Lundi 13 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Contribution

ECO et Libéralisme, Relever le Défi d’Abdoulaye Wade

Single Post
ECO et Libéralisme, Relever le Défi d’Abdoulaye Wade
Un projet libéral est en construction sous nos yeux avec l’avènement de l’ECO et une parité fixe à court terme qui fera l’objet d’une bataille pour sa flexibilisation en fonction du type de libéralisme auquel le défenseur d’une position adhère : Afrique locomotive du monde, financée de l’extérieur en devises, ou Afrique sa propre locomotive en monnaie nationale, bénéficiant au reste du monde avec leurs financements en compléments ? Nous avons traité de cette question dans notre tribune intitulée : « Consensus de Dakar : Pas le Choix de la Jeunesse Africaine ». Dans ce débat, le père du libéralisme africain, Abdoulaye Wade et son parti le PDS, sont absents. Les socialistes qui devraient préférer une monnaie avec un souverain ont abdiqué, embarqués qu’ils sont dans le bateau du libéralisme social ou de la croissance redistributive, alors qu’avec une politique de change leur approche d’un état développementaliste a plus de chance de réussir malgré leurs échecs historiques.  

Ma première lecture du livre du Président Abdoulaye Wade « Un Destin pour l’Afrique » date de 1989 alors que j’étais sur les bancs des Hautes Etudes Commerciales de Montréal, et je ne me souvenais plus, aujourd’hui, d’une seule ligne de son contenu. Depuis, j’ai eu un PhD en économie, une maitrise de l’Université de Harvard, fait carrière au Fonds Monétaire International, visité beaucoup de pays, confronté mes idées aux réalités, et me suis construit une idéologie qui se trouve être libérale et une doctrine pour matérialiser cette vision.

En effet, comme étudiant en économie pure aux États-Unis, le libéralisme, je n’y suis pas arrivé par le détour d’études en philosophie politique, mais par l’apprentissage de l’économie et à sa pratique concrète dans la finance internationale. Ma doctrine est celle de l’autonomie et de la liberté «Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp» à laquelle je suis également arrivé sans savoir qu’elle a été recommandée par Cheikh Ahmadou Bamba, guide spirituel d’Abdoulaye Wade, suite à son expérience avec l’autorité coloniale.

Par ailleurs, l’analyse de la trajectoire politique et économique du Sénégal pour la mise en œuvre de cette doctrine m’a amené à proposer ce que j’appelle le « Libéralisme Patriotique ». Ce libéralisme patriotique nous est préférable à un libéralisme internationalisé socialisant parce que notre population n’est pas financièrement incluse pour pouvoir saisir les opportunités que le capital étranger saisira à sa place pour une nouvelle domination. Pour ne pas être centralisé et dirigiste donc socialisant, ce libéralisme patriotique serait mis en œuvre dans le cadre d’une décentralisation autonomisante et responsabilisante des communautés de base où les solidarités libres se construiront et dont Massalikoul Djinan est une illustration. Libres, car l’individu qui ne se sentirait pas à l’aise dans le contrat social local peut s’installer dans une autre communauté dans un ensemble patriotique au rôle se limitant aux consensus des ensembles constituants. Cet ensemble patriotique maitriserait son environnement économique et financier et serait ouvert sur le monde. Il s’agit là d’un enracinement et d’une ouverture.

C’est fort de ces convictions que j’ai décidé de relire un « Destin pour l’Afrique » du Président Abdoulaye Wade que je me suis proposé de critiquer 30 ans après ma première lecture. J’y ai effectivement trouvé qu’il avait lancé un défi à la jeunesse pour qu’elle trouve la voie de son intégration dans la marche du monde. De ce point de vue, Il disait en conclusion de son livre qu’un de ses professeurs lui avait dit « C’est en suivant le fleuve qu’on arrive à la mer ». Devons nous suivre le fleuve ? Ça m’a rappelé ce qu’un professeur remarquant que j’avais d’excellentes notes dans son cours de mathématiques malgré mes absences répétées m’avait dit : « Monsieur Sarr, vous êtes une rivière, même quand vous restez dans votre lit, vous suivez votre cours ». Effectivement, l’Afrique suit toujours son cours dans l’histoire malgré son absence relative sur la scène internationale, et peut rester dans son lit tout en suivant son cours, pour éviter de se perdre handicapée dans la mer de la mondialisation.  

