Samedi 03 Décembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Culture

Baba Maal : "Le Sénégal que je veux..."

Single Post
Baba Maal : "Le Sénégal que je veux..."

Baba Maal fête les 37 ans de son groupe, le Daande Leñol, le 7 octobre prochain. Au programme : une soirée VIP au Grand Théâtre et le lendemain, dimanche 8 octobre, un concert pour les jeunes au stade Amadou Barry de Guédiawaye. De grands noms de la musique sénégalaise et africaine sont annoncés. Fatou Guéwel est l'invitée d'honneur de l'événement que ne se veut pas que musicale.

"Chaque fois que j'ai un événement majeur, je fais de telle sorte que, au-delà de la prestation artistique, il y ait un message envers les mélomanes", avertit Baba Maal dans cet entretien avec Seneweb. Cette année, le leader du Daande Leñol veut parler de cohésion sociale. Actualité oblige.

Comment se déroulent les préparatifs du 37e anniversaire du Daande Leñol ?

Les préparatifs vont bon train. Je voudrais que cet événement du Daande Leñol (la voix du peuple) porte sur la cohésion sociale au niveau du Sénégal. Je suis un artiste et à chaque fois que j'ai un événement majeur, je fais de telle sorte que, au-delà de la prestation artistique, il y ait un message envers les mélomanes. Qu'ils puissent déceler un message fort venant de moi.

Parmi vos fans qui sont attendus à cet anniversaire, beaucoup sont issus de la Diaspora. Pourquoi centrez-vous le thème de l'événement sur l'actualité sénégalo-sénégalaise ?

Pour cette fois-ci, il est vraiment nécessaire qu'on parle de cohésion sociale. C'est vrai que beaucoup de gens viendront de la Diaspora, de la Mauritanie, de l'Europe des États-Unis, mais c'est surtout le contexte social sénégalais qui m'interpelle pour cet anniversaire. Je suis un artiste et je suis un leader d'opinion. Je suis un Sénégalais.  Et quand le Sénégal m'interpelle, je prends ce qu'il y a de plus cher en moi, ce que je crois être le message le plus pertinent et je l'utilise pour dire mon opinion.

Quelle est-elle ?

Mon opinion, c'est de dire que nous voulons ce Sénégal de cohésion sociale. Un Sénégal où il y a un brassage culturel. Parce qu'en regardant le Daande Leñol, le nom c'est du pulaar mais, les musiciens qui constituent ce groupe sont des wolofs, des sérères, des bambaras, des mandingues. C'est le Sénégal que je veux. Et pour cet anniversaire, au lieu de me mettre à critiquer ou à dénoncer, je prends cette arme culturelle pour dire que nous, c'est ce Sénégal qui est le nôtre. C'est ce Sénégal que nous voulons léguer aux générations futures.

Ce Sénégal-là n'est-il pas derrière nous avec, notamment, les récents écarts relayés dans la presse qui sentaient bon l'ethnicisme ?

En voyageant dans le monde entier, les gens admirent ce pays. Que nous souffrons ou pas dans ce pays, à l'extérieur, les gens nous admirent pour notre stabilité et notre cohésion sociale. Les gens nous admirent par notre hospitalité, notre ouverture sur les plans culturel et sportif. Et ça c'est un acquis qu'il ne faut pas perdre. Même s'il y a des problèmes au Sénégal, l'être humain doit toujours être au-dessus de ces problèmes. Et ça on l'a toujours réussi. C'est le moment plus que jamais de le réussir.

"J'ai envie de faire quelque chose avec Fatou Guéwel. Plusieurs de mes morceaux vont bien avec sa voix."

Parlons du spectacle au programme. Pourquoi avez-vous choisi Fatou Guéwel comme invitée d'honneur ?

