Mercredi 11 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Une Gambienne forcée à l’exil pour avoir publié une vidéo de violence policière

Single Post
Une Gambienne forcée à l’exil pour avoir publié une vidéo de violence policière

Minah Manneh, militante des droits de la femme de 23 ans, a posté sur Internet une vidéo où un policier gambien donne des coups de bâtons à une écolière. Un geste qui l'a contrainte de quitter le pays. Car en Gambie, il est interdit de mettre en ligne des vidéos "portant atteinte à l’image de l’État".


Mercredi 18 mars, la jeune activiste Minah Manneh surprend un policier gambien en train de réprimander des écoliers qui se bagarraient sur la voie publique à Banjul, la capitale gambienne. Avec son téléphone portable, elle filme le policier qui donne des coups de bâtons à une écolière pour la punir.


This is a total child's Right violation.Since when does a traffic police officer have the right to lay hands on a young...

Posted by Minah Manneh on mercredi 18 mars 2015

Rien ne justifie selon Minah le comportement du policier. La jeune femme va même jusqu’à interpeller celui qu’elle vient de filmer, en enregistrant cette fois la conversation avec le micro de son téléphone.



Voyant qu'il n’a aucun remord, l’activiste décide de poster sa vidéo sur Facebook et de l’envoyer directement aux autorités gambiennes en utilisant un logiciel de messagerie instantanée.


64 000 euros d’amende ou 15 ans de prison pour la diffusion de cette vidéo


En postant la vidéo sur Internet, la jeune activiste devient hors la loi. Car depuis le 5 juillet 2013, la Gambie a ratifié une "loi sur l’Internet ", décriée par les organisations de défense des libertés, qui stipule :



Toute personne qui diffusera de fausses informations contre le gouvernement ou les représentants de la force publique […] sera sanctionné d’une amende de 3 millions de dalasis (environ 64 000 euros) ou de 15 ans de prison.


En diffusant la vidéo d’un policier, un représentant de l’État gambien, la jeune femme s’expose donc à ce type de poursuite. Et les réactions ne se font pas attendre : moins de vingt-quatre heures après avoir posté la vidéo, la jeune femme reçoit un appel d’un militaire gambien qui lui demande de se rendre au commissariat le plus proche pour quelques questions. Le lendemain, elle est portée disparue par sa famille. Également sans nouvelles d’elle, des organisations de défense des droits de la femme organisent un comité de soutien pour réclamer l’aide des autorités gambiennes afin de la retrouver. 


Samedi 21 mars, plus de quarante-huit heures après sa disparition, Minah Manneh poste enfin un message sur son compte Facebook, visible seulement de ses amis, où elle explique qu’elle est en sécurité. Elle a bien été détenue pendant deux jours. Suite à sa libération, elle a décidé de quitter le pays pour éviter d’être emprisonnée ou d’avoir à payer une amende exorbitante. À l’heure actuelle, elle ne se trouve plus sur le continent africain.


Les autorités gambiennes n’ont "aucune déclaration à faire sur la question"


Interrogé sur le cas de Minah Manneh par France 24, le ministre de l’Information et de la Communication de Gambie, Sherriff Bojang, répond :



Le gouvernement n'a aucune déclaration à faire sur la question, qui je crois est un non-problème. Certaines personnes ont l'habitude de diffuser toutes sortes d'allégations absurdes contre le gouvernement et de brasser de l’air dans la poursuite de leurs propres intérêts néfastes. La Gambie est une société plus juste que la France et le Président Jammeh a fait plus, comparativement, pour les droits des enfants que n’importe quel leader en Afrique et ailleurs. Les statistiques des Nations-Unies le prouvent.


La police de Banjul n’a pour sa part pas donné suite aux demandes d’interview de France 24.


Minah Manneh n’avait jamais été directement inquiétée par les autorités gambiennes, mais elle est connue pour son combat en faveur des droits des femmes avec l’association "Think Young Women". Elle est notamment en première ligne dans la lutte contre les mutilations génitales des jeunes filles, un sujet très sensible en Gambie. 


"Je suis sûr que d’autres personnes vont suivre son exemple pour dénoncer des situations injustes"

Modou Lamin (pseudonyme) a fréquenté Minah Manneh  au sein d’associations. 



