Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Mali: la voie s'ouvre à des années de régime militaire supplémentaires sous Goïta

Single Post
Mali: la voie s'ouvre à des années de régime militaire supplémentaires sous Goïta
Les soutiens de la junte à la tête du Mali ont ouvert vendredi la voie à plusieurs années supplémentaires de régime militaire et à une candidature du chef de cette junte à une future présidentielle.

Des centaines de participants à des consultations nationales censées proposer des solutions à la profonde crise sécuritaire et politique traversée depuis des années par le Mali ont adopté des "recommandations" en ce sens à Bamako.

L'application de ces préconisations ne fait guère de doute de la part des militaires qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 et ont conforté par un second putsch en 2021 leur emprise sur ce pays confronté au jihadisme et aux agissements d'une multitude de groupes armés.

"J'engage les organes de la transition à prendre les dispositions qui s'imposent pour la mise en œuvre diligente" de ces propositions, a déclaré le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, à la clôture d'une semaine de ce "dialogue inter-Maliens" retransmise par la télévision d'Etat.

Le "dialogue" a été boycotté par une grande partie de ce qui reste de l'opposition.

"Au titre des questions politiques et institutionnelles, le dialogue inter-Maliens recommande (de ...) proroger la durée de la transition de deux à cinq ans" et de "susciter la candidature du colonel Assimi Goïta à la prochaine élection présidentielle", a déclaré le rapporteur du comité de pilotage des consultations, Boubacar Sow, sous les acclamations.

Ces propos ambigus peuvent suggérer un maintien au pouvoir des colonels pendant au minimum deux années et au maximum cinq années de plus, ou bien pendant trois années supplémentaires à partir de fin mars 2024 et donc jusqu'en 2027.

Les militaires s'étaient engagés en 2022 à rendre le pouvoir aux civils en mars 2024 après des élections, à l'issue de deux années d'une période dite de "transition".

Ils ont manqué à cet engagement pris à l'époque sous la pression de la Communauté des Etats ouest-africains et de sanctions rigoureuses de la part de cette organisation.

Le non-respect de cette échéance n'a surpris personne. Les militaires ont certes fait adopter en 2023 par référendum une nouvelle Constitution, mais ont accompli très peu de progrès concrets sur la voie d'élections.

- "Dialogue" avec les jihadistes -
Le Premier ministre nommé par les militaires, Choguel Kokalla Maïga, a déclaré en avril que des élections n'auraient lieu que quand le pays serait définitivement stabilisé.

Les colonels ont depuis 2020 multiplié les actes de rupture, dont celle avec l'ancienne puissance coloniale française, et se sont tournés vers la Russie. Les voisins du Burkina Faso et du Niger, confrontés à des problématiques similaires à celles du Mali, ont à leur tour vu les militaires renverser les gouvernements en place, pousser dehors la France et se tourner vers la Russie.

Les trois pays ont annoncé leur sortie de la Communauté des Etats ouest-africains (Cedeao) et la création d'une Alliance des Etats du Sahel.

Les colonels maliens dirigent le pays sans partage. Ils ont suspendu les activités des partis en avril en leur reprochant leurs critiques contre le non-respect de leurs engagements et contre le "dialogue".

Le soutien à une candidature du colonel Goïta à une future présidentielle était considéré comme très probable.

Les participants ont aussi recommandé d'élever au grade de général le colonel Goïta ainsi que cinq membres éminents de la junte. Ils ont préconisé de durcir les conditions de création des partis, de réduire leur nombre et de leur couper tout financement public. Ils ont demandé la dissolution des nombreux groupes d'autodéfense et milices.

Le dialogue a par ailleurs préconisé d'"ouvrir le dialogue doctrinal avec les groupes armés dits jihadistes et mettre à contribution les érudits maliens pour définir le corpus doctrinal des débats à mener avec ces groupes", a déclaré M. Sow.

Le Mali est ensanglanté par les agissements des groupes affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique qui se sont propagés à ses voisins. Il est aussi livré aux violences intercommunautaires et criminelles. Les défenseurs des droits humains dénoncent régulièrement les exactions commises contre les civils par les forces régulières et, depuis 2022, leurs alliés de la société de sécurité russe Wagner. Les autorités démentent.