Oui l’Afrique a été potentiellement coupée du monde par la désertification du Sahara, et l’étendue de son territoire a favorisé la multiplicité des communautés, des langues, et des cultures, vivant libres les unes des autres sans une unité politique, ce qui est l’essence même du libéralisme. Cette diversité de communautés étanches et socialisantes a aussi facilité la domination de l’Afrique par des peuples regroupés dans des ensembles plus grands avec une unité d’action facilitée par leur unité politique. Cette domination qui a eu pour noms « esclavage » et « colonisation » avec comme conséquence une diaspora d’origine africaine ne veut pas dire que l’Afrique et la Diaspora aient une unité culturelle bien qu’elles aient une histoire commune d’agression extérieure notamment.  

De ce fait, la négritude et l’oppression ne peuvent pas être le soubassement d’un panafricanisme libéral qui ne se réaliserait que par des Etats-Unis d’Afrique pour faire face aux oppresseurs d’hier et construire l’Afrique par le haut. Laissons cette vision aux socialistes. Une unité politique africaine sur cette base et en réaction à la construction de grands ensembles comme l’Europe, la Chine, ou les Etats-Unis ne se justifierait pas à court terme. Le panafricanisme africain doit se baser sur le postulat de la diversité culturelle et idéologique des peuples d’Afrique, et le libéralisme que cela suppose nous interdit d’imposer aux peuples d’Afrique une superstructure socialisante. S’il ne peut s’agir du libéralisme panafricain par les États-Unis d’Afrique planificateur et socialisant d’Abdoulaye Wade, et de libéralisme social internationalisé sans inclusion financière des africains, nous n’avons d’autre option que le libéralisme patriotique : La somme de nos diversités libérales nationales et locales permettra de définir ce qu’une entité commune, sans unité politique, devra réaliser pour le panafricanisme voulu par le Abdoulaye Wade libéral et non socialiste.

Ce libéralisme patriotique ne sera également pas travailliste. Abdoulaye Wade s’est résigné au facteur travail puisqu’il n’envisageait la disponibilité du capital et de la technologie que par l’aide extérieure dans la fonction de production (technologie, capital, travail). La maitrise de la monnaie et la densité démographique reconstituée nous permettra d’avoir le capital nécessaire et les investissements étrangers en compléments.

En effet, la technologie moderne permet dans des espaces géographiques denses en populations, de capturer la monnaie officielle émise (un capital financier) par l’émission d’un moyen d’échange digital (de troc), et maitriser l’orientation citoyenne de ce capital mobilisé. Les populations seraient ainsi incluses dans leur propre système monétaire et financier et ne dépendront pas d’un état dirigiste défaillant et corruptible qui s’approprierait les ressources financières sous l’influence d’un personnel politique incompétent. Conjuguée à une maitrise de l’outil de change au niveau national ou à une échelle supérieure (UEMOA) pour que la monnaie soit compétitive, le libéralisme patriotique en s’ouvrant au monde tout entier ne sera pas contraint par la petitesse de nos marchés intérieurs. Ceci serait également préférable à un libre échange qui ne serait qu’à l’échelle africaine pour être le lit de notre future domination. Future domination, car ce libre échange se ferait sans monnaie africaine flottante, et la fixité de change faciliterait l'entrée et le rapatriement de capitaux en devises hors du continent, ce qui confinerait notre jeunesse au travaillisme et donc au salariat.   

