Samedi 17 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

FOURNITURE DE COMPTEURS A LA SENELEC : POUR QUI SONNE LE GLAS ? (Par Pape Souleymane Diouf)

Single Post
Fourniture de compteurs à la Senelec
En cette période de couvre-feu et de confinement pour cause d’épidémie de coronavirus, les populations dans leur ensemble observent scrupuleusement les mesures édictées par les autorités sanitaires. Une attitude responsable de haute portée civique, à saluer. Toutefois, à la faveur d’articles de presse et d'annonces dans les sites d'informations, d’aucuns en profitent pour sortir de l'ornière. C'est le cas de l'agitation qui entoure l'affaire censée opposer SENELEC à la start-up AKILEE.

Un contrat entre la société publique de distribution d’électricité et une jeune entreprise de solutions informatiques qui nourrit tous les fantasmes sur fonds de lobbying effréné, notamment de la part de naufragés politiques au retour improbable. Une tempête dans un verre d’eau, tant l’affaire ne mérite pas un tel lever de boucliers. Les faits sont pourtant simples.

Après la signature d’un Mémorandum of undertanding (MOU) entre SENELEC et la société AKILEE  détenue à hauteur de 34% par la première nommée ,  pour tester la mise en place de compteurs dits intelligents , les deux parties précitées signent un contrat d’exclusivité en 2018,  pour la fourniture de 2,7 millions en plus de l’exploitation et la maintenance. Le montant du contrat est de 186 milliards de FCFA sur la période de 10 ans. Le montant dudit contrat, sa durée et certaines clauses qualifiées de léonines par certains cadres de la boite font grincer des dents dès le départ. Pourtant, ce sont des interrogations légitimes pour une start-up sénégalaise montée en moins de 4 ans par son Directeur général Amadou Ly, ancien d’EDF avec l’implication des français  Éric Berthaurd et Bruno Lejossec dans le capital intriguent, pour le moins.

A la suite de l’avènement de Pape Demba Bitèye à la tête de la SENELEC par la confiance réitérée du président Macky Sall,  il hérite de ce contrat peu banal sous nos cieux.  Au nom de la continuité de l’Etat, ce dernier qui au passage a été adoubé par son prédécesseur à ce poste en louant publiquement  ses qualités professionnelles et sa loyauté lors de la cérémonie de passation de service disant « pouvoir dormir tranquille  »,  n’a posé le moindre acte dans le sens de dénoncer le contrat pourtant très controversé.  Le nouveau Directeur général,  sur recommandations de ses conseillers juridiques et le Conseil d’Administration a toutefois dans un souci de rationalisation des dépenses de fonctionnement appelé   ses partenaires à une renégociation du contrat jugé unanimement  faire la part belle à Akilee.

Ces conseils  regrettent notamment la signature d’un engagement de cet ampleur sans appel à la concurrence. Toute suite, l’affaire prend des tournures de déclaration de guerre. Ce fut le moment choisi par l’ex PCA de la SIRN, ancien wadiste éternel et épisodiquement souteneur de Me Madické Niang pour sortir du bois.  Mohamed Massaly, le pyromane tel un chevalier blanc, apôtre de la préférence nationale et de la transparence dans la gestion des deniers publics, entre en scène. Il dénonce sans sourciller la gestion de PDB, qu’il accuse de vouloir  revoir les termes de la relation qui lie la société d’électricité et la start-up sénégalaise. Massaly a aussi parlé de tentatives de casser la clause d’exclusivité. Un «crime »   qui doit lui valoir d’expier sur le bucher ! Pas moins que çà.

En vérité derrière cette agitation tout azimut autour du contrat SENELEC – Akilee, les masques tombent, pas uniquement celui de sous fifres de l’envergure d’un personnage qui est parti de son bureau de la SIRN en emportant une partie du mobilier. Ce dossier cache aussi des intérêts étrangers à l’image de Jean Bernard Lévy le PDG d’EDF qui lors de son passage en novembre dernier réclamait littéralement sa part du gâteau de ce contrat léonin.

Dès lors, l’entreprise publique a fini de rallier les sénégalais à l’idée courageuse d’un réajustement du prix de l’électricité dictée par une conjoncture difficile. Dans un élan patriotique de solidarité face aux ravages du COVID 19, suite à l’appel du président Macky Sall,  la Senelec a pris en charge pour un cout de 15,5  milliards  de la facture des ménages de la tranche sociale, d’une part et en initiant aussi une contribution volontaire des salariés à hauteur de 200 millions, d’autre part, a nouvelle Direction de la Senelec, a engagé des réformes consolidantes et rassurantes, qui s’éloignent des habitudes passées.

Réclamer la démission d’un manager averti à la dimension du Directeur Général Biteye, issu du sérail et  qui plus,  constitue une fierté pour tous les travailleurs de SENELEC,  pourrait  paraitre incongru. A moins que son ascension fulgurante dans cette entreprise publique sonne le glas d’intérêts étrangers tapis dans l’ombre.

PAPE SOULEYMANE DIOUF

DUT GÉNIE ELECTRIQUE

CITÉ SOPRIM DAKAR


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email