Vendredi 22 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Transport aérien : Le leadership du Sénégal en question ?

Single Post
Transport aérien : Le leadership du Sénégal en question ?

Si rien n’est fait dans des délais raisonnables, le Sénégal risque de perdre sa place de leadership aéronautique dans la sous-région ouest africaine, ce qui serait fort dommageable pour son image et son économie. Il s’agit là d’une préoccupation majeure. Cette place de choix, le Sénégal l’a acquise aux débuts héroïques de l’aviation civile et commerciale en Afrique, aux temps jadis de l’aéropostale de Jean Mermoz et de Antoine de Saint-Exupéry, avec l’incontournable escale mythique de Saint-Louis du Sénégal sur la route aérienne reliant la France (Toulouse) au Brésil (Natal). Ce leadership conservé grâce aux choix stratégiques portés sur Dakar par la communauté internationale,  a permis à notre pays d’abriter les bureaux régionaux des grands organismes mondiaux de l’Aviation civile internationale : représentations régionales de l’OACI ; de la FAA ; de la CAFAC ; de l’IATA avant sa délocalisation à Nairobi ; de l’ASECNA et nous passons.

 

Ce leadership, le Sénégal l’a conservé aussi au sein de la compagnie multinationale Air Afrique. Les organismes de la maintenance et de la formation aéronautique de la multinationale, Centre Industrielle de Dakar CID et Centre de formation CEFOPAD sont installés sur son territoire, malgré l’omniprésence du challenger ivoirien. Ce leadership s’est encore affirmé avec l’émergence de la compagnie nationale Air Sénégal International ASI, leader des compagnies régionales ouest africaine de la zone francophone de l’époque, avec un chiffre d’affaires de 156 millions de dollars US et 510778 passagers transportés en 2006. Ce qui constitue des résultats forts honorables eu égard au contexte économique et social du moment.

 

Il s’est davantage confirmé au sein du système des autorités d’aviation civile d’Afrique noire francophone en ayant mis en œuvre l’autorité de l’aviation civile nationale la plus conforme aux standards internationaux reconnue par l’OACI en 2OO4, au point d’assister les Etats voisins dans leur tâche de mise en conformité de leur système aviation civile nationale.

 

Aujourd’hui, le temps est passé et les réformes nécessaires n’ont pas suivi. Nous sommes en passe de perdre ce leadership aéronautique sous-régional parce que nous n’avons pas la capacité technique ou nous n’avons pas voulu par la volonté politique consolider nos acquis. Avec la disparition de la compagnie multinationale Air Afrique, le Sénégal a laissé disparaître les centres stratégiques du secteur aérien qui constituaient l’échafaudage sur lequel était bâti le socle de notre industrie aéronautique : le CID et le CEFOPAD alors que nous disposions au plan technique et opérationnel de tout, pour une exploitation efficiente de ces entités techniques. Concernant l’ASECNA, les velléités du Sénégal de se  retirer de l’organisme intergouvernemental, eu égard à son rang, lui ont ôté  tout respect de ses pairs au sein du groupe supra national.

 

S’agissant de la Compagnie Air Sénégal International ASI, les relations d’affaire avec son partenaire Compagnie Royal Air Maroc ont valu au Sénégal une disqualification et une mise sous surveillance des investisseurs et opérateurs  aériens internationaux au regard de l’attitude cavalière adoptée par la filiale sénégalaise vis-à-vis de la maison mère marocaine, lors de la rupture brutale et contentieuse entre les deux parties. Avec la mise en place de la nouvelle compagnie aérienne nationale aux fins d’une hypothétique protection économique, « monopole réservé »,  l’attitude du Sénégal a fait l’objet d’une totale  incompréhension de la part des Etats signataires du traité d’Abuja et de la décision de Yamoussoukro relatives à la libéralisation des marchés des transports aériens du continent.

 

Concernant l’autorité de l’aviation civile, entre autres, un relâchement quant à l’application et au respect de nos engagements relatifs à la convention de Chicago  a mis notre pays au banc des accusés.

 Il est grand temps de se ressaisir pour mettre fin à cette dangereuse perte de vitesse pour plusieurs raisons. D’abord, parce que le Sénégal doit faire du transport aérien, un levier majeur d’accompagnement de sa stratégie de développement en vue de maximiser les avantages économiques et sociaux de l’aviation. Le développement de notre pays doit être bâti, entre autres, autour de quatre secteurs économiques majeurs comme l’Agriculture, l’Energie, les Télécommunications, et le Transport. S’agissant du Transport, la pauvreté et le sous-équipement de notre réseau de transport de surface, (routier, ferroviaire, et fluvial) nous oblige à considérer le transport aérien comme le mode capable de répondre à la demande de mobilité des populations, aux exigences d’aménagement du territoire, et aux besoins d’intégration régionale et continentale.