Je suis très impressionné par le courage que Minah a eu de diffuser cette vidéo. Depuis le vote de la "loi Internet "en 2013, c’est à ma connaissance la première vidéo qui montre un cas de violence policière. Corriger les enfants qui se "comportent mal ", qu’il s’agisse d’un parent ou d’un policier, est quelque chose d’habituel en Gambie. 


Elle voulait dénoncer l’attitude d’un policier pour que celui-ci soit puni, et au final, c’est elle qui doit s’exiler pour sa sécurité. Cet épisode montre que tout Gambien qui chercherait à avoir une attitude citoyenne s’expose à des sanctions.

Lorsque je vois le flot de commentaires sur Internet en faveur de Minah, je me dis qu’elle a apporté une contribution majeure dans la lutte pour la liberté et les droits de l’Homme en Gambie. Je suis sûr que d’autres vont suivre cet exemple pour dénoncer des situations inacceptables.



Cet article a été rédigé par Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste à FRANCE 24.


Article_similaires

8 Commentaires

  1. Auteur

    Adoo

    En Mars, 2015 (21:06 PM)
    Thiey dawal
    • Auteur

      Foxtrot

      En Mars, 2015 (21:47 PM)
      un policier qui tape une etudiante je le prefere de loin a un policier qui tire pour tuer au lieu de desarmer.
      ne faites pas passer jammeh pour un demoniac. contrairement a nos pantins lui resiste aux pressions etrangeres.
      a ce que je vois la diabolisation de jammeh commence a faire rage
    • Auteur

      @adoo

      En Mars, 2015 (02:20 AM)
      "une jeune musulmane enceinte coiffée d'un foulard a violemment été agressée à toulouse. son agresseur lui reprochait de porter un "hijab" qui lui cache les cheveux."

      peut-être un exil forcé bientot des musulmans de france aussi ??? pfffff
  2. Auteur

    Jimpex

    En Mars, 2015 (21:30 PM)
    EN GANBIE IL YA LEDUCATION PAS COME AU PAY DES BLA BLA.
    Auteur

    Abracadabra

    En Mars, 2015 (21:31 PM)
    Je n'adhère souvent pas à l'attitude Jammeh envers sa population et son opposition mais il y a une différence entre un régime qui élimine physiquement des citoyens et un simple agent de police qui frappe une gamine turbulente. Les choses changent aujourd'hui et les punitions corporelles se font de moins en moins contre les enfants. Mais cela à de bons et de mauvais côtés. Les plus âgés d'entre nous se souviennent encore d'une époque où, même le voisin pouvait bastonner un gamin qui déconnait dans la rue. J'ai encore assisté à ce type de scène au Sénégal il y a quelques semaines. Il ne faut pas faire feu de tout bois. Un simple citoyen aurait pu être à la place de ce policier et corriger la gamine. Qu'aurait alors fait cette dame Manneh? Il y a des valeurs africaines comme l'éducation qui doivent être respectées et cela n'a rien à voir avec la politique. Maintenant les autorités gambiennes auraient demander simplement à la dame de s'excuser et tout serait rentré dans l'ordre.
    Auteur

    Dieyemedieye

    En Mars, 2015 (21:52 PM)
    c est n importe quoi c est rien du tout ,dans quel continent nous somlmes moi quand j etais petit il y avais un vieux qui venais chaque samedi a midi a l ecole pour separer ce qui ce battais avec des couds de baton les parents le felicite ,,maintenant ont ce croient des babtous merde encore n importe quoi :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    Auteur

    Verite

    En Mars, 2015 (22:57 PM)
    je pense personnellement qu'elle n'est pas libere, on l'a oblige d'envoyer ce message sur son compte facebook

    Mefiez vous du gouvernement gambien +particulierement de yaya diame, c un criminel.

    Mais Allah guemoul neleyoul et inchala son tour viendra un jour.
    Auteur

    Wik

    En Mars, 2015 (00:13 AM)
    Ça même Ya pas eu mort d étudiant si c été vrai comment elle a fait pour quitter la Gambie si vite avec tous ces cheeks pointes propogn
    Auteur

    Sorry

    En Mars, 2015 (08:53 AM)
    Quand un doit crier ou user de force ou encore l'oppression pour se faire respecter, ça veut tout simplement dire qu'il a peur.
    Auteur

    Arona

    En Mars, 2015 (15:03 PM)
     :down: 

     :dedet: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email