À travers Fatou Guéwel, c'est toutes les divas de la musique sénégalaise qui sont invitées. Elles m'ont bercé et continuent de me bercer ainsi que tous les mélomanes de la musique sénégalaise. Elles avaient écrit une chanson en mon honneur quand je faisais le premier Zénith du Daande Leñol. C'était leur vision par rapport à Baba Maal et à mon œuvre sur le plan social. Et depuis lors, je n'ai pas eu l'occasion de leur dire merci, de les associer à un événement majeur. J'aurais bien aimé qu'elles viennent me retrouver aux blues du fleuve à Podor. Je pense que ce sera possible pour la prochaine fois. Mais pour un événement majeur comme cet anniversaire, ce serait vraiment important pour allier l'utile à agréable.

Qui sont ces dames qui vous avaient dédié une chanson ?

Il y avait Ndèye Fatou Ndiaye, Athia Welle, Kiné Lam, Soda Mame Fall, Daro Mbaye. Mais au-delà de ces dames, il y avait d'autres dames, comme Khar Mbaye Madiaga, Ndèye Mbaye Djinema Djinema, Khady Diouf et plein d'artistes comme Marie Ngoné, qui étaient dans la chanson. Donc, c'est une façon de partager la scène avec ces grandes dames, ces grandes voix.

Ce sera aussi une occasion de leur donner le micro pour qu'elles puissent s'exprimer en wolof, une langue qui n'est pas ma langue paternelle- Marie Ngoné en sérère, Athia Welle en pulaar…-, et de parler de ce contexte socioculturel du Sénégal, de ce qui nous interpelle.

Avez-vous des projets artistiques avec Fatou Guéwel ?

J'ai envie de faire quelque chose avec Fatou Guéwel depuis longtemps. Parce que je l'ai entendue fredonner très souvent mes morceaux comme Hayo Laré et Polel Dieri et plein d'autres morceaux. Et ça va bien avec sa voix. Ce serait vraiment une bonne occasion de faire avec elle le projet. On est aussi en train de préparer un album. Il y aura 4 titres qui vont sortir avant l'anniversaire dans un mini album. Ça va continuer avec un album complet et peut-être on va le faire avec d'autres divas de la musique sénégalaise.

"J'aimerais bien que Thione Seck me retrouve sur scène. Ce serait formidable."

Quels sont les autres invités ?

Il y a des jeunes comme Baba Tandian, qui va représenter la communauté soninké et qui est basé en France. Il y aura aussi Oumou Sangharé qui a donné son accord de principe. Il y a peut-être d'autres artistes qui vont venir avec nous. Ce sont des surprises.

Et parmi les ténors de la musique sénégalaise ?

Il y a plein de surprises. Et j'aimerais bien que quelqu'un comme Thione Seck puisse venir me retrouver. La dernière fois, j'avais émis le souhait de le voir avec nous sur la scène. Car, il y avait Oumar Péne, Kiné Lam et tant d'autres. Ce n'était pas possible mais cette fois-ci, ce serait formidable de l'avoir sur scène.

Quel est le programme complet ?

Deux grandes soirées. Une soirée Vip. Une autre, pour les jeunes. Au Grand Théâtre, il y aura beaucoup de musique traditionnelle, et aussi musique d'écoute avec un très grand spectacle sur scène. Parce que le Daande leñol est un groupe de scène. C'est la scène qui nous a fait voyager dans le monde entier.

Le lendemain ce sera au stade Amadou Barry, pour les jeunes, avec des groupes comme Takeïfa, Baty Yane de la Casamance. Parce que c'est la cohésion sociale. J'ai un tout nouveau concept que j'avais présenté à Londres qu'est "Baba Maal and Friends" et que je vais présenter ce jour-là.

"En Mauritanie, mon mouvement, Nanka, a été accrédité comme Ong. Nous initions des projets sur le plan agricole."

Justement, quels sont vos projets pour le futur ?

Mes projets sont purement culturels avec une sauce de développement. Tout le monde sait que j'ai mis sur pied un mouvement qui s'appelle Nanka. C'est un mouvement apolitique qui œuvre dans le développement de l'agriculture, l'élevage et la pêche avec un soubassement culturel et une accentuation sur la technologie dans toutes ses formes.  Donc, c'est une première sortie qui nous a emmené de Dakar jusqu'au département de Podor. On va faire tout le Sénégal.