 

Ensuite, parce que le transport aérien est consubstantiel au tourisme considéré comme une  des grappes de la stratégie de croissance accélérée. Le transport aérien est un maillon de la chaîne de valeur du tourisme, au même titre que l’hébergement, les loisirs, et autres services du produit touristique ; à ce titre, il ne peut y avoir un développement conséquent du tourisme sans celui du transport aérien.

 

 Enfin, parce que le transport aérien est un moteur essentiel de croissance économique, de création d’emplois et de prospérité. Son développement s’avère dans ces conditions, indispensable au développement économique et social de notre pays. Les réformes nécessaires à sa croissance et à son renforcement permettront de booster la croissance économique nationale, juguler une partie du chômage, améliorer le pouvoir d’achat et participer au retour à l’équilibre macro économique.

 

Aujourd’hui, force est de constater que les  perspectives  qui se présentent devant le secteur des transports aériens ne sont pas des meilleures. Cette activité mérite une valorisation constante,  parce que le Sénégal doit continuer à être au rendez-vous de l’histoire aéronautique africaine pour au moins trois raisons : dès le début de notre indépendance en 1960, notre pays a participé activement à la création de la compagnie multinationale africaine AIR AFRIQUE et à la mise en place de l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne) ; en 1981 avec l’arrivée du Président Abdou Diouf à la tête du pays, son régime a consolidé avec succès ses acquis ; le régime du 19 mars 2000 visionnaire et anticonformiste a entrepris de construire l’une des plus prestigieuses plateformes aéroportuaires de la sous-région : l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD). Celui-ci est une véritable source de motivation et pour certains, de fierté nationale. Enfin, c’’est dans la même dynamique qu’il faut inscrire la décision du régime du 25 mars 2012 qui vient d’initier la libéralisation du secteur aérien sénégalais.

 

Toutefois, les défis du transport aérien national sont nombreux parmi lesquels celui de la libéralisation des marchés pour diversifier les acteurs,  favoriser la concurrence, améliorer la qualité et baisser les prix de transport. Les forces du marché que sont le choix et la concurrence donnent aujourd’hui du pouvoir aux passagers et demeurent le meilleur moyen d’améliorer le niveau de service. Ensuite le défi de la fiscalité, une taxation excessive de l’aviation est un non-sens ; les taxes freinent la croissance, ce qui se répercute sur les emplois et l’économie en général. Rendre les coûts de transport plus onéreux réduit ses activités, détruit des emplois et ralentit la croissance économique. L’aviation est un outil puissant. En l’utilisant de façon judicieuse, on en retire des avantages conséquents pour l’ensemble de l’économie.

 

Enfin le défi de la réglementation technique (sécurité) et économique (compétitivité), une réglementation est jugée performante si elle augmente la sécurité et favorise la concurrence, dans le cas contraire elle peut induire des effets contraires et des conséquences dommageables.Outre, l’adoption des normes internationales de sûreté et de sécurité, de respect de l’environnement, l’autre défi réside dans l’amélioration des infrastructures aéroportuaires.

 L’urgence commande aujourd’hui de répondre à la demande croissante de connectivité en donnant à cette industrie toutes les capacités de croitre pour libérer ses avantages économiques. Pour profiter pleinement du potentiel économique de l’aviation, il faut remporter ces défis car ce sont des objectifs importants pour notre économie locale ou nationale dans la perspective de les connecter aux marchés mondiaux.

 

         Nous exhortons toutefois les nouvelles autorités à rompre avec tout conformisme pour engager avec audace les réformes nécessaires tant attendues dans le secteur, à prendre les macros décisions ainsi que les risques d’investissement indispensables à la redynamisation d’un secteur qui demeure avec celui du tourisme,  des secteurs majeurs contribuant positivement au profilage de notre croissance économique. La libéralisation du secteur des transports aériens est à réaliser, toutefois, elle ne doit pas se faire au détriment des acteurs nationaux comme le pavillon national Sénégal Airlines qui doit au préalable se restructurer, se réformer, se transformer pour résister et survivre à l’indispensable  ouverture du ciel sénégalais.

 

Le second challenge du régime du 25 mars est la consolidation de la compagnie aérienne nationale, sans laquelle Diass n’a pas de sens. Si le Sénégal ne dispose pas d’un instrument de transport aérien qui aurait un rôle de  catalyseur du secteur, la plateforme de Diass serait alors démunie de toute pertinence et logique aéronautique. Diass n’est qu’un contenant, il revient aux autorités nouvelles d’y mettre un contenu, c’est à dire de favoriser l’émergence d’une compagnie aérienne régionale digne de ce nom et à la hauteur des ambitions sénégalaises, un centre de maintenance aéronautique de dimension régionale, un centre école de formation aéronautique. Ce qui constitue le minimum nécessaire pour faire du Sénégal un pôle de convergence des opérateurs aériens internationaux comme Veritas, Airbus, Boeing, General Electric… et lui rendre son leadership aéronautique d’antan.

