Lundi 25 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

De la prise en charge thérapeutique de l'insuffisance rénale au Sénégal (Par Dr Annette Seck Ndiaye, Directrice PNA)

Single Post
De la prise en charge thérapeutique de l'insuffisance rénale au Sénégal (Par Dr Annette Seck Ndiaye, Directrice PNA)
En écho à la polémique née de la sortie du président de l’association nationale des insuffisants rénaux du Sénégal, la directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna), Dr Annette Seck Ndiaye, dans une contribution parvenue à Seneweb, apporte des éclairages sur la gratuité de la prise en charge thérapeutique de l’insuffisance rénale au Sénégal. Un texte que nous vous livrons in extenso.

Suite à la déclaration faite sur iGFM de M. Hamidou Diallo, Président de l’Association des insuffisants rénaux, la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement tient à apporter les précisions suivantes.

Actuellement au Sénégal, il est impossible de faire une dialyse à 8.000 Francs CFA en achetant un kit à 2000 Francs CFA !

Au Sénégal, un kit de dialyse est composé de 11 éléments.

A titre d’exemple, rien que le rein artificiel (encore appelé dialyseur) au prix unitaire le moins cher coûte hors taxe et hors douane 9.070 Francs CFA; la cartouche de Bicarbonate coûte 3.026 Francs CFA hors taxe et hors douane.

Dans notre pays, la prévalence de l’insuffisance rénale est estimée à 4,9%. Selon les statistiques disponibles, ce sont environ 753 patients qui sont dialysés par an à raison de 2 ou 3 séances hebdomadaires dans les structures publiques de santé  et plus de 200 patients dans les structures de santé privées.

En 2019, le nombre de patients sous dialyse dans les structures publiques de santé est passé à 842 patients dont 50 sous dialyse péritonéale.

La gratuité de la dialyse est entrée en vigueur en 2012, avec une subvention de l’Etat de 910 000 000 de Francs CFA qui a presque triplé en 2013 pour passer à 2 745 600 000 Franc   CFA. 

La gratuité concerne notamment les intrants qui sont mis à disposition dans tous les centres de dialyse sous forme de kits par la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA) y compris les centres privés conventionnés. La composition des kits est différente selon qu’il s’agit de l’hémodialyse ou de la dialyse péritonéale.

Les kits d’hémodialyse sont constitués de 11 éléments dont le rein artificiel, des médicaments et produits essentiels. La composition des kits d’hémodialyse varie également selon le générateur utilisé. Il existe 4 types dans les centres de dialyse au Sénégal.

Concernant la dialyse péritonéale, les intrants sont constitués principalement des poches de glucose à différente concentration (isotonique, intermédiaire et hypertonique) de contenance différente selon qu’il s’agit de la dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA) ou de la dialyse péritonéale automatisée (DPA) qui nécessite l’utilisation de machine appelée cycleur.

L’acquisition des intrants qui composent le kit se fait par appel d’offres international sur la base d’un cahier de charge dont les clauses techniques sont des plus rigoureuses et correspondent aux besoins nécessaires à la prise en charge correcte des patients.

Tous les acteurs du système de santé concernés (néphrologues, techniciens…) par l’utilisation de ces intrants y compris les associations des malades sont associés au processus d’acquisition qui est mis en œuvre par la PNA.

L’approvisionnement en kits de dialyse des structures de prise en charge se fait sur la base de procédures préalablement établies sous la coordination d’un « Point focal » désigné par la tutelle technique dont l’approbation préalable des commandes est requise avant toute livraison aux structures sanitaires bénéficiaires par les Pharmacies Régionales d’Approvisionnement (PRA) auxquelles elles sont rattachées. Tout ceci se fait dans un processus clair et transparent.

Les factures et bordereaux de livraison signés sont transmis tous les mois à l’Agence de la couverture maladie universelle (ACMU) en vue du règlement.

Le prix d’acquisition des kits après évaluation technique des offres et attribution des marchés varie entre 26.315 Francs CFA minimum et 38.800 Francs CFA maximum hors taxes.

A cela s’ajoutent les frais annexes qu’il faut intégrer au coût d’acquisition du kit. Il s’agit notamment de la taxe à l’importation ou Tarif Extérieur Commun de l’UEMOA (TEC) qui s’élève à 2,7% du prix d’acquisition du kit, des frais d’assurance et de stockage 3,5% des frais de distribution sur l’ensemble du territoire national 4,5%.

