Lundi 11 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Saliou Traoré, parcours d’un journaliste intègre et talentueux (Par Ibrahima Bakhoum)

Single Post
Saliou Traoré, parcours d’un journaliste intègre et talentueux (Par Ibrahima Bakhoum)

Saliou, ainsi tu confirmes ce que dit un jour quelqu’un de notre génération. « Prenons soin de nous visiter, car les prochaines présentations de condoléances peuvent être pour nos familles ». Et voila qu’à ton tour, tu vas manquer à l’appel ; celui du Tribunal des Pairs du CORED dont tu étais un distingué membre. 

Tu ne répondras pas quand ta chère épouse Ndèye Sokhna BA te demandera pourquoi tu es parti maintenant alors que tout dans ta vie, semblait te toujours préparer à l’offensive chaque fois qu’il y avait un défi à relever, pour elle la mère de tes enfants Abdourahim, Pape Cheikh, Ndèye Bineta et Souleymane leur aîné qui porte si bien le nom de ton oncle Souleymane Ndiaye Asecna, celui que j’ai personnellement senti te couver, avec toute la rigueur d’un bon éducateur, très attentionné et tout aussi ferme sur les principes.  

Et je revois Ousmane ton grand frère dans la salle d’attente de  la clinique où tu as rendu ton dernier combat pour la survie, samedi matin 13 octobre.  Il y a huit jours déjà. Calme et méthodique, Ousmane, s’occupant des ultimes détails avant l’ultime prière que tout le monde souhaite qu’elle soit celle qui va t’ouvrir les portes du Paradis, après que tu avais fini d’accomplir le cinquième pilier de l’Islam. Une vie de piété accomplie.

Je revois aussi ton ami et confident de toujours Mamadou Amath qui se surprend à se sentir soulagé de savoir que tu ne souffrais plus.

Il y en a d’autres, beaucoup d’autres encore que ta générosité et ton engagement ont pu aider durant ton séjour su terre,  à surmonter des difficultés, à passer des obstacles et éviter des pièges.  Pour certains, tu as été comme une école de la vie.
    
Sont de ceux-là un certain Sidy Gaye qui il y a quelques jours, racontait post mortem, la manière – lui dit autorité – avec laquelle tu lui évitas de tomber dans les travers de la petite corruption qui frappe le monde de la presse, les jeunes reporters notamment. Alors que tu  ne l’avais précédé que d’une année à l’école de journalisme (6eme et 7ème Promotions du CESTI), tu semblais avoir déjà une bonne longueur d’avance sur lui, côté caractère et compréhension des exigences de la Profession. 

Ce jour-là, se souvient encore Sidy, tu l’avais fermement mis en garde parce que tu devinais les intentions derrière une invitation faite aux journalistes, de retourner sur le terrain d’une activité  promotionnelle d’une banque de la place de Dakar. Le jeune stagiaire ne comprenait rien à la pratique corruptrice des institutions, qu’elles soient privées ou d’Etat dans leurs rapports avec les médias. Ton injonction d’alors sert toujours à son destinataire d'mais plus largement à d’autres de tes confrères qui t’ont côtoyé, connu, pratiqué.

Ce qui donne de toi l’image et la réputation de journaliste intègre, remonte à ton éducation familiale certes ; ton passé de militant de Gauche a incontestablement contribué à te façonner un caractère qui t’a toujours poussé à te méfier de l’argent facile. Les interminables réunions de nuit durant la période de la clandestinité, les joutes publiques dans lesquelles tu n’as jamais renoncé à tes convictions, ont forgé en toi un caractère fait de probité et de générosité dans les échanges intellectuels et politiques.

Me revient le souvenir de cette réponse servie à Sud Quotidien, le jour où j’ai voulu t’inscrire dans l’agenda des chroniqueurs  hebdomadaires. Tes brillantes contributions épisodiques au titre d’éditorialiste invité avaient séduit. Tu répondis à ma proposition de la manière la plus courtoise mais tout aussi ferme, comme à ton habitude : « non, ne m’enferme pas dans des calendriers. Laisse-moi la liberté d’écrire chaque fois que je serai indigné par un fait de gouvernance politique dans le pays »
    
Je pense encore à la réaction de Diatou Cissé Badiane à l’annone de la liste des membres du Tribunal des Pairs. « Je suis rassurée, Saliou dans le mécanisme d’autorégulation, personne ne doutera de la crédibilité de cette instance du CORED ». Madame l’alors Secrétaire générale du Synpics savait de quoi elle parlait. Elle s’était personnellement beaucoup investie pour la mis en place d’une structure ayant vocation à mettre de l’ordre dans la pratique du Journalisme au Sénégal.
    
Cette attitude dont tu ne t’es jamais départi a jalonné ton parcours de journaliste. Et c’est ce que tous les témoignages ont retenu de toi : un professionnel rigoureux et intègre. Tu rejoins quelqu’un qui n’hésita pas à te proposer, dès que saisi du besoin de l’Agence espagnole EFE d’avoir un correspondant à Dakar. 

Le Directeur de l’Agence de Presse Sénégalaise avait depuis une bonne dizaine d’années déjà, su évaluer et tes compétences et tes qualités morales. Tu ne t’étais pas contenté de cela. Voulant toujours être parmi les meilleurs, tu t’inscrivis au Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) de Dakar. 

Après plus de deux décennies au titre de correspondant permanent de EFE, tu as réussi à marquer de ton empreinte, la presse espagnole qui s’intéresse à l’Afrique. A ceux-là tu manqueras forcément. Mais aussi à tes confrères partout en Afrique. C’est aussi cela une marque des Grands Hommes. Merci Saliou. Repose en paix !


"Ce texte a été publié dans Sud Quotidien"


Article_similaires

4 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:14 AM)
    Merci BKM pour ce témoignage fidèle et émouvant!
  2. Auteur

    Enseignant

    En Octobre, 2018 (10:47 AM)
    Merci M. Bakhoum !

    Vous confirmez tout le bien que je pense de ce Grand monsieur que j'ai connu lors du pélerinage de 2017. Je l'ai surtout vu très calme dans la "promiscuité" de Minna et d'Arafat....

    Dieu ait son âme. Un monsieur très calme, toujours détendu qu'un ami, voisin de quartier m'a présenté à la Mecque.

    Que le paradis le plus haut soit sa demeure éternelle.

    Courage à ses enfants et à son épouse.
    Auteur

    El Hadji Malick Ndiaye

    En Octobre, 2018 (15:44 PM)
    Que la terre soit légère a mon ami mon frère mon confident saliou traorè.

    Que nos prières t'accompagne au paradis

    Ton oncle souleymane ndiaye est fier de toi
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (17:49 PM)
    Repose en Paix père Saliou..oui vous étiez le père de tout le monde..Vous etiez toujours pret à nous donner des conseils..on n'oubliera jamais votre soutien quand on en avait le plus besoin. Que Dieu vous accueil dans son Paradis.

    Rest In Paradise ! ????????????



Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email