Dimanche 23 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

A mes frères de Côte d’Ivoire

Single Post
A mes frères de Côte d’Ivoire

« Si vous voulez convaincre de l’horreur
de la guerre celui qui ne refuse pas la guerre,
ne le traitez point de barbare : cherchez
à le comprendre avant de le juger »
SAINT-EXUPERY


Sans oublier l’arrogance ni la violence de Simone Gbabgo, j’ai été peiné de la voir souffrir entourée de jeunes soldats posant avec elle comme un trophée de guerre; sans oublier qu’elle a elle-même été l’initiatrice de la violence aveugle qui s’est emparée de son pays et la cause du malheur qui s’abat sur sa famille, il m’attriste de la voir subir cette humiliation supplémentaire. La violence donne cette impression magique qu’un mal a disparu parce qu’on y a répondu par un autre mal. Mais loin d’expier la faute, elle ne fait qu’ajouter un malheur à un autre, au lieu de le faire cesser. Si de nombreux humanistes se sont rangés du côté d’Alassane Ouattara pour que triomphe la légalité internationale, c’est pour que cesse la haine, ce n’est pas pour qu’une haine remplace une autre.
Je comprends la soif de vengeance qui peut animer les jeunes soldats qui ont vu leurs frères d’armes tomber sur le champ de bataille, leurs compagnons se faire tuer du simple fait qu’ils sont musulmans. Mais céder à la passion vengeresses ne mènera qu’à un chaos que personne ne doit souhaiter, parce qu’il n’épargnera personne.
La plus grande leçon que les nouvelles autorités pourront administrer à Laurent Gbagbo et à ceux qui ont propagé la haine en Côte d’Ivoire, c’est de se battre pour que Senoufo, Malinké, Krou et Akan puissent marcher la main dans la main dans les rues d’Abidjan. Plusieurs ethnies se sont réunies par des vagues successives dans cette belle région, pour constituer la République de Côte d’Ivoire telle que nous la connaissons aujourd’hui. Tous ces peuples millénaires sont maintenant unis par les liens du sang que plus personne ne pourra défaire. Il faut que les institutions de Côte d’Ivoire reflètent et garantissent en même temps cette diversité ethnique et religieuse qui fait à la fois sa richesse et son originalité. La responsabilité de cette situation n’incombe pas seulement à Laurent Gbagbo, qui n’a fait qu’exacerber et exploiter en sa faveur, une haine déjà entretenue par ses prédécesseurs, depuis l’établissement des cartes d’identité pour les étrangers initié par l’ancien Premier ministre Ouattara élu jusqu’à la loi sur l’ivoirité, qui porte la signature d’Henri Konan Bédié. Il faut maintenant fermer cette parenthèse malheureuse et travailler à réconcilier la Côte d’Ivoire avec elle-même.
J’ai déclaré à des internautes ivoiriens que le plus important ministère de cette troisième république, je ne la vois pas apparaître sur la liste du gouvernement Soro. Il ne s’agit pas du ministère de la Santé, qui aurait pu exister en tant que département de plein exercice, au lieu d’être rattaché au ministère de la Jeunesse, sous le vocale de « salubrité publique ». Il s’agit d’un ministère bien plus important. Mais peut-être figure-t-il déjà dans chaque esprit : le ministère de la Reconstruction nationale. La plus grande œuvre, pour les dix années à venir, sera la reconstruction de la Côte d’Ivoire. Ses infrastructures ont souffert de dix années d’une économie tournée exclusivement vers la préparation de la guerre, dans un pays privé de la moitié de ses ressources, avec des chantiers abandonnés, des immeubles en ruine.
Mais ce sont les esprits qu’il faudrait d’abord reconstruire. Ils ont été les plus endommagés pendant cette décennie de haine. Il faudrait donc y ajouter la réconciliation nationale, et confier cette tâche à une personnalité neutre, capable de déférer les différentes sensibilités. Le défi, pour le nouveau régime, est de faire admettre à chaque ivoirien que céder aux passions de la haine et à la soif de la vengeance est le signe d’une faiblesse. Si ma voix peut être entendue, au-delà de la clameur qui s’empare de toute la Côte-d’Ivoire, c’est pour prier solennellement Soro Guillaume, de dire à ses hommes que venger soi-même un crime, c’est commettre un autre crime. Les hommes ne font usage de la force que quand l’intelligence leur fait défaut.

