Vendredi 22 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Culture

Le Journal du Dimanche révèle : Un avion spécial pour un concert du Fesman loué par Viviane Wade à 70 000 euros

Single Post
Le Journal du Dimanche révèle : Un avion spécial pour un concert du Fesman loué par Viviane Wade à 70 000 euros
Le Journal du Dimanche révèle que Viviane Wade a fait venir spécialement de Paris un avion spécial pour un concert au théâtre Sorano. Le journal fait dans la raillerie sur le déroulement du Fesman. Lire l'article.
 
Riche mais controversé, le festival des arts nègres célèbre l'héritage africain jusqu’au 31 décembre. Il implique des centaines d'artistes et intellectuels issus de la diaspora noire. Wyclef Jean, Angélique Kidjo, Diam's, Akon, Bonga, Marcus Miller sont à l'affiche 
 
En cette fin d'année du cinquantenaire des Indépendances africaines, c'est Noël tous les jours à Dakar. Le 10, au stade Léopold Senghor, une cérémonie grandiose (60.000 spectateurs, 400 danseurs et Youssou Ndour, Angélique Kidjo, Ismaël Lô, les Mahotella Queens…) a ouvert la troisième édition du très historique Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN), qui se clôturera le 31 décembre avec un grand concert d'Akon, rappeur américain natif du Sénégal. Ce rassemblement avait été conçu en 1966 par Léopold Senghor et Alioune Diop, fondateur de la revue Présence Africaine. Objectif: proclamer la qualité de l'héritage africain dans la marche du monde. Le Fesman n'est survenu que deux fois : en 1966 à Dakar et en 1977 à Lagos avec une pléiade de seigneurs de la Négritude tels Aimé Césaire, Duke Ellington, Joséphine Baker, Alvin Ailey… Et André Malraux. 
 
Réitéré à l'initiative de l'actuel président Abdoulaye Wade, 84 ans, l'appel des arts nègres a donc convié au Sénégal une foule de personnalités issues de la diaspora noire, artistes, créateurs, intellectuels… Le coût de l'événement est estimé à 50 millions d'euros, et même 70 si on inclut celui de l'imposant monument de la Renaissance africaine, inauguré en avril dernier Dakar, une statue néosoviétique haute de 50 mètres dressée face à l'océan. 

Les musiques noires en expo virtuelle 
Au centre-ville, sur la place de l'Obélisque, c'est une grande scène digne des plus grands raouts européens qui a été spécialement importée. On y applaudit aussi bien les shows à l'américaine de Wyclef Jean, Diam's ou Akon, que des concerts de Bonga, Angélique Kidjo, Manu Dibango, Marcus Miller, ou encore le mythique Bembaya Jazz de Guinée, symbole d'une Afrique consciente et dénonçant les pillages passés. Dans la Médina, on vient d'ouvrir la Biscuiterie, une vaste et splendide friche industrielle où sont déployées des expositions aussi ambitieuses que fourre-tout avec du design, des photos, de l'art contemporain du monde entier. Au centre culturel Blaise Senghor, à peine sorti de terre, on accueille des spectacles de théâtre, musique, danse. La maison Douta Seck s'enrichit, elle, d'une exposition virtuelle consacrée à l'épopée des musiques noires au XXe siècle: elle se visite en musique, casque aux oreilles et Smart phone interactif en main, face à un dédale d'écrans numériques. Une grande première en Afrique. 
 
Tout comme le théâtre Sorano, le musée Théodore Monod - ancien INFA, dédié aux arts premiers - vient d'être rénové. Pour l'occasion, il n'a pas fait le plein d'œuvres mais fait venir un puissant symbole, le squelette de Lucy, l'ancêtre de l'Humanité qui, l'an dernier, était exposée à Alger dans le cadre du festival panafricain... 
 
Pas de doute, la "négritude" version 2010 voit grand et ne veut pas seulement ressasser les vieux thèmes - les Égyptiens noirs chers à Cheick Anta Diop, les blessures de l'esclavage et de la colonisation - mais aussi se projeter dans l'avenir en mettant à l'honneur création, modernité, imaginaire. Pour le président Wade, c'est aussi l'occasion de proclamer une fois de plus son ambition: l'édification des Etats-Unis d'Afrique. Kadhafi, autre candidat à la fonction de grand berger du continent, est venu lui apporter son soutien le 15 en présence des présidents du Libéria et du Cap Vert. 
 
Couacs et polémiques 
Ce jour-là aura d'ailleurs été l'un des plus équivoques du festival, avec la venue d'un orchestre de musique de chambre parisien de 30 musiciens fédérés par Alain Guedé, auteur d'une biographie du Chevalier Saint-Georges, Le nègre des lumières (éd. Actes Sud). L'histoire d'un métis du 18e siècle, fils d'un aristocrate français et d'une esclave sénégalaise déportée aux Antilles. Eduqué en métropole à grands frais par son père aimant, Saint-Georges devint un compositeur respecté à la cour. Le destin romanesque, en somme, d'un Africain radicalement coupé de ses racines, "nègre talentueux" et bien dressé… 
 
Cette soirée, voulue par l'épouse française du président Wade, a mobilisé un avion spécial de Paris et coûté 70 000 euros. Malgré son caractère exceptionnel, le théâtre Sorano n'a pas fait le plein et les chefs d'Etats sont arrivés avec plus de deux heures de retard. Rien de très extraordinaire à l'heure africaine mais, du coup, le protocole a exigé que l'orchestre ne joue que 45 minutes en place des deux heures initialement prévues. 
 