 

L’autorité aéronautique nationale est au cœur du débat. Elle doit s’attacher à donner au secteur aéronautique les conditions de son développement. Elle doit valoriser le secteur des transports aériens comme moteur de développement économique et social en assurant sa promotion dans la double perspective de sa compétitivité et de l’accomplissement d’un service public de qualité.


Article_similaires

20 Commentaires

  1. Auteur

    N'importe Quoi !

    En Novembre, 2012 (20:24 PM)
    Le prestige ne doit pas passer avant la satisfaction du client.



    Regardons nous par rapport à la prestations que nous fournissons à nos clients.

    Par clients j'entends les voyageurs et les compagnies aériennes.



    Pour l'instant c'est nul !







    • Auteur

      Biendit

      En Novembre, 2012 (11:28 AM)
      excellent article, il aura le mérite de susciter le débat, l'etat devra poser sur la table sa vision et au delà sa feuille de route pour le développement du transport aérien qui est un besoin économique donc un besoin des clients des populations que nous sommes comme l'a bien indiqué l'auteur de cet excellent article, et non comme n'importe quoi semble le comprendre faut peut être reprendre votre lecture si le leadership est nul comme vous dites c'est le moment de faire quelque chose quand vous participez à un débat d'idéés ayez au moins une idée pertinente à proposer au lieu de dire du n'importe quoi.
    • Auteur

      En Novembre, 2012 (12:38 PM)
      monsieur n'importe quoi , cet article parle du positionnement stratégique du sénégal dans la sous région concernant le secteur des transports aériens c'est de la géostratégie dont il s'agit et non du marketing pour mettre le client avant je ne sais quoi vous vous précipitez à réagir sur des articles qui dépassent votre compréhension tout le monde sait que le centre de gravité s'est déplacé des syndicats vers les actionnaires et maintenant vers le client mais là ce n'est pas du marchandage de tapis, nous voulons des porteurs d'idées alimenter les débats et non des gens qui polluent les forum prochainement faut vous abstenir. vous portez bien votre nom merci .
  2. Auteur

    Diallo Diery

    En Novembre, 2012 (20:38 PM)
    Pourquoi le Senegal Airlines n'est pas membre de l'AFRAA?

    Pourquoi le Senegal ne respecte pas la décision de Yamoussoukro relative à la libéralisation des marchés des transports aériens du continent.

    Auteur

    Diagne Météo Allemagne

    En Novembre, 2012 (22:04 PM)
    Bien dit. Le sénégal doit tout faire pour ne pas regresser dans le secteur des transports aériens.

     :up: 
    Auteur

    Inconnu 02

    En Novembre, 2012 (07:12 AM)
    MAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONAL

    MAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONALMAIS DE QU'ELLE LEADERSHIP ON PARLE, LE SENEGAL EST DERNIER DANS LE SECTEUR AERIEN SOUS REGIONAL
    Auteur

    A.m.gningue

    En Novembre, 2012 (08:35 AM)
    Article intéressant,ce que bien de gens ignorent c'est qu'avec un transport aérien robuste,maitrisé,le Tourisme sénégalais ne serait plus seulement qu'une grappe de la stratégie de croissance accélérée,mais développerait notre pays à bien des égards ou en serait la locomotive essentielle;il est grand temps qu'on prenne plus au sérieux l' Economie du Tourisme qui est à la base du développement de bien de pays européens.
    Auteur

