Jeudi 22 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

Le président Macky Sall alloue un milliard à la biennale

Single Post
Le président Macky Sall alloue un milliard à la biennale

Après le Fonds de promotion à l’industrie cinématographique et audiovisuelle, le Fonds d’aide à l’édition, les dotations des Grands Prix du chef de l’Etat pour les Arts et les Lettres, c’est au tour de la biennale de voir son budget passer du simple au double, tel qu’annoncé par le président de la République hier, au cours de la cérémonie officielle d’ouverture du 13e Dak’Art au Grand Théâtre. Décidément, le président Sall double tous les budgets dans la culture. Il ne reste que le Fonds de développement des cultures urbaines. 

Les griots avaient surnommé l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade ‘’Président inauguré’’, parce qu’il avait, à l’époque, procédé à l’inauguration de beaucoup d’infrastructures. Si, aujourd’hui, ceux du président Macky Sall sont tentés par un surnom, ils pourraient bien l’appeler ‘’Président doubler’’. Depuis plus d’un an, il a multiplié par deux presque tous les budgets alloués à la culture. La dernière en date est celle de la Biennale de l’art africain contemporain.

‘’Je réaffirme mon ambition de renforcer la force contributive de la biennale pour le rayonnement de l’art africain contemporain, à travers notamment la hausse de la dotation budgétaire allouée à ce rendez-vous culturel phare. J’ai décidé de porter la subvention non pas de 500 millions à chaque biennale, mais de 500 millions par an. Ce qui fait un milliard pour la biennale’’, a informé hier au Grand Théâtre le président Sall, sous les applaudissements nourris des biennalistes. C’était à l’occasion de l’ouverture de la 13 édition du Dak’Art. Ainsi, la Biennale de Dakar se met à son tour au rythme du doublage budgétaire. Les problèmes financiers liés à l’organisation de cet évènement ne seront alors que de vieux souvenirs. Déjà que depuis l’année dernière les choses  se sont beaucoup améliorées de ce côté. Avec encore cette hausse, les organisateurs pourront souffler et mieux promouvoir l’évènement tel que demandé par le président du comité d’orientation de la présente session, Baïdy Agne, pour qui ‘’il faut protéger et promouvoir la biennale’’.  Car, a-t-il soutenu, ‘’la culture, c’est comme l’air, c’est quand on en manque qu’on se rend compte qu’elle est vitale’’.

Comme lors de la 12e édition dont il était aussi le président du comité d’orientation, M. Agne est venu avec sa short list de doléances. S’il avait plaidé, lors de cette dernière, la mise à la disposition du palais de Justice par le président de la République à l’art africain contemporain et obtenu gain de cause, cette fois, il a demandé que ce qui doit s’y faire soit officiellement confié au ministère de la Culture. ‘’Concernant l’ancien palais de Justice, je sais que des manifestations d’intérêt sont faites pour la réalisation d’un palais des arts très moderne. Je pense que le ministère de la Culture doit être formellement désigné pour le pilotage de ce projet, en partenariat avec le secteur privé. Et pour son financement, le Plan Sénégal émergent constitue le cadre idéal’’, a-t-il défendu.

Toujours dans sa robe d’avocat des artistes, Baïdy Agne a rappelé l’urgente nécessité du respect de la loi sur le 1 % artistique. ‘’Elle doit être respectée dans toute sa rigueur. Elle a été respectée au Centre Abdou Diouf de Diamniadio. On a vu les résultats que cela a donnés. Elle doit l’être sur tous les édifices publics. Elle doit l’être partout au lac Rose, partout à Diamniadio. Elle doit l’être particulière à l’Aibd (Ndlr : aéroport international Blaise Diagne)’’, a-t-il demandé.

Cette dernière requête a connu un écho favorable avant même la fin de la cérémonie officielle d’ouverture du Dak’Art. Le président de la République a instruit le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly à veiller au respect de ladite loi faisant obligation d’intégrer un projet de décoration artistique ou dans l’équipement d’un établissement public ou recevant du public d’un coût prévisionnel de plus de 20 millions de francs Cfa.

Une politique sociale menée par l’Union africaine à l’endroit des artistes serait salutaire, selon M. Agne. Dans ce sens, il a demandé à Macky Sall de porter le combat au sein de l’organisation régionale. Ce dernier a promis de faire mieux, bien mieux d’ailleurs.

En effet, le président a estimé que la présente biennale se tient dans un ‘’contexte marqué par la prééminence de l’économie de la culture, en ce monde en mutation dans lequel les produits culturels génèrent de plus en plus de richesses. Le marché de l’art contemporain connaît une formidable croissance, même si la place de l’Afrique demeure encore très faible’’. Même si, a-t-il reconnu, ‘’la visibilité de la création africaine contemporaine s’est améliorée au regard d’indicateurs comme le chiffre d’affaires, le prix moyen d’une œuvre, le nombre d’expositions, le niveau de reconnaissance’’. Pour lui, il est donc possible d’avoir un marché intérieur pour l’art. Mieux encore, il pourrait briller au plan international.