Cette semaine a été marquée par l’annonce de l’abandon du FCFA avec en perspective l’avènement de l’ECO de l’UEMOA qui est attendu flexible dans un proche avenir. Je me suis désolé de n’avoir pas entendu un parti politique libéral prendre position dans le débat. Pour émettre un avis valable sur la monnaie, il faut conserver une cohérence dans trois domaines : 1) Politique 2) Economique et 3) Technique. Une erreur de cohérence dans un des domaines rend le débat impossible. Les partis politiques sénégalais ont été absents, et les camps libéraux comme socialistes sont interpellés à plus d’un titre.  

Nous sommes pour le libéralisme et considérons que le pas franchi sous le leadership du Président de la Conférence des Chefs d’Etat, Alassane Ouattara, est une opportunité. Concrètement, si l’engagement d’un ECO flexible pouvait se matérialiser sans la France, nous serions pour, dans le cadre d’un collège de gouverneurs nationaux, que le Président Ouattara devienne le Président de la future Banque Centrale de l'Afrique de l'Ouest (BCAO) de l’UEMOA, sans le Ghana et le Nigéria dès 2020 rendant compte à un parlement Ouest Africain. Ce serait une bonne sortie pour lui et clarifierait le fait qu’un projet libéral préfèrerait un Président de Banque Centrale au sommet de la hiérarchie des institutions qu’un Président de la République dans un état fédéral au libéralisme non assumé contrairement à un pays comme les états-unis. De ce point de vue, nous sommes en phase avec la construction européenne qui est un projet libéral sans souverain au libéralisme partagé par tous les états membres. L’Angleterre libérale l’a compris et a fait son BREXIT pour aller vite. Nous pourrions être contraints à un SENEXIT mais pas pour livrer le pays à des socialisants qui utiliseraient l’outil monétaire pour financer leurs choix imposés aux citoyens avec le résultant attendu qu'on connait dans notre contexte politique. Dans cette dernière éventualité autant rester dans l’UEMOA.  

 

Librement

 

 

Dr. Abdourahmane SARR

Président CEFDEL

Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp.     

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    En Décembre, 2019 (01:29 AM)
    Le FMI pour qui tu as travaillé n'a développé aucun pays. Au contraire ces institutions ont été créées curieusement juste avant les independances ( 1955) pour piloter la nouvelle forme de domination de l'Afrique : le néocolonialisme.

    Je signale aussi que les diplômés africains n'ont développés aucun pays. Regardons la tête de ceux qui ont développé led pays africains qui se portent bien.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (16:09 PM)
      Ça se voit que vous ne savez pas de quoi vous parlez. le fmi n’est pas une institution de développement et n’a pas vocation à développer un pays. nous y avons travaillé, acquis une expérience solide, et démissionné pour nous mettre au service de notre pays. abdourahmane sarr
    • Auteur

      En Décembre, 2019 (03:45 AM)
      je vous répons m. sarr
      1°) ça se voit que vous avez une idée très personnelle, voire unidirectionnelle de ce qu'est la développement, parce qu'il n'existe pas une définition unanime à son propos. ou bien vous avez breveté la notion de développement ? l'élargissement constant du domaine d'intervention du fmi écarte la direction restrictive que vous semblez lui définir. aussi, voyant la condescendance avec laquelle cette institution intervient dans nos économies (finances publiques, ajustements structurels, surveillance, bonne gouvernance, etc.), c'est au nom de quelle finalité si ce n'est l'évanescente prétention de nous '' aider'' à sortir de la pauvreté ?
      2°) vous êtes étonné de ne pas entendre les autres libéraux sur la question de l'eco. moi ce qui m'étonne c'est votre silence face au silence des libéraux aux pouvoirs. voilà un gouvernement qui a négocié au nom du peuple sénégalais de nouveaux accords avec la france sans un débat national sur la question. meme après l'annonce de ouattara et macron aucun responsable politique au pouvoir (ni le président, ni le ministre de l''économie) n'a daigné, par respect, parler aux sénégalais. oui, je comprends c'est trop '' technique''!
      3°) vous ne parlez que de l'uemoa. c'est volontaire ou vous ignorer que ces mêmes chefs d'etats qui ont signé avec la france un accord monétaire sont tout aussi engagés dans un autre processus d'intégration monétaire piloté par la cedeao et dont l'un des objectifs est d'écarter la france dans la chaine monétaire de la future monnaie unique?
      4°) vous parlez de parité fixe à court terme. qu'est-ce qui vous le fait dire d'autant plus que la première a duré 75 ans? l'autre principe du cfa maintenu dans le nouveau accord est celui de la garantie de la monnaie par la france. çà ne vous pose aucun souci ?
      bref, quand je vous entends dire ''moom sa bopp mënël sa bopp'', j'ai envie de vous demander de traduire votre slogan en français. apparemment, on ne parle pas le même wolof.
  2. Auteur