    Mafffff

    En Novembre, 2012 (09:15 AM)
    en tant que expert de l aeronautique, je peux dire que ce texte est tres interessant et d une importance capitale. je me rejouis des resultats faits par air senegal international en 2006, l annee de l arrivee de mr ibra birane wane qui a mis en place une bonne equipe et l instauration de la politique du revenue management. les chiffres parlent d eux memes. pour dire la verite, avec la gestion de ibra wane, la compagnie a realise les meilleurs resultats de son existence. ce qui a cause beaucoup de jaloux au sein de la compagnie et tout un chacun voulait prendre sa place. l equipe de 2006 de la direction commerciale d asi etait la meilleure de toutes mais exposee aux anciens profitards de representants qui voulaient coute que coute la tete de wane et qui ont fini par l obtenir. aujourd hui, nous sommes face a une compagnie mauribonde et qui ne redecollera jamais car sans partenaire strategique, sans ambition et un avenir flou avec une dette de 28 milliards de frs. a quoi cela sert il de detruire une compagnie qui faisait des chiffres pour en creer une qui ne peut meme pas assurer toute la sous region. je suis decu aujourd hui, quand je prends senegal airlines sans compter son partenariat bidon avec corsair. c est incomprehensible; nous avions une compagnie qui cartonnait sur les lignes europeennes, au point ou air france souffrait pour remplir ses vols. asi faisait voir de toutes les couleurs les autres compagnies qui deservaient le senegal, on fait fermer, par les caprice du prince karim cette compagnie, pour creer une qui n a que dix a 20 sieges qu elle doit revendre pour corsair, c est hilarant. je crois que le nouveau ministre du transport doit revoir sa copie et parler de l aeronautique au plus vite pour assurer les deplacements des personnes et des biens. nous meritons une compagnie digne de ce nom avec des partenariats solides et non des genres comme senegal airlines qui est une honte malgre tout le bruit que nous avons vu lors de son demarrage. karim ne vaut rien et tous ces problemes proviennent de son ego et de certains senegalais affames de responsabilites et qui ne pouvaient pas lui dire la verite. le transport aerien est trop delicat et ce n est pas non plus une boutique ce sont des techniques, des procedures, des expertises, etc. vivement que la compagnie nationale joue pleinement son role avec des partenaires solides et des experts averes et recrutes sur la base du merite et de la connaissance.
    Auteur

    Tek

    En Novembre, 2012 (09:32 AM)
    le vrai problème résulte du fait que l'état du Sénégal n'a pas cru au potentiel humain que lui a légué AIR AFRIQUE ET AIR SÉNÉGAL et c'est dommage. Sénégal Airlines est aujourd'hui gérée par des affairistes qui ne sont là que pour s'enrichir et le développement de l'aéronautique au Sénégal est le dernier de leurs soucis.



    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (11:08 AM)
    Le transport aérien au Sénégal : Un problème de vision et de refus à l’intégration africaine



    « Le Sénégal risque de perdre sa place de leadership aéronautique …. ce qui serait fort dommageable pour son image…. Il s’agit là d’une préoccupation majeure » dit Mr Mamadou Lamine SOW, ex PNT de l’ex Air Afrique et ex-DG de l’ANACS.



    L’analyse est juste dans son ensemble mais les arguments présentés confirment, toutefois, l’absence d’une vision innovante et de solutions concrètes pour la relance de l’aéronautique au Sénégal.



    La position géographique stratégique du Sénégal sur le continent africain est un atout considérable que nous devons cultiver pour garder cette situation de HUB naturel du Sénégal dans le secteur du transport aérien non pas africain mais mondial.



    Cependant, pour se faire, nous devons avoir une stratégie de développement économique et technique internationale à mettre avant toute considération nationaliste ou politique.



    Les choix des dirigeants de l’ex Air Afrique pour installer le CEFOPAD et le CID au Sénégal n’ont été guidés que par la position stratégique du Sénégal sur la géo-économie de l’aéronautique mondiale et le potentiel existant sur le marché africain mais, surtout, américaine et européen. Le Sénégal doit tenir cette position stratégique en considération pour construire un modèle de développement de son secteur aéronautique.



    Il est, en effet, possible de faire du Sénégal un important centre du transport aérien mondial si, seulement si, nos autorités acceptent une nouvelle vision de l’industrie du transport aérien qui doit être continental et non national.



    La mondialisation a l’effet, pour le transport aérien, de créer des contraintes à relever pour réussir le développement et la survie de toute activité commerciale aérienne.



    Il ne s’agit pas de faire des réformes au sein du secteur mais de construire une nouvelle stratégie de développement du secteur aérien qui tiendra compte des contraintes de la mondialisation.



    Il n’est plus viable, considérant la présence d’une concurrence internationale solidement implantée sur le marché africain, du poids de l’investissement dans la rentabilité des structures existantes ou à mettre en œuvre, de l’importance des coûts directs d’exploitation et de l’absence d’un marché potentiel porteur, de construire un secteur aérien local viable.



    Aujourd’hui, le temps n’est plus à la réflexion d’une politique nationaliste du transport aérien, à la défense d’un patriotisme nationaliste mais d’une volonté de mettre en œuvre une stratégique globale de développement du transport aérien africain. Unique alternative pour garantir fiabilité et viabilité.



    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.



    L’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) doit être une motivation, je suis de cet avis, pour construire cette industrie aéronautique africaine au Sénégal.



    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.



    L’aéronautique africaine doit travailler sur les économies d’échelle et sur l’élasticité de la demande par rapport au prix. C’est uniquement dans ces conditions que nous pouvons assurer une viabilité du secteur aérien africain et, plus précisément, sénégalais.



