Vendredi 24 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Contribution

Qui veut couper le fil de l’eau ?

Single Post
Qui veut couper le fil de l’eau ?

Depuis trois la banlieue dakaroise vit dans l’angoisse des pénuries d’eau. Au-delà du déficit structurel estimé à 40 000 M3/j d’eau par jour, la réparation de l’anti-bélier  en délicatesse a occasionné l’arrêt d’une pompe, et délesté le réseau de 12 000 m3/j. D’où un gap ubstallé de 54 000 m3/J, le temps que  durent les travaux de réparation. Comme à l’accoutumée, les maraîchers, tirent autour de 20 000 m3/j, dépassant de loin le quota de 11 000 M3/J qui leur est contractuellement réservé, depuis la réforme de 1995. Et en dépit de la mise en œuvre du programme d’urgence de la SONES et de la Sde pour mobiliser au moins 25 000 m3/J et le décrochage des horticulteurs des Niayes  enfin branchés sur les forages de Thiaroye et Bethialène (12 000 m3.j), le déficit devenu endémique ne pourra être résorbé. La production est encore insuffisante à couvrir les besoins en alimentation en eau. Encor une fois, il ne s’agit pas  d’incident d’exploitation à la charge du fermier. Il y voir tout simplement, une grosse difficulté des infrastructures d’exhaure et de traitement à mobiliser le volume nécessaire à la satisfaction des ménages.

Il faudra certainement attendre, la période de la fin de chaleur, pour espérer un reflux  ses consommations domestiques et que le manque à gagner structurel se réduise à des niveaux supportables par habitants des quartiers hauts de Dakar. En tout état de cause, faute de solution durable, Dakar manquera d’eau, même si le préjudice pour les quartiers de la banlieue  représente moins de 10 % de la production globale sur le territoire national (500 000 m3/). Dans plus de 70 centres du périmètre affermé de la Sde, seules quatre villes sont impactées (une partie de Dakar 1, de Dakar 2, quelques quartiers de Thiès, Foundiougne et Kédougou). Fût-ce un seul homme qui manquerait d’eau, que cela mériterait notre indignation. Aujourd’hui, c’est bien des quartiers entiers, qui courent désespérément derrière le liquide précieux. Le cri de cœur de ces milliers de femmes et jeunes gens réclament à bon droit, ne peut laisser indifférent. Aucune autre alternative  que de leur procurer cette denrée vitale, n’est acceptable. On aura beau afficher les remarquables performances du sous-secteur de l’hydraulique urbaine (Sones et Sde confondues dans les mêmes éloges) que rien n’y pourra y faire. L’eau est un bien économique, social, culturel, cultuel dont personne ne peut se passer. Il y a va de l’intégrité physique des consommateurs et de leur équilibre socioculturel. Et de la stabilité nationale. Une crise durable de l’eau compile tous les germes d’une crise majeure, dont les conséquences sont imprévisibles. Question de survie, voire de vie tout court.

Le gouvernement a donc le devoir de cerner correctement les contours d’un danger rampant. Il a donc l’obligation de situer les responsabilités, sans chercher des boucs-émissaires pour se défausser de la sienne. Or depuis le début de la crise, le gouvernement multiplie les maladresses. Tout acteur disposant de la moindre information sur le secteur, sait que la réparation du dispositif de l’anti-bélier prendrait au mieux deux mois. Le délai de quinze jours était fantaisiste. L’empressement avec lequel (nécessité oblige), la Sones a tenté délicatement de mettre en œuvre le programme d’urgence entamé il y an quelques mois, montre à quel point la pression du stress hydrique était forte. La solution ne résidait à promettre des délais irréalistes, mais à tenir un langage réaliste, sérieux, courageux et  courageux. Un langage de vérité. Quand les délais ne sont pas tenus, la méfiance s’installe. Et puisqu’ils ne l’ont pas été, le retour de manivelle est rude et tombe en plein visage sur l’état et la Sones. Et la Sde n’a pas échappé aux dégâts co-latéraux, l’exploitant, est en front de ligne face aux consommqteurs. C’est lui qui facture et encaisse. Mais, contrat d’affermage oblige, la responsabilité de l’investissement, lui échappe. Elle incombe à l’état et au  concessionnaire Sones.