    En Décembre, 2019 (02:43 AM)
    C'est un franc-maçon notoire !
    Auteur

    Benewaye5

    En Décembre, 2019 (04:02 AM)
    @ Dr. Abourahmane Sarr.



    "Relever le defi d'abdoulaye wade"

    " Un Destin pour l’Afrique"

    'Le Liberalisme Patriotique'

    " Un Destin pour l’Afrique "

    "Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp"

    "Pour ne pas être centralisé et dirigiste donc socialisant, ce libéralisme patriotique..."

    .."Nous sommes pour le libéralisme et considérons que le pas franchi sous le leadership du Président de la Conférence des Chefs d’Etat, Alassane Ouattara, est une opportunité..."

    "confronté mes idées aux réalités"

    "« C’est en suivant le fleuve qu’on arrive à la mer »."

    "L’Angleterre libérale l’a compris et a fait son BREXIT pour aller vite. Nous pourrions être contraints à un SENEXIT mais pas pour livrer le pays à des socialisants qui utiliseraient l’outil monétaire pour financer leurs choix imposés aux citoyens avec le résultant attendu qu'on connait dans notre contexte politique"



    Je vraiment reste sur ma faim,...votre texte est creux, ....une suite de conceptes dans le vent.... detrompez vous!.....j'ai peur que votre mentor abdoulaye wade, le va-nus-pieds vous a finalement contamine! abdoulaye est tout sauf un economiste, c pourquoi il a fini par destabiliser le senegal et son economie, avec la creation de richesse destructive , sous le nom d'1 liberalisme sauvage qui a fini par creer une inflation generalisee des prix au niveau presuqe de tous les denres....! dommage que je ne peux pas faire la demonstration ici! "Tout", je repete "Tout" dans ce pays est detruit par wade!...si aujourd'hui, le citoyen simple ne puisse meme plus trouver un medecin dans les hopitaux, mais plutot dans leur propre clinique pour survivre ou un enseignant dans les ecoles publiques, mais plutot dans leur propre ecoles privees pour eux aussi survire ou faire du "xaar matt" ou ..."debrouillard". c a cause de wade...Pourquoi tous les pays civilises ont ils peur de l'inflation?! c parce que l'inflation va destabliser le pays avec les prix hors de portes...les services reguliers ne sont plus assures, chacun va se debrouiller pour sauver encore ce qu'il peut encore!



    Abdoulaye wade a trompe le pays, mais il n'a jamais ete economiste, il a ete decouvert, donc arretez svp de tromper le peuple!



    Note: mon clavier n'a pas d'accents!

    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (16:29 PM)
      cette discussion est une discussion de substance et n'a rien à voir avec la personne même d'abdoulaye wade mais ce qu'il represente sur le plan du libéralisme. wade a écrit et a été critiqué par dr. sarr qui a fait des propositions argumentées. c'est comme ça qu'il faut faire pour faire avancer les choses.
    Auteur

    En Décembre, 2019 (04:24 AM)
    Pédantisme quand tu nous tiens!
    Auteur

    En Décembre, 2019 (04:51 AM)
    Le débat est relève.i like it
    Auteur

    Tiey

    En Décembre, 2019 (06:02 AM)
    Tiey Senegalais.. Bakhouniou, Teki wouniou te bougounioua kenn teki wala avance..



    Bayilenn Les gens .. tout le monde est libre de s'exprimer...