Déjà au niveau de la Mauritanie, le mouvement a été accrédité comme Organisation non gouvernementale (Ong) avec des locaux et un bureau qui travaille, qui initie des projets sur le plan agricole. J'ai été aussi en France au mois de mai pour lancer ce mouvement au Zénith. Tout récemment, je suis retourné pour rencontrer 40 associations de développement qui sont des alliés potentiels pour le mouvement Nanka.

En revenant à la culture et à la musique, il y a aussi l'anniversaire et les blues du Fleuve. Je voudrais que ce festival soit une porte pour que les invités puissent rencontrer les jeunes artistes qui ont un bel avenir. Donc, mes projets vont être accentués sur le développement culturel et musical sur tous les plans.


affaire_de_malade

12 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (00:14 AM)
    Publiés le 9 novembre par le site WikiLeaks, les télégrammes diplomatiques américains concernant le Sénégal ne sont pas très élogieux envers le président Abdoulaye Wade et son entourage. Les diplomates doutent de la sincérité du chef de l’Etat et de son fils Karim à lutter contre une corruption « croissante », et s’inquiètent de la dégrédation de la situation politique dans le pays.







    dans ce dossier





    Afrique : la bombe WikiLeaks

    Voir le sommaire complet





    Afrique : la bombe WikiLeaks

    vRDC - WikiLeaks : le portrait (pas toujours flatteur) de Vital Kamerhe par Washington

    vWikiLeaks-RDC : la rivalité Kabila-Kamerhe, vue par Washington



    Au Sénégal, les télégrammes américains dévoilés par WikiLeaks montrent que la diplomatie américaine s’est vivement intéressée à trois sujets centraux. Qui ont du reste fait les choux gras de la presse sénégalaise : la présidentielle de 2012 et la candidature controversée d’Abdoulaye Wade pour un troisième mandat ; l’érection dans des conditions pour le moins opaques du « monument de la Renaissance africaine » ; et enfin, les liens toujours plus étroits entre le président, son entourage et les milieux d’affaires, qui donnent lieu à de forts soupçons de corruption. Toujours du point de vue américain, évidemment…





    PUBLICITÉ







    Intitulé « Messages contradictoires au sujet du monument de Wade », un télégramme daté du 19 août 2009 met ainsi au jour les contradictions entre le discours officiel de Dakar sur le montage financier concernant le monument de la Renaissance africaine et les informations recueillies par les diplomates. En clair, les règles de passation des marchés publics n’auraient pas été respectées et le rôle de l’homme d’affaires Mbackeou Faye, un fidèle de Wade, est pointé du doigt.



    Celui-ci s’est vu offrir des terrains en échange du financement de la statue (26 millions d’euros), dont la construction a été confiée à la société nord-coréenne Mansudae Overseas Project Group of Companies. La revente des terrains doit assurer un bénéfice substantiel à l’intermédiaire, dont Dakar affirme qu’il a été choisi par le constructeur. Mais « il est presque certain que c’est Wade lui-même qui a choisi Faye et dit aux Nord-Coréens qui ils devaient engager », assure le télégramme.



    Cases des tout-petits : « des coquilles vides »



    Surtout, la décision de Wade, annoncée le 1er août 2009, de récupérer 35 % des recettes issues de l’exploitation du site – qui comprend un musée, une salle de spectacle, un centre d’affaires, des restaurants… –, au titre de la « propriété intellectuelle de l’œuvre », choque les Américains. « Cela contredit les affirmations de Ndiaye [Souleymane Ndéné Ndiaye, le Premier ministre] disant que la vente de terrains s’est faite dans la transparence et le respect des règlements », note un diplomate. D’autant que Ndiaye défend le projet « sans vraiment révéler les détails de la vente des terrains », tout en expliquant que son ministre des Finances, Abdoulaye Diop, a supervisé la transaction… alors que celui-ci assurait, quelques semaines plus tôt, ne jamais avoir y été impliqué.



