Lundi 26 Février, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Guinée-Bissau: l'armée appelle les forces de la Garde nationale à regagner leur caserne

Single Post
Guinée-Bissau: l'armée appelle les forces de la Garde nationale à regagner leur caserne
L'armée bissau-guinéenne a appelé samedi les forces de la Garde nationale à rejoindre leur caserne au lendemain de troubles qui ont fait au moins deux morts et qui ont été condamnés par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

Des affrontements entre les éléments de la Garde nationale, retranchés dans une caserne du sud de la capitale Bissau, et les forces spéciales de la Garde présidentielle, ont éclaté la nuit de jeudi à vendredi, faisant au moins deux morts selon un responsable militaire.

Un autre responsable militaire, qui s'est exprimé samedi sous couvert d'anonymat en raison de la sensibilité de la situation, a affirmé que six soldats blessés ont été évacués vers le Sénégal voisin.

Le calme est revenu vendredi en milieu de matinée avec l'annonce de la capture ou la reddition du commandant de la Garde nationale, le colonel Victor Tchongo.

Samedi, le dispositif sécuritaire a été allégé à Bissau, mais des militaires étaient toujours visibles autour de certains édifices stratégiques comme le palais présidentiel, la direction de la police judiciaire et certains ministères, a constaté un correspondant de l'AFP.

Certains officiers et soldats de la garde nationale se sont dispersés à l'intérieur du pays, a révélé samedi un communiqué de l'armée bissau-guinéenne sans préciser leur nombre. "L'Etat-major général des forces armées les informe par la présente qu'ils doivent rejoindre leur lieu d'affectation", poursuit-il.

La Cedeao, dans un communiqué publié samedi, "condamne fermement les violences et toutes les tentatives visant à perturber l'ordre constitutionnel et l'État de droit en Guinée-Bissau", appelant "à l'arrestation et à la poursuite des auteurs de l'incident".

Elle "exprime son entière solidarité avec le peuple et les autorités constitutionnelles de la Guinée-Bissau".

Vendredi, l'ONU avait appelé au respect de l'Etat de droit et exhorté les membres des forces de sécurité et des forces armées "à continuer de s'abstenir de toute ingérence dans la politique nationale".

- Affaire judiciaire -

Les éléments de la Garde nationale ont fait irruption jeudi soir dans les locaux de la police judiciaire pour en extraire le ministre de l'Économie et des Finances, Souleiman Seidi, et le secrétaire d'Etat au Trésor public, Antonio Monteiro, selon des responsables de l'armée et du renseignement.

Les deux membres du gouvernement étaient interrogés par la police judiciaire, sur instruction du procureur général nommé par le président, à propos d'un retrait de dix millions de dollars des caisses de l'Etat.

La Garde nationale répond, elle, essentiellement au ministère de l'Intérieur, dominé - comme les principaux ministères - par le parti historique PAIGC après la victoire de la coalition qu'il menait aux législatives en juin 2023.

Les deux membres du gouvernement ont été récupérés sains et saufs. Ils ont à nouveau été placés en détention.

"Nous avons toujours opté pour l'application de la loi. Un président qui est élu doit terminer son mandat", a déclaré samedi le porte-parole du gouvernement Francisco Muniro Conte, du PAIGC.

"Nous ne pouvons pas faire obstruction pour des gens qui font face à la justice, si réellement la loi est respectée", a-t-il ajouté.

Le président Umaro Sissoco Embalo, élu en décembre 2019 pour cinq ans, se trouvait à Dubaï pour assister à la 28e conférence des Nations Unies sur le climat (COP28) au moment des violences. Il doit rentrer samedi soir à Bissau, selon son entourage.

La Guinée-Bissau accuse une instabilité politique chronique et a connu depuis son indépendance du Portugal en 1974 une kyrielle de coups de force, le dernier en février 2022.

AFP


8 Commentaires

  1. Auteur

    Vive Le Démocratie !!!

    En Décembre, 2023 (19:11 PM)
    Si vous touchez à notre frère et ami Emballo, nous dépêcherons illico nos commandos et armée. Nous n'attendrons même pas la cedeo cadavrée. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2023 (21:19 PM)
      L armee senegalaise a visitait la guinnee dans les annees 90 il faut te renseigner comment les choses ont tournees.  Ils onts lexperience de combattre ils ont combatu pour obtenir leur independence 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Décembre, 2023 (19:58 PM)
    La guinee Bissau est rentre dans la tourmente
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2023 (20:09 PM)
    l'africain, tu lui donnes un peu de pouvoir il en abuse. on te confie une force, tu tentes un putsh.

    bien vrai qu'on a souvent des putshistes constitutionnels aussi à la tete des états
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2023 (20:10 PM)
    Population...2,061 millions (2021)...ces groupements de cases ne sont pas viables...
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2023 (20:34 PM)
      L'arrogance sénégalaise à l'état pur.
      Avant Faidherbe et consorts, tu étais dans des huttes non ? 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2023 (00:51 AM)
    .ces groupements de cases ne sont pas viables...
    Auteur

    Le Lebou

    En Décembre, 2023 (03:54 AM)
    Mai les gas vous vous entendez parlé ?

    Que est-ce que le SÉNÉGAL a voire dans cette situation ?

    Le SÉNÉGAL et la GUINÉE-BISSAU sont et resterons des pays frères dans tous les cas. 

    Donc arrêté vos commentaires méchant, ignorent incendier, actuellement nos frères et sœurs BISSAU-GUINÉENS ont besoin de nos prières pour que cette situation ne dégénère pas. 

    AFRIQUE dagno wara takou té khamné gnoune gnépe pa bok ndeye akh baye téy gnanalanté diam,  ndakhté diam si la leup khath. 

    Vive la paix en AFRIQUE vive la paix dans le monde. 

    Wassalam 
    {comment_ads}
    Auteur

    Mustapha Hih

    En Décembre, 2023 (10:26 AM)
    et encore un.....hahahahahaahh...coup d'état,sport favori des africains...hahahahahah...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Décembre, 2023 (19:32 PM)
    Ousmane Sonko est arrêté depuis plus deux mois.

    Plus de 60 morts Des milliers de blessés depuis mars 2021

    Un passeport pour exiler Karim wade au Qatar pour le faire revenir bientôt pour contrer Ousmane Sonko et tenter de conserver le pouvoir

    Des milliers de prisonniers politiques

     le Sénégal devient une prison à ciel ouvert

    Macky Sall en éternel comploteur qui manipule les institutions: justice, gendarmerie, police, armée, assemblée, pour liquider des adversaires qu il  n’a pas le courage d’ affronter démocratiquement

    Macky Sall empêche le vote des jeunes en faisant la rétention de leur carte d’identité

     Macky n’a jamais organisé d élection , mais des sélections de candidats fantoches
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email