Vendredi 23 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Contribution

Senelec/Akilee Radioscopie d'un scandale artificiel

Single Post
Senelec/Akilee Radioscopie d'un scandale artificiel
Depuis quelques temps, la SENELEC est revenue au cœur de l'actualité et fait les choux gras de la presse avec le réchauffement du dossier AKILEE.

En analysant les positions des protagonistes de cette affaire, on ne peut manquer de déceler de la mauvaise foi, de la cabale et un jeu d'intérêt de forces obscures tapies dans l'ombre et tirant les ficelles.

Quand des personnes qui ont été centrales et décisives dans le processus ayant mené à la signature du contrat avec AKILEE comme l'actuel secrétaire général de la société qui avait géré en son temps toute la validation du processus technique et le nouveau Directeur Général qui siégeait au Conseil d'Administration qui avait donné son quitus à l'époque reviennent pour dénoncer les termes d'un engagement qu'ils avaient béni, nous faisons avant tout face à un problème éthique et moral. Leur posture actuelle est inquiétante et montre à quel point les retournements de veste mus par des ambitions carriéristes ont pris le dessus sur l'honneur et l'honnêteté intellectuelle.

À travers une entreprise de désinformation vicieusement entretenue et une manipulation de syndicats qui étaient bien informés quant à la vision stratégique et associés au processus décisionnel lors de conclaves formels, on est entré dans une spirale de reniement et de conspiration.

Après deux ans de négociation, les parties contractantes s'étaient entendues sur les termes d'une collaboration qui devait opérer la mutation digitale des process de comptage pour une meilleure efficience et résoudre la lancinante question des fraudes et des pertes de production non maîtrisées mais on semble dans l'argumentaire de certains esprits malveillants confiner AKILEE dans un simple rôle de marchand de compteurs alors que la SENELEC a tout à gagner dans cette initiative qui soulagera nettement sa trésorerie. Les contours techniques de cette affaire ont été bien présentés mais comme la mémoire peut être sélective à dessein, ils ont essayé de dépeindre le tableau tout en noir pour en faire le scandale du siècle et une magouille orchestrée par le DG sortant et devenu ministre de tutelle.

Dans toute la stratégie de ceux qui sont devenus les "nouveaux" pourfendeurs du contrat, il ressort immanquablement en filigrane que la cible à abattre est bien Mouhamadou Makhtar Cissé qui présidait aux destinées de l'entreprise à l'époque des faits. Cette cabale semble mesquine et lâche au vu de tous les efforts qu'il a fournis pour redresser la structure qui vivait en apnée et perfusée financièrement par l'Etat. En peu d'années, la barre a été redressée grâce à une bonne vision managériale et des comptes assainis au point de créer une confiance au niveau du marché financier sous régional par le biais de notations provenant de cabinets internationaux reconnus et crédibles. Au début de cette cabale, ils ont tenté de faire croire à l'opinion qu'il s'agissait d'une tension financière née d'un maquillage des chiffres, ce qui constitue une remise en question de la sincérité d'une enseigne internationale comme Mazars qui a validé les états financiers de la SENELEC. Cette tentative peinant à prospérer, ils ont jeté leur dévolu sur le contrat avec AKILEE.

Toute personne de bonne foi peut apprécier la situation de la SENELEC sous Samuel Sarr et les centaines de milliards investis sans résultat tout comme le fameux plan Takkal drivé par Karim Wade qui aura été pour nos finances publiques un vrai gouffre et ensuite faire la comparaison avec ce que la société était devenue dans la perception de l'opinion nationale sur la base de son vécu énergétique quotidien. Les Sénégalais sont passés des délestages à une vente de leur excédent de production sans que l’Etat ne soit obligé d’injecter des milliards en subventions pour garantir un équilibre de la trésorerie. C'est factuel et peut être attesté par tous les consommateurs et observateurs.

Il serait intéressant de s'interroger sur les motivations réelles de cette cabale. Comment se fait-il que Mouhamadou Makhtar Cissé qui a été promu au ministère qui cristallise tous les espoirs d'un avenir radieux du Sénégal avec l'exploitation pétro-gazière soit passé du statut d'ange à celui de démon ? La réponse à la question est fondamentale pour comprendre les tenants et aboutissants de cette querelle.

Notre pays a la manie de brûler ses héros et la réussite peut y susciter une levée des boucliers c'est pourquoi ceux qui y jouissent d'une bonne réputation au niveau de la population constituent de fait une cible à abattre. Des forces tapies dans l'ombre et qui voient en lui une menace dans le projet de déroulement de leur agenda politique dans un futur proche ne râtent aucune occasion pour le vouer aux gémonies alors que lui n'a eu qu'un sacerdoce dans sa vie de commis émérite de l'Etat, servir sa patrie partout où le besoin se fera sentir. Il est un pur produit de l'école publique, a choisi l'administration publique pour la servir et ne s'est jamais inscrit dans des contingences politiciennes. A côté du lobby politique, il y'a celui de l'affairisme financier qui voit en la SENELEC une vraie vache laitière à domestiquer pour en tirer le maximum de profit car les commandes annuelles chiffrées à des centaines de milliards aiguisent beaucoup d'appétits.

Dans la situation actuelle dictée par l'inattendue crise du COVID-19, il est urgent de signer la fin de cette récréation puérile qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Les cours du pétrole sont en train de chuter de manière vertigineuse et il y'aura forcément des conséquences sur les prévisions attendues des retombées de nos ressources. La priorité devrait être de renforcer le ministère de l'Energie et du Pétrole pour lui permettre de se consacrer à une réflexion prospective devant mener à un changement de paradigmes aptes à impulser une dynamique rentable.

Le débat actuel est en train de desservir gravement le Président Macky Sall car avec l'arrivée du nouveau ministre, beaucoup s'attendaient enfin à de la sérénité dans ce secteur qui a été connoté depuis 2012 à la corruption et aux scandales.

Et pourtant beaucoup d'actes ont été posés dans le cadre du contenu local afin que les Sénégalais soient dans les meilleures dispositions pour gagner au maximum dans la chaine de valeurs de l'exploitation pétro-gazière mais par la faute de l'intoxication et de la manipulation, l'essentiel est en train d'être relégué au dernier plan.

Pire, les esprits mal intentionnés qui cherchent à jeter le discrédit sur Mouhamadou Makhtar Cissé en créant ces scandales artificiels ruinent dans leur entreprise l'image et la confiance de notre pays aux yeux de ses partenaires internationaux car rien ne peut s'ancrer solidement sans le socle que constitue la confiance.

Les comploteurs tapis dans l'ombre ne manœuvrent que pour leurs propres intérêts et n'ont nullement foi en ce pays et en l'avenir de ses enfants. Par conséquent, il est temps que s'arrêtent ces tentatives de déstabilisation qui ne visent qu'à discréditer un homme qui sert son pays de la manière la plus loyale et efficace possible.

La nouvelle direction ferait mieux de profiter de l'embellie créée par la baisse du cours du pétrole et solidifier les fondamentaux des équilibres de la société et consolider les acquis trouvés au lieu de s'adonner à cette théâtralisation qui ne l'honore nullement.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email