    Audace est bien le mot que doit avoir les autorités étatiques sénégalaises en changeant de « fusil » d’épaule et en mettant en chantier une véritable industrie aérienne africaine. Il ne faut non pas remettre le modèle de l’ex Air Afrique mais réaliser une combinaison du modèle « rkiste » à celle favorisant la compagnie aérienne locale. C’est un mixe magique qui permettra de satisfaire l’ego de chacun de nous, africains qui souhaitons protéger notre marché aérien local.



    Les ingrédients de ce mixage stratégique doivent être identifiés grâce à une analyse et une bonne connaissance des contraintes imposées par la mondialisation du transport aérien, l’insuffisance du potentiel aérien local et l’évolution des structures financières des compagnies opérantes. Sur le plan commercial, cela impliquera, bien entendu, au strict respect du « Open Sky » africain et un désengagement total des pouvoirs publiques dans le capital et le management des structures aériennes.



    C’est sur ces bases stratégiques que le Sénégal pourra envisager la reconquête de son leadership dans le secteur en drainant vers sa zone, un potentiel aéronautique non encore satisfait par la création d’un structure internationale de maintenance aéronautique et une base africaine de formation aux métiers de l’aérien pour prévoir l’offre en personnel technique, commercial et administratif dans un secteur dont la croissance du potentiel commercial restera longtemps autour des 9% annuels.



    Ce n’est pas l’autorité aéronautique nationale qui est au cœur du débat mais l’autorité politique, administrative et nationaliste qui doit revoir sa vision et accepter de mettre en chantier une véritable politique d’intégration africaine afin de sauver un secteur aérien qui ne peut plus être considéré sur un plan national mais international.



    Aucune initiative locale ne saurait, durablement, se maintenir si les contraintes de la mondialisation ne sont pas levées. Aussi, Sénégal Airlines n’a de viabilité qu’après une redéfinition de sa stratégique de développement, une refonte de sa dénomination, une modification de son organisation capitalistique et une profonde mutation de sa structure organisationnelle.

    Auteur

    Listo

    En Novembre, 2012 (11:56 AM)
    Ma conviction est que le Sénégal peut , et dans bien des domaines comme celui de l'aéronautique, évoqué ici, se développer, trés rapidement, et bien plus que nombre d'autres pays!

    Dans le domaine aéronautique, seulement, le Sénégal foisonne de compétences, d'ingénieurs, de techniciens de haut niveau, de pilotes , d'experts comme Lamine Sow lui meme, tous sortis du vivier d'Air Afrique, d'Asi , de Compagnies aériennes Européennes, comme Eagle Aviation,Air Liberté, Air Inter et Américaines etc etc et qui non seulement tous les diplomes requis, mais un back professsionnel prodigieux!

    Ma conviction donc est que le Sénégal, dans ce domaine de l'Aéronautique , et comme partout dans les secteurs stratégiques et névralgiques du pays, il faut que tous nos techniciens, ingénieurs, experts et bien que cela les rechigne, fasse de la politique, et prennent le pouvoir!

    Il ne faut plus laisser le champ politique à ces médiocres, incompétents qui occupent l'espace politique et sont incapables de nous sortir du sous développement!

    Sans parti pris, j'invite chacun, à réfléchir de façon critique et constructive sur ce que Ablaye Wade a fait de ce pays ces 12 ans: on a bien regressé, partout!

    Il ne faut plus laisser faire et se contenter de critiquer et de propositions qui ne seviront jamais !

    Dieu bénisse le Sénégal!
    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:46 PM)
    Le transport aérien au Sénégal : Un problème de vision et de refus à l’intégration africaine



    « Le Sénégal risque de perdre sa place de leadership aéronautique …. ce qui serait fort dommageable pour son image…. Il s’agit là d’une préoccupation majeure » dit Mr Mamadou Lamine SOW, ex PNT de l’ex Air Afrique et ex-DG de l’ANACS.



    L’analyse est juste dans son ensemble mais les arguments présentés confirment, toutefois, l’absence d’une vision innovante et de solutions concrètes pour la relance de l’aéronautique au Sénégal.



    La position géographique stratégique du Sénégal sur le continent africain est un atout considérable que nous devons cultiver pour garder cette situation de HUB naturel du Sénégal dans le secteur du transport aérien non pas africain mais mondial.



    Cependant, pour se faire, nous devons avoir une stratégie de développement économique et technique internationale à mettre avant toute considération nationaliste ou politique.



    Les choix des dirigeants de l’ex Air Afrique pour installer le CEFOPAD et le CID au Sénégal n’ont été guidés que par la position stratégique du Sénégal sur la géo-économie de l’aéronautique mondiale et le potentiel existant sur le marché africain mais, surtout, américaine et européen. Le Sénégal doit tenir cette position stratégique en considération pour construire un modèle de développement de son secteur aéronautique.



    Il est, en effet, possible de faire du Sénégal un important centre du transport aérien mondial si, seulement si, nos autorités acceptent une nouvelle vision de l’industrie du transport aérien qui doit être continental et non national.