    Cest quoi votre probleme?? YA QUOI MEME?? j'en suis sure que vous n'avez meme pas le CEPE.. NULLARDS..
    Auteur

    En Décembre, 2019 (08:30 AM)
    le libéralisme couplé à la mondialisation produit partout les memes effets : une minorité de plus en plus riche et une majorité qui s'appauvrit , voir ce qui se passe aux USA , Angleterre , Europe !

    les paris politiques Africains derriere leur "coloration politique" ont toujours été des instruments de prise de pouvoir puis de faire le maximun pour le conserver......qu'avait de socialiste la gouvernance Douf ? de libéral la gouvernance Wade ? .....c'est bien la peine d'étaler ses diplomes made in Canada et made in USA pour etre si aveugle !!!!!
    Auteur

    R.o

    En Décembre, 2019 (13:13 PM)
    Vous vivez dans le futur M. Sarr et vous vous efforcez d'ignorer les réalités des pays en voie de développement. Votre libéralisme patriotique n'est qu'une pâle copie du libéralisme américain tant décrié dans le monde. Ce libéralisme qui crée l'accaparement du capital par une élite dans le but d'asservir la majorité de la population. Un capitalisme qui dans sa recherche de profit quasi obsessionnelle n'hésite pas à refuser à sa main d'oeuvre ses droits les plus primaires que son l'éducation,la santé et le droit de mener une vie digne. Ce capitalisme que vous proposez nie l'existence de l'état donc de la démocratie et du droit du citoyen au profit d'une banque centrale qui tirerait sa légitimité on ne sait d'où. En l'absence d'autorité étatique ,ce libéralisme serait donc régulé par le marché CAD l'offre et la demande. Dans des pays en développement comme les nôtres, encore très pauvre et très peu instruit, nous avons besoin d'un état qui fait de l'éducation un sacerdoce. Plus les gens seront bien formés , mieux ils réussiront dans leurs entreprises.Les populations ont besoin d'accompagnement pour le moment.Ce libéralisme adviendra seul lorsque les populations mieux formés seront capables de prendre leur destin en main,mais cela étant nous aurons toujours besoin d'un État régulateur car la nature faisant que certains sont plus aptes à réussir que d'autres.Votre texte reste très confus, comment pouvez vous en même faire l'apologie de l'Union Européenne,de la gouvernance par les banques centrales et en même temps vous permettez d'entrevoir un SENEXIT CAD un brexit que vous trouvez avantageux pour l'Angleterre. Comme Ndongo Sylla le recommande, dans les années à venir,ce dont le Sénégal aura le plus besoin , c'est de battre sa propre monnaie,d'avoir sa propre politique monétaire, d'hommes politiques responsables soucieux des populations et de leurs conditions de vie. Nous aurons besoin d'une vraie gestion sobre et vertueuse qui n'est pas possible sans une Justice qui défend les intérêts de ses populations.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (16:24 PM)
      notre position est très claire et transparente. nous disons l'euro est un projet libéral auquel nous adhérons sans souverain au libéralisme assumé par ses états membres. nous disons les etats unis sont un pays libéral avec un état central au libéralisme faisant l'unanimité des états qui composent cette fédération. donc ce souverain avec sa monnaie qu'il n'a pas l'intention d'utiliser pour soutenir les plans de l'état x y ou z est clair. puisque l'europe n'a pas encore ce consensus, ce qu'elle est entrain de construire sur le base de consensus se fait étape par étape. en ce qui nous concerne, nous disons clairement que l'eco est un projet également libéral clair et il est similaire à ce qui l'europe fait. ce libéralisme nous l'assumons et la position est claire. si l'uemoa ne peut pas faire la meme chose, on ferait la meme chose seul senexit, mais nous ne devons pas être seul pour financer avec la monnaie un état développementaliste qui va échouer du fait de l'incompétence de cet état. enfin nous disons que si ce que notre pays fait actuellement (libéralisme internationalisé) se pousuit sans que nos entreprises aient acces au credit (inclusion financière) ce libéralisme ne sera pas bon pour nous. signé et assumé. dr. abdourahmane sarr

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email