Youssou Ndour a annulé son grand concert 
Mais ces innombrables retards et gâchis supposés n'étonnent personne ici, pas même les organisateurs. Ils peuvent néanmoins avoir le don d'agacer. Youssou Ndour a annulé son grand concert prévu place de l'Obélisque en dernière minute : il n'avait toujours pas reçu de contrat la veille. Quant au village des artistes spécialement construit pour loger les troupes invitées, il était toujours en chantier la première semaine du festival, ce qui aura causé pas mal de soucis et cafouillages dans les hébergements. Même Rougui Dia, la chef cuisinière de Petrossian à Paris, d'origine sénégalaise et censée être accueillie en VIP, en a fait les frais ! Ces ratés concernent aussi la communication de programmes, souvent erronés car modifiés en dernière minute. Et chaque jour qui passe, la polémique enfle. Dans la presse locale, les titres sont cinglants: "Le pays se meurt, la République s'amuse", "Une affaire de copinage", "Un festival de contestations" etc. A l'inverse, la Radio Télévision Sénégalaise (RTS) reste au garde à vous pour se réjouir de la profusion des festivités, soigner l'apparence d'une grande fête populaire. 
 
Au bout du compte, le Fesman saura-t-il marquer son temps et accoucher d'un message fort au nom de l'Afrique et de sa diaspora face aux défis du XXIe siècle, comme l'a souhaité Abdoulaye Wade? "Parviendra-t-il à s'engager clairement du côté de l'écologie, de l'éducation, de l'innovation et de la solidarité?", s'interroge Paul Gladstone Reid, anglo-jamaïcain accouru de Londres pour composer les musiques du ballet d'ouverture du festival? "Ou imitera-t-il les vieilles puissances industrielles en rêvant un peu plus de richesses et d'équipements mal répartis?" 
 
Une chose est sûre, le peuple sénégalais, incrédule, à la fois flatté et résigné face à cette débauche d'événements, ne croit pas au père Noël. Espérons qu'il n'en vienne pas à douter de l'une de ses ressources essentielles, sa culture.


17 Commentaires

  1. Auteur

    Gueye_ahmadou

    En Décembre, 2010 (04:45 AM)
    Suis 2iéme franchement notre peuple ne mérite pas ça   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
  2. Auteur

    Na Dem

    En Décembre, 2010 (05:32 AM)


    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem

    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem





    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem



    Na dem, Na dem

    Na dema dema dem



     :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Tchibiti

    En Décembre, 2010 (06:37 AM)
    merbii viviane wade moo k a t e le uf eu lll nd eya mmm rek tchimmmmmm
    Auteur

    Issa Laye

    En Décembre, 2010 (07:08 AM)
    ya que rone moreau que je vois comme etant à la hauteur, les senegalais sont fatigués, coupures gouddi et beutieug, chomage generale, saleté partout et Etat voleur et menteur, pour un vrai changement sans retour au passé moreau est le plus interessant, wasalam
    Auteur

    Ajtou

    En Décembre, 2010 (07:27 AM)
    c'est pas cher la location de cet avion
    Auteur

    Ah

    En Décembre, 2010 (07:46 AM)
    vous vous rendez compte que c'est nous sénégalais qui sommes les employeurs de cette famille

    La réponse est simple : en 2012 , il est hors de question de renouveler leur contrat
    Auteur

    Yarimaayo

    En Décembre, 2010 (08:12 AM)
    c'est grave
    Auteur

    Sand

    En Décembre, 2010 (10:32 AM)
    THEUY FOUNOUDIEUM AK DJINNé MAIMOUNA :-D 
    Auteur

    Omar

    En Décembre, 2010 (10:40 AM)
    Elle bête Viiviane Wade et ses enfants aussi ça doit être génétique chez elle :hun:  :hun:  :hun: 
    Auteur

    Arissoi

    En Décembre, 2010 (11:50 AM)
    entre le titre et le contenu de l'article il ya un fosse ,a qui profite la tromperie?



     :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Julles

    En Décembre, 2010 (12:23 PM)
    NIT COUNEK LIMOU YELOL LAY AM COM YEN SENEGALAIS LOLOU MOY SEN MERID GRACIAS :tala-sylla: 
    Auteur

    Abouly82

    En Décembre, 2010 (12:29 PM)
    thieye senegal dawona deg niounane pds signifi pabi domji sokhnasi damelni ndourounako
    Auteur

    Tamba_boy

    En Décembre, 2010 (12:59 PM)
    sabadola est en train d'etre pillée par cette dame qui profites du festival pour sortir tout ça
    Auteur

    Tah!

    En Décembre, 2010 (12:59 PM)
    Vive Wade et sa famille
    Auteur

    De Montreal

    En Décembre, 2010 (18:57 PM)
    Inquiétant!
    Auteur

    Ndar-ndar

    En Décembre, 2010 (11:14 AM)
    SLT à st-l8 le fesman est un véritable echec et p8 les gens pensent au depens quotidien le centre culturel qui devait gérer les manifestation à été snobé la gouvernance pareil c des mercenaire venu d'ailleur ki gére tout consécence les saint-louisiens ne se sentent pas concernés et p8 devont-ils etre complicent de la dilapidation de nos maigre richesse par la famlle wade pendant k la population souffre nos hôpotaux mank de tt l'electricitè mank nos paysans souffre walahi kou votel gni en 2012 war ga sénégalayi wasalam
    Auteur

    Jazz

    En Décembre, 2010 (23:45 PM)
      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  ALLAH LE TOUT PUISSANT NOUS PRESERVE DE CETTE FAMILLE WADIENNE

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email