    La mondialisation a l’effet, pour le transport aérien, de créer des contraintes à relever pour réussir le développement et la survie de toute activité commerciale aérienne.



    Il ne s’agit pas de faire des réformes au sein du secteur mais de construire une nouvelle stratégie de développement du secteur aérien qui tiendra compte des contraintes de la mondialisation.



    Il n’est plus viable, considérant la présence d’une concurrence internationale solidement implantée sur le marché africain, du poids de l’investissement dans la rentabilité des structures existantes ou à mettre en œuvre, de l’importance des coûts directs d’exploitation et de l’absence d’un marché potentiel porteur, de construire un secteur aérien local viable.



    Aujourd’hui, le temps n’est plus à la réflexion d’une politique nationaliste du transport aérien, à la défense d’un patriotisme nationaliste mais d’une volonté de mettre en œuvre une stratégique globale de développement du transport aérien africain. Unique alternative pour garantir fiabilité et viabilité.



    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.



    L’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) doit être une motivation, je suis de cet avis, pour construire cette industrie aéronautique africaine au Sénégal.



    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.



    L’aéronautique africaine doit travailler sur les économies d’échelle et sur l’élasticité de la demande par rapport au prix. C’est uniquement dans ces conditions que nous pouvons assurer une viabilité du secteur aérien africain et, plus précisément, sénégalais.



    Audace est bien le mot que doit avoir les autorités étatiques sénégalaises en changeant de « fusil » d’épaule et en mettant en chantier une véritable industrie aérienne africaine. Il ne faut non pas remettre le modèle de l’ex Air Afrique mais réaliser une combinaison du modèle « rkiste » à celle favorisant la compagnie aérienne locale. C’est un mixe magique qui permettra de satisfaire l’ego de chacun de nous, africains qui souhaitons protéger notre marché aérien local.



    Les ingrédients de ce mixage stratégique doivent être identifiés grâce à une analyse et une bonne connaissance des contraintes imposées par la mondialisation du transport aérien, l’insuffisance du potentiel aérien local et l’évolution des structures financières des compagnies opérantes. Sur le plan commercial, cela impliquera, bien entendu, au strict respect du « Open Sky » africain et un désengagement total des pouvoirs publiques dans le capital et le management des structures aériennes.



    C’est sur ces bases stratégiques que le Sénégal pourra envisager la reconquête de son leadership dans le secteur en drainant vers sa zone, un potentiel aéronautique non encore satisfait par la création d’un structure internationale de maintenance aéronautique et une base africaine de formation aux métiers de l’aérien pour prévoir l’offre en personnel technique, commercial et administratif dans un secteur dont la croissance du potentiel commercial restera longtemps autour des 9% annuels.



    Ce n’est pas l’autorité aéronautique nationale qui est au cœur du débat mais l’autorité politique, administrative et nationaliste qui doit revoir sa vision et accepter de mettre en chantier une véritable politique d’intégration africaine afin de sauver un secteur aérien qui ne peut plus être considéré sur un plan national mais international.



    Aucune initiative locale ne saurait, durablement, se maintenir si les contraintes de la mondialisation ne sont pas levées. Aussi, Sénégal Airlines n’a de viabilité qu’après une redéfinition de sa stratégique de développement, une refonte de sa dénomination, une modification de son organisation capitalistique et une profonde mutation de sa structure organisationnelle.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:49 PM)
    Le transport aérien au Sénégal : Un problème de vision et de refus à l’intégration africaine



    « Le Sénégal risque de perdre sa place de leadership aéronautique …. ce qui serait fort dommageable pour son image…. Il s’agit là d’une préoccupation majeure » dit Mr Mamadou Lamine SOW, ex PNT de l’ex Air Afrique et ex-DG de l’ANACS.



    L’analyse est juste dans son ensemble mais les arguments présentés confirment, toutefois, l’absence d’une vision innovante et de solutions concrètes pour la relance de l’aéronautique au Sénégal.



    La position géographique stratégique du Sénégal sur le continent africain est un atout considérable que nous devons cultiver pour garder cette situation de HUB naturel du Sénégal dans le secteur du transport aérien non pas africain mais mondial.



    Cependant, pour se faire, nous devons avoir une stratégie de développement économique et technique internationale à mettre avant toute considération nationaliste ou politique.



    Les choix des dirigeants de l’ex Air Afrique pour installer le CEFOPAD et le CID au Sénégal n’ont été guidés que par la position stratégique du Sénégal sur la géo-économie de l’aéronautique mondiale et le potentiel existant sur le marché africain mais, surtout, américaine et européen. Le Sénégal doit tenir cette position stratégique en considération pour construire un modèle de développement de son secteur aéronautique.



