Lundi 06 Février, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Gambie : la Commission vérité et réconciliation recommande des poursuites contre l’ex-dictateur Yahya Jammeh

Single Post
Gambie : la Commission vérité et réconciliation recommande des poursuites contre l’ex-dictateur Yahya Jammeh
Le rapport souhaite un procès « dans un pays d’Afrique de l’Ouest autre que la Gambie », pour notamment « meurtres, détentions arbitraires, disparitions ». Le dirigeant avait présidé le pays de 1994 à 2016, avant d’être contraint de quitter le pouvoir.

La Commission vérité et réconciliation ayant enquêté en Gambie sur les crimes commis durant les vingt-deux ans de pouvoir du dictateur Yahya Jammeh a recommandé, vendredi 24 décembre, dans un rapport, des poursuites judiciaires devant un tribunal international contre le dirigeant et plusieurs éventuels complices. La Commission souhaite un procès « dans un pays d’Afrique de l’Ouest autre que la Gambie, sous l’égide de la Communauté économique des Etats ouest-africains (Cédéao) et/ou de l’Union africaine », pour notamment « meurtres, détentions arbitraires, disparitions ».


Ce tribunal pourrait être similaire à celui qui a jugé au Sénégal l’ancien chef d’Etat Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990. M. Habré, décédé en août du Covid-19, avait été condamné à la prison à vie en 2016 par une juridiction africaine pour crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement.


 « Le Sénégal a [toujours] en place l’infrastructure nécessaire qui avait jugé Hissène Habré. Le Ghana est une autre option », de même que la Sierra Leone, dit le rapport de la Commission vérité, réconciliation et réparations (TRCC), présenté vendredi à Banjul par le ministre de la justice Dawdu Jallow. « Durant une période de vingt-deux ans, à partir du 22 juillet 1994, Yahya Jammeh et ses collègues [membres de l’APRC, le parti présidentiel] et d’autres coauteurs ont perpétré de graves crimes en Gambie », dit le rapport.

Entre 240 et 250 personnes sont mortes

Le document en dix-sept volumes avait été remis le 25 novembre au président Adama Barrow par la Commission qui n’avait pas publié son contenu. La TRCC a rendu compte de l’étendue des crimes perpétrés sous Yahya Jammeh dans ce petit pays pauvre et enclavé d’Afrique de l’Ouest : assassinats, actes de tortures, disparitions forcées, viols et castrations, arrestations arbitraires, chasses aux sorcières, jusqu’à l’administration contrainte d’un faux traitement contre le sida. Entre 240 et 250 personnes sont mortes entre les mains de l’Etat et de ses agents, selon elle.
Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Gambie : un nouveau pas vers la justice pour les crimes du régime de Yahya Jammeh
La Commission, créée en 2017, a entendu de janvier 2019 à mai 2021 393 témoins, victimes et anciens « junglers » (« broussards »), les membres des escadrons de la mort du régime, venus raconter au cours d’auditions publiques parfois bouleversantes les atrocités du régime. De nombreuses dépositions ont directement mis en cause M. Jammeh.

Le ministre de la justice Jallow a affirmé que le gouvernement gambien était « engagé à appliquer les recommandations du rapport ». Il a réaffirmé l’annonce déjà faite par le gouvernement de publier « un livre blanc » sur ces recommandations au plus tard le 25 mai 2022.

« Beaucoup de pressions en Gambie et à l’étranger »

« Après les puissants témoignages publics devant la TRRC qui ont profondément touché les Gambiens, il va y avoir beaucoup de pressions en Gambie et à l’étranger, pour que justice soit faite sans tarder pour les victimes qui ont déjà attendu cinq ans et parfois plus longtemps », a déclaré Reed Brody, avocat américain engagé au côté des victimes.

 Le rapport de la TRRC est publié deux semaines après la réélection du président Adama Barrow dont l’élection en 2016 a mis fin à plus de vingt ans de dictature. S’exprimant sur des poursuites contre les auteurs de crimes dans les années Jammeh, M. Barrow avait le 7 décembre, à l’annonce de sa réélection, déclaré : « Je prends part à la décision, mais ce n’est pas entièrement ma décision. » La décision sera prise en concertation avec son gouvernement et après consultation d’experts, avait-il déclaré. M. Barrow a six mois pour se prononcer.

La TRRC avait qualifié dans un rapport d’étape publié en avril 2020 les violations des droits humains sous Yahya Jammeh de « massives, effroyables et diverses ». Après la présidentielle de fin 2016 remportée par M. Barrow et six semaines d’une crise à rebondissements provoquée par le refus de M. Jammeh de céder le pouvoir, ce dernier avait finalement dû quitter le pays pour la Guinée équatoriale, sous la pression d’une intervention militaire ouest-africaine et à la suite d’une ultime médiation guinéo-mauritanienne.


5 Commentaires

  1. Auteur

    En Décembre, 2021 (10:29 AM)
    grand dirigeant
    Top Banner
  2. Auteur

    En Décembre, 2021 (10:49 AM)
    La Gambie a fait des bonds sous Jammeh. Pour le reste, il faut des preuves. De toutes les façons si ce TRRC était organisé dans un autres pays aussi on entendrai la même chose sur le régime déchu. Il y a déjà des gens qui attendent Macky sall au CPI...
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2021 (11:10 AM)
      Sauf que avec Jammeh le people tout entier a vecu et senti les tortures et les intimidations.  ça a été plus flagrant, plus pénible et duré plus longtemp: une vraie dictature.
    {comment_ads}
    Auteur

    Visa

    En Décembre, 2021 (12:01 PM)
    Il faut le juger dans un pays anglophone avec des juges anglais. Le rapport est en anglais. Au Sénégal l'infrastructure n'existe plus. Les locaux sont occupés par le tribunal de commerce.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2021 (12:30 PM)
      Au contrainte le Sénégal est le pays idéal. Tous les témoins parle wolof. Les audiences du TRRC étaient pour la plus part en wolof et anglais.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2021 (12:40 PM)
    Ce qui sûr est que ce procès n'est pas pour demain. Jammeh a bien son pays d'accueil. A moins qu'un bataillon de commandos aille le chercher, il n' y'a aucune chance que la guinée le livre.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2021 (15:47 PM)
    Je ne vois que Macky Sall qui ait le courage d'accepter le procès d'un ancien chef d'État dans son pays. Si Jammeh n'est pas jugé sur le territoire sénégalais ce ne sera nul part ailleur en Afrique.
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email