Bien entendu, pour être intelligent, il faut être deux. Laurent Gbagbo a fait preuve sur ce point, d’une étonnante stupidité, en restant sourd aux appels à la raison de ses amis et surtout en étant insensible aux enseignements de l’histoire, pour l’historien qu’il a été. Il a enlevé à ses propres partisans toute raison de le défendre, en bloquant la publication des résultats de la présidentielle et en faisant proclamer par le Conseil constitutionnel, des résultats sortis de nulle part, alors qu’il aurait pu introduire des recours dans cette même juridiction, pour faire annuler le vote. Laurent Gbagbo n’a pas seulement contesté la victoire d’Alassane Ouattara. Pour ceux qui sont tentés de l’oublier, il s’est fait déclarer vainqueur de l’élection par le Conseil constitutionnel, en faisant annuler tous les votes qui lui étaient défavorables. La communauté internationale n’a fait que constater un coup de force contre lequel elle a tenté de s’opposer, en essayant pendant quatre mois, de raisonner Gbagbo, qui a décidé, contre tout principe de droit, de faire le blocus sur l’hôtel dans lequel s’était réfugié son adversaire et sa suite, l’obligeant à se ravitailler à partir du ciel pour se nourrir. Je n’ai pas entendu les bons samaritains qui s’apitoient aujourd’hui sur le sort de Laurent Gbagbo l’appeler à la raison. 
On ne peut accuser la France, pour une fois qu’elle tente de bien faire. L’argument selon lequel l’ancien colon serait partisan dans ce conflit est si mince, qu’il ne peut tenir. Puisqu’avant la France, les chefs d’Etat de la Ceadeao se sont réunis à Abuja à l’exception de Yaya Jammeh, pour exiger le départ de Gbagbo. La prétendue amitié entre Ouattara avec Sarkozy ne peut être évoquée non plus, puisque Gbagbo a, lui aussi, ses réseaux et ses amis en France. Ceux qui se sont le plus illustré ces derniers temps sont, malheureusement, un ancien criminel redevenu avocat et un défenseur de criminels patenté. Alors que le rapport de force se stabilisait et que la communauté internationale s’interrogeait sur la conduite à tenir, il a commis l’erreur de faire bombarder l’hôtel du Golfe, où se trouvait Ouattara, les membres de son gouvernement et le personnel de l’Onu, agressé systématiquement. Fallait-il laisser faire ? Je vous soumets que non. Pour faire cesser cette force, il fallait une force qui lui soit supérieure et qui revêt l’uniforme de la légalité internationale. Si un homme peut organiser des élections, les perdre et rester au pouvoir par la force, il ne sert plus à rien d’organiser des élections en Afrique. Qu’une France partisane ait agi à travers Nicolas Sarkozy est encore pensable. Mais je ne peux pas soupçonner Hillary Clinton et surtout Barack Obama de parti-pris dans ce conflit. C’est faire preuve de mauvaise foi que de le suggérer.
Sur ce point, il faut saluer la lucidité d’Alassane Ouattara, qui fait preuve d’une grande maîtrise face à un homme qui a tenté de l’assassiner à plusieurs reprises et qu’il appelle à traiter « avec égard ». La question est maintenant de savoir s’il faut juger Gbagbo sur la base de la dernière fonction qu’il a occupée ou celle précédente. Je veux dire qu’entre le président de la République qui a dirigé son pays pendant dix ans ou le putschiste chef de guerre qui a pris les armes contre son propre peuple, il faudra choisir lequel présenter devant les tribunaux.
J’ai déclaré ici-même que pour être digne de la confiance placée en lui, il ne suffit pas pour Ouattara d’être à la hauteur, il lui faut être au-dessus. Je devais ajouter par-dessus tout, les institutions ivoiriennes. Pour emprunter les termes de Barack Obama lors de sa visite mémorable à Accra le 11 juillet 2009, la Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes. J’ajouterai qu’elles ne remplacent la volonté de la majorité des ivoiriens que parce qu’elles en découlent.
SJD