    Par ailleurs, les 65 % des fonds restants, correspondant à la gestion du site, doivent aller à l’État pour la construction de « Cases des tout-petits » au Sénégal et dans la région : un projet phare de Wade, qui a abouti à la réalisation d’une centaine d’écoles maternelles gratuites depuis 2000. Mais « la plupart des centres existants sont des coquilles vides, ils sont soit fermés, soit utilisés à de multiples autres usages », peut-on lire dans le mémo.



    Un autre télégramme daté du 18 février 2010, relate la discussion de près de deux heures que le président Wade et l’ambassadrice américaine à Dakar, Marcia Bernicat, ont eue au sujet de la corruption au Sénégal. La diplomate commence par rappeler la décision de Wade, annoncée en Conseil des ministres le 21 janvier précédent, de donner plus d’importance à la lutte contre la corruption. Elle lui explique « l’inquiétude grandissante des États-Unis, d’autres bailleurs et de la communauté internationale au sujet du développement de la corruption au Sénégal et de l’impunité qui y prévaut à ce sujet. »



    Selon le compte-rendu de l’entretien, la défense de Wade, qui répète plusieurs fois qu’il « n’y a pas eu de procès de corruption depuis plusieurs années », tient en trois points : « 1) Ses ennemis politiques instrumentalisent la presse pour l’accuser à tort, 2) il est difficile de prouver que la corruption existe, et 3) en tant que président, il ne peut surveiller tout ce qui se passe au gouvernement » (sic).



    Inquiétudes sur l’aide américaine



    Comptant sur les connaissances de Wade en mathématiques, l’ambassadrice lui explique alors que « la corruption est répandue partout dans le monde et qu’il est statistiquement impossible qu’il n’y en ait aucun cas au Sénégal. » Le chef de l’État émet alors un « gloussement » et concède qu’il doit effectuer des pas dans la lutte contre la corruption et le blanchiment de l’argent sale.



    À la fin de la discussion, Wade « demande abruptement des assurances que le gouvernement américain ne refusera pas au Sénégal le Compact du Millenium Challenge Corporation [un programme d’aide américain, NDLR], soulignant la nécessité d’aider les plus pauvres du pays ». Ce à quoi l’ambassadrice répond « que la législation prévoit qu’un déclin continuel dans les domaines de la bonne gouvernance, de la corruption ou d’autres indicateurs ferait perdre au Sénégal le Compact ».



    Au sortir de l’entretien, la conclusion de l’ambassadrice est plutôt pessimiste. Selon elle, Wade risque « de louvoyer entre prendre des mesures pour combattre la corruption et continuer d’autoriser certains membres du gouvernement à se servir eux-mêmes dans les fonds publics, de manière à s’assurer leur loyauté. » Quant au fils du président, Karim Wade, il ne trouve pas vraiment grâce aux yeux de la diplomate. « Les ressemblances frappantes entre le père et le fils suggèrent que tous deux vont continuer à sous-estimer l’importance de ce sujet [la lutte contre la corruption, NDLR] pour les bailleurs et, de plus en plus, pour l’électorat. »



    Pis, selon l’ambassadrice, « cela suggère aussi qu’ils vont continuer à travailler ensemble pour ouvrir la voie à une succession dynastique ». Mais les diplomates américains sont conscients de la délicate stratégie des Wade. Dans un autre mémo, daté du 5 novembre 2009 (« Sénégal : la campagne pour 2012 a déjà commencé »), la stratégie du camp présidentiel est décrite comme « fragile, le précédant et populaire Premier ministre, Macky Sall, étant opposé à rentrer à nouveau dans la coalition de Wade et Idrissa Seck et Karim Wade se détestant mutuellement ».



