Lundi 17 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Contribution

CONTRIBUTION : MAÎTRE ABDOULAYE WADE ET TOUBA: Qui est dérangé par la "mouridité" de Wade

Single Post
CONTRIBUTION : MAÎTRE ABDOULAYE WADE ET TOUBA: Qui est dérangé par la "mouridité" de Wade

«Vous qui m’appelez saint qui vous a dit que j’étais un saint» ! Cette mise en garde biblique sous forme de parabole, en plus de ses significations multiples, devrait nous inciter à la modestie en ce qui concerne le sondage de la foi et des intentions humaines. Aussi, les accusations d’imposture adressées à la «mouridité» du Président Wade sont non seulement dénuées de fondement, mais aussi et surtout, totalement impertinentes et absurdes, au regard du mystère que constitue l’intériorité humaine.

C’est qu’en démocratie, surtout celle sénégalaise, la liberté d’expression fait souvent des ravages moraux, mais cela ne doit pas nous faire oublier qu’il y a des débats dont la tenue, loin de contribuer au progrès social, ne fait qu’attester une carence à la fois politique et intellectuelle de ceux qui l’entretiennent. Á quoi sert ce bavardage insipide et puéril sur la « mouridité » du Président Wade ? Peut-on rationnellement soutenir un débat sur un thème pareil ? L’entretien d’un tel débat n’exprime-t-il pas en dernière instance un manque de respect envers la confrérie mouride ?

Cela peut paraître irrévérencieux de dire qu’au Sénégal on a la manie de parler pour ne rien dire et pourtant c’est la triste vérité et ce, pour deux raisons : la première, est que nous sommes dans l’illusion qu’il vaut mieux bavarder que de se taire ; car le fait de se taire nous paraît attester une faiblesse d’esprit, une carence d’idées. Ainsi sommes-nous prompts à toujours parler pour marquer notre présence et affirmer notre pseudo sagesse. La deuxième raison est que nous parlons beaucoup trop souvent pour occulter les problèmes réels qui nous angoissent ou pour voiler notre culpabilité à propos des nombreux devoirs auxquels nous ne cessons de faillir. C’est pourquoi il n’est pas à exclure que tous ces gens qui s’agitent si bruyamment à discuter la «mouridité» de Wade le fassent tout juste pour camoufler un malaise politique et psychologique issu d’une incapacité à affronter la réalité des faits ou pour dissoudre un remords consécutif à des propos tenus il y a longtemps et que l’avenir à fini par infirmer violemment.

Quel intérêt peut-on avoir à entretenir un débat aussi insensé, sinon à se dédouaner et à se venger de la réalité ? Ceux qui persistent témérairement à entretenir ce débat ont pourtant doublement tort. Ils ont tort, d’abord parce que les Sénégalais qui n’ont pas de confrérie ou les non musulmans ont d’autres préoccupations que de gaspiller leur énergie sur de telles frivolités. Ils ont ensuite tort parce que nous ne voyons pas comment on peut objectivement démontrer de manière rationnelle l’authenticité ou non de la foi de quelqu’un. Ce n’est par hasard ni par inaptitude intellectuelle que Pascal disait que «la raison a ses raisons, que la raison ne connaît pas». Les vérités du cœur, c’est-à-dire celles de la foi, explique Pascal, sont inaccessibles à la raison humaine. Dans ce sens, engager la raison dans des débats concernant la foi d’autrui, c’est fatalement la condamner à des errements dramatiques. Vouloir juger autrui dans sa foi c’est donc véritablement faire preuve de cannibalisme psychologique or un tel acte est plus abjecte que le cannibalisme primaire. Soyons modestes, l’intériorité d’autrui n’est pas un objet de connaissance et à ce titre, Malebranche avait certainement raison de dire que «nous ne connaissons autrui que sous le mode de la conjecture». Or, des conjectures on est libre d’en faire mais il faut bien les distinguer des connaissances sérieuses et surtout s’abstenir d’en faire le soubassement d’un combat politique.

Soyons modestes et raisonnables ! C’est une grande marque de sagesse que de se taire quand il le faut et surtout, quand on n’a plus rien à dire. En revanche, c’est une vaine et puérile prétention que de vouloir connaître autrui alors qu’on a toutes les peines du monde à se connaître soi-même. Ceux qui prétendent démontrer la non «mouridité» de Wade devraient logiquement commencer à démontrer la leur ou simplement d’ailleurs à démontrer leur foi en Dieu. Méditons un peu ce hadith qui dit que «la connaissance de soi mène à la connaissance de Dieu» et comprenons tout de suite que derrière cette parabole il y a un immense défi lancé à l’homme : la connaissance de soi n’est pas donnée à tout le monde. Dieu seul EST en mesure de détenir le secret de la connaissance de ce qu’il y a dans nos cœurs et s’Il ne nous a pas transmis une telle connaissance, les causes en sont manifestes pour ceux qui savent réfléchir. Par conséquent vouloir connaître l’intimité de la foi d’autrui c’est en quelque sorte usurper une propriété divine. Que Dieu nous préserve des dérives vers lesquelles nous mènent nos prétentions ! Les implications sociales du débat sur la « mouridité » de Me Wade sont d’ailleurs énormes. Car cela suggère que les confréries et leurs dirigeants sont tellement informels et tellement crédules qu’on peut les berner et se jouer d’eux à volonté ! Si Wade est mouride ou pas c’est très difficile à vérifier et si jamais cette possibilité devrait être offerte à quelqu’un c’est bien son marabout qui, logiquement, devrait être le mieux habilité à bénéficier d’un tel don. Or que le marabout de Me Wade le considère comme un talibé ou non cela ne doit et ne peut faire l’objet de supputations par des tiers. Pourtant jusqu’ici personne n’a encore entendu les principaux concernés s’exprimer sur cette affaire insolite.

Il faut donc se résoudre à l’évidence : ce débat sur la «mouridité» de Me Wade est non seulement illégitime mais cela n’a aucune espèce d’importance et ça ne mène qu’à des impasses. Les questions qu’il faut soulever sont de nature autre et se situent ailleurs et elles sont : Wade est-il en train de travailler résolument à l’édification d’un Sénégal émergent ? Les faux débats constamment alimentés autour de Me Wade ne cachent-ils pas un profond malaise psychologique que ses détracteurs cherchent à occulter à d’autres et à eux-mêmes ? Qui a intérêt à mettre Me Wade en mal avec la confrérie mouride ? Qui est dérangé par la «mouridité» de Wade ? Examinons sérieusement ces questions sans parti pris et quand nous aurons ébauché des réponses à celles-ci, posons-nous sous un autre angle la question kantienne «que puis-je savoir ?» Ainsi nous circonscrirons les limites de nos conjectures et nous nous abstiendrons de nous aventurer dans débats aussi insensés  que celui concernant la ferveur religieuse d’autrui. Et pour terminer rappelons cette sagesse qui dit que « le plus grand dérèglement de l’esprit est de vouloir les choses, non pas parce qu’on les a vues être ce qu’elles sont, mais par ce qu’on veut qu’elles soient».



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email