A l’évidence, cette délimitation n’intéresse que très peu le consommateur, qui manque d’eau. Et ne voit que la Sde en face en de lui dans une situation  aussi difficile marquée des erreurs de communication très causées par le Ministère de l’hydraulique en proie à d’incroyables voltes-faces. Plutôt que d’analyser les vraies raisons de cette colère compulsive, il brandit le retard d’investissement imputable selon lui à l’ancien régime. Il tente de présente  le projet KMS 3 comme une invention de l’actuel régime, une panacée durable, pour Dakar. Que non ! Sous le gouvernement précédent, le projet et plusieurs autres scénarios étaient déjà arrêtés, le principe du financement obtenu  les études techniques entamées. Il ne sert à rien de vouloir mettre en cause le principe de a continuité de l’état pour tenter de se tisser des lauriers. Le gouvernement actuel a eu le mérite d’avoir poursuivi le processus entamé, même si de nombreux retards ont été constatés sur le démarrage des travaux, encore à l’état stationnaire. En dehors du bardage des tuyaux de transport acheminés à Dakar et de quelques petits travaux de génie civil sur le futur supresseur, rien  n’a été commencé. Il sera particulièrement osé de prévoir la mise en servide de KMDS3 en début 2020.  KMS 1 et KM2 (65 000 M3) ont pris chacun plus de trois ans de travaux. Et KMS 3 encore dans le starting-box triple la capacité de chacune de ces stations de traitement et de pompage (-avec 200 000m3/j). Pourquoi vouloir entretenir de faux espoirs de solutions définitives parce que les élections présidentielles pointent à l’horizon ? Pourquoi vouloir enfumer les électeurs par des promesses irréalisables ?
De surcroît, il est de notoriété que la solution durable ne réside pas dans la multiplication des KMS et des usines de dessalement. Avec une densité démographique de 6000 habitants au km2 ; avec le temps de mobilisation des ressources financières rares et chers, on ne peut s’installer dans une folle course contre la montre. En 2020, avec un taux d’accroissement démographique de 2,5 %, le réseau sera déjà saturé, les constructions en hauteur ne favorisent la bonne pression. Et la multiplication dans les quartiers de surpresseurs, va augmenter l’impact de l’électricité sur le cout de l’eau. D’où la survenance de plusieurs scénarios : soit une révision des tarifs à la haure, soit faire monter le prix de rémunération de l’exploitant (PE), soit faire baisser le prix patrimoine (PP). Avec comme conséquence, une décélération des investissements nouveaux et des travaux. Sans parler du non-paiement du service de la dette par la Sones.

    Il ne faut aucun doute qu’une issue de pénurie chronique ne peut venir que du désengorgement de Dakar. Cette décongestion est inévitable si l’on veut sortir de la spir16 ale des KMS, couteuse, inefficace et conflictologène. Une nouvelle politique d’aménagement urbain est un passage obligé, car l’exploitation des eaux souterraines a montré ses limites en termes de qualité. L’eau traitée de KMS présente certes de meilleures garanties de confort et de santé. Mais à l’évidence, cette solution n’est pérenne car très onéreuse. Elle entraîne la mise à contribution de nombreux ouvrages, sans réel impact sur le volume de la production.  Un lourd contentieux sur le cout de l’électricité oppose la Sones et la Sde –qui paie une facture annuelle de 16 milliards à la Senelec. Le dessalement en dépit de  la prévalence  de l’osmose inverse comporte des risques environnementaux graves pour notre écosystème terrestre et marin.