    Il est, en effet, possible de faire du Sénégal un important centre du transport aérien mondial si, seulement si, nos autorités acceptent une nouvelle vision de l’industrie du transport aérien qui doit être continental et non national.



    Partie 1.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:51 PM)
    Suite 2



    La mondialisation a l’effet, pour le transport aérien, de créer des contraintes à relever pour réussir le développement et la survie de toute activité commerciale aérienne.



    Il ne s’agit pas de faire des réformes au sein du secteur mais de construire une nouvelle stratégie de développement du secteur aérien qui tiendra compte des contraintes de la mondialisation.



    Il n’est plus viable, considérant la présence d’une concurrence internationale solidement implantée sur le marché africain, du poids de l’investissement dans la rentabilité des structures existantes ou à mettre en œuvre, de l’importance des coûts directs d’exploitation et de l’absence d’un marché potentiel porteur, de construire un secteur aérien local viable.



    Aujourd’hui, le temps n’est plus à la réflexion d’une politique nationaliste du transport aérien, à la défense d’un patriotisme nationaliste mais d’une volonté de mettre en œuvre une stratégique globale de développement du transport aérien africain. Unique alternative pour garantir fiabilité et viabilité.



    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.



    L’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) doit être une motivation, je suis de cet avis, pour construire cette industrie aéronautique africaine au Sénégal.



    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:53 PM)
    Il est, en effet, possible de faire du Sénégal un important centre du transport aérien mondial si, seulement si, nos autorités acceptent une nouvelle vision de l’industrie du transport aérien qui doit être continental et non national.



    La mondialisation a l’effet, pour le transport aérien, de créer des contraintes à relever pour réussir le développement et la survie de toute activité commerciale aérienne.



    Il ne s’agit pas de faire des réformes au sein du secteur mais de construire une nouvelle stratégie de développement du secteur aérien qui tiendra compte des contraintes de la mondialisation.



    Il n’est plus viable, considérant la présence d’une concurrence internationale solidement implantée sur le marché africain, du poids de l’investissement dans la rentabilité des structures existantes ou à mettre en œuvre, de l’importance des coûts directs d’exploitation et de l’absence d’un marché potentiel porteur, de construire un secteur aérien local viable.



    Aujourd’hui, le temps n’est plus à la réflexion d’une politique nationaliste du transport aérien, à la défense d’un patriotisme nationaliste mais d’une volonté de mettre en œuvre une stratégique globale de développement du transport aérien africain. Unique alternative pour garantir fiabilité et viabilité.



    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:55 PM)
    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.



    L’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) doit être une motivation, je suis de cet avis, pour construire cette industrie aéronautique africaine au Sénégal.



    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.



    L’aéronautique africaine doit travailler sur les économies d’échelle et sur l’élasticité de la demande par rapport au prix. C’est uniquement dans ces conditions que nous pouvons assurer une viabilité du secteur aérien africain et, plus précisément, sénégalais.



    Audace est bien le mot que doit avoir les autorités étatiques sénégalaises en changeant de « fusil » d’épaule et en mettant en chantier une véritable industrie aérienne africaine. Il ne faut non pas remettre le modèle de l’ex Air Afrique mais réaliser une combinaison du modèle « rkiste » à celle favorisant la compagnie aérienne locale. C’est un mixe magique qui permettra de satisfaire l’ego de chacun de nous, africains qui souhaitons protéger notre marché aérien local.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (14:59 PM)
    La persistance d’une volonté politique de maintenir et de favoriser un pavillon national constitue le handicap majeur qui freine la création d’une industrie aéronautique en Afrique et plus précisément au Sénégal qui présente tous les avantages géographiques pour accueillir la construire d’un HUB non pas aérien mais aéronautique.



    Nous devons mettre de côté la « fierté nationale » et construire une véritable joint-venture aérienne avec d’autres états africains présentant les mêmes dispositions géostratégiques pour construire cette industrie aéronautique et se soustraire des contraintes imposées par la mondialisation du secteur et la présence d’une concurrence étrangère mieux outillée.



    L’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) doit être une motivation, je suis de cet avis, pour construire cette industrie aéronautique africaine au Sénégal.

    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (15:01 PM)
    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.



    L’aéronautique africaine doit travailler sur les économies d’échelle et sur l’élasticité de la demande par rapport au prix. C’est uniquement dans ces conditions que nous pouvons assurer une viabilité du secteur aérien africain et, plus précisément, sénégalais.

    Auteur

    Zico

    En Novembre, 2012 (16:14 PM)
    Par contre Lamine Sow oublie d'insister sur le peu de serieux du travail des senegalais en general. La magouille et la truanderie ne cheminent pas avec les activités aeronautiques. Les senegalais ont été les principaux destructeurs de la multinationale autour de laquelle toutes ces activités gravitaient.

