Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

Fespaco : les défis d'aujourd'hui et de demain

Single Post
Fespaco : les défis d'aujourd'hui et de demain

Les différents jurys de la compétition officielle du 23-ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (23 février-2 mars) ont tous salué la qualité des films présentés, la diversité des thèmes et genres cinématographiques abordés dans les œuvres, pour un secteur qui nage pourtant dans des difficultés structurelles qui sont autant de défis à relever ici et maintenant.

Dans l’organisation matérielle de cette manifestation indispensable à l’existence même des cinémas d’Afrique, la Délégation générale fait des efforts dont les résultats commencent à être visibles. Le festival attire de plus en plus de monde, organisateurs de manifestations cinématographiques, diffuseurs, institutions, etc.

Mais cet intérêt est en même une somme de défis à relever à partir de maintenant pour dessiner des perspectives dont le délégué général, Michel Ouédraogo, a esquissé les grandes lignes à la clôture de la 23-ème édition, samedi au stade du 4-Août à Ouagadougou.

A partir de la 24-ème édition, du 28 février au 7 mars, les films produits en numérique seront acceptés dans la sélection, une mesure qui permet au Fespaco de se mettre au diapason de ce qui se passe dans les plus grandes manifestations cinématographiques. 

Son règlement exigeait jusque là une copie 35 millimètres pour la compétition. Jeudi dernier, des réalisateurs avaient signé et fait circuler une pétition pour dénoncer l’exclusion de films ‘’n’étant pas dans le format exigé’’ par le règlement.

Le traitement accordé aux lauréats va aussi connaître un changement. Les enveloppes octroyées aux trois meilleurs réalisateurs vont passer de 2,5 à 5 millions de francs CFA (Etalon de bronze), de 5 à 10 millions de francs (Etalon d’argent) et de 10 millions à 20 millions de francs (Etalon d’or).

Mais au-delà de ces questions plutôt d’ordre technique et matériel, les chantiers sont nombreux, allant d’une professionnalisation accrue pouvant aider les cinématographies nationales à se structurer, à mettre en place des mécanismes de financement viables et durables et inciter les opérateurs privés à investir dans le 7-ème Art.

L’idée d’une annualisation du Fespaco est agitée depuis quelques années. Y travailler ne serait pas inutile, parce que c’est un principe, non écrit certes, mais admis partout où un festival d’une telle ampleur (plus de 4000 professionnels invités) est organisé. Cela permettrait de ne pas rester deux ans pour voir un panorama de la production africaine.

Cette 23-ème édition du Fespaco était axé sur le thème ‘’Cinéma africain et politiques publiques en Afrique’’, choisi pour pousser les Etats à assumer leurs responsabilités dans le financement de la culture en général et du cinéma en particulier, le contexte étant marqué par la distribution de subsides d’institutions étrangères à des cinéastes presque abandonnés à leur sort par leur pays. Même si des pays comme le Maroc se démarquent en ayant une politique volontariste en la matière.

La création de fonds d’aide pour des avances sur recettes, la construction de cinémathèques pour développer une vraie culture cinéphilique, le changement de statuts des structures en charge du cinéma, pour leur permettre de s’affranchir de la tutelle bureaucratique des ministères, avec une autonomie financière, sont autant de mesures urgentes à prendre pour avoir une politique cinématographique au service des artistes et des imaginaires qu’ils portent.

Le besoin de cinéma est très fort, partout où les films passent en Afrique : les salles sont pleines au Fespaco, les nombreuses réactions enregistrées au lendemain de l’attribution de l’Etalon d’or de Yennenga au Sénégalais Alain Gomis sont la preuve de cette envie de cinéma. 

Tracer de nouveaux sillons pour le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou et pour le 7-ème Art en Afrique c’est prendre en charge les demandes professionnelles (personnel technique comme artistique) et les faire coïncider avec celles d’un public qui a envie de se voir à l’écran, de voir ses aspirations et ses rêves.

ADC/OID



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email