Par Momar Seyni Ndiaye

 

    

 



15 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (20:57 PM)
    pertinent mon prof
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (21:56 PM)
    Où sont les menteurs de l'apr qui polluent le site. Macky n'a rien foutu dans le domaine de l'hydraulique pour parer à cette pénurie, incompétence et mensonge. C'est wade qui a réalisé kms1, kms2, fait les études de kms3 et trouver les financements. Macky sall comme il a fait avec l'électricité s'approprier les résolution des pbs de l'électricité alors qu'il n'a rien foutu dans ce secteur, voulait faire la meme chose avec kms3 en retardant la mise en oeuvre pendant 6 ans pour se l'approprier, résultat pas d'eau dans dakar et banlieue. Macky et sa bande de menteurs devraient etre traduit à la haute cour de justice pour assoiffe-ment et déshydratation volontaire de la population.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:08 PM)
    Ceux qui nous gouvernent sont des apprentis PR,PM et espèces de ministrons.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:16 PM)
    Et c'est dans cette ville qu'un terrain peut coûter 1 Million le mètre carre...Y'a même pas d'eau.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:17 PM)
    je veux un débat sur l'eau pour situer les responsabilités de cette pénurie entre ps, pds, apr. En tous cas apr mom doul rek laydeff .
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:27 PM)
    Ce texte truffé de fautes d'orthographe est indigne d'un élève de 3eme.  :emoshoot:  :emoshoot: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:56 PM)
    En langage diplomatique, il dit que ce gouvernement ment sur tout ce qu'il nous dit sur l'eau et pire que leur solution n'est pas la bonne. Je rappelle que Macky a été ministre de l'hydraulique et des mines entre 2001 et 2004, accuser les autres de ses errements est une fuite en avant.



    Ce soir j'ai vu un père de famille dans mon quartier, venir chercher de l'eau dans sa belle famille et là je me suis rendu compte que ce gouvernement nous a encore enfumé avec leurs forages.



    2019 risque d’être chaud pour Macky avec tous ces mensonges sur l'eau car en 2012, il a fait un très gros score dans la banlieue et c'est ensuite pour les assoiffer en 2018.
    {comment_ads}
    Auteur

    Gora

    En Août, 2018 (00:38 AM)
    Bravo Mr Ndiaye. Votre analyse est plus que pertinente. Franchement vous êtes au dessus du lôt dans ce métier où il y a malheureusement beaucoup d'incompétents.

    Ne pas prendre les fautes de frappe pour des insuffisances. Et après, on a compris non.Que ce soi-disant puriste aille se faire voir !!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (07:19 AM)
    ce doulnaliste n est pas crédible , il roule pour maky qui conduit la politique de l eau depuis 2012
    Top Banner
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (10:23 AM)
    c est un khoussmaniappe de maky, l parle pour son ventre
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (10:30 AM)
    Méfiez-vous de ces journaux de propagande

    le « Soleil », ; « Direct Infos », sous la coupole de l’homme d’affaires Cheikh Amar et Cheikh Kanté ; « L’Observateur »,TFM ou télé falaat Maky, RFM ou radio falaat Maky qui appartiennent à son ministre bodio bodio et conseiller Youssou Ndour ; « Libération », propriété de Yakham Mbaye ; « Vox pop» de son allié Bara Tall, leader du mouvement « Yémalé » ; « Le Témoin » sous la coupe de Abdoulaye Bamba Diallo qui est, comme le patron du « Quotidien, Madiambal Diagne, un de ses « journalistes » ; « Rewmi », qui appartient à Mbagnick Diop, le président du Mouvement des entreprises du Sénégal, qui tient à plaire à tous les régimes, « L’As », puisque son Directeur Thierno Talla est le frère du Directeur de la RtS(radio mille collines du senegal) Racine Talla,« L’Enquête » de Mamoudou Wane, la gazette de Abdou Latif Coulibaly, « Libération » du Ministre amadou ba , Assane Diop de RFI , PCA ,Ndiogou wack seck qui insulte pour maky depuis le journal il est midi



    Djolof fign, alias Tuubé waalo



    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (13:07 PM)
    Très bon article et bon résumé de la situation ????
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (13:08 PM)
    Et Walf, vous n'en parlez pas? Ou bien ils sont bénis parce qu'ils tirent toujours sur Macky?
    Top Banner
    Auteur

    Xalas

    En Août, 2018 (15:27 PM)
    Ces manoeuvres autour de l'eau ne sont rien d'autre que des jeux pour fragiliser le regime de MACKY .Donc nous sommes pris en otage par des politiciens méchants .
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (12:48 PM)
    Merci beaucoup pour cette analyse

    L État doit tout faire pour régler le problème de l eau au Sénégal

    Le problème est plus profond à Dakar car il n y a pas de puits
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email