Vendredi 18 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Agriculture

"L'agriculture familiale est une mesure d'adaptation au changement climatique" (expert)

Single Post
"L'agriculture familiale est une mesure d'adaptation au changement climatique" (expert)

L'agriculture familiale est "une mesure d'adaptation au changement climatique" et doit pour cela être protégée et modernisée dans le cadre d'une politique sous-régionale, a soutenu, jeudi à Dakar, Babacar Ndao, expert résident de l'Union des producteurs agricoles (UPA)."Nous sommes en train de voir, au niveau du cadre sous-régional, comment moderniser l'agriculture familiale afin qu'elle soit plus compétitive, mieux protégée, productive, à travers les exploitations familiales pour assurer la souveraineté alimentaire", a expliqué M. Ndao. 

Il introduisait une communication jeudi sur le thème ''Changements climatiques et agriculture familiale : perspective des organisations des producteurs agricoles", dans le cadre d'une conférence axée sur "L'agriculture au Sahel et le changement climatique : quelles innovations et voies de transformation ?". Des représentants de pays sahéliens de l'Afrique de l'Ouest participent à cette rencontre organisée par l'ONG Enda Tiers-monde et la Fondation Friedrich Ebert. La rencontre prend fin ce jeudi dans l'après-midi "Si nous parvenons à démonter que l'agriculture familiale est une mesure d'adaptation aux changements climatiques avec des systèmes de production qui polluent moins, il faut soutenir la promotion d'investissements publics comme privés", a recommandé l'expert agricole. 

De son point de vue, les investissements doivent être soutenus en partant de trois instruments que sont les dépenses publiques, les réformes politiques et les changements de réglementation. "Nous devons nous inscrire dans une approche globalisante pour renforcer le capital financier", a dit l'expert résident de l'Union des producteurs agricoles (UPA). Selon lui, sauver les entreprises familiales dans le contexte des changements climatiques est un enjeu de développement. "Toutes les stratégie d'adaptation et de résilience de cette agriculture sahélienne de ces entreprises, doivent se faire avec des innovations techniques, sociales et économiques combinées", a fait observer M. Ndao. 

"Nous sommes persuadés qu'avec l’agriculture, nous allons mieux nous adapter à ces changements, car c'est une composante essentielle de notre économie, même si cette agriculture est en pleine transformation'', a souligné Babacar Ndao. "Cette transformation se fait par des systèmes de production dans toutes les zones agro-écologiques. Ainsi, c'est avec ces modes de production que nous ferons en sorte que l'agriculture familiale soit sauvée et prise comme mesure d'adaptation aux changements climatiques", a argumenté le spécialiste. Cela dit, "même si nous réussissons plus ou moins à assurer avec efficacité les principales fonctions, il existe des risques assez conséquents qui entravent une meilleure productivité au niveau des exploitations familiales", a-t-il relevé. 

"Ces changements climatiques sont en train de raréfier les ressources naturelles notamment la terre, l'eau et l'énergie. Ils auront aussi des impacts sanitaires sur l'homme, la sécurité", a-t-il indiqué. "Ce n'est qu'à travers des systèmes de production que nous pouvons nous adapter. Cela ne peut se faire qu'avec un acteur comme l'agriculture familiale", a encore dit Babacar Ndao, selon qui les efforts pour l'amélioration des semences n'ont par exemple pas réussi à donner les résultats escomptés. "En tenant compte de tout cela et de l'apport de l'agriculture au niveau de l'Organisation mondiale du commerce, on s'est rendu compte que l'agriculture familiale est la mesure d'adaptation aux changements climatiques", a encore soutenu l'expert.

 Cela peut passer, selon lui, par la gestion intégrée de la fertilité des sols, avec des périodes de séchage. Des "pratiques qui ont démontré que l'agriculture est une réponse aux changements climatiques''. "Pour développer cette agriculture familiale, il faut sauvegarder les bases de la production notamment l'eau, la terre, l'énergie et la biodiversité. De plus, il faut aussi une bonne gouvernance, une participation responsable des acteurs, entre autres", a-t-il préconisé. SBS/BK


liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Dik Dik

    En Décembre, 2013 (13:10 PM)
    Présentement c'est l'agriculture familiale qui est plus sûr de mettre en place des cultures variées, et surtout si on l'aide. L'agriculture industrielle vise plutôt la monoculture, pour que cela rapporte très vite un maximum, avec le moins de salariés possible. Pour eux l'avenir avec le changement climatique, c'est pas grave, on change de pays, s'il le faut !