    « Scandales financiers »



    Pour l’ambassade, Wade est donc « dans une situation politique difficile en raison de son grand âge, du rejet de son fils par les Sénégalais (…). » Mais aussi parce que « dans le même temps, alors que la plupart des Sénégalais luttent pour joindre les deux bouts et ont perdu l’espoir face au chômage de masse, Wade et son entourage sont immergés dans les scandales financiers. »



    À titre d’exemple, le rédacteur de la note explique que quelques semaines après la « récompense » octroyé par Wade au représentant du FMI, Alex Segura, le chef de l’État « s’est fait voler 52 millions de F CFA [79 273 euros, NDLR] dans son appartement parisien par un membre de son entourage. » Un proche de Wade aurait même confié à l’ambassade que ce n’était pas la première fois que cela arrivait…



    Bref, pour la diplomatie américaine, « la défaite du parti présidentiel [le Parti démocratique sénégalais, PDS, NDLR] aux municipales de mars 2009 indique clairement que les Sénégalais sont fatigués et se sont lassés de l’administration extrêmement distante de Wade. » Mais ce qui inquiète le plus Washington, c’est « ce qui pourrait se passer dans l’éventualité où Abdoulaye Wade mourrait avant de désigner un successeur. » Notant les « profondes divisions » au sein du PDS et de l’opposition, les diplomates craignent qu’en cas de vacance du pouvoir s’ouvre « une période de violente lutte intestine dans les deux camps et d’instabilité générale dans le pays ». Le Sénégal, disent-ils, est devenu une « démocratie faiblissante ».



    _________________



    Principaux télégrammes utilisés :



    – « Messages contradictoires au sujet du monument de Wade »



    – « L’ambassadeur discute de la corruption avec le président sénégalais »



    – « Sénégal : la campagne pour 2012 a déjà commencé »

    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (00:16 AM)
    now your parent is president you are talking about the country
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (00:21 AM)
    bravo baaba maal! c'est de ça qu'on a besoin! sénégal béne boppou la kène mounou koo khaar niaar! hamidou dia devrait se sentir dans ses petits souliers, lui qui n'a pas su, en tant qu'intellectuel, se distinguer du sens commun!
    {comment_ads}
    Auteur

    An Diarama

    En Septembre, 2017 (00:43 AM)
    Bonjour Baba,



    Je ne sais pas si j'ai bien écrit mon pseudo, mais peu importe, je tenais à te dire MERCI!!



    Merci de nous rappeler NOS valeurs, NOTRE histoire, NOTRE culture, tout en nous incitant



    au travail pour NOTRE pays, ce Sénégal  :sunugaal:  que nous aimons tant. Je ne sais pas si



    le monde réalise la chance que nous Sénégalais avons, de te compter parmi les nôtres!!!



    Tu es un leader d'opinion, un pacifiste, un engagé...



    Le "plus" que j'adore particulièrement chez toi, c'est ta discrétion, ton calme et ton sens de



    la formulation. Il y a tellement de qualités qu'on peut citer autour de ta personne. Je m'en



    veux terriblement de ne pas pouvoir assister au 37e anniversaire du Dandé Lénol!!!



    Mais quoiqu'il en soit, mon coeur, mon âme, mes pensées et mon esprit y seront!



    Bon anniversaire grand!!!   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    :thumbsup:   :sunugaal: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Usa

    En Septembre, 2017 (02:15 AM)
    Baba bien
    Top Banner
    Auteur

    Foulbés!

    En Septembre, 2017 (06:21 AM)
    Baba Maal est un intellectuel dans le sens purement pur du terme.

    Baba Maal est un Patriote, un Républicain authentique, qui est fier de se ce qu'il est, un Peul de Souche purement pur, à jamais INcertainisable, du Fouta Toro, Royaume du Tekhrour,

    saine-sainte Terre d'érudits-savants-soufis-mystiques-intellectuels de dimension planétaire.

    Baba Maal maitrise l'ensemble du Sénégal, et connait de part-en-part-de-fond-en-comble tous les éternellement archi-divers-archi-différents peuples sénégalais.

    Baba Maal est digne-noble-courageux-intelligent-humble-poli-discret-ouvert au monde civilisé, respectueux de tous les peuples sénégalais, mais aussi du monde entier.

