Lundi 25 Mai, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Contribution

CETTE CARTE QUI DIVISE : Qui se sent morveux, se mouche! ( Par Yaya DIALLO )

Single Post
CETTE CARTE QUI DIVISE : Qui se sent morveux, se mouche! ( Par Yaya DIALLO )
De tout temps, des individus nous tympaniser sur des motifs de qui est journaliste ou qui ne l'est pas. Des gens qui s'érigent en maîtres absolus de la plume et de la parole continuent de harceler les confrères comme si le métier de journalisme est béni des dieux. Le premier contingent de journalistes n'est sorti d'aucune école de formation journalistique. Et ces gens se sont avérés d'excellents journalistes pour dire que le Diplôme ne fait pas forcément le journaliste.

Le journalisme est une vocation et un talent. On entre à l'école du journalisme mais on n'en sort pas journaliste. Nous avons charcuté énormément des papiers de journalistes issus de CESTI ou ISSIC, etc. qui viennent arrondir les angles parce qu'ils sont payés à la poche. Maintenant, s’il faut aller jusqu’à dresser des garde-fous relatifs à la « Carte nationale de la Presse », il y a de quoi se poser des questions pour savoir s’il ne s’agit pas d’un ostracisme envers d’autres confrères ou pas. Ainsi, cette carte constitue un sésame, en quelque sorte la porte d'ouverture à cette profession dénaturée, défigurée et dévalorisée et même vidée de son contenu noble.

Maintenant, qu’on nous dise quel est l'intérêt de crier sous tous les toits pour dire qui est journaliste ou qui ne l’est pas. Pourtant, s’il n’y a pas de crise dans la presse qui vaut toute cette escalade. Les bévues, les diffamations, les calomnies, etc. sont à chercher chez ces journalistes issus des écoles de formation. Les journalistes n'étant sortis d'aucune école de formation sont formés dans le tas et n’ont jamais eu maille à partir avec la justice. Ils exercent ce métier dans le respect de l'éthique et de la déontologie de la profession et selon les lois et règlements de ce pays. Il y en a qui ont capitalisé 30 ans dans le métier de la presse et ces gens-là, on ne leur apprend plus le journalisme dont moi-même.

Plutôt que de fustiger ses confrères, on ferait mieux de valoriser les conditions sociales et salariales des journalistes et non de les laisser se nourrir de piges. C’est comme si le journalisme est une mine d’or où il faut creuser quelques centimètres pour sortir des centaines de tonnes d’onces. Il n’y pas d'argent dans la presse. Ceux qui sont restés dans ce métier de la presse là, le font par amour et non par opportunisme. Nous avons vu naître et mourir beaucoup d'organes de publication et pourtant, nous sommes toujours là. Nous tirons nos canards selon nos possibilités d’autant plus que nous sommes sevrés de cette aide à la presse dont nous avons droit parce que nous sommes des entreprises légalement constituées. Nous sommes des organes reconnus par l’Etat avec tous les papiers au même titre que les grandes entreprises de presse. Malheureusement, cette aide va dans l'escarcelle de cette commission de (...) qui se la partage sans scrupule.

Yaya DIALLO
Editeur et Directeur de Publication du journal « Train de Vie »

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Héritage Colonial

    En Février, 2020 (12:39 PM)
    Il faut savoir que d’un point de vue strictement « culturel » le Sénégalais est le jumeau parfait du Français … Le Sénégalais pour lui si tu n’as pas le diplôme dans le domaine, il va avoir du mal à te « respecter » , il va toujours remettre en cause tes compétences …

    C’est une mentalité malheureuse héritée d’une colonisation française qui a trop duré ici, les Sénégalais ont été les plus imprégnés de tous les colonisés, ils sont juste noirs mais ils ne sont pas vraiment différents des français sur beaucoup beaucoup de choses …
  2. Auteur

    En Février, 2020 (13:09 PM)
    Ce Yaya Diallo se dévoile. Sa sortie est impertinente en ce sens qu'elle rajoute à la confusion. Voila un genre de mec dont l'analyse à la fois lacunaire et dénuée de pertinence est juste pour encourager le désordre dans la profession. Si tu n'est pas assuré d'avoir les moyens de payer des journalistes travailler pour ton organe, inconnu ou très peu du milieu de la Presse veut chambouler les principes et les actes posés pour réglementer la corporation.

    C'est compréhensible de ta part puisque c'est dans la pagaille journalistique que tu pourras t'exprimer et tenir un organe. Mais dans une Presse organisée, débarrassée de ses ordures, votre chance d'y évoluer est mince. C'est tout ce qui explique tes vaines agitations qui ne prendront jamais le dessus sur la détermination des Acteurs du métier à se séparer de gens, prétendu Editeurs comme vous.
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2020 (16:30 PM)
      . je crois que ce monsieur yaya diallo, qui semble n'être passé par aucune école de journalisme, aurait peut être besoin d'y faire un petit stage. ne serait-ce que pour rectifier la construction de certaines de ses phrases
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2020 (17:10 PM)
      ce texte traduit le complexe d'infériorité d'un journaliste "formé sur le tas" par rapport aux "journalistes formés sur les bancs".
    Auteur

    En Février, 2020 (13:56 PM)
    Donc à quoi servent les écoles et instituts de formation. Donc à force de fréquenter comme animateurs ou ambiancieurs, on devient journaliste. Du sérieux WAY. Il faut se former .
    Auteur

    En Février, 2020 (14:56 PM)
    Directeur de publication ?

    Héé héé pas si vite !

    Ce type ne vend pas 10 exemplaires de son trac qui n est imprimé qu à 50

    Auteur

    Rl Hadj Senegalais

    En Février, 2020 (15:57 PM)
    " on est d'abord journliste avant de faire la formation " dixit abdou latif coulibaly , les sénégalais sont en retard , c'est un metier qui a beaucoup evolué avec l'ere des ntic , on parle de communication digitale , qui va acheter a 100 frs des journaux qui ne dépassent pas thies alors que le num que le nuerique couvre jusqu'a kedougou , les journalistes " traditionels sont jalmoux des sites 'information qui diffusent à grande vitesse , et il faut le dire si c'est ahmed aidara qui est visé , lui il se dit animateur , et dieu lui a octroyé une palce de choix chez les auditeurs , sokhor bakhoul
    Auteur

    En Février, 2020 (17:18 PM)
    Dans les régions, c'est de la merde. Allez à Touba, à Saint Louis, Thiès ou Louga, des charpentiers, des marchands de téléphone, d'anciens photographes se sont convertis en Journaliste. C'est cette catégorie que ce Yaya veut dans la profession. Rien de plus normal puisqu'il est bien des leurs
    Auteur

    En Février, 2020 (17:47 PM)
    Je pense que Yaya Diallo est bien dans son rôle. Il a senti qu'avec les nouvelles dispositions prises avec la Carte, son business va s'écrouler. Il n'aura plus les moyens de racketter les hommes politique avec ce qu'il appelle son "Journal" et n'a pas un autre métier dans la vie. Il sent que les carottes sont cuites pour lui. Laisser le râler, c'est tout ce qui lui reste
    Auteur

    Babou Ndiaye

    En Février, 2020 (18:41 PM)
    N'est pas journaliste professionnel celui qui est sorti d'une école de formation

    Journaliste c'est une vocation

    Aujourd'hui les sortants des écoles de formation sont des journalistes alimentaires qui ne cherchent qu'à s'en mettre plein les poches

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email