Lundi 09 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

Plus "Jammeh" avec Yaya ! (Par Momar Mbaye)

Single Post
Plus "Jammeh" avec Yaya ! (Par Momar Mbaye)

Seize ans après le Sénégal, c’est au tour de la Gambie de connaitre l’alternance. Le pays dirigé d’une main de fer par le putschiste Yaya Jammeh, va tourner une page de son histoire. Une page tachée de crimes, de meurtres et d'assassinats, d’atteintes notoires aux droits de la personne humaine, mais également d’entraves à la bonne marche de la démocratie.

Yaya Jammeh qui reconnait sa défaite à une présidentielle, c’est tout simplement inédit, inimaginable au point que l’on serait tenté de le soupçonner d’être de connivence avec qui va lui succéder. Le blackout vécu lors de ce scrutin a jeté la suspicion sur un pouvoir finissant, qui n’avait d’autre alternative que de lâcher prise. Mais le président gambien se savait surveillé, comme du lait sur le feu par une communauté internationale qui l’a trop laissé s’éterniser au pouvoir. Une communauté qui n’a cessé de dénoncer les manquements notoires devenues le domaine de prédilection de Banjul, dont le palais, dans quelques jours, aura le privilège d’être purgé des démons de Yaya, à «Jammeh».

Un président s’en va, un nouveau prend ses quartiers. Un peuple conscient de son destin, avec l’activisme accru de sa diaspora contrainte à l’exil, s’est exprimé librement pour prendre son destin en main. Liesses populaires certes, mais encore timides dans une capitale où Jammeh a toujours fait la pluie et le beau temps. Voir Yaya quitter le pouvoir est salutaire, mais son ombre plane toujours sur Banjul, une capitale qui aujourd’hui respire et exprime un ouf de soulagement de voir son dictateur, enfin, s’apprêter à quitter le pouvoir, sans effusion de sang. Un sang auquel Yaya aura habitué ses compatriotes et la communauté internationale.

«Dictateur et fier de l’être», Yaya sera resté à «Jammeh» fidèle à la ligne qu’il s’est tracée depuis qu’il a pris le pouvoir par les armes. Mais la prudence s’impose, car avec Yaya, il ne faut jamais dire «Jammeh». Reste à prier que Yaya ne revienne «Jammeh» au pouvoir. Ni pour influencer la politique intérieure et/ou extérieure de son successeur, encore moins pour mettre sur sa tête une épée de Damoclès, avec menaces de putsch. 

Sa sortie par la petite porte, somme toute élégante et inspirée du modèle sénégalais de l’alternance, suscite le respect et restera gravée dans les annales, mais ne le dédouane guère des crimes contre l’humanité, d’actes de barbarie perpétrés sur de simples citoyens, contre des acteurs de la presse, contre des opposants qu’il n’hésitait pas à mâter, à emprisonner s’il ne les exterminait pas en détention. L’heure est-il venu, une fois l’alternance consacrée, de tourner définitivement la page de plus de deux décennies de dictature sanguinaire. 

Le nouvel homme fort de Banjul aura pour tâche première de réconcilier la Gambie avec ses voisins. De donner aussi des gages en termes de collaboration, afin de mettre son pays à la disposition de la justice internationale, pour que Jammeh répondre des crimes les plus odieux commis sous son magistère. Mbokka, Jerejêf !


Article_similaires

6 Commentaires

  1. Auteur

    Bojang

    En Décembre, 2016 (19:38 PM)
    Il n"a qu'à se diriger à la CPI qui l'attend de pieds fermes
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (20:06 PM)
      de nature, le socé est raciste, ségrationiste, il ne parle que sa langue qu'il appelle la langue des hommes. espérons qu'ils ne vont pas ramener le racisme en gambie comme ils l'ont fait en cote d'ivoire.

      avant l'arrivée de yaya jammeh, on parlait socé en gambie à 80%. durant les 22 ans de règne de jammeh pourtant diola, le wolof est redevenu presque la première langue en gambie sauf dans les bureau où on parle beaucoup socé.
      qu'adviendra t-il avec ce retour au pouvoir des socé
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (21:51 PM)
      vous pensiez que yaya n'était pas bien. vous allez voir maintenant.

      au temps de yaya, la criminalité, le vol,... étaient au niveau zéro en gambie et l'économie était en très bonne santé. maintenant, vous allez voir les voleurs et des criminels à nos frontières
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (19:52 PM)
    Toi Momar Mbaye, suprémasiste Wolof et Raciste haineux, tu ne doit plus l'ouvrir. Je ne comprends pas comment des gens racistes peuvent t-ils avoir une tribune sur Seneweb.

    Bande de lache qui se cache derrière internet pour attiser la haine.  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2016 (20:39 PM)
      il a raison les socés sont "ethnicistes". je l'ai senti durant mes vacs en gambie dans les années 2000. on faisait fi de ne pas m'entendre quand je parlais wolof
    Auteur

    Lougatois

    En Décembre, 2016 (20:05 PM)
    Parfois ,on a assiste a des coups d'etat tres SOFT et faciles ,ou le dictateur est evince alors qu'il est dans un sommet a l'etranger , sans qu'une seule balle ne soit tiree

    c'etait des coups d'etat BARAYEGO, pour permettre au tyran de se planquer dans un pays ou il ne sera jamais inquiete par les CPI; AMNESTY ,FIDH ,avec la complicite des putshistes

    Jamais YAYA DIAME n'osera mettre les pieds dans un pays democratique . IL a certainement deja negocie avant de reconnaitre sa defaite ,les conditions de sa fuite avec sa famille dans les pays du golf qui se foutent completement des droits de l'homme

    CES ELECTIONS ETAIENT UNE PORTE DE SORTIE HONORABLE ET VITALE POUR LUI

    IL espere ainsi echapper a la justice des hommes sur terre.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (20:09 PM)
     :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    So

    En Décembre, 2016 (20:14 PM)
    Chapeau à Diamé

    Le premier enemi de nos pays c la democratie.

    La democratie c de la tricherie si on est pauvre.

    On peut l'aimer ou le detester mais Diame a travaillé pendant que nous démocrates on parlait.

    Qu'elle est la difference entre Diamé et le roi d'Arabie saoudite qui vient d'exécuter un dignitaire chiite qui n'a fait que dire ce qu'il pense.

    Soyons sérieux et arretons la geometrie à double variante.

    Au Cameroune en Gongo Brazaville et beaucoup ailleurs il y a des gens pires que Diame.

    Si Diame reconnaît sa defaite il merite d'etre pardonner
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (21:53 PM)
    So, tu as raison. Mais ce Momar Mbaye est juste un journaliste alimentaire médiocre

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email