Les groupes indépendantistes du nord ont repris les hostilités contre l'Etat central en 2023. La question d'un dialogue avec les jihadistes fait débat depuis des années.


9 Commentaires

  1. Auteur

    Christian Larousse

    En Mai, 2024 (23:13 PM)
    **Alerte : Suez menace la souveraineté sénégalaise dans le secteur de l'eau**

     

    Il est temps pour les autorités sénégalaises de placer l'indépendance de nos structures nationales au sommet de leurs priorités. Les partenariats avec des sociétés étrangères doivent être véritablement bénéfiques pour notre pays. Cependant, la situation actuelle dans le secteur de l'eau au Sénégal est alarmante, car Suez semble prioriser ses intérêts commerciaux au détriment de la souveraineté nationale.

     

    Christian, le secrétaire général de la Seneau, incarne cette menace. Il représente les intérêts de Suez au sein de l'entreprise et méprise ouvertement les Sénégalais. Son objectif est clair : maximiser les profits pour les employeurs français, peu importe les conséquences pour la société sénégalaise. Son attitude rappelle celle des colonisateurs qui considéraient l'Afrique et ses habitants comme de la simple marchandise.

     

    Partout où Suez et ses partenaires ont opéré en Afrique, les résultats ont été dévastateurs. Il est impératif que les autorités sénégalaises surveillent de près toutes les négociations menées par Christian et examinent attentivement le système de recrutement des expatriés au sein de la Seneau.

     

    Il est temps d'agir avant qu'il ne soit trop tard. La souveraineté du Sénégal dans le secteur de l'eau est en jeu, et nous ne pouvons pas permettre à une entreprise étrangère de dicter notre avenir. Les décideurs politiques doivent agir avec détermination pour protéger les intérêts de notre nation et assurer un avenir durable pour notre secteur de l'eau.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Mai, 2024 (23:26 PM)
    Pourtant d'aucuns pensent que c'est un héros. Quelle rigolade 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (00:40 AM)
    C'est comme Thomas Sankara qui a pris le pouvoir en refusant d'organiser des élections promises jusqu'à ce que Compaoré lui fasse aussi un coup d'état.
    {comment_ads}
    Auteur

    Ngoor Dieng

    En Mai, 2024 (00:55 AM)
    Thiey des transitions à durée illimité dans la sous-région. Rappelons que même Mobutu était censé rester au pouvoir durant juste 5 ans après son coup d'état, on sait comment ça s'est terminé 😂. Et dire que notre actuel premier ministre est admirateur de ces guignols...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (07:52 AM)
    Je vois un coup d'état 

    Et un recommencement...

    Une histoire sans fin 

    😎
    Auteur

    Amsa

    En Mai, 2024 (07:57 AM)
    Une chose est sure ces trois ne sont pas des prefets ou gouverneurs de la France, l'un des gouverneurs et le dernier au SENEGAL est devenu un envoye SPECIALE de la France...... Macky Sall.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (09:13 AM)
      Peut être des préfets et gouverneurs de Poutine et de la Russie 🤷🏾‍♂️ Qui sait ? Wala damay lath rék. ???
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (09:13 AM)
      Peut être des préfets et gouverneurs de Poutine et de la Russie 🤷🏾‍♂️ Qui sait ? Wala damay lath rék. ???
    {comment_ads}
    Auteur

    Tourem

    En Mai, 2024 (11:38 AM)
    Voir la tête de ce colonel me rend malade, ce qui arrive à l'Afrique est terrible et inexplicable 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (12:08 PM)
    Oh bernardin tu nous as caché ça.. Pauvre merde...
    {comment_ads}
    Auteur

    Heller

    En Mai, 2024 (13:06 PM)
    Tant que la population vit paisiblement et dans la prospérité y a aucun problème. En Libye on parlait de dictature mais on a vu que cette démocratie tant rêvée n'est qu'illusion !

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email