Le prix du kit est fixé après avoir pris en compte l’ensemble des coûts de gestion qui sont calculés grâce à un outil standard de modélisation des coûts de gestion logistique des intrants élaboré par l’Association des centrales d’achat d’Afrique (ACAME).  

En 2019, la PNA a fourni aux structures sanitaires 105 438 kits de dialyse pour un montant estimé à 4 365 705 300Francs.

La gratuité de la dialyse est certes une initiative salutaire mais très coûteuse. Sa mise en œuvre est complexe et nécessite une grande expertise. Les associations de malades ne diront pas le contraire. Il suffit de faire un calcul simple pour se rendre compte du coût économique de la maladie ! c’est en moyenne 5 184 923 160 Francs CFA qui sont dépensés par l’Etat pour chaque patient compte non tenu du coût de l’acte médical proprement dit.

Pour améliorer la prise en charge de ces maladies rénales, et accompagner les patients, des mesures importantes ont été prises par le Gouvernement du Sénégal depuis 2012. Outre celle de la gratuité de la dialyse dans les structures sanitaires publiques, il s’agit : 

-         de l’amélioration de l’accessibilité géographique de la dialyse avec un nombre de centres qui est de  4 à 23 entre 2012 et 2019 ;

-         de la signature de conventions entre l’Etat et certains centres de dialyse privés pour renforcer l’offre de soins ;

-         de l’adoption de la Loi n° 2015-22 du 08 décembre 2015 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d’organes et aux greffes de tissus humains et le décret n ° 2018-1583 fixant la composition, l’organisation et le fonctionnement du Conseil national du Don et de la Transplantation (CNDT).

Toutefois, malgré les efforts consentis par l’Etat pour améliorer l’offre de soins en matière de prise en charge de la pathologie rénale, la demande reste forte et les besoins non encore satisfaits demeurent au regard du nombre de patients qui seraient en attente d’une dialyse sans avoir les moyens d’aller dans le secteur privé.

L’Etat est parfaitement conscient des défis auxquels il faudra faire face pour garantir la pérennité de cette initiative salutaire de gratuité de la dialyse. Ainsi, des réflexions sont en cours pour améliorer la stratégie de financement et se pencher rapidement sur les voies et moyens d’aller vers la fabrication locale de certains éléments du kit tels que les poches de glucose (ce sera bientôt possible au Sénégal), le bicarbonate voire même les médicaments et produits essentiels contenus dans le kit.

Au regard de ce qui précède, on dit souvent que la « santé n’a pas de prix. C’est une vérité absolue, quand on sait qu’elle est déterminante dans l’espérance de vie de l’Homme, mais elle a aussi un coût ! Et ce coût, il y a toujours quelqu’un qui le supporte notamment quand il s’agit de la gratuité du traitement.

C’est dans cette dynamique que s’inscrit, l’Etat du Sénégal à travers le ministère de la santé et de l’action sociale.


11 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2020 (17:57 PM)
    Après tout ce laïus, il me apparaît évident que des gens et l'Etat aussi se sucrent sur ces pauvres malades....
  2. Auteur

    Doudou Ndaw

    En Janvier, 2020 (18:10 PM)
    Il ressort, comme un truisme, que votre contribution Mme la directrice de la PNA est très pertinente avec des chiffres et des références àlappui. Elle suinte de vérités et fait jaillir avec toute sa splendeur une phare de vérités dans cette ténébreuse affaire " fabriquée " de toute piece. Merci de nous avoir éclairer !
    Auteur

    En Janvier, 2020 (18:13 PM)
    Je pense qu'on a faire à une super-mythomane. Comment peut on affirmer que dans tous le Sénégal il y a 200 patients dans le privé.



    Elle fait correspondre le nombre d'hemodialysés à 1000 c'est a dire exactement le nombre de malades pris en charge gratuitement par l'État du Sénégal.



    Les témoignages filmés des hémodialyses qui financent eux même leur dialyse sont là. Elle ne dit pas la vérité. Elle n'est meme pas en mesure de dire exactement combien l'État achète le kit 26000 f >38000 f. Fourchette de prix n'est pas prix d'acquisition ! En plus trop de contradiction dans le texte. Par exemple selon elle : ''c’est en moyenne 5 184 923 160 Francs CFA qui sont dépensés par l’Etat pour chaque patient '' 5 milliards !!!