    Bien qu'IL travaille beaucoup-dur-bien pour vivre dignement-légalement-licitement,

    IL travaille mais aussi pour son attachement à la culture, à la civilisation, aux traditions vraies, à la société,

    etc, et tente toujours, à travers ses chansons d'apporter sa conbtribution contributive au développement social, culturel, spirituel de tout le Sénégal.

    BABA MAAL EST UN INTELLECTUEL QUI A LIBREMENT OPTE DE PASSER PAR LA CULTURE, NON PAS POUR AMASSER DES SOUS, MAIS POUR AIDER SON PAYS, SES COMPATRIOTES AFIN QU'ILS SORTENT DES IGNORANCES-INCULTURES-PARESSES MENTALES,

    POUR QU'ILS ARRIVENT FINALEMENT À EXISTER DIGNEMENT-MORALEMENT-LEGALEMENT-LICITEMENT, ET À S'OUVRIR AU MONDE CIVILISE!



    Certes, le Sénégal, comme pays, République, est respecté par les autres pays, car il est un des rares pays africains où il n'y a pas encore eu une sanguinaire guerre civile généralisée, où, tant bien que mal, il y a des alternances "pacifiques"

    (mais il y a la sanguinaire-sauvage-dégradante guerre civile qui ravage-souille la Verte Casamance depuis plus de 30 ans, et humilie tout Sénégalais digne, de bonne moralité, viscéralement attaché aux valeurs d'ethique, d'équité, de justice juste).

    Il y a aussi des Sénégalais-es bien respectés-es, voire aimés-es ailleurs dans le monde. Ces Sénégalais-es sont dignes-courageux-ses-discrets-es-humbles, amoureux-ses-respectueux-ses du Sénégal.

    Il y a aussi des Sénégalais qui souillent-déchirent-humilient abîment l'image-la réputation du Sénégal dans le monde entier. Ces Sénégalais-es ne bougent que dans le cadre de leurs souillés intérêts et sont disposés-es d'entreprendre toutes démarches, illégales-illicites-souillées-injustes-immorales pour y arriver.



    Il n'y a pas chez certains-es-certainement-certains-es un-e seul-e-certain-e-certainement-certain-e qui arriverait aux saines-saintes CHEVILLES de Baba Maal.



    Seydi MAAL!



    FOULBES!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (07:07 AM)
    diadieuf baba maal, il n est pas comme youssou ndour qui exploite l Etat

    doundeul 100ans, baaba maala beugg
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (09:54 AM)
     :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (10:14 AM)
    baba maal un grand monsieur



    MERCI BAABA



    ON est fier de vous
    Top Banner
    Auteur

    Wolof Du Jolof

    En Septembre, 2017 (10:20 AM)
    baaba maal a bien senti que le sénégal était sur une mauvaise pente avec les dérives qu'on a notées ces derniers temps, alimentées par les égarements d'"intellectuel" théoricien du racisme.

    Un grand merci donc à ce digne fils du pays qui a su trouver les mots et les actes adéquat pour renforcer cette unité nationale qui nous est si chère!
    {comment_ads}
    Auteur

    Cousinage

    En Septembre, 2017 (15:03 PM)
    Mon cher c'est pas les wolofs ! si le senegal n'a pas connu de guerre ethnique c'est grace au president LS Senghor qui a bati une nation. En instaurant le cousinage entre Serere (au centre)-al poular (Nord) et Diolas (Sud). C'est à dire un serere ou un al poular ou Diolas peut aller vivre chez les autres cousins sans probleme.

    Les sereres et les wolofs (centre ouest) ont toujours vécu ensemble .

    Les sereres se connaissent et comprennent bien les wolofs (Wolof: Certes il y a des serieux parmi eux mais généralement c'est des faiseurs de malins et des truands qui cherchent toujours à te tromper) .
    {comment_ads}
    Auteur

    Diabar

    En Septembre, 2017 (15:16 PM)
    BABA A QUAND LE MARIAGE??? :interrogation: 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email