

    Il faut arreter de délirer quand meme!!!
    Auteur

    Djeee

    En Janvier, 2011 (02:27 AM)
    finalement i ly a pire que Simone Gbagbo, en somme on lui reproche d appeller a l assassinat des proches de ouattara c est bonne guerre ouattarra lui meme demande aussi que des ivoiriens soient tues pour que lui puisse avoir le pouvoir dont il rêve depuis la mort de NANA HOUPHOUET
    Auteur

    Amar

    En Janvier, 2011 (16:13 PM)
    Oui c est vrai ces trois sont epouses de dictateur et helas les senegalais oublient le plus grand DICTATEUR c est leur president et sa famille fait pire que ces dames
    Auteur

    Fière Ivoirienne

    En Janvier, 2011 (22:24 PM)
    Aux auteurs de l'article, puis-je avoir votre SOURCE pour affirmer que Simone Gbagbo appelle au meurtre des partisans d'Alassane Ouattara?Je suis curieuse?Je constate d'ailleurs que vous développez plutôt bien les faits reprochés aux autres dames, mais concernant Simone, je ne vois rien de concret?Pourquoi?N'auriez-vous RIEN a dire?
    Auteur

    Lamine Faye

    En Janvier, 2011 (01:00 AM)
    ana viviane wade lègui foko fèk moungui dokhote reck
    Auteur

    Tima

    En Janvier, 2011 (05:50 AM)
    sois un homme montre la que ce toi qui porte le pantalon dans ta maison et ne sois pas une poul mouiller

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email