    Avec ses chiffres le Sénégal ne compte 1042 patients très loin des chiffres de l'association qui est en contact avec les malades... Communiqué réchauffé en article pour impressionner. Qui?
    Auteur

    Le Diola

    En Janvier, 2020 (18:47 PM)
    C'est normal que le prix des Kits soit dans une fourchette de 26000 à 38000, comme elle le dit si bien, nous avons deux types de dialyses et les insuffisances rénales n'ont pas le même degré de gravité, donc ne consommant pas les produits..Ce vieux Diallo délire...Pour le nombre de dialysés , elle ne peut donner que les chiffres à sa disposition. Il y'a un grand pas qui est fait pour les insuffisants rénaux..Surtout pour la décentralisation.
    Auteur

    Deums Yi

    En Janvier, 2020 (18:59 PM)
    il est évident qu'il y a trop de frais entre le prix d'achat et le prix de vente. Il y a les taxes???? et certainement en sus la marge bénéficiaire de la PNA et des Deums d'hommes d'affaire. Wa lii jamlà .
    Auteur

    Docteur

    En Janvier, 2020 (19:32 PM)
    Elle a pris au moins la peine d’expliquer comment en arrive t’on au prix de la dialyse car malheureusement tous ces produits sont importés donc soumis aux lois du marché qui n’a que faire des malades des pays pauvres. Tant que nous ne développerons pas une industrie locale, nous n’y pourrons Rien et les malades continueront de souffrir. Le même problème doit aussi toucher les autres pays de la sous-région. Unissons nos forces et créions des industries viables.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (20:31 PM)
      c'est dommage de former des docteurs et professeurs qui n'inventent rien. ce qu'elle fait un non docteur peut le faire c'est juste du commerce ( achat revente en détails) rien de scientifique. on attend nos docteurs, professeurs sur un autre terrain...depuis 60 ans meme rythme de travail. on ne fabrique meme pas de seringues et ça mystifient la fac médecine. triste science
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2020 (20:31 PM)
      c'est dommage de former des docteurs et professeurs qui n'inventent rien. ce qu'elle fait un non docteur peut le faire c'est juste du commerce ( achat revente en détails) rien de scientifique. on attend nos docteurs, professeurs sur un autre terrain...depuis 60 ans meme rythme de travail. on ne fabrique meme pas de seringues et ça mystifient la fac médecine. triste science
    Auteur

    Taxe Sur Des Produits Vitaux?

    En Janvier, 2020 (20:56 PM)
    Bilayy yenna bonn yenna ignane! Comment pouvez vous taxer ces produits de survie? hann? mey wax ngen di deff ay marge pour couvrir des frais de gestion?

    Allez vous faire foutre! vous etes des deums, des sangsues
    Auteur

    Atila

    En Janvier, 2020 (22:15 PM)
    Cette directrice montre un bel exemple de communication. Elle n a pas attendu longtempts avant d apporter “ses” eclaircissements qui ne me convainquent pas mais fait lui reconnaitre le merite d offrir un modele de leadership. Ce qui est rare au Sengal. Tous les commentaires que j ai lu portent essentiellement sur des jugement de valeurs venant d “internet trolls”. Esperant lire des cimmentaires plus utiles. Ngeen baalma.
    Auteur

    Serigne Moussa Mbacké

    En Janvier, 2020 (23:14 PM)
    ce qu elle dit n est pas vrai ma mere est isufisante rénale on depense 65 000fcfa par seance á raison de 3 seances par semaine et ce sans compter les mdedicaments.quand elle etait diagnotiquée elle etait 5032 eme sur la liste d attente. je vous jure que vous connaissez pas cette maladie ses consequences sur entourage du malade et son parcours de soin .la gratuité n est qu une chimére et un slogan politique creux et vide .vous qui les defendez sans connaitre la realite je vous souhaite vivement que cette maladie s installe paisiblement dans votre vie. ce vieux qui dit la verite absolue, lui il vit avec sa maladie depuis 10 ans mais le gorgolou senegalais pour qui selon madame la dialyse est gratuite á un esperance de vie d´un mois
    • Auteur

      Kilab

      En Janvier, 2020 (08:10 AM)
      jusque là aucun malade n'est venu conforté les propos de la dame ou même un membre de la famille d'un patient.
      aussi vu la manière dont on taxe ses produits, on voit qui 'il n y a aucune volonté d'aider les malades.
      c'est un crime organisé.
      et on s'étonne d'être le 23 pays le plus pauvre au monde..
    Auteur

    Yeet

    En Janvier, 2020 (05:07 AM)
    Unn médecin ne doit pas mentir!111
    Auteur

    Mensonges

    En Janvier, 2020 (09:31 AM)
    l'état dépense 5 milliards par patient ? Ay fénou késsé

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email