    Donc l'agriculture familiale, bien encadrée, sait observer la nature, et s'adaptera aux changements.
    • Auteur

      Ibrahim

      En Décembre, 2013 (14:22 PM)
      l'agriculture familiale, personne ne m'en a donné la définition...

      la monoculture s'est imposée dans le monde entier même en agriculture biologique. il y a l'agroforesterie qui est également rentable mais c'est également industrialisé. une agriculture pour être rentable doit coûter le moins cher possible. l'afrique est le continent qui produit avec les coûts les plus élevés du monde et ce qui l'empêche d'exporter.

      a titre d'exemple, selon la fao, la moyenne d'une exploitation pour une famille d'agriculteurs sénégalais est de 3 hectares, pour une famille d'agriculteurs américains elle est de 155 hectares et la famille est en générale moins nombreuse. grâce à la mécanisation ils peuvent cultiver des superficies environ 50 fois plus grande avec des rendements plus importants et en moins de temps. le coût du carburant est dérisoire là-dedans, les économies d'échelle permettent de les compenser très largement. pour que tu comprennes ça signifie qu'une seul famille américaine arrive à capter les revenus de l'équivalent de 50 familles sénégalaises.

      si par agriculture familiale on entend agriculture non mécanisé, il faut avoir conscience que dans le reste du monde ce mode de production se résume à de l'autoconsommation soit aux potagers, jardins familiaux, vergers particuliers. mais qu'en aucun cas il ne viendrait à l'idée des gens d'espérer vivre convenablement de cette manière.
    • Auteur

      Ibrahim

      En Décembre, 2013 (14:34 PM)
      dans les pays occidentaux ce type d'agriculture à vocation économique a même totalement disparu, au brésil pratiquement aussi, pareil en chine et en russie. les moissonneuses-batteuses, tracteurs et système d'irrigation mécanisé se sont définitivement imposés. il n'y a qu'en afrique par exemple où on voit encore des animaux de travail. dans le reste du monde ça a disparu. j'ai passé la majorité de mon enfance et même lorsque j'étais petit je n'ai jamais vu d'animaux de travail dans les champs. j'étais au brésil il y a quelques années et c'était pareil et c'est pareil aussi en chine.

      l'agriculture non mécanisée avec le but d'en tirer un profit économique c'est définitivement fini, ça appartient au xixème siècle et à la première moitié du xxème. si le but est de développer ça je vous donne un conseil, oubliez tout de suite cette idée. ou alors c'est que vous n'avez aucune conscience des mutations en cours dans le reste du monde. il n'y a plus que l'occident aujourd'hui l'ensemble du monde se développe.
    • Auteur

      Ibrahim

      En Décembre, 2013 (14:50 PM)
      s'il s'agit simplement de complément il y a les potager, jardins familiaux ou autres.
      s'il s'agit d'agriculture de subsistance pour cause de difficulté économique, mieux vaut alors se tourner vers micro-agriculture biointensive.

      mais dans ces deux cas il ne s'agit pas d'agriculture professionnelle à vocation économique.
  2. Auteur

    Ing Agro

    En Décembre, 2013 (14:41 PM)
    il a raison Mr Ndao,   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   en plus c'est cette forme d'agriculture qui peut regler le probleme de l'autosuffisance alimentaire et ameliorer meme si c'est de facon modeste , le niveau de vie des population rurales , en outre cette agriculture est durable, Cependant l'Etat peut aussi promouvoir l'agriculture contractuelle dans certains poles agroecologique ce qui peut generer des emplois multiples sachant qu'on aura une chaine de production de l'apport d'intrants à la transformation-commercialisation( agrobusiness). Chers compatriotes travaillont au lieu de se leurrer nous meme , et a passer tout notre temps a Parler(#nos dirrigents#) ...... De nos jours le jeunes senegalais preferent Danser Chanter , Lutter( LMD) que de s'instruire et de travailler , etre responsable bien qu'etant jeune !!!!!!!!!!!!!

    Mr Youssoupha DIOUF, jeune ingénieur agronome
    Auteur

    Bay Kat

    En Décembre, 2013 (17:48 PM)
    C'est la solution des maux donc soufre le monde. Elle est la solution sur le plan economique, social, environnemental et climatique. Elle est rentable car elle fait nourrir plus de 60% de la population senegalaise. Les produits qu'on trouvent dans les grands marchés proviennent de l'agriculture familiale paysanne. Elle cree des emplois meme si c'est à faible renumeration. Elle participen à la gestion des ressources naturelles avec une regenartion des pousses naturelle et l'apport en fumures organiques. Elle s'adapte au changement climatique. Elle connait les changement climatique depuis les années de grande secheresse et elle developpe des strategies d'adoption avec la recherche developpement sur les semences adaptées, le reboisement et l'entretien des pousses naturelles

    Misons sur l'agriculture familiale payssane pour nourrir la population, pour offir de l'emploi à nos jeunes et enfin pour deengorger nos villes

    Auteur

    Mans

    En Décembre, 2013 (00:28 AM)
    Autant je suis tout à fait d'accord sur le rôle important joué par l'agriculture moderne, "productiviste" dans la baisse de fertilité des sols ( application de fortes doses d'intrants chimiques, labours profonds et répétés aux tracteurs, monocultures), autant je pointe un doigt accusateur sur l'agriculture familiale dont les mauvaises pratiques (cultures sur brulis, déboisements massifs, exportation des résidus de récoltes, non respect des rotations de cultures, cultures dans le sens des pentes...), ont beaucoup contribué à détruire les bases productives agricoles.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email