Pour arriver à cela, cependant, il faut quatre exigences. La première est le financement de la culture. ‘’Je me ferais le plaisir d’être l’avocat de la biennale auprès de mes collègues de l’Union africaine, afin que les gouvernements des Etats puissent participer au développement de la culture en Afrique’’, a-t-il d’ailleurs annoncé. De quoi ravir le directeur artistique de l’évènement, Simon Njami, ainsi que Baïdy Agne. Tous les deux ont réclamé plus d’appui des gouvernants à l’endroit des artistes. Pour le président Sall, les mécanismes de financement existants sont obsolètes. Par conséquent, il faut les repenser. Dans le cadre de la biennale, se rencontrent des ministres de la Culture d’Afrique qui réfléchiront autour de la question. M. Sall leur trace ainsi la voie. Pour lui, il faut des mécanismes de financement tenant compte du mécénat et de la fiscalité des entreprises.

La deuxième exigence, selon le président sénégalais, est celle de la formation. Faisant référence à des chiffres publiés en 2017, il a fait savoir que parmi les 100 Africains ayant enregistré le plus grand nombre d’œuvres vendues, 62 sont sortis d’écoles d’art. Ce qui, en son sens, ‘’relativise le préjugé ethnique de l’artiste africain né créatif. Il nous faut rompre avec ce préjugé et renforcer la formation des artistes. Elle ne doit pas seulement porter sur la manière de produire de l’art, mais également sur la manière de l’offrir aux autres’’. Au Sénégal, cela est bien pris en compte par la nouvelle école nationale des métiers des arts que va accueillir la nouvelle cité de Diamniadio.

La troisième exigence est la prise en charge plus effective des entreprises et des industries créatives. Aujourd’hui, à l’en croire, les produits des artistes connaissent un intérêt grandissant à travers le monde. Il faut juste un soutien conséquent aux galeries afin qu’elles puissent mieux assurer leurs missions allant dans ce sens. La biennale pourrait peut-être donner le ton. ‘’Il serait heureux que la biennale réussisse à enregistrer la participation de grands marchands d’art et celles des plus grandes galeries du monde intéressées par l’art africain contemporain’’, a-t-il souhaité.

Enfin, la quatrième exigence, suivant son analyse, est la prise en compte du droit d’auteur. ‘’L’œuvre d’art peut avoir une valeur artistique, intellectuelle, morale, sociale et politique, mais elle n’a pas forcément une valeur économique, même si elle contribue à la création de la valeur marchande. C’est pourquoi je salue la coopération avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle’’, a soutenu le chef de l’Etat.

Quoi qu’il en soit, Macky Sall est d’avis qu’aujourd’hui, ‘’le défi majeur est de valoriser nos ressources créatives’’. C’est pour cela qu’il a proposé aux acteurs et gouvernants de se situer ‘’dans le temps de l’action, en apportant des réponses innovantes’’.

Les organisateurs de la 13e Biennale de Dakar se sont déjà inscrits dans cette optique. Il est prévu une série de conférences, du 4 au 7 mai, entre l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le musée Theodore Monod de l’Institut fondamental d’Afrique noire (Ifan). ‘’Faisons de Dakar 2018 cette capitale de réflexion stratégique et de développement des productions artistiques du continent. Je dirais amorçons ensemble un nouveau tournant de notre histoire’’, a d’ailleurs appelé Baïdy Agne. Il s’est voulu clair : le tournant ne pourrait être que l’émergence. ‘’Faisons ce choix d’être à l’heure rouge’’, a-t-il demandé. ‘’L’heure rouge’’, comme le thème de la présente session dont le Rwanda et la Tunisie sont les pays invités d’honneur. Il est extrait de la pièce d’Aimé Césaire ‘’Et les chiens se taisaient’’. Elle parle d’émancipation, de liberté et de responsabilité.

Article_similaires

3 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2018 (23:05 PM)
    biennale. ..et Pourquoi pas ce milliard pour equiper efficacement notre police....n importe quoi
  2. Auteur

    D.

    En Mai, 2018 (06:46 AM)


    Beaucoup de sénégalais travaillent dans l'art et la richesse artistique et culturelle du Sénégal attire de nombreux touristes dans notre pays.....ce qui est bon pour l'économie.



    Travailler et laisser parler.....c'est la voie de l'émergence.



    Les sénégalais ne se sont pas trompés en 2012.

    VIVEMENT 2019 !!!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2018 (20:33 PM)
      je suis à peu près sur que le macky ignore la signification de culture . dilapider notre argent dans des futilités dont la plupart sont rejetées par la religion de 98% de la population. investir dans le bida est un péché en islam
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2018 (11:50 AM)
    quand je serai président, l’état ne s'occupera que de son rôle. Les artistes doivent travailler et vendre leur production et en vivre. chacun vivra a la sueur de son front, fera sa propre maison et se nourrira de son travail. les indemnités de logement et de nourriture, ne seront plus donnes aux fonctionnaires. Le salaire sera la somme globale de toute les indemnités

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR