Lundi 17 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

France, humanité et liberté d'expression (Par Abdou Sène)

Single Post
France, humanité et liberté d'expression (Par Abdou Sène)
Lors de l'hommage rendu à Samuel Paty, l'enseignant français assassiné pour avoir montré une caricature du Prophète Mouhamed à ses élèves, Emmanuel Macron disait "…de notre volonté de … vivre comme une communauté de citoyens libres, dans notre pays, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins,… parce qu'en France les lumières ne s'éteignent jamais." A la suite de ce discours apparaissant comme un encouragement à caricaturer le prophète de l'islam, soumis au feu des critiques à travers le monde, lui et son Ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont multiplié les sorties pour s'expliquer. Sur Al Jazira, Emmanuel Macron a expliqué dans le détail le droit à la caricature par le projet des Lumières que porte la France qui est "d'accepter de nous commenter les uns les autres, dans le calme, dans le respect auquel je crois, de parfois nous moquer les uns des autres quelles que soient nos religions, nos philosophies, mais d'accepter de le faire dans un cadre de respect, un cadre pacifique." Emmanuel Macron poursuit en disant que "La solution n'est pas d'interdire ce droit et encore moins de justifier quelque violence au nom du fait qu'il choque."

Le moins que l'on puisse dire est que ces déclarations dénotent soit un manque d'empathie notoire, soit une volonté d'user d'obscurantisme sous le couvert des Lumières, soit une ignorance totale de la place que peut occuper la religion dans la vie des croyants.

Le Président français part tout simplement d'un postulat totalement faux lorsqu'il dit que "La solution n'est pas d'interdire ce droit et encore moins de justifier quelque violence au nom du fait qu'il choque." Il a d'emblée hiérarchisé, pour tous,  les types de violence en supposant que la violence morale que subit un croyant lorsqu'on agresse les symboles de sa religion est moins importante que la violence physique. Je parle bien d'agression, pas de critique. Ce qu'a fait Charlie hebdo est perçu par bon nombre de musulmans comme une agression. Ils sont plus que choqués, ils se sentent agressés, humiliés, insultés.

Entendons nous bien, la critique de la religion du point de vue doctrinale ne me pose pas de problème, mais personne n'a le droit d'insulter la foi d'autrui, surtout pas à coup de caricatures à caractère pornographique. En 2019, François Déroche, Professeur au Collège de France, dans son essai sur la formation du texte coranique intitulé "Le Coran : une histoire plurielle" a remis en question un dogme très cher aux musulmans, à savoir l'unicité du Coran, livre incréé. Cela perturbe certes une conviction profonde du musulman, mais ça ne l'a pas empêché de faire sereinement la promotion de son livre sur les plateaux de télévision et à travers des conférences. Pour dire que la majorité des musulmans ne sont pas fermés à la critique dans un cadre civilisé.

Si la France veut vivre en paix dans un monde harmonieux, elle doit nécessairement enrichir, mettre à jour son faisceau de Lumières. Sur la question de la liberté d'expression, elle est tout simplement dans le dogmatisme, dans l'extrémisme, dans une forme d'intégrisme laïc, qui étrangement ressemble à l'intégrisme religieux. Ce qui l'amène à soutenir une forme de violence (la violence morale) sans s'en rendre compte, je suppose. Je le suppose parce que je n'imagine pas le "pays des droits de l'Homme" incendiaire ou boutefeu  à ce point.

En convoquant un peu l'histoire, il me semble que le problème est plus profond qu'il n'y paraît. La France traîne un méjugement depuis qu'elle fréquente les autres civilisations, surtout celles des "pays sauvages" qu'elle a occupés, soumis et exploités sous le prétexte de les civiliser. Il suffit de lire le Général Faidherbe, Gouverneur du Sénégal (1854-1861 et 1863-1865), pour se rendre compte que l'erreur de jugement du Président Macron est aussi vieille que la conquête coloniale. Faidherbe, dans son ouvrage intitulé "Le Sénégal : la France dans l'Afrique occidentale"  où il relate avec force détails les différents combats que la France a menés pour soumettre les pays de l'Afrique de l'Ouest, montre qu'il avait un déficit notoire d'appréhension des dispositions d'esprit des guerriers africains qui le combattaient. Il les a souvent tournés en dérision en les présentant comme des idiots lorsqu'ils préféraient affronter la mort à la place de l'humiliation. Ainsi, parlant d'un des groupes ethniques du Sénégal, les Toucouleurs qu'il détestait profondément à cause de leur ténacité, il écrivait "Les Toucouleurs montrèrent jusqu'au dernier moment une audace incroyable ; poursuivis, cernés, ils ne faisaient pas un pas plus vite que l'autre et se laissaient tuer plutôt que de fuir,…"

Il est temps que la France comprenne que, chez certains peuples, la vie ne vaut pas l'honneur ; qu'attenter à la dignité d'autrui peut être ressenti comme une extrême violence, et que, chez certaines franges de la population, la violence peut appeler la violence, l'extrémisme appeler l'extrémisme. Je doute d'ailleurs que la France ignore totalement l'attachement que les sociétés humaines peuvent avoir à certains symboles forts de leur patrimoine culturel, historique et religieux. Le journal Hara-Kiri, ancêtre de Charlie Hebdo, n'a t-il pas été interdit au bout de dix années d'existence, en 1970, à la mort du Général De Gaulle pour avoir titré à sa une : "Bal tragique à Colombey : 1 mort". Et c'était la troisième interdiction pour Hara-Kiri, après celles de 1961 et de 1966. Même Charlie hebdo est capable de brider son insolence quand il veut. Son caricaturiste Siné a été licencié par le journal satirique pour avoir fait une chronique dans laquelle il ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy, fils de Nicolas Sarkozy. Il y a donc lieu de s'interroger sur ce qui anime la France, au-delà de la liberté d'expression. L'anticléricalisme historique ? L'islamophobie ? Un manque d'empathie ?