    Nous savions tous que le Senegal seul, n'est pas capable, mais les senegalais avaient la grande gueule!!! Nous pensions qu'avec les marocains nous allions nous en sortir, refusant de se mettre dans le projet ASKY. Les Bou Doukouré et autres se prenaient pour le centre du monde.

    Grand Lamine, oublie le lesdership. Par contre si vous visez un poste sous Macky, comme se fut le cas sous Wade, continuez de produire des contributions. That is senegal
    • Auteur

      Zicobis

      En Novembre, 2012 (11:45 AM)
      je ne sais pas si lamine sow vise un poste ou pas mais je sais que son article est très pertinent et je sais aussi qu'il est l'auteur de l'article sénégal airline la fuite en avant, il a donc l'habitude de produire de bonne contribution pour le développement du secteur, je sais aussi qu'il était le conseiller aéronautique du premier ministre aujourd'hui président quand il a quitté l'anacs jusqu'en 2007 ça c'est sur.
    Auteur

    Aviation

    En Novembre, 2012 (17:14 PM)
    Bonne contribution de M. Sow premier DG de l'anacs qui avait fait du bon boulot au plan technique. L'actuel Ministre des transports, également ancien de l'asecna et de l'anacs, qui connait qui est qui saura prendre en compte les remarques pertinentes. Bon vent pour le secteur aéronautique dont l'espoir repose sur le nouveau Ministre
    Auteur

    Buur Djoloff

    En Novembre, 2012 (18:51 PM)
    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.

    Auteur

    Buur_djoloff

    En Novembre, 2012 (19:18 PM)
    Mais, pour cela, il faut mettre en place les conditions nécessaires et obligatoires pour réussir cet objectif en :



    1. Favorisant la réalisation d’une compagnie aérienne africaine d’un nouveau type,

    2. Mettant en place un réseau aérien domestique, régional et international fluide permettant une plus grande possibilité de circulation des personnes et des biens et, tenant compte des opportunités commerciales réelles du marché aérien africain et non du prestige des lignes,

    3. Améliorant la rentabilité des structures opérationnelles par une mutualisation des coûts et la mise en œuvre d’un nouveau système de distribution qui réduirait l’impact du BSP et d’IATA trop défavorables à la rentabilité financière des compagnies africaines. Nous savons que le BSP et IATA représentent un handicap financier de plus de 17% sur le prix de revient des billets de nos compagnies aériennes,

    4. Réduisant les taxes directs et indirects qui plombent l’accessibilité de l’aérien à un plus grand nombre de passagers.



    L’aéronautique africaine doit travailler sur les économies d’échelle et sur l’élasticité de la demande par rapport au prix. C’est uniquement dans ces conditions que nous pouvons assurer une viabilité du secteur aérien africain et, plus précisément, sénégalais.



    Audace est bien le mot que doit avoir les autorités étatiques sénégalaises en changeant de « fusil » d’épaule et en mettant en chantier une véritable industrie aérienne africaine. Il ne faut non pas remettre le modèle de l’ex Air Afrique mais réaliser une combinaison du modèle « rkiste » à celle favorisant la compagnie aérienne locale. C’est un mixe magique qui permettra de satisfaire l’ego de chacun de nous, africains qui souhaitons protéger notre marché aérien local.



    Les ingrédients de ce mixage stratégique doivent être identifiés grâce à une analyse et une bonne connaissance des contraintes imposées par la mondialisation du transport aérien, l’insuffisance du potentiel aérien local et l’évolution des structures financières des compagnies opérantes. Sur le plan commercial, cela impliquera, bien entendu, au strict respect du « Open Sky » africain et un désengagement total des pouvoirs publiques dans le capital et le management des structures aériennes.



    C’est sur ces bases stratégiques que le Sénégal pourra envisager la reconquête de son leadership dans le secteur en drainant vers sa zone, un potentiel aéronautique non encore satisfait par la création d’un structure internationale de maintenance aéronautique et une base africaine de formation aux métiers de l’aérien pour prévoir l’offre en personnel technique, commercial et administratif dans un secteur dont la croissance du potentiel commercial restera longtemps autour des 9% annuels.



    Ce n’est pas l’autorité aéronautique nationale qui est au cœur du débat mais l’autorité politique, administrative et nationaliste qui doit revoir sa vision et accepter de mettre en chantier une véritable politique d’intégration africaine afin de sauver un secteur aérien qui ne peut plus être considéré sur un plan national mais international.



    Aucune initiative locale ne saurait, durablement, se maintenir si les contraintes de la mondialisation ne sont pas levées. Aussi, Sénégal Airlines n’a de viabilité qu’après une redéfinition de sa stratégique de développement, une refonte de sa dénomination, une modification de son organisation capitalistique et une profonde mutation de sa structure organisationnelle.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email