julesetcesar@yahoo.fr
Au soldat inconnu
Je ne peux finir sans remercier un compagnon de lutte pour qui on me prend souvent, qui se fait appeler Marvel. Je voudrais dire à tous ceux qui se sont associés à ses hommages, que de tels propos me vont droit au cœur. La nature est ainsi faite qu’à chaque fois que l’on donne des raisons de se faire aimer, on donne en même temps des raisons de se faire détester. Il vaut donc mieux être détesté pour les bonnes raisons. C’est ce à quoi je m’emploie tous les jours.


liiiiiiiaffaire_de_malade

17 Commentaires

  1. Auteur

    Tef

    En Avril, 2011 (09:11 AM)
    BIEN :cry: 
  2. Auteur

    Omar

    En Avril, 2011 (09:15 AM)
    Une analyse lucide !
    Auteur

    Bigmac

    En Avril, 2011 (09:45 AM)
    Très belle analyse
    Auteur

    Undefined

    En Avril, 2011 (10:07 AM)
    Abdou DIOUF a organisé en 2000 des elections libres ,claires ,transparantes; ( à ce propos il faut relire "carnet de notes d'une alternance" du general CISSE ancien ministre de l'interieur en 2000) ,aujourd'hui ,abdoulaye wade apres 12 ans à la tete de l'etat ( tiens !comme bagbo !) est en train de tout faire pour pervertir les éléctions de 2012 , il assumera alors (tout comme bagbo) toutes les conséquences qui en découleront ! on peut "comprendre" qu'un bagbo avec ses 66 ans se lance dans une telle avanture , mais wade avec ses 88 ans en 2012 n'aura meme pas de circontance aténuante !
    Auteur

    Fall Senegal

    En Avril, 2011 (11:53 AM)
    DIAREDIAF DIAREDIAF DIRADIAF ENCOR DIAREDIAF
    Auteur

    Yégori

    En Avril, 2011 (12:22 PM)
    mé SJD ya kharaaaaagneee !!!

    Auteur

    Ouly

    En Avril, 2011 (12:31 PM)
    Merci boy Jules ! Marvel c'est moi en fait ! Beaucoup ne le savaient pas, mais j'en fais la révélation, c'est moi Marvel !
    Auteur

    Diallo Dieri

    En Avril, 2011 (13:08 PM)
    MERCI SOULEYMANE KE DIEU VOUS PROTEGE

    Auteur

    Le Jeune

    En Avril, 2011 (13:29 PM)
    merci jules diop
    Auteur

    Deea

    En Avril, 2011 (14:43 PM)
    dea
    Auteur

    Luneso

    En Avril, 2011 (16:39 PM)
    sans commentaire encore une fois merci jules diop
    Auteur

    Irgendwokistan

    En Avril, 2011 (18:11 PM)
    diadieuf souley, merci, nekke tchi rekk, diarama
    Auteur

    Tyma

    En Avril, 2011 (11:58 AM)
    Teuuuuussss, fi néna pathiax!
    Auteur

    Marcus

    En Avril, 2011 (11:59 AM)
    Tamaté
    Auteur

    Marcus

    En Avril, 2011 (20:36 PM)
    Adja,arrête d'usurper stp!!!
    Auteur

    Me

    En Avril, 2011 (13:28 PM)
    Siga m'ignore et pourtant je suis toujours là
    Auteur

    Undefined

    En Avril, 2011 (15:57 PM)
    pour l'amour et la haine!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email