Par ailleurs, en convoquant les Lumières, Emmanuel Macron fait plutôt dans l'obscurantisme. S'il se réfère au 18ème siècle, siècle des Lumières, la liberté d'expression y était promue pour encourager la production et la diffusion du savoir, jusqu'alors l'apanage de l'église en Europe. Ce n'était pas pour exprimer de la violence morale, minutieusement élaborée pour faire mal. En quoi le dessin de Plantu de Charlie hebdo montrant le Pape Benoît XVI en train de sodomiser un enfant de choeur fait avancer la lutte contre la pédophilie ? Je juge que cette caricature est tout simplement bête et méchante, et piétine royalement le troisième terme de la devise de la République Française : Liberté, Egalité, Fraternité.

Le Président français, en justifiant son fondamentalisme par rapport à la liberté d'expression par les valeurs apportées par le siècle des Lumières semble oublier dans son faisceau le rayon humaniste de Jean-Jacques Rousseau au sujet de la pitié. Eminent philosophe de ce siècle, Rousseau disait "la pitié qu'on a du mal d'autrui ne se mesure pas sur la quantité de ce mal, mais sur le sentiment qu'on prête à ceux qui le souffrent." Cette maxime présente éloquemment le moteur de l'empathie. Jean-Jacques Rousseau va plus loin dans la définition de la compassion, dans son Discours sur l'origine et les fondements de?l'inégalité?parmi?les hommes, lorsqu'il considère la pitié comme un attribut naturel qui concourt à la conservation de l'espèce humaine : "La pitié est un sentiment naturel qui, modérant dans chaque individu l'activité de l'amour de soi-même, concourt à la conservation mutuelle de toute l'espèce. C'est elle qui nous porte sans réflexion au secours de ceux que nous voyons souffrir?; c'est elle qui, dans l'état de nature, tient lieu de lois, de mœurs et de vertu, avec cet avantage que nul n'est tenté de désobéir à sa douce voix?; c'est elle qui détournera tout sauvage robuste d'enlever à un faible enfant, ou à un vieillard infirme, sa subsistance acquise avec peine,…" Ce que Rousseau dit de la pitié, nous pouvons le dire de l'empathie, cette capacité de l'homme à s'imaginer à la place de l'autre, cette volonté des hommes à ne pas se blesser les uns les autres, inutilement.

Emmanuel Macron, pour éviter de faire sombrer la France dans un obscurantisme extrémiste, devrait chercher à concilier la défense de la liberté d'expression avec cette Lumière de Jean-Jacques Rousseau pour le bien du pays qu'il dirige. Faire preuve d'un vrai leadership au lieu de suivre l'émotion populaire.  Il gagnerait aussi à visiter les Lumières qui ont jailli en Asie (Confucius, Bouddha, etc) et en Afrique (Religions traditionnelles africaines) bien avant celles des 17ème et 18ème siècles, au sujet de la Compassion.

Je voudrais aussi appeler les penseurs africains (philosophes, socio-anthropologues, etc) à aider la France à ne pas céder à la tentation obscurantiste, sous prétexte de liberté ou de laïcité, et mieux échanger avec les autres cultures et civilisations. Je les invite à faire tout le contraire du Professeur Souleymane Bachir Diagne qui, au lendemain des attentats de 2015 en France, a fait une sortie pour le moins décevante en soutenant que "Le philosophe Locke a raison : il ne faut placer aucune limite à la liberté d'exprimer des idées, et il faut alors accepter que cela signifie que circuleront alors sans entraves celles que l'on trouve injustes, caricaturales, blessantes." Cette prise de position est surprenante de la part d'un éminent philosophe de classe mondiale, qui plus est, a le privilège de connaitre les cultures du Nord, du Sud et de l'Orient. La surprise vient surtout de ce que notre Professeur nous avait habitués à plus de jugement et de sens de la nuance et de la mesure, à travers son abondante production scientifique, notamment  son excellent ouvrage : "Comment philosopher en Islam" .  Une oeuvre référence pour moi sur l'islam..

Pour finir, j'invite les Français qui soutiennent le droit d'insulter les religions à se rappeler que le fait d'être humain est une vertu universelle ; et à méditer la Lumière de Nicolas  Chamfort, écrivain français du siècle des Lumières :  "Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale." Dans notre cas : jouis de ta liberté d'expression avec humanité et empathie, ainsi tu ne blesseras personne et personne ne te blessera.

Que la Paix soit avec vous et nous !


Abdou SENE
Professeur de mathématiques appliquées
Université virtuelle du Sénégal


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email